LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< EPICTETE: L'homme isolé >>
Partager

Sujet :

   Aussi longtemps [...] que les hommes agissent seulement par crainte, ils font ce qui est le plus contre leur volonté, et ne considèrent aucunement l'utilité et la nécessité de l'action, mais n'ont souci que de sauver leur tête et de ne pas s'exposer à subir un supplice. Bien plus, il leur est impossible de ne pas prendre plaisir au mal et au dommage du maître qui a pouvoir sur eux, fût-ce à leur grand détriment, de ne pas lui souhaiter du mal et lui en faire quand ils peuvent. Il n'est rien en outre que les hommes puissent moins souffrir qu'être asservis à leurs semblables et régis par eux. Rien de plus difficile enfin que de ravir aux hommes une liberté, après qu'on la leur a concédée. D'où suit premièrement que toute société doit, s'il est possible, instituer un pouvoir appartenant à la collectivité de façon que tous soient tenus d'obéir à eux-mêmes et non à leurs semblables ; [...] En second lieu, les lois devront être instituées en tout État de façon que les hommes soient contenus moins par la crainte que par l'espoir de quelque bien particulièrement désiré ; de la sorte chacun fera son office avec ardeur. Enfin, puisque l'obéissance constitue en ce qu'on exécute des commandements par soumission à la seule autorité du chef qui commande, on voit qu'elle n'a aucune place dans une société où le pouvoir appartient à tous et où les lois sont établies par le consentement commun. SPINOZA.

POUR DÉMARRER
 

 Spinoza dessine dans ce texte les fondements du pouvoir dans la société, fondements dont il exclut la crainte du pouvoir arbitraire d'un seul, pour lui substituer l'entente collective en vue d'un but profitable à tous. II idéalise ainsi quelque peu la notion d'autorité dans l'État.
 
 CONSEILS PRATIQUES
 

 Une structure très simple : une première partie décrit les inconvénients majeurs du pouvoir résidant uniquement dans la force et la crainte ; une deuxième partie indique trois caractères essentiels du pouvoir collectif. II n'y a pas de difficulté majeure d'explication de termes, mais ils sont très nombreux et demanderont donc un travail attentif et méthodique.
 
 BIBLIOGRAPHIE
 

 SPINOZA, Traité politique, Garnier-Flammarion.
 Traité théologico-politique, Garnier-Flammarion.
 Éthique, Garnier-Flammarion.

Corrigé non disponible

Le corrigé du sujet "" a obtenu la note de :
aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit