LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< BD: les couleurs du noir Perpignan, rendez-vous annuel du photojournal ... >>


Partager

Man Ray, un «fautographe» ennemi du réel

Beaux-arts

Aperçu du corrigé : Man Ray, un «fautographe» ennemi du réel



Publié le : 5/12/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Man Ray, un «fautographe» ennemi du réel
Zoom

D’avril à mai 1998, le Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou organisait hors les murs, dans les galeries du Grand Palais, une exposition intitulée « Man Ray, la photographie à l’envers ». Derrière ce titre, il fallait comprendre et découvrir un photographe davantage préoccupé de transgresser le réel que de l’enregistrer mécaniquement. L’accrochage proposait de multiples possibilités de comparaison entre négatifs originaux agrandis et tirage final d’un même sujet, une sorte d’avant et après l’intervention de la main de l’artiste, offert à un public largement séduit.



Après examen attentif, il s’agit en fait d’une double impression obtenue délibérément en ouvrant deux fois l’objectif et non d’une panne d’électricité comme le raconte Man Ray dans ses Mémoires. Pour « déréaliser » toujours et s’attacher à « une idée plutôt qu’un objet ; un rêve plutôt qu’une idée », Man Ray opère des recadrages au crayon rouge. L’exposition nous présente ces tirages initiaux, annotés de la main de l’artiste. On ne peut que se réjouir de la portée pédagogique de cette exposition qui nous met face aux différentes étapes du travail d’un artiste, à l’intimité et à la rigueur de ses choix. Ainsi, pour « Les Larmes » de Lydie, les deux tirages choisis par Man Ray sont accompagnés de deux études. La première est le visage entier du modèle, les larmes de verre artificiellement collées semblent parsemées au hasard et enlèvent toute force à l’image. Au final, Man Ray cadrera au plus serré sur un seul œil, ne laissant que l’orifice humide et sensuel, car «les poètes, écrira-t-il, ont vu dans l’œil d’une




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 989 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Man Ray, un «fautographe» ennemi du réel" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit