LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
713 - Quel est le plus haut volcan en activité du monde ?
A
le Cerro Negro, au Nicaragua
B
la Montagne Pelée, à la Martinique
C
l'Antofalla, en Argentine
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : C


Les nouveautés du site

LA CHARTE DE 1814 - Histoire

(4 juin 1814) Lorsqu'il recouvra le trône de ses pères, Louis XVIII comprit que l'ère de l'absolutisme royal était révolue. Avant même son retour en France, le Sénat avait élaboré un schéma de Constitution que le comte d'Artois, nommé lieutenant général du royaume, s'était bien gardé d'accepter. Cependant, à son arrivée à Saint-Ouen, le roi reçut les représentants...

1 page - 1,80 ¤

LES CENT-JOURS (20 mars-28 juin 1815) - Histoire

«Le dénouement ne tardera pas trois mois», déclare Talleyrand lorsqu'il apprend le retour de Napoléon à Paris. La prédiction allait s'avérer exacte. Pourtant, l'aventure des Cent-Jours commence de façon triomphale. Enfui de l'île d'Elbe le 26 février 1815, l'Empereur débarque le ler mars au golfe Juan et entreprend aussitôt sa marche en avant. A Laffrey, les soldats envoyés...

6 pages - 1,80 ¤

10 novembre 1798-25 mars 1802: LE CONSULAT

Le coup d'Etat de Brumaire a balayé le Directoire et un plébiscite écrasant a approuvé l'installation du Consulat. Bonaparte, devenu Premier Consul, est maintenant maître de la France. Dominant ses deux collègues, Cambacérès et Lebrun, il concentre entre ses mains tout le pouvoir et pour montrer son autorité, s'installe aux Tuileries avec Joséphine. Une tâche difficile l'attend : clore...

1 page - 1,80 ¤

LA PREMIERE RESTAURATION

(avril 1814 - mars 1815) Le 3 mai 1814, les Parisiens voient arriver dans une calèche tirée par huit chevaux un gros homme vêtu d'un habit bleu et coiffé d'un énorme bicorne : le comte de Provence, devenu Louis XVIII grâce aux victoires des Alliés, retrouve sa capitale après vingt-quatre ans d'exil. Pour le vieux roi obèse et...

1 page - 1,80 ¤

LES ARMEMENTS (XVIe-XVIIe siècle)

Du XVIe au XVIIe siècle, les progrès des armements ont concerné essentiellement les armes à feu qui n'ont cessé de gagner en efficacité et de se diversifier. Les ingénieurs réussissent à maîtriser les effets de la poudre, à alléger les armes à feu, qui éclipsent progressivement les armes blanches. Au départ, l'infanterie dispose du mousquet, qui a succédé...

1 page - 1,80 ¤

LES POSSÉDÉES DE LOUDUN

En 1634, la petite ville de Loudun, près de Poitiers, défraye la chronique. Le Mercure français consacre un long article aux «possédées religieuses ursulines de Loudun» et annonce que, le 18 août, le curé de la paroisse Saint-Pierre, Urbain Grandier, a été brûlé vif sur la place Sainte-Croix pour crime de sorcellerie. Les débuts de l'affaire remontent à...

1 page - 1,80 ¤

LES DUELS

Au début du XVIIe siècle, la noblesse française connaît une véritable épidémie de duels. Sous les prétextes les plus futiles, on se provoque, on se bat, on se tue et comme la tradition veut que les témoins participent au combat, cette épidémie se traduit par une véritable hécatombe. D'après le journal de L'Estoile, quatre mille gentilshommes auraient trouvé la...

1 page - 1,80 ¤

LA «GAZETTE» DE RENAUDOT

S'il n'a pas inventé la presse périodique, Théophraste Renaudot peut pourtant être considéré comme l'ancêtre du journalisme français. Sa fameuse Gazette commença de paraître en mai 1631. Au début du moins, cette feuille, ignorant les affaires françaises, s'intéressait surtout aux nouvelles de Constantinople, Rome, Venise, Vienne, Amsterdam ou Anvers. Les lecteurs durent attendre le sixième numéro pour trouver...

2 pages - 1,80 ¤

LA COUR DE LOUIS XIV

" Sire, voici l'heure ! " Le premier valet de chambre du roi l'éveille vers 8 heures et ouvre la porte aux autres visiteurs. Viennent alors les grandes entrées, réservées aux membres de la famille royale et à quelques privilégiés pour le petit lever, suivies des secondes entrées, puis de l'entrée des gens de qualité. La journée de...

1 page - 1,80 ¤

LE MÉCÉNAT ROYAL

Déjà apparu sous les Valois, le mécénat royal connaît son apogée au XVIIe siècle avec Louis XIV. Les écrivains, les artistes, les savants trouvent en lui un protecteur éclairé. Il les pensionne, mais il les soutient moralement aussi, sans sacrifier leur indépendance, comme on le voit avec un Molière, par exemple. Par goût, le roi aime les bâtiments,...

1 page - 1,80 ¤

VERSAILLES au XVIIe siècle

Le 6 mai 1682, un cortège de carrosses, fit son apparition à Versailles. Louis XIV avait décidé d'y installer définitivement la cour et les bureaux du gouvernement. Depuis des années, le jeune roi suivait avec une attention minutieuse la création, qui allait être la plus extraordinaire réussite architecturale moderne, de ce véritable miroir de l'esprit-classique, où les perspectives...

2 pages - 1,80 ¤

LES MANUFACTURES (sous Louis XIV)

«Ce qu'il y a de mieux dans toutes les parties du monde se fabrique actuellement en France et telle est la vogue de ces produits que, de toutes parts, affluent les commandes pour s'en fournir», notait, en 1668, l'ambassadeur de Venise. Cette réussite était l'oeuvre de Colbert. Pendant vingt ans, ce ministre travailla à l'essor de l'industrie française....

2 pages - 1,80 ¤

LES COMPAGNIES DE COMMERCE AU XVIIe

Pour assurer la richesse du royaume, sous Louis XIV, il ne suffisait pas de protéger les manufactures et les fabriques : il fallait favoriser la vente des produits en France comme à l'étranger. Le «colbertisme» donna au commerce un grand élan. A l'intérieur des frontières, Colbert améliora les voies de communication, fit construire des routes, creuser des...

1 page - 1,80 ¤

L'HÔPITAL GÉNÉRAL

(1657) Au milieu du XVIIe siècle, le problème de la misère reste au coeur de la société française. En raison des mauvaises récoltes, des épidémies, des troubles de la Fronde, des milliers de mendiants envahissent les villes, Paris en particulier. Mettant à profit la faiblesse des effectifs de la police, ils dominent certains quartiers, ont leurs «cours», élisent...

1 page - 1,80 ¤

LA COUR DES MIRACLES

Les invasions et les guerres ont toujours amené des cortèges de vagabonds, de larrons, voire de meurtriers. Certains se bornaient à mendier. Pour apitoyer le public, ils se déguisaient en manchots, en aveugles ou en culs-de-jatte, ou encore simulaient des blessures. D'autres étaient passés maîtres dans l'art de voler à la tire, de forcer des troncs d'église, de...

1 page - 1,80 ¤

PROGRÈS SCIENTIFIQUES (Les sciences au XVIIIe siècle)

Au XVIIIe siècle, les progrès scientifiques se manifestent par des découvertes retentissantes, souvent suivies des premières grandes applications pratiques. Plusieurs facteurs favorisent cet indiscutable essor. La plupart des philosophes, comme d'Alembert, Montesquieu, Voltaire, s'intéressent aux sciences. Nombre de nobles, de grands bourgeois se font installer des laboratoires. Les foyers d'études scientifiques se multiplient et de grandes écoles d'application...

1 page - 1,80 ¤

LES PROGRÈS TECHNIQUES AU 18e siècle

Pendant la seconde moitié du XVIIIe siècle, d'importantes découvertes techniques annoncent la révolution industrielle et un bouleversement des conditions d'existence. Ces découvertes précèdent les recherches scientifiques menées dans la thermodynamique et la chimie. La machine à vapeur, inventée par Newcomen et mise au point par Watt, tient une place de choix. En France, ses applications dans l'industrie sont...

1 page - 1,80 ¤

LE STYLE LOUIS XV

Dès le début du XVIIIe siècle, une réaction se manifeste dans le domaine artistique. Elle va se faire sentir pendant tout le règne de Louis XV et jusqu'à la Révolution. Les arts se détachent du grandiose et se libèrent de l'influence de l'État et de toute doctrine officielle. Ce sont, désormais, les particuliers, nobles ou bourgeois enrichis -...

2 pages - 1,80 ¤

LES TROIS ORDRES : LA NOBLESSE

«Noblesse, fortune, un rang, des places, tout cela vous rend fier ! Qu'avez-vous fait pour tant de biens ? Vous vous êtes donné la peine de naître !» Par la bouche de Figaro, Beaumarchais fustigeait ainsi les aristocrates, dont il jugeait les privilèges immérités, la morgue inadmissible. Second ordre de la nation, la noblesse (qui comptait à peine...

2 pages - 1,80 ¤

LES TROIS ORDRES : LE CLERGÉ

Le 4 mai 1789, veille de l'ouverture des états généraux, une grande procession se déroule dans les rues de Versailles. Derrière le tiers et la noblesse avancent les prélats aux soutanes rouges et violettes, suivis de la masse des curés. Le premier des trois ordres du royaume est représenté aux états par près de 300 ecclésiastiques. En cette...

1 page - 1,80 ¤

LA PRESSE SOUS LA RÉVOLUTION

(1789-1799) La liberté de la presse, proclamée dans la Déclaration des droits de l'homme, fut une des grandes conquêtes de la Révolution. Avant 1789, quatre grands journaux politiques existaient dans le royaume : la Gazette de France, le Mercure de France, le Journal de Paris et le Journal de la France, les deux derniers étant des quotidiens. Dès...

1 page - 1,80 ¤

L'ABOLITION DES PRIVILÈGES

(4-5 août 1789) Cette nuit du 4 août, Rivarol devait l'appeler «la Saint-Barthélemy des propriétés». L'exagération du polémiste est manifeste, mais les contemporains ont bien compris l'importance des décisions prises cette nuit-là. ' Comment les députés ont-ils été amenés à sacrifier des privilèges séculaires ? Depuis le milieu de juillet 1789, une incompréhensible panique, la «grande peur» ,...

1 page - 1,80 ¤

LES DÉPARTEMENTS en 1790

(15 février 1790). Sous l'Ancien Régime, le royaume était composé de diverses provinces mais ces divisions n'avaient pas de valeur sur le plan administratif : seules comptaient les intendances (ou généralités), subdivisées en bailliages (ou élections) dont les limites étaient parfois bizarrement tracées. L'ensemble était peu cohérent et les cahiers de doléances demandèrent des réformes. La Constituante étudia...

1 page - 1,80 ¤

«LA MARSEILLAISE» ET LE DRAPEAU TRICOLORE

Le Chant de guerre pour l'armée du Rhin, demandé par le maire de Strasbourg Dietrich, sur le désir du général Kellermann, au capitaine du génie Rouget de Lisle, poète et musicien à ses heures, fut composé par celui-ci à Strasbourg en avril 1792 et chanté chez Dietrich, où il obtint un succès inouï. Le dimanche suivant, 29 avril,...

1 page - 1,80 ¤

LE FRANC GERMINAL

(28 mars 1803). Au lendemain de Brumaire, Bonaparte trouva les caisses vides. Les fonctionnaires n'étaient plus payés, le public se méfiait du papier-monnaie, discrédité par les assignats. Avec l'aide de Gaudin, le Premier Consul travailla à redresser la situation financière. Il obtint une avance des banquiers, réorganisa le système des contributions et créa une banque d'émission, la Banque...

2 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 1043 1044 1045 1046 1047 1048 1049 1050 1051 1052 1053 1054 1055 1056 1057 1058 1059 1060 1061 1062 1063 1064 1065 1066 1067 1068 1069 1070 1071 1072 1073 1074 1075 1076 1077 1078 1079 1080 1081 1082 1083 1084 1085 1086 1087 1088 1089 1090 1091 1092 1093 1094 1095 1096 1097 1098 1099 1100 1101 1102 1103 1104 1105 1106 1107 1108 1109 1110 1111 1112 1113 1114 1115 1116 1117 1118 1119 1120 1121 1122 1123 1124 1125 1126 1127 1128 1129 1130 1131 1132 1133 1134 1135 1136 1137 1138 1139 1140 1141 1142 1143 1144 1145 1146 1147 1148 1149 1150 1151 1152 1153 1154 1155 1156 1157 1158 1159 1160 1161 1162 1163 1164 1165 1166 1167 1168 1169 1170 1171 1172 1173 1174 1175 1176 1177 1178 1179 1180 1181 1182 1183 1184 1185 1186 1187 1188 1189 1190 1191 1192 ... 1301 1302 1303 1304 1305 1306

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit