LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< PASCAL: La preuve et la coutume >>
Partager

Sujet :

   Les actes et la conduite d'un individu et d'un peuple peuvent être très modifiés par les dogmes, l'exemple et l'habitude. Mais les actes pris en eux-mêmes ne sont que de vaines images, il n'y a que la disposition d'esprit qui pousse aux actes, qui leur donne une importance morale. Celle-ci peut rester absolument la même, tout en ayant des manifestations extérieures entièrement différentes. Avec un degré égal de méchanceté, l'un peut mourir sur la roue, l'autre s'éteindre le plus paisiblement du monde au milieu des siens. Ce peut être le même degré de méchanceté qui s'exprime chez un peuple par des actes grossiers, meurtre, cannibalisme, chez un autre, au contraire, doucement et en miniature par des intrigues de cour, des oppressions et des ruses subtiles de toute sorte ; le fond des choses reste le même. On pourrait imaginer un Etat parfait, ou même peut-être un dogme inspirant une foi absolue en des récompenses et des peines après la mort, qui réussirait à empêcher tout crime : politiquement ce serait beaucoup, moralement on ne gagnerait rien, les actes seuls seraient enchaînés et non la volonté. Les actes pourraient être corrects, la volonté resterait pervertie. Arthur SCHOPENHAUER.

Arthur Schopenhauer est un philosophe allemand qui a été pendant longtemps méconnu. Pourtant il est l'un des premiers à avoir affirmé que l'essence de l'homme n'était pas à trouver dans son intelligence et sa raison, mais bien ,dans le fait qu'il veut, c'est à dire dans sa volonté. En effet Selon Schopenhauer c'est celle-ci qui le gouverne et le pousse à agir. Il est question dans ce texte de séparer les actes proprement dits de l'homme et sa volonté, sa disposition d'esprit. Là où pour beaucoup, ce ne sont pas les intentions qui sont importantes mais les actes, pour le philosophe allemand, c'est l'inverse. La morale donc ne doit pas juste se mesurer par les actes eux-mêmes, mais par l'activité et la nature de la volonté qui les commande.

 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • amelisa1357 le 01/11/2011 à 01H14
  • ***** le 11/12/2010 à 11H15
  • 150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit