LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< >>
Partager

Sujet :

   Tout sentiment de peine est inséparable du désir de s'en délivrer ; toute idée de plaisir est inséparable du désir d'en jouir; tout désir suppose privation, et toutes les privations qu'on sent sont pénibles ; c'est donc dans la disproportion de nos désirs et de nos facultés que consiste notre misère. Un être sensible dont les facultés égaleraient les désirs, serait un être absolument heureux. En quoi donc consiste la sagesse humaine ou la route du vrai bonheur ? Ce n'est pas précisément à diminuer nos désirs ; car, s'ils étaient au-dessous de notre puissance, une partie de nos facultés resterait oisive, et nous ne jouirions pas de tout notre être. Ce n'est pas non plus à étendre nos facultés, car si nos désirs s'étendaient à la fois en plus grand rapport, nous n'en deviendrions que plus misérables : mais c'est à diminuer l'excès des désirs sur les facultés, et à mettre en égalité parfaite la puissance et la volonté. C'est alors seulement que, toutes les forces étant en action, l'âme cependant restera paisible, et que l'homme se trouvera bien ordonné. ROUSSEAU

analyse formelle du texte

« Tout sentiment de peine est inséparable du désir de ; toute idée de plaisir est inséparable du désir d'... tout désir suppose... et toutes les privations qu'on sent, sont... ; c'est donc dans la disproportion de... que... Un être sensible dont... serait... En quoi donc... Ce n'est pas précisément à... car, s'ils... Ce n'est pas non plus à... car si... : mais c'est... et à mettre en égalité parfaite la puissance et la volonté. C'est
alors seulement que... ».

questions indicatives

Comment comprenez-vous la conclusion (d'un raisonnement démonstratif ?) : « c'est donc dans la disproportion de nos désirs et de nos facultés que consiste notre misère » ?

* comment penser « facultés », ici ?
* et « misère » ?

Quel mode de raisonnement met en oeuvre J.-J. Rousseau pour tenter de prouver ce qu'il avance ? Qu'en pensez-vous (notamment en ce qui concerne le second paragraphe)? Y a-t-il « coup de force » à passer des notions de « facultés » et « désirs » aux notions de « puissance » et de « volonté » ? Qu'est-ce qu'être « bien ordonné » (en l'espèce) pour Rousseau ?
 

Éléments de l’introduction :

 

  • Rousseau aborde les thèmes du bonheur et de la sagesse.
  • Il répond au problème suivant : qu’est-ce que le bonheur et comment y parvenir ?
  • Il défend la thèse selon laquelle le bonheur réside dans l’égalité de nos facultés et de nos désirs. La sagesse qui y conduit consiste à régler le niveau ou la quantité de nos désirs sur celui de nos facultés, ou l’inverse, afin que celles-ci soient toujours en oeuvre.
  • (Plan du texte) L’argumentation s’articule en deux moments : le premier a pour fonction d’établir une définition du bonheur. Le second est l’examen d’hypothèses concernant la manière d’accéder à ce bonheur.

 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • lea1313-292868 le 15/11/2017 à 15H16
  • lurd96-197626 le 26/01/2013 à 26H15
  • Joma47389 le 28/11/2009 à 28H12
  • Adeline13369 le 10/12/2008 à 10H13
  • 150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit