NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< L'Art de comprendre : Hans-Georg Gadamer et P ... Le monde enchanté des Mummenschanz >>


Partager

Maria Casarès ou la tragédie incarnée

Beaux-arts

Aperçu du corrigé : Maria Casarès ou la tragédie incarnée



Publié le : 3/12/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Maria Casarès ou la tragédie incarnée
Zoom

Extraordinaire tempérament tragique,

 

capable de jouer avec la même passion Shakespeare, Camus, Claudel, Genet ou Pirandello, Maria Casarès a imposé sa force expressive dans les théâtres les plus divers - la Comédie-F rançaise, le TNP, ou la Cour d\'honneur du Festival d\'Avignon.

 

La scène était, par excellence, le lieu où elle pouvait donner toute sa mesure. Même si ses rapports avec le cinéma ont été épisodiques, la comédienne a laissé son empreinte

 

sur quelques rôles mémorables.



Les rapports de Maria Casarès avec le cinéma ont été nettement plus fragmentaires, marqués au sceau d\'une exigence qui interdisait toute compromission avec les impératifs d\'une « carrière ». Lorsque Casarès apparaît pour la première fois à l\'écran, elle est l\'épouse délaissée et timide de Jean-Louis Barrault dans les Enfants du paradis ( 1944), de Marcel Carné ; elle n\'a alors que vingt-trois ans, et doit affronter Arlctty, dans une scène mémorable où elle invoque, devant l\'amante, les droits de son foyer conjugal. Mais elle ne donne la mesure de son tempérament que l\'année suivante, dans les Dames du bois de Boulogne, de Robert Bresson, où elle incarne une femme délaissée par son amant, et qui ourdit, pour le punir, une vengeance machiavélique. Une extraordinaire composition, au moins égale en intensité à cette Mort qu\'elle personnifiera dans Orphée, et le Testament d\'Orphée sous la direction de Jean Cocteau. Selon la propre expression de la comédienne, ses rapports avec le cinéma furent « virulents, hagards, hallucinants même... ».




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1054 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Maria Casarès ou la tragédie incarnée" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit