avril 1997 dans le monde (histoire chronologique)

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< mars 1997 dans le monde (histoire chronologiq ... mai 1997 dans le monde (histoire chronologiqu ... >>


Partager

avril 1997 dans le monde (histoire chronologique)

Chronologie

Aperçu du corrigé : avril 1997 dans le monde (histoire chronologique)



Publié le : 6/12/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
avril 1997 dans le monde (histoire chronologique)
Zoom

POLITIQUE

La politique d\'immigration aux États-Unis

 

La nouvelle législation relative au contrôle des flux migratoires entre en vigueur. Visant en priorité les Mexicains et aggravant les sanctions prises à l’encontre des possesseurs de faux papiers, ces dispositions enveniment les relations entre Mexico et Washington alors que plus 3 000 personnes sont refoulées chaque jour à la frontière mexicaine.

Le processus de paix au Proche-Orient

 

Deux attentats-suicides sont commis dans la bande de Gaza. Le gouvernement israélien et l’Autorité palestinienne se renvoient la responsabilité de la montée des tensions. Le 3, le Djihad islamique, qui revendique ces attentats, annonce qu’il en commettra d’autres. Le 6, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou se rend à Washington mais, en raison de son intransigeance, la rencontre avec Bill Clinton se solde par un échec. De leur côté, les États-Unis rejettent la proposition israélienne d’organiser une conférence israélo-palestinienne, patronnée par Washington ct calquée sur le sommet de Camp David. Le 7, alors que la tension s’aggrave dans les territoires, deux instituts de recherche israéliens rendent publique une enquête qui traite de l’expulsion illégale de Palestiniens de Jérusalem.

La crise zaïroise

Le président Mobutu nomme comme Premier ministre Étienne Tshisekedi, chef de file de l’opposition, mais Laurent-Désiré Kabila rejette cette nomination ainsi que l’offre de participation au gouvernement. Le même jour, un rapport de l’ONU dénonce des massacres de réfugiés hutus perpétrés par les rebelles. Le 4, ces derniers atteignent le chef-lieu du Kasaï-Oriental et s’approchent de Lubumbashi. Les

avril

forces gouvernementales déposent les armes tandis que les négociations en vue d’un cessez-le-feu, qui ont lieu en Afrique du sud, piétinent. Le 8, le président Mobutu décrète l’état d’urgence sur l’ensemble du territoire mais il est désormais privé du soutien de ses anciens alliés occidentaux, qui le pressent de démissionner. Le 11, le général Likulia Bolongo forme un gouvernement de salut national. Le 23, le secrétaire général des Nations unies Kofi Annan exige de Laurent-Désiré Kabila qu’il contrôle ses troupes dans l’est du Zaïre, territoire auquel les organisations humanitaires ne peuvent plus accéder. Les rebelles rejettent toute responsabilité dans les massacres. Le 27, Kabila donne soixante jours au haut commissariat aux réfugiés pour rapatrier les réfugiés hutus rwandais de la région.

 

L\'élargissement de l\'Union européenne et de l\'OTAN 3 En visite à Prague, Jacques Chirac

 

plaide pour l’adhésion de la République tchèque à l’Union européenne avant l’an 2000, et soutient la candidature de ce pays à l’entrée dans l’OTAN.

L\'« affaire des écoutes » de l\'Elysée

3

Après la découverte de documents tendant à montrer que François Mitterrand, alors président de la République, était le commanditaire des écoutes pratiquées par la cellule antiterroriste de l’Élysée, le Premier ministre Alain Juppé refuse de lever le secret défense - comme le demande Gilles Ménage, ancien chef de cabinet de François Mitterrand et impliqué directement dans l’affaire, afin de pouvoir mieux se défendre - mais ordonne une enquête. Gilles Ménage décide néanmoins de s’affranchir de cette obligation et reconnaît le 11 que la cellule de l’Élysée avait mis sur écoute des journalistes parmi lesquels Edwy Plenel du Monde, un avocat et des écrivains dont Jean-Edern Hallier.

L\'Iran condamné pour terrorisme  Un tribunal de Berlin juge l’Iran - « au  plus haut sommet de l’Etat » - responsable du meurtre, en 1992, de quatre dirigeants de l’opposition kurde. Bonn décide de rappeler son ambassadeur et de suspendre le « dialogue critique » avec Téhéran. Les autres pays européens sont invités à faire de même et les États-Unis demandent des sanctions. Le 29, les ministres des Affaires étrangères des Quinze adoptent une position modérée.

Crise politique en Inde

11

Dix mois après son installation, le gouvernement de coalition dirigé par Deve Gowda doit démissionner à la

suite d’un vote de censure provoqué par le Parti du Congrès. Le 21, Inder Kumar Gujral, ministre des Affaires étrangères sortant, prête serment comme chef du gouvernement. La composition politique du cabinet reste identique. Le Parti du Congrès apporte son soutien sans participation. Le Premier ministre s’engage à poursuivre dans la voie des réformes libé-

rales choisie par l’Inde depuis la fin des années quatre-vingt.

La question des droits de l\'homme en Chine

15

La Chine réussit à échapper à une condamnation des Nations unies pour non-respect des droits de l’homme. La résolution proposée par le Danemark n’a pas été soutenue par la France ct l’Allemagne, et Pékin a pu faire voter une motion de « non-action « qui permet d’éviter tout débat.

Victoire de l\'opposition en Bulgarie

19

La coalition des partis de centre droit, menée par l’Union des forces démocratiques, remporte la majorité absolue des sièges aux élections législatives anticipées. Les ex-communistes n’en recueillent que 58 contre 125 dans la précédente Assemblée. Le nouveau gouvernement, dirigé par Ivan Kostov, se donne trois priorités : l’application d’un plan de rigueur économique drastique, la lutte contre la corruption et la poursuite des négociations en vue de l’entrée dans l’Union européenne.

Le Premier ministre israélien échappe au « Bibigate »

20

Faute de preuves suffisantes, la justice renonce à inculper Benyamin Netanyahou, compromis dans un scandale politico-judiciaire. Le Premier ministre était soupçonné par la presse ct par la police d’avoir « acheté » le soutien du parti Shass contre la levée de poursuites pour corruption engagées contre le chef de cette formation politique.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : avril 1997 dans le monde (histoire chronologique) Corrigé de 3614 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "avril 1997 dans le monde (histoire chronologique)" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



avril 1997 dans le monde (histoire chronologique)

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit