LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
596 - L'Etna est un volcan situé :
A
en Crête
B
en Sicile
C
à la Réunion
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : B


Les nouveautés du site

10 septembre 1855: LA PRISE DE SÉBASTOPOL

La chute de Sébastopol fut l'événement décisif de la guerre de Crimée, qui dura de mars 1854 à mars 1856. Le conflit avait débuté, comme dit Napoléon III, par une «querelle de moines» pour la possession des clés du Saint-Sépulcre, dispute entre orthodoxes soutenus par la Russie et catholiques appuyés par la France et la Grande-Bretagne, la Turquie...

1 page - 1,80 ¤

Juillet 1830: LES ORDONNANCES

«Le roi [...] fait les règlements et ordonnances nécessaires pour l'exécution des lois et la sûreté de l'Etat.» Ces derniers mots de l'article 14 de la Charte de 1814, abusivement interprétés par Charles X, allaient être à l'origine de la révolution de 1830. En fait, l'Etat ne courait pas de danger précis, mais la coexistence était difficile entre...

1 page - 1,80 ¤

LA CONQUÊTE DE L'ALGÉRIE

(1830- 1847) Une affaire embrouillée de fourniture de blé impayée est à l'origine des cent trente ans de présence française en Algérie. Le dey d'Alger s'estimait le créancier de la France et manifestait continuellement son irritation. Un jour de 1827, il donna ainsi publiquement au consul de France, Deval, le fameux coup d'éventail qui allait déclencher l'expédition d'Alger....

2 pages - 1,80 ¤

LA GUERRE D'ESPAGNE

(avril-novembre 1823) «Ce qui me fâche et m'inquiète dans tout ceci, aurait dit le maréchal Oudinot à la fin de l'expédition d'Espagne, c'est que ces gens-là croient avoir fait la guerre.» Et, de fait, ce fut plutôt une promenade militaire. En 1820, Ferdinand VU, bousculé par une insurrection libérale, avait mis au pouvoir des libéraux modérés et rétabli...

1 page - 1,80 ¤

LA MORT DE NAPOLÉON

(5 mai 1821) « L'adversité manquait à ma carrière. Grâce au malheur, on pourra me juger à nu », déclarait le proscrit de Sainte-Hélène. Tel Prométhée enchaîné sur son rocher, il subit en effet pendant près de six ans cette adversité qui devait servir sa légende. Bien que s'étant mis, après Waterloo et sa seconde abdication, sous la...

3 pages - 1,80 ¤

LES QUATRE SERGENTS DE LA ROCHELLE

«Vive la liberté !» crièrent tour à tour devant la guillotine, le 21 septembre 1822, les quatre sergents de La Rochelle, Bories, Goubin, Pommier et Raoulx, héros populaires de l'une des nombreuses conspirations fomentées sous la Restauration. Dès le retour des Bourbons, des groupements bonapartistes, républicains ou libéraux avaient commencé à comploter. Le mouvement prit un caractère plus...

2 pages - 1,80 ¤

ASSASSINAT DU DUC DE BERRY

(13 février 1820) «Le pied lui a glissé dans le sang.» La fameuse réflexion de Chateaubriand après la chute du ministre Decazes, le favori de Louis XVIII, traduit bien l'interprétation abusive que la droite ultra donna à un meurtre qui aurait dû être considéré comme un tragique fait divers. Le 13 février 1820, un ouvrier sellier, Louis Louvel,...

3 pages - 1,80 ¤

Août 1815-septembre 1816: LA «CHAMBRE INTROUVABLE»

«C'est une Chambre introuvable.» Le mot de Louis XVIII à l'annonce des résultats des élections d'août 1815 révélait plus d'inquiétude que de satisfaction. Car le roi, modéré, favorable à une politique de réconciliation, prévoyait les difficultés que cette Chambre, comprenant 370 députés «ultra-royalistes» sur 402, ferait à sa politique. Il désigna le duc de Richelieu, loyal et désintéressé,...

1 page - 1,80 ¤

1814-1815: LE CONGRÈS DE VIENNE

Après l'abdication de Napoléon et le traité de Paris (30 mai 1814) qui ramenait la France à ses limites de 1792, les vainqueurs décidèrent de se réunir, à Vienne, pour reconstruire l'Europe. En cet automne de 1814, l'empereur François invita dans sa sombre Hofburg ses frères couronnés, ainsi que leurs ministres. On vit ainsi arriver le tsar Alexandre,...

3 pages - 1,80 ¤

NAPOLEON A L'ILE D'ELBE

(4 mai 1814 - 26 février1815) Après la prise de Paris et son abdication sans condition, Napoléon avait contresigné la convention de Fontainebleau (11 avril 1814) par laquelle ses vainqueurs lui octroyaient la souveraineté de l'île d'Elbe. Embarqué à Fréjus sur la frégate anglaise Undaunted, l'exilé accosta le 4 mai à Portoferraio, où les Elbois l'acclamèrent. Dès le...

1 page - 1,80 ¤

LA CAMPAGNE DE FRANCE

(janvier-mars 1814) En octobre 1813, la défaite de Leipzig a fait perdre à Napoléon l'Allemagne. Les coalisés peuvent alors prendre l'offensive. A la fin de décembre, trois armées se concentrent sur le Rhin : en amont, les Autrichiens de Schwarzenberg, au centre, les Prussiens de Blücher, en aval les troupes de Bernadotte. Avec le renfort des Russes, des...

1 page - 1,80 ¤

1808-1813: LA GUERRE D'ESPAGNE

La guerre d'Espagne a été le gouffre où se sont englouties les meilleures troupes de Napoléon. Au début, pourtant, tout semble aisé. La monarchie espagnole est affaiblie par des querelles familiales. L'incapable Charles IV laisse gouverner Godoy, ambitieux favori de la reine, à la colère de l'héritier du trône, Ferdinand, prince des Asturies. L'Empereur va profiter de ces...

1 page - 1,80 ¤

LE BLOCUS CONTINENTAL

(1806) Depuis longtemps, Napoléon cherchait le moyen de mettre hors de combat l'Angleterre, qui continuait à financer les coalitions. La défaite de Trafalgar avait interdit toute attaque directe contre l'île, mais on pouvait atteindre l' «ennemie héréditaire» dans ses intérêts économiques, en ruinant son commerce et son industrie. L'idée n'était pas nouvelle. La Convention, puis le Directoire avaient...

2 pages - 1,80 ¤

AUSTERLITZ

(2 décembre 1805) «Quand j'aurai donné une leçon à l'Autriche, je reviendrai à mes projets», déclare Napoléon en apprenant, en août 1805, que les Autrichiens s'apprêtaient, avec l'appui des Russes, à attaquer la Bavière, alliée de la France. Renonçant — momentanément — à traverser la Manche, il fait «pirouetter» la Grande Armée du camp de Boulogne vers l'Alsace,...

1 page - 1,80 ¤

L'EXÉCUTION DU DUC D'ENGHIEN

L'exécution du duc d'Enghien servit à l'ascension de Bonaparte. Les jacobins virent avec plaisir que le Premier Consul avait coupé les ponts avec les Bourbons et n'hésitèrent plus à lui accorder l'hérédité du pouvoir. Dès 1803, à Londres, un complot avait été fomenté par Cadoudal en vue d'enlever le Premier Consul. Il fut éventé et Cadoudal, caché dans Paris,...

2 pages - 1,80 ¤

LE SACRE DE NAPOLEON

(2 décembre 1804) «J'ai trouvé une couronne dans le chenil, je l'ai nettoyée de ses ordures et l'ai placée sur ma tête», affirmait le soldat comblé devenue empereur. Napoléon n'avait pourtant pas repris la couronne des anciens rois. Fondateur de la quatrième race, il se prétendait successeur de Charlemagne. Comme Charlemagne, il voulait se faire couronner par le pape,...

6 pages - 1,80 ¤

LA PAIX D'AMIENS

(25 mars 1802) « L'espace qui sépare la Grande-Bretagne du continent n'est pas infranchissable », a déclaré très haut le Premier Consul. L'Angleterre est avertie : si elle refuse de traiter, elle risque l'invasion. Peu après le 18-Brumaire, Bonaparte a écrit au roi George III pour lui offrir la paix, mais le monarque a fait la sourde oreille. Pourtant,...

1 page - 1,80 ¤

LE CONCORDAT

(1801) «Comment avoir de l'ordre dans un État sans religion ?» s'exclama un jour le Premier Consul devant Roederer. Et il répétait à ses proches : «Il faut une religion pour le peuple.» Au début du Consulat, le schisme occasionné par la Constitution civile du clergé pesait toujours lourdement sur l'Église de France. Il fallait mettre fin à...

1 page - 1,80 ¤

LA CAMPAGNE D'ÉGYPTE

(1798-1801) «L'Europe est une taupinière, il n'y a jamais eu de grands empires qu'en Orient», a confié Bonaparte à son ami Bourrienne. Le mirage oriental exerce déjà sa fascination sur le jeune général. Lorsque celui-ci regagne Paris en décembre 1797, après la fulgurante campagne d'Italie, tous les Etats continentaux ont fait la paix : seule l'Angleterre reste en...

1 page - 1,80 ¤

LE COUP D'ÉTAT DE BRUMAIRE

(18-19 brumaire an VII, 9-10 novembre 1799) La France entière était mécontente. Depuis le dernier coup d'Etat ayant amené le départ forcé de deux directeurs (30 prairial an VII, 18 juin 1799), les Conseils, manoeuvrés par la gauche, avaient pris des mesures très impopulaire s (lois sur les otages, emprunt forcé), la chouannerie avait recommencé dans l'Ouest, des...

1 page - 1,80 ¤

LA CAMPAGNE D'ITALIE

(1796 - 1797) La campagne d'Italie a révélé au monde le génie militaire de Bonaparte. En 1795, le Directoire avait décidé que les armées de Jourdan et de Moreau iraient combattre les Autrichiens sur le Main et le Danube, tandis que Bonaparte attaquerait les Austro-Sardes dans la vallée du Pô. La nomination du protégé de Barras à la...

6 pages - 1,80 ¤

LE 13 VENDEMIAIRE AN IV

(5 octobre 1795) Les conventionnels s'inquiètent : conscients de leur impopularité grandissante, ils redoutent un coup de force royaliste. Sur le point de se séparer pour laisser la place au Directoire, l'Assemblée vient de décréter que les deux tiers des futurs membres du corps législatif seraient obligatoirement choisis parmi les députés sortants, ruinant ainsi les espoirs de la...

2 pages - 1,80 ¤

8 juin 1794: LA FÊTE DE L'ÊTRE SUPRÊME

Le jardin des Tuileries resplendit sous le soleil. Sur l'amphithéâtre dressé devant l'ancien palais des rois, banderoles et oriflammes flottent au vent, tandis que cinq cents députés empanachés de tricolore attendent debout l'arrivée de leur président : Robespierre. L'Incorruptible est en effet le héros de la fête. Il l'a organisée, réglée, minutée avec le peintre Louis David. Refusant...

1 page - 1,80 ¤

27 juillet 2794: LE 9 THERMIDOR

Avec le 9 thermidor an II, une page de la Révolution française a été tournée. Depuis la liquidation des «factions» (mars 1794), Robespierre semblait tout-puissant, mais l'opposition grandissait autour de lui. On l'accusait d'aspirer à la dictature. S'il pouvait compter sur ses amis Couthon et Saint-Just, il devinait, au Comité de salut public, l'hostilité de l'honnête Carnot ainsi...

2 pages - 1,80 ¤

1793- 1795: LE COMITE DE SALUT PUBLIC

Au printemps de 1793, la situation était grave : une coalition s'était formée contre la France, la Vendée se soulevait. Pour conjurer le péril intérieur et extérieur, la Convention créa un Comité de salut public (6 avril 1793), qui apparut vite comme une puissance. Déjà, en octobre 1792, un Comité de sûreté générale avait été institué avec mission...

1 page - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 1034 1035 1036 1037 1038 1039 1040 1041 1042 1043 1044 1045 1046 1047 1048 1049 1050 1051 1052 1053 1054 1055 1056 1057 1058 1059 1060 1061 1062 1063 1064 1065 1066 1067 1068 1069 1070 1071 1072 1073 1074 1075 1076 1077 1078 1079 1080 1081 1082 1083 1084 1085 1086 1087 1088 1089 1090 1091 1092 1093 1094 1095 1096 1097 1098 1099 1100 1101 1102 1103 1104 1105 1106 1107 1108 1109 1110 1111 1112 1113 1114 1115 1116 1117 1118 1119 1120 1121 1122 1123 1124 1125 1126 1127 1128 1129 1130 1131 1132 1133 1134 1135 1136 1137 1138 1139 1140 1141 1142 1143 1144 1145 1146 1147 1148 1149 1150 1151 1152 1153 1154 1155 1156 1157 1158 1159 1160 1161 1162 1163 1164 1165 1166 1167 1168 1169 1170 1171 1172 1173 1174 1175 1176 1177 1178 1179 1180 1181 1182 1183 ... 1299 1300 1301 1302 1303 1304

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit