LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< NADJA – ANDRE BRETON TPE Problématique : L'altitude constitue-t-el ... >>


Partager

Guernica ou la culture opposée à la violence.

Beaux-arts

Aperçu du corrigé : Guernica ou la culture opposée à la violence.



Publié le : 16/10/2019 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Guernica ou la culture opposée à la violence.
Zoom

Le symbolisme de la fleur et de l\'épée :

La fleur est unique mais présente au centre de la composition comme une lueur d\'espoir.

Sa délicatesse, sa fragilité résonne face au désordre et à l\'horreur de la scène. L\'épée brisée complète

la symbolique de paix.

Les visages : l\'expression de l\'universel

Les yeux larmoyants et la bouche édentée de la femme tombant dans les flammes (Guernica a été bombardé à la

bombe incendiaire) exprime la mort d\'un peuple désarmé, la lâcheté du bombardement.

La mère portant son enfant mort exprime une douleur universellement compréhensible (fait penser par exemple au

visage de la femme qui tient son enfant mort dans les escaliers d’Odessa dans le film d’Eisenstein), et traduit

l\'horreur de toutes les guerres. Ses yeux sont en forme de larmes, sa langue en forme de couteau, son visage est

tourné vers le ciel (d\'où sont tombées les bombes), tout en elle exprime la souffrance et le désarroi.

Au premier plan de la composition apparaît un combattant dont le corps est morcelé et décapité. Ce personnage

porte sur son visage toute la violence de la guerre : la dentition précise, et la décapitation sont les signes de la

brutalité. Les bras en croix évoquent un crucifié, mort pour avoir pris la défense de la liberté. La décapitation, le

bras tranché, démontrent l\'horreur de la guerre, la violence dans les affrontements.

C’est chez lui, à Paris, durant la Seconde Guerre mondiale que Pablo Picasso (1881-1973) peint Guernica en

réaction au bombardement de Guernica, à la guerre d’Espagne et à la guerre plus

généralement à laquelle il est résolument opposé.

En 1949, il peint la célèbre Colombe de la paix à l’occasion de son adhésion au Conseil Mondial de la Paix. Il reçoit

à ce titre un prix international de la paix en 1955.

Guernica a sillonné le monde pour des expositions, elle fut dans un premier temps exposée dans le Pavillon

Espagnol de l’Exposition Internationale. Elle est ensuite transférée au MoMA de New York puis ramenée en

Espagne en 1981 et réinstallée au musée du Prado (Pablo Picasso refusait son retour en Espagne tant que vivrait




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1505 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Guernica ou la culture opposée à la violence." a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit