LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
743 - En combien de Landers est divisée l'Allemagne ?
A
5
B
11
C
16
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : C


Les nouveautés du site

La France et « l'ancien régime »

||   Au XVIIIe siècle, de grands penseurs et de grands écrivains ont vécu en France. Les «lumières« dont bénéficia l’Europe occidentale seraient restées bien vacillantes sans l’apport français. Mais, du point de vue social, économique et politique, la France se sclérosait et ne faisait plus aucun progrès. Les trois classes, le clergé, la noblesse et le tiers état, étaient encore très cloisonnées. Les corporations et le...

2 pages - 1,80 ¤

La guerre d'indépendance américaine

||   L’Angleterre sortit fortement endettée de la guerre de Sept Ans (1756-1763). Comme les colons américains étaient les premiers bénéficiaires de cette guerre, le gouvernement londonien décida de les taxer et de consacrer le bénéfice de ces impôts à réduire la dette anglaise. Ces impôts nouveaux furent créés sans que les principaux intéressés, les colons, n’eussent été consultés. Or, comme les impôts devaient être soumis à...

2 pages - 1,80 ¤

La Grande-Bretagne à la conquête des mers

|| Lorsque le stathouder-roi Guillaume III mourut en 1702, sa belle-soeur, Anne Stuart (1665-1714), lui succéda. En 1707, elle réunit l’Ecosse et l’Angleterre sous une même couronne, grâce aux habiles manoeuvres du ministre Godolphin, qui se montra d’excellent conseil en bien des domaines. Gibraltar et Minorque furent rattachées à l’Angleterre après la guerre de Succession d’Espagne. En 1710, le ministère de Godolphin tomba, partiellement par la faute...

2 pages - 1,80 ¤

La montée de la Prusse

||   L’Electeur du Brandebourg, Frédéric III (1657-1713), reçut en 1701 le titre de roi de Prusse. Ce titre lui fut attribué par l’empereur d’Autriche Léopold Ier, en récompense de sa prise de position dans la guerre de Succession d’Espagne. Il devint roi de Prusse sous le nom de Frédéric Ier. Il abandonna le nom de Brandebourg, car il n’était que «électeur« de ce territoire. Son fils,...

2 pages - 1,80 ¤

La décadence des Provinces-Unies

|| Après le décès inopiné du stathouder Guillaume II en 1650, les provinces de Hollande, Zélande, Utrecht, Gueldre et Overijssel décidèrent d’abolir le stathoudérat. Les provinces du nord avaient leur propre stathouder, issu de la famille des Friso, qui descendait de Guillaume Ier, le «Père de la Patrie«. Mais les provinces qui avaient aboli le stathoudérat ne prospérèrent pas. En 1672, année particulièrement défavorable aux Provinces-Unies,...

2 pages - 1,80 ¤

Les développements culturels du XIXe siècle

||   Les bouleversements qui s’étaient amorcés au XVIIIe siècle, notamment sous l’influence de Rousseau, s’accentuèrent au XIXe siècle. Le grand courant qui influença les arts et la pensée à cette époque s’appelle le romantisme. Le romantisme et l’explosion de sentimentalisme qui l’accompagnait apportèrent une sorte de recul devant la réalité. On essaya de pallier cet état de chose en voyageant, en étudiant les phénomènes surnaturels et...

2 pages - 1,80 ¤

La formation des alliances (XIXe siècle)

|| Après la victoire de l’Allemagne sur la France, en 1870, Bismarck, qui était devenu chancelier, se demanda comment contenir la France qui espérait sa revanche. Si elle réussissait à battre l’Allemagne au cours de nouveaux affrontements, l’unité allemande serait menacée. Bismarck estima donc qu’il fallait à tout prix empêcher une alliance de la France avec d’autres pays. De son côté, il se rapprocha de l’Autriche...

2 pages - 1,80 ¤

L'impérialisme moderne

||   Au cours du XVIIIe siècle, la France avait dû céder une grande partie de ses territoires d’outre-mer à l’Angleterre. A partir de 1800, elle essaya de compenser ses pertes par l’acquisition de nouvelles colonies. Cette politique expansionniste débuta en 1830 par la prise d’Alger. A partir de cette base, les Français occupèrent graduellement toute l’Algérie et créèrent aussi entièrement le canal de Suez (1859-1869), qui...

2 pages - 1,80 ¤

Les Etats-Unis d'Amérique au XIXe siècle

||   A l’issue de la guerre d’indépendance, les Etats-Unis d’Amérique du Nord comptaient treize Etats. Ils étaient tous situés le long de la côte orientale, les territoires entourant le Mississippi n’étant pas encore divisés en Etats. Ces territoires étaient cependant gérés par l’Union, c’est-à-dire par l’ensemble des Etats reconnus. Les Etats-Unis se développèrent continuellement. En 1803, ils rachetèrent la Louisiane à la France. En 1819, la...

2 pages - 1,80 ¤

L'unité allemande

Le parlement de Francfort n’avait pas été une réussite, mais le roi de Prusse continua, malgré tout, à prendre des contacts en vue de réaliser l’unité allemande. Il voulait réunir les différentes principautés allemandes, mais aussi l’Autriche et former ainsi une grande confédération d’Etats. L’Autriche ne marqua pas son accord à ces projets, ce qui obligea la Prusse à faire marche arrière. Guillaume Ier devint...

2 pages - 1,80 ¤

L'unité italienne

||   Différentes tentatives d’unification du pays éclatèrent en Italie en 1820, 1830 et 1848, mais, à chaque fois, elles furent opprimées par les troupes autrichiennes. Les Italiens comprirent peu à peu qu’ils n’arriveraient jamais à unifier leur pays sans aide extérieure. C’est pour cette raison que Cavour, ministre italien et président du conseil, décida de faire participer la Sardaigne à la guerre de Crimée. Napoléon III,...

1 page - 1,80 ¤

La guerre de Crimée

||   La Russie n’avait pas eu à souffrir des remous que la révolution de Février avait communiqués à toute l’Europe. Le tsar Nicolas Ier se sentit donc assez fort, en 1853, pour s’attaquer à la Turquie et s’approprier le passage du Bosphore et des Dardanelles. Le seul pays dont la Russie craignait la réaction était la Grande-Bretagne. En 1853, Nicolas convoqua donc l’ambassadeur de ce...

2 pages - 1,80 ¤

L'Angleterre, l'Autriche et la Russie au XIXe siècle

||   L’Angleterre n’avait que peu souffert du blocus continental que Napoléon lui avait imposé. Elle avait trouvé de nouveaux débouchés pour ses produits, et son industrie continua à se développer comme par le passé. Au XIXe siècle, l’Angleterre était la nation la plus puissante au monde: son économie était incomparable, sa flotte redoutable et composée de nombreuses unités, ses possessions coloniales étendues. Et, pourtant, l’Angleterre, l’Ecosse, le...

2 pages - 1,80 ¤

La révolution de Février

||   L’accession de Louis-Philippe d’Orléans au trône de France, en 1830, était une éclatante victoire pour les bourgeois. La Constitution, ou Charte, fut modifiée suivant les idées libérales: le peuple put intervenir dans la gestion de l’Etat, cependant que la liberté de la presse et de l’enseignement était rétablie, et le droit de vote légèrement élargi. Mais les républicains et les libéraux radicaux trouvèrent ces réformes...

2 pages - 1,80 ¤

La révolution industrielle et le socialisme

|| Depuis 1750, l’Angleterre était le théâtre d’une révolution technique et économique sans précédent dans l’histoire. Cette révolution fut rendue possible par la richesse du sous-sol anglais, qui regorgeait de charbon et de fer. D’autre part, il y avait en Angleterre toute une classe de riches marchands et de propriétaires terriens, qui cherchaient à investir leur argent dans l’industrie. Le troisième... ||...

2 pages - 1,80 ¤

La révolution de Juillet de l'an 1830 (histoire)

|| Louis XVIII (1814-1824), qui accéda au trône après le départ de Napoléon, comprit qu’un retour au pouvoir absolu n’était plus à envisager. Il introduisit donc en France une charte, ou constitution, qui ne reconnaissait pas le principe de la participation du peuple au pouvoir, mais prévoyait cependant une représentation composée de quelques riches bourgeois et propriétaires terriens. Cet embryon de «parlement« avait le droit de...

2 pages - 1,80 ¤

Tentatives de retour à l'Ancien Régime

|| Lorsque Napoléon Ier perdit sa couronne en 1814, Louis XVIII devint roi de France. Il était le symbole de la Restauration, du retour à l’Ancien Régime, auquel aspiraient les souverains européens. Le Congrès de Vienne, qui avait été créé pour mettre de l’ordre dans les affaires de l’Europe après la disparition de Napoléon de la scène politique, était placé sous le signe de la...

2 pages - 1,80 ¤

Napoléon empereur

|| Bonaparte avait des pouvoirs étendus comme premier consul. Il les utilisa tout d’abord pour repousser les ennemis extérieurs, qui tentaient d’envahir le territoire français. A grand-peine, il parvint, en 1800, à faire passer le Grand-Saint-Bemard à son armée. Il remporta une brillante victoire à Marengo, et conclut l’année suivante la paix de Lunéville. En 1802, il signa celle d’Amiens avec l’Angleterre. Comme le Rhin formait une...

2 pages - 1,80 ¤

La Terreur, la guerre et le Consulat

|| En 1791, Louis XVI avait reconnu la Constitution et avait juré de la respecter, mais, en fait, il n’adhérait nullement à ses principes. Il usa cependant à plusieurs reprises du droit de veto que la Constitution lui accordait, pour marquer son désaccord sur les décisions prises par PAssemblée législative. En 1792, une guerre opposa la France à l’Autriche et à la Prusse. Comme la...

2 pages - 1,80 ¤

La France, une terre d’immigration au XXème siècle

|| Plan : I Pourquoi l’immigration est-elle une nécessité précoce en France ? - pour des raisons démographiques à la Belle époque et dans les années 1920 (faible dynamisme démographique) Fin XIXème croissance économique manque de main d’œuvre en raison d’un faible taux de natalité (effet malthusien) et les effets de la première guerre mondiale (déséquilibre des sexes et classes creuses)   - Pour des raisons...

1 page - 1,80 ¤

Le despotisme éclairé

Les idées qui caractérisèrent le siècle des lumières n’influencèrent pas uniquement la bourgeoisie aisée et la noblesse. De nombreux souverains absolus adhérèrent également à ce courant de pensée. Entre 1740 et 1790, l’Europe fut gouvernée par un certain nombre de despotes éclairés ou de souverains absolus éclairés. Ils ne prétendaient plus avoir reçu leur pouvoir absolu de Dieu, mais avançaient qu’il était utile et raisonnable...

2 pages - 1,80 ¤

L'Angleterre, la France et la Réforme

||   Le règne du roi de France, François Ier (1494-1547), fut dominé par les innombrables conflits qui l’opposèrent à Charles Quint. Non moins de quatre guerres dressèrent les deux souverains l’un contre l’autre, de 1521 à 1544. Au cours de ces affrontements, François Ier fut parfois soutenu par le roi d’Angleterre, Henri VIII (1491-1547), puis par les Turcs et par les protestants allemands. Mais François Ier,...

1 page - 1,80 ¤

L'empire des Habsbourg

|| La famille qui possédait le château de Habsbourg, en Suisse, non loin du Rhin, affirma sa puissance tout au cours des siècles. Au XIIIe siècle, un membre de cette famille, Rodolphe Ier (1218-1291), devint empereur d’Allemagne à la mort de son père. D’autre part, il réussit à annexer les duchés d’Autriche et de Styrie. Il perdit cependant certains cantons suisses, mais ses acquisitions étaient de...

2 pages - 1,80 ¤

L'équilibre des forces en Europe occidentale

  La révolution anglaise de 1688 avait été à l’origine de l’alliance de deux grandes puissances maritimes européennes, l’Angleterre et les Provinces-Unies. Cette alliance se poursuivra jusqu’en 1784. Guillaume III marqua profondément la politique européenne. Il chercha à entraver un développement intempestif des grandes puissances, et à sauvegarder l’indépendance des petites puissances, arrivant ainsi à un équilibre des forces en Europe occidentale. Louis XIV constituait le plus...

2 pages - 1,80 ¤

La révolution anglaise de 1688 (Histoire)

||   Les parlementaires anglais n’acceptaient pas volontiers l’amitié qu’entretenait leur roi Charles II (1630-1685) avec Louis XIV, le roi de France. Comme ces rapprochements avec une monarchie catholique ne leur convenaient nullement, ils contraignirent leur souverain à adhérer en 1673 au Test Act, dirigé contre les catholiques. Cette loi prévoyait l’éviction des mandats officiels de toute personne qui n’adhérait pas à PEglise anglicane (elle devait se...

2 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 1083 1084 1085 1086 1087 1088 1089 1090 1091 1092 1093 1094 1095 1096 1097 1098 1099 1100 1101 1102 1103 1104 1105 1106 1107 1108 1109 1110 1111 1112 1113 1114 1115 1116 1117 1118 1119 1120 1121 1122 1123 1124 1125 1126 1127 1128 1129 1130 1131 1132 1133 1134 1135 1136 1137 1138 1139 1140 1141 1142 1143 1144 1145 1146 1147 1148 1149 1150 1151 1152 1153 1154 1155 1156 1157 1158 1159 1160 1161 1162 1163 1164 1165 1166 1167 1168 1169 1170 1171 1172 1173 1174 1175 1176 1177 1178 1179 1180 1181 1182 1183 1184 1185 1186 1187 1188 1189 1190 1191 1192 1193 1194 1195 1196 1197 1198 1199 1200 1201 1202 1203 1204 1205 1206 1207 1208 1209 1210 1211 1212 1213 1214 1215 1216 1217 1218 1219 1220 1221 1222 1223 1224 1225 1226 1227 1228 1229 1230 1231 1232 ... 1301 1302 1303 1304 1305 1306

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit