NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< NOUVELLES IMPRESSIONS D’AFRIQUE Raymond ... AUVRAY : sa vie et son oeuvre >>


Partager

La peinture française du xviie siècle (Exposé – Art – Collège/Lycée)

Beaux-arts

Aperçu du corrigé : La peinture française du xviie siècle (Exposé – Art – Collège/Lycée)



Publié le : 15/11/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
La peinture française du xviie siècle (Exposé – Art – Collège/Lycée)
Zoom

GÉNÉRATION CLASSIQUE

 

On ne peut parler, lorsqu\'on évoque la peinture du xviie siècle, d\'une « école française » et encore moins d\'une « école parisienne ». En réalité, le royaume abrite dans ses provinces plusieurs foyers artistiques dynamiques qui, par leur éclat et leur originalité, n\'ont rien à envier à la capitale. Il est donc plus juste, tout au moins jusqu\'en 1650, d\'évoquer « les peintres de France ».

LES PEINTRES DE FRANCE

Ni école française, NI ÉCOLE PARISIENNE

C\'est avant tout cette France des régions - rurale, couverte de châteaux et de couvents, souvent rebelle au pouvoir central - qui offre aux peintres du xviie siècle l\'opportunité de carrières fécondes, en honneurs comme en profits.

D\'une part, Paris ne compte que 200 000 habitants alors que la France en dénombre 20 millions. C\'est donc en province que réside la majorité des clients amateurs de peinture.

D\'autre part, la puissante corporation des maîtres peintres et sculpteurs de Paris, dont les statuts remontent au Moyen Âge, est très protectionniste. Elle interdit à quiconque n\'a pas été admis dans ses rangs de peindre ou de sculpter et plus encore de vendre des œuvres. Pour ce faire, il faut avoir accompli à Paris ses années d\'apprentissage et de compagnonnage. Aussi, un peintre formé en province a les plus grandes difficultés à s\'imposer dans la capitale.

Toutefois, deux vieilles coutumes limitent le pouvoir dont la corporation parisienne des peintres et sculpteurs se prévaut : le roi, la reine et certains grands peuvent décerner à l\'artiste un brevet qui protège contre toute atteinte corporatiste ; certains lieux privilégiés - universités, collèges, abbayes et couvents - constituent des refuges inviolables.

La reconstruction : UN IMMENSE MARCHÉ

Vers 1595, lorsque enfin Henri IV (1553-1610) conquiert sa couronne, la France ravagée par les terribles guerres de religion est en ruine. Presque toutes les provinces ont été le théâtre de pillages et de destructions massives : les églises sont vides de tableaux et de fresques, les châteaux sont en piteux état.

Le premier souci du roi est de reconstruire le royaume.

Dès 1610, l’aisance réapparaît ; à partir de 1620, la prospérité renaît et le luxe réapparaît. Les artistes sont alors confrontés à une affluence de commandes sans précédent

Dans les églises réparées et les couvents en construction, les murs sont décorés de neuf. À cette vague de restauration s\'ajoute une nouvelle mode issue de l\'influence baroque : celle des maîtres-autels à double étage et vaste retable. Plus timide, la demande profane se traduit par de grands décors peints dans les châteaux et par la commande de portraits.

Vers 1650, toutefois, alors que sévit la Fronde, le marché s\'essouffle. Les commandes se font plus rares et souvent de moindre importance.

Esquisse d\'une carte artistique de la France

Au cours du xviie siècle, Paris devient un pôle d\'attraction artistique avec en son centre le Louvre, où le roi loge quelques-uns des meilleurs peintres de l\'époque, et les quartiers de l\'église Saint-Eustache et de l\'abbaye de Saint-Germain-des-Prés qui abritent une colonie d\'artistes provinciaux et étrangers.

En Provence, le triangle formé des villes d\'Aix, de Marseille et de Toulon est certainement, après Paris, le plus riche foyer d\'art français de l\'époque. Il s\'y élabore un art indépendant de très haute qualité. 



CARAVAGISME ET STYLE BAROQUE

• La génération des jeunes peintres français est marquée par le style du Caravage (la Diseuse de bonne aventure) : son naturalisme provoquant et révolutionnaire, son sens de sa mise en scène dramatique, la mise en valeur de la gestuelle et de la mimique de ses personnages.

L\'inspiration du maître italien traduit un changement d\'esprit. Non seulement le Caravage choisit ses modèles dans le peuple, mais encore il souligne avec réalisme leur aspect humble et prosaïque.

Il rompt ainsi avec les conventions expressives, idéalistes du sentiment religieux.

Enfin, le Caravage séduit et influence nombre d\'artistes par sa « manière brune ». Cette conception toute personnelle de la lumière se caractérise par une violente opposition entre un fond sombre et un premier plan fortement éclairé latéralement.

• C\'est à Rome, à la fin du xvie siècle et au début du xviie siècle, avec le Bernin (1598-1680), Borromini (1599-1667) ou Pierre de Cortone (1596-1669 ; palais Pamphili) que s\'affirment les principes du baroque : recherche du mouvement, place primordiale accordée à l\'émotion et au pathétique...

• La peinture privilégie les grandes compositions, les tourbillons de personnages, le trompe-l\'œil, les effets de perspective.

■ Tous les artistes français qui séjournent à Rome fréquentent les ateliers et les académies de peinture, se taillant une place de choix dans la vie artistique italienne, et sont influencés, voire imprégnés, du style baroque.





Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3200 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "La peinture française du xviie siècle (Exposé – Art – Collège/Lycée)" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit