LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
464 - La Déclaration d 'indépendance américaine date du :
A
2 septembre 1 679
B
4 juillet 1 776
C
26 août 1 789
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : B


Les nouveautés du site

La Commune

La Commune de 1871 est une insurrection républicaine déclenchée par les erreurs du gouvernement. Paris se plaint de la misère (la solde des gardes nationaux est supprimée alors que le travail ne reprend pas ; de plus, le moratoire suspendant le paiement des loyers et des effets de commerce est supprimé), de n'être plus capitale (l'Assemblée s'installe à...

3 pages - 1,80 ¤

L'Assemblée Nationale (1871-1875) - Histoire

Élue en février 1871, l'Assemblée Nationale est composée en majorité de royalistes, les républicains ayant déplu aux électeurs en réclamant la poursuite de la guerre. Mais les royalistes sont divisés : les légitimistes soutiennent le comte de Chambord, les orléanistes le comte de Paris. Aussi Thiers est-il chargé du pouvoir exécutif, à condition d'être neutre entre les partis...

1 page - 1,80 ¤

Les grandes périodes de la Troisième République.

Proclamée le 4 septembre 1870 à l'Hôtel de Ville de Paris, la République s'organise et s'installe avec difficulté en raison de la continuation de la guerre (jusqu'en février 1871) et des méfiances d'une partie de l'opinion et des classes dirigeantes à l'égard du nouveau régime. Le GOUVERNEMENT DE LA DÉFENSE NATIONALE (septembre 1870-février 1871) se préoccupe essentiellement de la...

1 page - 1,80 ¤

L'Autriche en 1867 (Histoire)

Après la crise de 1848 (1), l'Autriche avait connu un régime de centralisation et d'autorité avec Bach. Mais les difficultés extérieures, les défaites en Italie, en 1859 notamment, agitent l'opinion, qui voit la faiblesse réelle de l'Empire. Aussi plusieurs systèmes sont-ils expérimentés pour satisfaire les revendications politiques des nationalités. La défaite de Sadowa encourage les tendances autonomistes et François-Joseph...

1 page - 1,80 ¤

Les généraux du Second Empire.

Le Second Empire a manqué de bons chefs militaires. Le haut commandement est, dans l'ensemble, d'un absolu dévouement et d'un réel courage, mais sa valeur stratégique est faible : il aurait besoin d'être tenu en main et guidé par un chef habile, mais il lui manque Bonaparte. De plus, ce haut commandement n'a aucun souci des méthodes nouvelles...

1 page - 1,80 ¤

La paix de Francfort.

La capitulation de Paris a ét6 suivie de négociations d'armistice, qui aboutissent le 28 janvier 1871. Ce n'est d'ailleurs qu'un armistice partiel, puisqu'il ne s'applique pas aux armées de l'Est ; il ne deviendra total que le 15 février, après la fin des opérations dans le Jura. ...

1 page - 1,80 ¤

La guerre de « défense nationale » 1870-1871 - Histoire

La capitulation de Sedan ne marque pas, au grand étonnement de Bismarck, la fin de la guerre. Le Gouvernement provisoire, constitué après proclamation de la République, essaie, au contraire, de réorganiser la résistance. Le patriotisme et l'ardeur de Jules Favre, de Gambetta, entraînent tout le pays dans une lutte qui se révèle vite sans espoir pour deux raisons...

1 page - 1,80 ¤

La guerre de 1870-1871 (Histoire)

Soigneusement préparée par la Prusse, qui a plus d'hommes et un matériel supérieur, la guerre est désastreuse pour la France. Elle se déroule en quatre phases : 1) BATAILLE DE RUPTURE. Les Prussiens attaquent en Alsace du Nord (Wissembourg) et en Lorraine (Forbach) au début d'août. Ils enfoncent les lignes françaises, malgré l'héroïsme de la résistance (cuirassiers de Reichshoffen),...

6 pages - 1,80 ¤

Napoléon III et l'Allemagne après Sadowa.

Surpris par la rapide victoire prussienne, alors qu'il pensait à une guerre longue, Napoléon III envisage d'abord une intervention armée, y renonce, puis décide de réclamer à Bismarck les prétendues compensations promises à Biarritz. La France présente des revendications sur la rive gauche du Rhin (Luxembourg, Hesse, Mayence), qui sont repoussées ; puis propose, moyennant l'annexion de la Belgique...

1 page - 1,80 ¤

Les étapes de l'unité allemande.

L'unité allemande, esquissée par le Zollverein — union douanière sur initiative prussienne — dès 1828, tentée sur le plan politique par le Parlement de Francfort en 1848-1849, est finalement réalisée entre 1863 et 1871 par Guillaume Ier, Bismarck et Moltke. Désormais les conceptions nationales-libérales de Francfort sont supplantées par l'ambition prussienne, dont Bismarck est le plus éminent représentant....

7 pages - 1,80 ¤

La question romaine.

En 1848, Rome avait été le théâtre d'un mouvement révolutionnaire, qui avait abouti à la proclamation de la République par Mazzini et Garibaldi. Louis-Napoléon ne veut pas le tolérer, et l'expédition Oudinot rétablit le pouvoir pontifical en 1849. En 1859, le pape Pie IX est resté à l'écart de la guerre contre l'Autriche. Il a refusé d'accorder des réformes...

1 page - 1,80 ¤

L'unification de l'Italie péninsulaire.

L'unification de l'Italie péninsulaire est réalisée, par le Piémont, en quatre phases : 1) AU PRINTEMPS 1860. Les duchés de Parme, Modène et Toscane s'étaient soulevés en 1859 contre les princes, qui étaient, en fait, vassaux de l'Autriche. Des dictateurs y organisent des régimes libéraux et réclament le rattachement au Piémont. ...

1 page - 1,80 ¤

La guerre d'Italie.

L'expérience de 1821, 183o et 148 a. montré aux Italiens que le plus redoutable adversaire de leur unité était l'Autriche, sans l'aide de laquelle les petits princes absolutistes de la péninsule ne pouvaient rien. Il faut donc battre d'abord l'Autriche. C'est dans ce but que Cavour veut obtenir l'alliance de Napoléon III, lui-même ancien carbonaro. Napoléon III est très...

1 page - 1,80 ¤

Cavour.

Cavour est un noble piémontais, officier jusqu'en 183o, puis, après de longs voyages en Europe occidentale, organisateur compétent de ses propriétés. Plein de goût pour le progrès technique, il se préoccupe de l'amélioration des procédés agricoles, de l'industrialisation, du développement des voies ferrées. Il rédige de nombreuses brochures et applique avec succès ses idées dans son domaine familial. ...

1 page - 1,80 ¤

Victor-Emmanuel II

Victor-Emmanuel II (1820-1878), fils de Charles-Albert, monte sur le trône en 1849 à la suite de l'abdication de son père, qu'avait désespéré l'échec subi par les troupes piémontaises à Novare (mars 1849), devant les Autrichiens. A son avènement, la situation n'est donc pas très brillante : le Piémont, deux fois vaincu en neuf mois, paraît incapable de réaliser seul l'unité...

1 page - 1,80 ¤

Les étapes de l'unité italienne.

Depuis 1815, l'Italie a connu plusieurs tentatives d'indépendance, et notamment en 1821, 1830 et 1848. Toutes ont été brisées par la réaction autrichienne ; mais, en 1848, des faits nouveaux apparaissent : — la nécessité d'une aide étrangère contre l'Autriche en raison de l'énorme supériorité militaire de celle-ci ; ...

4 pages - 1,80 ¤

La guerre du Mexique.

Le Mexique est constamment agité de troubles intérieurs, et le président de la République, Juarez, faute d'argent, ne peut honorer la dette extérieure, lésant ainsi la France, l'Angleterre, l'Espagne et les États-Unis. Les puissances créancières s'associent en 1861 (sauf les États-Unis, en raison de la guerre de Sécession) et décident d'exercer une pression militaire commune — ce qui...

1 page - 1,80 ¤

Le Congrès de Paris.

Présidé par Napoléon III, le Congrès de Paris est le triomphe de la politique impériale : la France est redevenue une grande puissance, qui tient une place exceptionnelle dans les discussions internationales. Le traité de Paris (30 mars 1856) : — garantit l'intégrité ottomane ; — neutralise la mer Noire (ce qui sera respecté jusqu'en...

2 pages - 1,80 ¤

Sébastopol.

Le siège de Sébastopol a été l'épisode le plus long et le plus pénible de la guerre de Crimée. Un assaut immédiat aurait sans doute réussi, mais l'hésitation des Alliés a permis au lieutenant-général russe Todleben de fortifier solidement la place, qui va, tenir environ un an. Le siège a été rendu très difficile : — par la forte artillerie...

1 page - 1,80 ¤

La politique orientale et la guerres de Crimée.

La Russie de Nicolas 1er rêve, sous prétexte de protection des orthodoxes, de pénétrer dans l'Empire ottoman et d'atteindre la Méditerranée. Le refus du Sultan d'accorder à la Russie la garde des Lieux Saints amène l'invasion de la Roumanie en 1853. Inquiètes pour leurs propres intérêts, la France et l'Angleterre ripostent par la guerre : 27 mars 1854. Aux...

5 pages - 1,80 ¤

La politique extérieure du Second Empire.

Les idées de Napoléon III en politique extérieure sont complexes et contradictoires. Désireux de relever le prestige français, il n'oublie pas l'impression désastreuse que la « honte » des traités de 1815 a laissée sur l'opinion. Une rectification des frontières de 1815 lui paraît donc nécessaire, et non pas seulement pour la France : il comprend — et...

1 page - 1,80 ¤

Les colonies sous le Second Empire.

Par souci de prestige et de développement économique, le Second Empire a une politique coloniale active : politique d'aménagement des possessions acquises et politique d'expansion. EN ALGÉRIE, la conquête est achevée par l'occupation de la Kabylie et des oasis du Nord saharien (Touggourt). Napoléon. hésite longtemps sur le régime politique à adopter, puis décide de constituer un royaume arabe,...

1 page - 1,80 ¤

Les questions sociales en France sous le Second Empire.

Le Second Empire adopte à l'égard des ouvriers une attitude nouvelle en France : il a besoin de leur adhésion pour l'oeuvre de développement économique qu'il encourage ; aussi veut-il améliorer leur sort. Mais il redoute la force qu'ils représentent, aussi ne peut-il s'empêcher de les surveiller. De là des mesures de méfiance et des mesures de bienveillance,...

1 page - 1,80 ¤

Le développement économique en France sous le Second Empire.

De nombreuses circonstances permettent un rapide développement économique : — la confiance de la Bourgeoisie, satisfaite du maintien de l'ordre et des avantages matériels qu'elle obtient d'un régime systématiquement favorable à la spéculation privée ; — l'existence d'un état de choses favorables : chemins de fer, navigation à vapeur, usines ont déjà apparu sous la monarchie de Juillet. Il s'agit...

1 page - 1,80 ¤

Napoléon III et l'Église.

En 1852 les rapports du Prince-Président et de l'Église catholique sont excellents. Louis-Napoléon a obtenu l'approbation de la bourgeoisie catholique : — par la loi sur la liberté de l'enseignement (loi Falloux, 1850) qui permettait l'ouverture de collèges privés à côté des lycées et facilitait ainsi l'action morale des jésuites sur la jeunesse française ; ...

1 page - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 1124 1125 1126 1127 1128 1129 1130 1131 1132 1133 1134 1135 1136 1137 1138 1139 1140 1141 1142 1143 1144 1145 1146 1147 1148 1149 1150 1151 1152 1153 1154 1155 1156 1157 1158 1159 1160 1161 1162 1163 1164 1165 1166 1167 1168 1169 1170 1171 1172 1173 1174 1175 1176 1177 1178 1179 1180 1181 1182 1183 1184 1185 1186 1187 1188 1189 1190 1191 1192 1193 1194 1195 1196 1197 1198 1199 1200 1201 1202 1203 1204 1205 1206 1207 1208 1209 1210 1211 1212 1213 1214 1215 1216 1217 1218 1219 1220 1221 1222 1223

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit