LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
797 - Louis-Philippe a été surnommé :
A
le roi libéral
B
le roi bourgeois
C
le roi industriel
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : B


Les nouveautés du site

Le Tribunal révolutionnaire (1793-1795) - Une seule peine: la mort

Le 17 août 1792, une semaine après la prise des Tuileries, l'Assemblée crée un tribunal criminel extraordinaire; ce tribunal est dissous le 29 novembre 1792. Pourtant, à la fin de l'hiver 1793, les frontières sont menacées; la Vendée se révolte; des complots royalistes sont découverts: la patrie est de nouveau en danger. Aussi, le 10 mars 1793, la...

1 page - 1,80 ¤

Les lettres de cachet - Un symbole de l'absolutisme monarchique (1561-1790) - Histoire

Les ordres émanant directement du souverain et scellés de son sceau étaient dits, à l'origine, lettres closes, lettres de petit signet ou de petit cachet. L'expression lettre de cachet, qui a prévalu dans l'usage, apparaît, pour la première fois, dans l'ordonnance d'Orléans, en 1561. Les lettres au cachet du roi étaient utilisées pour la convocation des corps judiciaires...

2 pages - 1,80 ¤

Les noyades de Nantes (1793-1794)

Un aspect de la Terreur. En automne 1793, la France doit faire face à une situation militaire difficile; ses frontières sont menacées par l'Autriche et la Prusse; elle doit aussi réprimer la révolte royaliste des chouans, qui gagne non seulement la Vendée mais aussi tout l'ouest de la France. En octobre 1793, la Convention envoie à Nantes un révolutionnaire...

2 pages - 1,80 ¤

Le Comité de Salut public (1793-1795) - Une dictature intransigeante

Au printemps de 1793, la situation était grave: une coalition s'était formée contre la France; la Vendée se soulevait. Pour conjurer le péril intérieur et extérieur, la Convention créa un Comité de Salut public (6 avril 1793), qui apparut vite comme une puissance. Déjà, en octobre 1792, un Comité de sûreté générale avait été institué avec mission de...

1 page - 1,80 ¤

La Terreur (1793-1794) - La Révolution exaspérée

«Les têtes tombent comme des ardoises», constatait, au début de l'été de 1794, l'accusateur public Fouquier-Tinville, bien placé pour connaître la question puisqu'il fournissait chaque jour au bourreau son contingent de victimes. On a pu parler d'une première «Terreur» à propos des massacres de septembre 1792. En fait, l'ère de la Terreur ne se déclencha en France qu'un...

1 page - 1,80 ¤

La fête de l'Unité (10 août 1793) - La République «une et indivisible»

Dès son ouverture en septembre 1792. la Convention décide de promulguer une nouvelle Constitution dont le projet est préparé soigneusement et longuement. Cette Constitution de 1793, dite Constitution de l'an I, qui porte l'empreinte des idées de Robespierre et qui est placée sous l'invocation de l'Etre suprême, est ratifiée par la population de Paris qui, section par section,...

1 page - 1,80 ¤

Les quatre sergents de La Rochelle - Episode tristement célèbre de la flambée carbonariste

Le 21 septembre 1822, quatre jeunes sergents du 45e régiment de ligne, cantonné à La Rochelle, gravissent l'échafaud. Leur exécution suscite une intense émotion populaire. Par leur courage et leur abnégation, ces sous-officiers apparaissent comme de véritables martyrs, sacrifiés par leurs amis politiques et victimes d'un pouvoir sanguinaire. A travers les sergents de La Rochelle, on a voulu...

1 page - 1,80 ¤

1793: Les fusillades de Lyon - Un massacre organisé

En octobre 1793, la ville de Lyon, qui s'est révoltée, est reprise par les armées de la Convention dirigées par Dubois-Crancé. L'Assemblée y envoie alors deux représentants, Fouché et Collot d'Herbois, qui vont y faire régner la Terreur pendant plusieurs mois. En effet, irrités, les Conventionnels ont décidé de débaptiser la ville de Lyon et de l'appeler «Commune-Affranchie»,...

2 pages - 1,80 ¤

Les massacres de Septembre (1792): Des horreurs injustifiables

Le tocsin sonne à travers Paris terrifié. Depuis quelques jours, les mauvaises nouvelles affluent: les Austro-Prussiens déferlent sur le territoire, Longwy a capitulé et la place de Verdun est investie. Chacun veut se persuader que la France a été trahie. La colère populaire gronde contre les prêtres et les nobles. Le Comité de surveillance de la Commune attise...

3 pages - 1,80 ¤

Le 4 septembre 1870: Une «révolution» paisible

La «révolution» du 4 septembre 1870 a pu passer pour un coup de tonnerre dans un ciel bleu; Napoléon III n'a-t-il pas été largement plébiscité quatre mois plus tôt? En fait, depuis plusieurs années, des fissures apparaissent dans l'édifice impérial, dont les succès diplomatiques, économiques et militaires ont longtemps masqué les faiblesses: la guerre de Crimée (1854-1856) a...

1 page - 1,80 ¤

L'Assemblée législative (1er octobre 1791 -20 juin 1792) - Histoire

«La nouvelle Assemblée est mille fois plus mauvaise que l'ancienne», confiait à un proche Marie-Antoinette, évidemment partiale. Réunie le 1er octobre 1791 en vertu de la Constitution votée en septembre, l'Assemblée législative était composée d'hommes sans expérience politique. A droite s'installèrent les monarchistes constitutionnels, ou Feuillants; au centre, une masse d'«indépendants» aux opinions flottantes; à gauche, les «Brissotins»...

2 pages - 1,80 ¤

Le 10 aout 1792: La faillite de l'Ancien Régime

Louis XVI savait pertinemment qu'une attaque contre les Tuileries était imminente. Jamais insurrection ne fut préparée plus ouvertement que celle du 10 août 1792. Tout la laissait prévoir: la résistance de Louis XVI aux décrets de la Législative, l'échec de la manifestation du 20 juin, l'arrivée à Paris des fédérés bretons et marseillais, le refus de l'Assemblée de...

2 pages - 1,80 ¤

Le procès de Louis XVI (1792-1793)

On sacrifie un otage. Après la déchéance et l'emprisonnement de Louis XVI se pose la question de son éventuel procès. Selon la Constitution, le roi est inviolable et, par conséquent, ne peut être jugé; mais certains Conventionnels expliquent que sa mort est nécessaire au salut de la République; Robespierre soutient cette thèse dans un discours resté célèbre: «Il n'y...

1 page - 1,80 ¤

(septembre 1792 - 2 juin 1793)- Les Girondins

Du 21 septembre 1792 au 2 juin 1793, les Girondins constituent le parti modéré à la Convention. Ils ont 160 députés et viennent, pour la plupart, des départements du sud-ouest de la France, autour de la Gironde. Ils s'opposent très vite aux Montagnards qui représentent l'aile gauche de l'Assemblée et qui siègent sur les gradins supérieurs, d'où leur surnom....

2 pages - 1,80 ¤

Les Montagnards à la Convention

(1792-1794)Les députés montagnards forment ce que l'on appellerait, aujourd'hui, la gauche de la Convention; ils siègent sur les bancs les plus élevés de l'Assemblée, d'où leur nom; ils s'opposent aux Girondins, républicains modérés, qui représentent surtout la province. Car les Montagnards s'appuient, eux, sur le peuple de Paris, aux idées beaucoup plus avancées: la plupart d'entre eux ont,...

2 pages - 1,80 ¤

Les suspects (1792-1794): L'hystérie s'empare de la Révolution

«Il faut que nous allions chercher nos ennemis dans leurs tanières», proclamait, en pleine Terreur, Billaud-Varenne. Devant le danger d'invasion et pour éliminer les ennemis de l'intérieur, la Législative avait, en août 1792, confié la police de sûreté générale aux départements, districts et municipalités: dans chaque commune, des comités de surveillance (ou comités révolutionnaires) furent alors créés pour...

2 pages - 1,80 ¤

Le gouvernement de la Défense nationale - Les derniers soubresauts (4 septembre 1870-12 février 1871)

Le gouvernement de la Défense nationale est constitué à l'Hôtel de Ville, le 4 septembre 1870, aussitôt après la proclamation de la République par Gambetta. Présidé par le général Trochu, gouverneur militaire de Paris, il comprend notamment Jules Favre aux Affaires étrangères, Jules Simon à l'Instruction publique, Gambetta à l'Intérieur, Crémieux à la Justice, Picard aux Finances, le...

1 page - 1,80 ¤

Le cordonnier Simon

Beaucoup de légendes et de calomnies, dont les royalistes sont en grande partie responsables, ont été répandues sur le personnage de Simon qui garda quelques mois le jeune Louis XVII au Temple. On l'a accusé d'avoir été grossier, violent, brutal avec le petit dauphin, de l'avoir en fait martyrisé. Il semble que la vérité est quelque peu différente....

1 page - 1,80 ¤

La réaction nobiliaire à la fin de l'Ancien Régime

Politiquement bâillonnée par Louis XIV, l'ancienne noblesse se voyait de plus en plus supplantée par la bourgeoisie et cherchait à prendre sa revanche, à défendre ou à retrouver ses anciens privilèges. Les concessions maladroites de la monarchie ne firent qu'envenimer les antagonismes, à la veille de la Révolution....

1 page - 1,80 ¤

Antoine-Joseph Santerre (1752-1809) - Un brasseur devenu général

Fils d'un maître brasseur appartenant à la bourgeoisie riche et cultivée, Antoine-Joseph Santerre reçoit une bonne éducation. Il s'intéresse notamment à la chimie, dont il utilisera les ressources pour fabriquer certaines bières lorsqu'il succédera à son père au faubourg Saint-Antoine, Il perd sa femme en 1773, après un an de mariage, et se remarie en 1778. Ses affaires sont...

1 page - 1,80 ¤

Charles-François Lebrun, duc de Plaisance

Après avoir été incarcéré sous la Terreur ayant été jugé trop modéré, ce remarquable administrateur, juriste et financier, fut choisi comme troisième consul par Bonaparte et occupa des fonctions importantes sous l'Empire. C'est lui qui créa la Cour des Comptes. ...

1 page - 1,80 ¤

Barras (1755-1829): Un cynique manoeuvrier

«Vicomte rouge», «roi du Directoire» mais aussi «roi des pourris», tel apparaît Paul de Barras, né le 30 juin 1755 à Fox-Amphoux, près d'Aix, d'une famille de petite noblesse. Entré dans l'armée, il sert comme officier aux Indes, mais abandonne assez vite le métier des armes et gagne Paris. Là, il se lie avec Mirabeau, s'affilie à la...

2 pages - 1,80 ¤

La Révellière-Lépeaux

Député à la Convention, La Révellière-Lépeaux s'opposa à Robespierre et se cacha pendant la Terreur. Patriote et républicain sincère, il fit partie du Directoire et prépara le coup d'Etat du 18 Fructidor. Opposé à Napoléon, il n'accepta aucune fonction sous l'Empire. Député à la Convention Louis Marie de La Révellière-Lépeaux naquit à Montaigu, en Vendée. Fils d'un magistrat, il interrompit...

1 page - 1,80 ¤

Les paysans sous l'Ancien Régime (xvie - xviiie siècle)

Sous l'Ancien Régime, environ 85% de la population vit à la campagne. Les techniques n'ont guère changé depuis le Moyen Age. Les paysans riches, les laboureurs, sont peu nombreux. L'existence des autres paysans dépend de la récolte. Au XVIIIe siècle, des progrès commencent à apparaître. ...

1 page - 1,80 ¤

Le Collège de France

L'histoire de la pensée est inséparable de celle des institutions qui la soutiennent; celles-ci sont plus rares qu'on ne croit: création de son époque et de son milieu, portant la marque de son fondateur, le Collège de France est un symbole: le pouvoir agit au service du «perfectionnement» de l'esprit. On peut définir l'institution comme une association libre et...

1 page - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 939 940 941 942 943 944 945 946 947 948 949 950 951 952 953 954 955 956 957 958 959 960 961 962 963 964 965 966 967 968 969 970 971 972 973 974 975 976 977 978 979 980 981 982 983 984 985 986 987 988 989 990 991 992 993 994 995 996 997 998 999 1000 1001 1002 1003 1004 1005 1006 1007 1008 1009 1010 1011 1012 1013 1014 1015 1016 1017 1018 1019 1020 1021 1022 1023 1024 1025 1026 1027 1028 1029 1030 1031 1032 1033 1034 1035 1036 1037 1038 1039 1040 1041 1042 1043 1044 1045 1046 1047 1048 1049 1050 1051 1052 1053 1054 1055 1056 1057 1058 1059 1060 1061 1062 1063 1064 1065 1066 1067 1068 1069 1070 1071 1072 1073 1074 1075 1076 1077 1078 1079 1080 1081 1082 1083 1084 1085 1086 1087 1088 ... 1303 1304 1305 1306 1307 1308

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit