LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Rousseau: Châtiment et Sévérité >>
Partager

Sujet :

   Quoique les fonctions du père de famille et du premier magistrat (1) doivent tendre au même but, c'est par des voies si différentes, leur devoir et leurs droits sont tellement distingués, qu'on ne peut les confondre sans se former de fausses idées des lois fondamentales de la société, et sans tomber dans des erreurs fatales au genre humain. En effet, si la voix de la nature est le meilleur conseil que doive écouter un bon père pour bien remplir ses devoirs, elle n'est pour le magistrat qu'un faux guide qui travaille à l'écarter des siens, et qui l'entraîne tôt ou tard à sa perte et à celle de l'État, s'il n'est retenu par la plus sublime vertu. La seule précaution nécessaire au père de famille est de se garantir de la dépravation, et d'empêcher que les inclinations naturelles ne se corrompent en lui ; mais ce sont elles qui corrompent le magistrat. Pour bien faire, le premier n'a qu'à consulter son coeur ; l'autre devient un traître au moment qu'il écoute le sien : sa raison même lui doit être suspecte, et il ne doit suivre d'autre règle que la raison publique qui est la loi. Aussi la nature a-t-elle fait une multitude de bons pères de famille ; mais il est douteux que depuis l'existence du monde, la sagesse humaine ait jamais fait dix hommes capables de gouverner leurs semblables. ROUSSEAU (1) le Chef de l'État.

articulation formelle du texte

« Quoique... C'est par des voies si... et leur devoir et leurs droits sont tellement... qu'on ne peut les confondre sans... et sans... En effet, si..., elle n'est pour le magistrat que... et qui... s'il... La seule précaution nécessaire au père de famille est de... et de... ; mais ce sont elles qui corrompent le magistrat. Pour bien faire, le premier n'a qu'à... ; l'autre devient un traître au moment qu'il écoute le sien... Aussi... mais ».

questions indicatives

Pourquoi, selon Rousseau, les « voies » (du père de famille et du magistrat) sont « si différentes, leur devoir et leurs droits sont tellement distingués qu'on ne peut les confondre sans... » ?

Comment comprenez-vous « mais ce sont elles (les inclinations naturelles) qui corrompent le magistrat » ?

Cette assertion est-elle justifiée dans le texte ? Si oui, comment ?

Qu'en pensez-vous ?

Comment comprenez-vous que « sa raison même lui doit être suspecte » ?

L'enjeu du texte est-il signalé (implicitement) dans la dernière phrase du texte et dans la première (ou ailleurs ?) ?

Le texte que nous avons à étudier, est extrait d'un article rédigé par Jean-Jacques Rousseau pour l'encyclopédie, consacré à l'économie, qui signifie selon lui le gouvernement de la maison. Il s'emploie ici à étudier comment doit être gérer et diriger la société. Pour ce faire, il revient sur les relations qu'entretiennent les chefs de l'état et les pères de famille. En effet, Aristote avait vu dans la cité le prolongement de la société naturelle, qu'est la famille. Il s'agit ici de savoir si on peut effectivement considérer une société, comme une grande famille. Il semble que Rousseau réponde dans ce texte par la négative. Ce qui doit diriger les actions du magistrat n'est pas de la même nature que les sentiments du père de famille. Pourquoi le chef de l'état ne doit pas se comporter en père de famille? Quelles sont les différences?

 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "" a obtenu la note de :
aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit