LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
796 - Charles x est un roi :
A
ultra
B
modéré
C
libéral
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : A


Les nouveautés du site

Le guet-apens de Bayonne

En 1808, pour combattre l'Angleterre, Napoléon veut s'emparer de l'Espagne dont il convoite les ressources et la position stratégique. Il souhaite pouvoir chasser la dynastie des Bourbons qui règne à Madrid depuis Philippe V, le petit-fils de Louis XIV, et il entend placer sur le trône d'Espagne un Bonaparte, son frère Joseph. L'occasion d'occuper militairement l'Espagne lui est...

1 page - 1,80 ¤

Le traité de Versailles (3 septembre 1783)

Les traités signés à Paris et à Versailles, en septembre 1783, entre la Grande-Bretagne et ses ennemis, États-Unis, France, Espagne et Hollande, mirent fin à la guerre d'Indépendance américaine. La France récupérait quelques territoires, l'Espagne reprenait la Floride et Minorque, mais les véritables vainqueurs furent les Américains. Les négociations. Le 19 octobre 1781, la prise de Yorktown, assiégée par Washington,...

1 page - 1,80 ¤

Les traités de Bâle (1795) - HISTOIRE

Par les traités de Bâle, signés en 1795 avec la Prusse et l'Espagne, la France révolutionnaire réussit à disloquer la première coalition. Elle consolidait ainsi ses frontières et rendait des troupes disponibles pour affronter ses deux grands adversaires, l'Autriche et l'Angleterre. Le traité avec la Prusse La France accordait une importance capitale aux négociations avec la...

2 pages - 1,80 ¤

La paix d'Aix-la-Chapelle

En 1747, la guerre de la Succession d'Autriche, dans laquelle la France est entrée en 1741, a perdu son but initial; la lassitude est générale. Déjà le duc de Cumberland et Maurice de Saxe ont ouvert des pourparlers. La conquête de la Belgique par les victoires de Fontenoy (1745), de Raucoux (1746) et de Lawfeld (1747) a mis...

2 pages - 1,80 ¤

La guerre de la Succession d'Autriche

L'héritage des Etats autrichiens a été garanti à l'archiduchesse Marie-Thérèse par l'acte solennel de la pragmatique sanction, reconnu en 1713 par les puissances européennes. En 1740, à la mort de son père Charles VI, la jeune souveraine Marie-Thérèse, âgée de 23 ans, voit Frédéric II de Prusse, les Electeurs de Bavière et de Saxe, les Bourbons d'Espagne et...

1 page - 1,80 ¤

Le traité de Sèvres

Le 11 novembre 1918, la Première Guerre mondiale se termine, après cinquante-deux mois de luttes harassantes; elle a coûté la vie à 9 millions de personnes, dont 1 390000 Français; elle entraîne la chute et le démembrement d'empires séculaires, comme celui des Ottomans. Le 31 octobre, l'armistice de Moudros livre l'«homme malade de l'Europe» aux ambitions occidentales: les...

1 page - 1,80 ¤

Le traité de Saint-Germain-en-Laye

Le 2 novembre 1918, un armistice est signé entre les Alliés et l'Autriche; le 12, l'empereur Charles Ier se retire, au profit d'un gouvernement des «Allemands d'Autriche». Au cours de l'été 1919, le nouveau chancelier Karl Renner arrive en France, à Saint-Germain-en-Laye, à la tête de la délégation qui doit traiter de la paix. Les conditions des vainqueurs sont...

1 page - 1,80 ¤

Le traité de Versailles

Les armistices de 1918 ont mis fin aux hostilités, mais cinq traités sont nécessaires pour consacrer officiellement la paix, dont celui de Versailles, entre les vainqueurs et l'Allemagne, Le 18 janvier 1919, une conférence réunit les Alliés à Paris. Clemenceau pour la France, Wilson pour les Etats-Unis, Lloyd George pour la Grande Bretagne, Orlando pour l'Italie, dominent les...

1 page - 1,80 ¤

Le traité de Neuilly - La Bulgarie perd la Macédoine - 1919

Le 5 octobre 1915, séduite par les succès des Empires centraux sur le front russe, la Bulgarie entre en guerre à leurs côtés; on lui promet en échange une grande partie de la Macédoine. La Serbie se trouve gravement menacée; pour venir en aide à leur Alliée, la France et la Grande-Bretagne décident d'envoyer à Salonique un corps...

1 page - 1,80 ¤

L'armistice de Rethondes - 11 novembre 1918 (Histoire)

«Fermé pour cause de Victoire». Avril 1917 a vu un premier fléchissement des Empires centraux, mais seuls les 14 points de Wilson (8 janvier 1918) précisent les buts de guerre des Alliés. Ceux-ci, dès avril 1918, grâce à leur commandement unifié, disposent d'une puissance de feu considérable: 211 divisions contre 181. Après la seconde bataille de la Marne, les...

1 page - 1,80 ¤

Les réparations

A la fin de la première guerre mondiale, l'Allemagne fut condamnée à payer une compensation pour les dommages dont elle fut rendue responsable. La France se montra intransigeante, contre l'avis des Anglais, plus accommodants. Les Allemands, affaiblis par une inflation catastrophique, ne payèrent qu'une faible partie des sommes prévues. Obstacles et retards Le traité de Versailles (juin 1919) avait obligé...

1 page - 1,80 ¤

Le traité de Trianon

A la fin de 1918,l'Autriche-Hongrie est en pleine désagrégation. Au début d'octobre, Polonais, Yougoslaves et Tchèques proclament leur indépendance. Wilson refuse de négocier avec l'Autriche-Hongrie en tant qu'empire; comme les Alliés, il se rallie à l'indépendance des peuples slaves. La victoire italienne de Vittorio Véneto ayant rendu indispensable la conclusion d'un armistice, ce dernier est signé à Villa...

1 page - 1,80 ¤

L'occupation de la Ruhr

Janvier 1923. Cinq divisions, trois françaises et deux belges, traversent la zone démilitarisée et occupent la Ruhr, base de la puissance industrielle allemande. En Europe et aux Etats-Unis, l'émotion est profonde. Raymond Poincaré, président du Conseil et ministre des Affaires étrangères, est à l'origine de ce geste fracassant, accompli en accord avec le président de la République, Millerand,...

1 page - 1,80 ¤

Les protocoles de Rome

Louis Barthou n'a pas eu le temps de consolider les alliances de son pays. Il est assassiné à Marseille, le 9 octobre 1934, alors qu'il accueille le roi Alexandre de Yougoslavie. Son successeur aux Affaires étrangères, Pierre Laval, bientôt président du Conseil, déclare poursuivre la même politique. En fait, il l'édulcore et tend progressivement à ménager l'Allemagne d'Hitler...

1 page - 1,80 ¤

Le traité de Locarno

Après le traité de Versailles de 1919, que l'Allemagne n'a pas vraiment accepté, après l'occupation de la Ruhr de 1923 et la question non résolue des réparations de guerre, après l'inflation qui s'est déchaînée en Allemagne au lendemain de sa défaite, une entente se révèle nécessaire entre les anciens belligérants pour éviter tout nouveau conflit mondial. Une conférence internationale...

1 page - 1,80 ¤

Les accords de Munich (29-30 septembre 1938)

L'Anschluss (annexion de l'Autriche) est le troisième coup de poker d'Hitler, après l'occupation de la Sarre et la militarisation de la Rhénanie. Devant la passivité des puissances occidentales, le Führer décide de s'en prendre à la Tchécoslovaquie, création artificielle (1918), où les minorités (Allemands, Hongrois, Ruthènes et Polonais) représentent le tiers de la population. Dès l'accession d'Hitler au...

1 page - 1,80 ¤

La crise rhénane

Le 2 mai 1935, la France signe avec l'URSS un traité d'assistance assez vague. De son côté, l'Allemagne a fini par accepter, au traité de Locarno, la démilitarisation de la Rhénanie imposée par le traité de Versailles. En échange, elle a été admise à la SDN et ses frontières ont été garanties. Le 27 février 1936, le Parlement...

1 page - 1,80 ¤

3 sept. 1939: la France entre en guerre

Le 23 août 1939, le pacte germano-soviétique détruit en Europe les derniers espoirs de paix. En France, beaucoup estiment qu'il est impossible de sauver la Pologne. Pourquoi donc faire la guerre? Pourquoi «mourir pour Dantzig»? L'opinion britannique réagit tout autrement: Londres maintient et même renforce ses liens avec Varsovie, ce qui amène Hitler, surpris et inquiet, à surseoir...

1 page - 1,80 ¤

La «drôle de guerre»

Le 1er septembre 1939, des «Polonais» — en fait des détenus allemands déguisés — attaquent l'émetteur de Gleiwitz: c'est le prétexte à l'invasion de la Pologne. Le même jour, la France décrète la mobilisation générale, mais ne déclare la guerre à l'Allemagne que le 3. Dès le début, les états-majors alliés prévoient un long conflit et le rôle dominant...

6 pages - 1,80 ¤

L'armistice du 22 juin 1940 (Histoire)

Le 22 juin 1940, vers 18 h 40, le général français Charles Huntziger et le général allemand Wilhelm Keitel apposent leurs noms au bas de l'acte d'armistice. C'est la conclusion du plus grand drame de l'histoire de France. Le 10 mai 1940, l'Allemagne envahit la Belgique et les Pays-Bas. Trois jours plus tard, le front français est percé...

1 page - 1,80 ¤

Montoire (24 octobre 1940) - Pétain

Dès son entrée en fonction, le maréchal Pétain comprend qu'il lui faut négocier un allégement des conditions d'armistice. Son principal ministre, Pierre Laval, trouve heureusement un interlocuteur bien disposé: c'est Otto Abetz, ambassadeur du Reich à Paris, beaucoup plus francophile que son entourage. Abetz rêve de réconcilier durablement l'Allemagne et la France; Laval va audacieusement à sa rencontre;...

1 page - 1,80 ¤

L'opération «Jéricho»

«Quand j'ai appris que l'attaque sur la prison d'Amiens avait fait 95 tués et 87 blessés, j'ai d'abord pensé que Ponchardier eût mieux fait de ne pas la susciter.» C'est le colonel Rémy qui parle. Le lecteur jugera. A la fin de l'année 1943, onze F.T.P.F. de la région de Mers-les-Bains ont été fusillés à la prison d'Amiens. Jean...

1 page - 1,80 ¤

Sigmaringen, lieu d'exil - Naufrage de la collaboration (1944-1945)

Le 6 juin 1944, les Alliés débarquent en Normandie. Grâce à eux et à la Résistance, la situation de l'armée allemande devient difficile puis, à partir du mois d'août, désespérée. Dès juin, Pétain, enfin convaincu de la défaite imminente de l'occupant, se prépare à transmettre le pouvoir au général de Gaulle, que ces avances laissent froid. Quant aux Allemands,...

1 page - 1,80 ¤

Baillis et sénéchaux - XIIe - XVe siècle

Sous le règne de Philippe-Auguste, la monarchie capétienne fit des progrès décisifs. Le roi sut imposer l'autorité royale dans son domaine en créant un corps de fonctionnaires, les baillis et sénéchaux, chargés de le représenter dans son domaine. Ce fut la première administration royale efficace. Des officiers royaux Jusqu'alors, le roi était représenté dans son domaine par des prévôts, chargés...

2 pages - 1,80 ¤

Le réveil de la royauté sous Louis VI

Louis VI est souvent considéré comme le premier des grands Capétiens. Il doit cette réputation flatteuse surtout à l'abbé de Saint-Denis Suger, son condisciple, son conseiller et son historiographe. Roi en 1108, Louis VI, surnommé le Gros, gouverne en fait depuis 1100, depuis la maladie de son père Philippe Ier. Dans le royaume, sa gestion est plutôt médiocre; il...

1 page - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 948 949 950 951 952 953 954 955 956 957 958 959 960 961 962 963 964 965 966 967 968 969 970 971 972 973 974 975 976 977 978 979 980 981 982 983 984 985 986 987 988 989 990 991 992 993 994 995 996 997 998 999 1000 1001 1002 1003 1004 1005 1006 1007 1008 1009 1010 1011 1012 1013 1014 1015 1016 1017 1018 1019 1020 1021 1022 1023 1024 1025 1026 1027 1028 1029 1030 1031 1032 1033 1034 1035 1036 1037 1038 1039 1040 1041 1042 1043 1044 1045 1046 1047 1048 1049 1050 1051 1052 1053 1054 1055 1056 1057 1058 1059 1060 1061 1062 1063 1064 1065 1066 1067 1068 1069 1070 1071 1072 1073 1074 1075 1076 1077 1078 1079 1080 1081 1082 1083 1084 1085 1086 1087 1088 1089 1090 1091 1092 1093 1094 1095 1096 1097 ... 1303 1304 1305 1306 1307 1308

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit