LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
745 - Quel est le plus grand Etat fédéré des Etats-Unis ?
A
la Californie
B
le Texas
C
l'Alaska
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : C


Les nouveautés du site

La crise économique de 1929 et ses conséquences.

En 1929, une crise économique générale s'abat sur le monde. Elle prend naissance, le 22 octobre (octobre noir), à New York, et gagne rapidement l'Europe. Les causes sont complexes : surproduction américaine et développement exagéré de la vente à crédit — fragilité du rétablissement financier en Angleterre et en France — surproduction européenne par suite du rééquipement moderne...

1 page - 1,80 ¤

Les réparations.

Le traité de Versailles ayant posé le principe des réparations, le montant de celles-ci est fixé en mai 1921 à, 132 milliards de marks-or. En fait, la réalisation de ce programme se heurte à la faiblesse de l'économie allemande et aux divisions des alliés : alors que la France veut « faire payer l'Allemagne », les États-Unis, au...

1 page - 1,80 ¤

Les relations internationales après la première guerre mondiale.

L'après-guerre est dominée par : — les difficultés d'application des traités : En Europe : les Italiens se sont emparés de Fiume, attribué à la Yougoslavie ; le partage de la haute Silésie entraîne des difficultés entre Pologne et Tchécoslovaquie. En Orient : la Turquie, régénérée par Mustapha Kemal, ne reconnaît pas le traité de Sèvres, et expulse les Grecs d'Asie...

1 page - 1,80 ¤

Le réveil de la Turquie.

Allié de l'Allemagne, l'Empire ottoman est entraîné dans la défaite de 1918. L'armistice d'octobre 1918, puis le traité de Sèvres d'août 1920 disloquent le vieux domaine, C'est alors qu'un militaire, Mustapha Kemal, réveille le patriotisme ottoman en se dressant contre les Alliés. Il inflige de lourdes défaites aux Grecs et obtient, au traité de Lausanne (juillet 1923), des...

1 page - 1,80 ¤

Le régime national-socialiste.

Hitler arrive au pouvoir avec une doctrine longuement méditée et déjà connue en Allemagne par la diffusion de son livre Mein Kampf : le racisme, théorie de la supériorité de la race aryenne. Celle-ci ne doit son effacement temporaire qu'à l'intrusion d'éléments étrangers, que le parti doit exclure : les Juifs d'abord ; puis le parlementarisme, l'internationalisme, le...

1 page - 1,80 ¤

L'avènement du national-socialisme.

Hitler, né en Autriche en 1889, combattant dans un régiment bavarois, se montre, dès 1919, ardemment nationaliste et reste dans l'armée jusqu'en 192o. Il adhère alors au minuscule parti ouvrier allemand, qu'il va transformer en parti national-socialiste. Les débuts sont très difficiles, mais l'agitation de droite favorise Hitler, qui, en novembre 1923, tente de créer à Munich un...

1 page - 1,80 ¤

La République de Weimar.

La Constitution de Weimar, compromis entre socialistes et modérés, est un peu socialiste et très unitaire : le Reich est une république divisée en « pays » et pourvue d'un gouvernement central fort : — président, élu au suffrage universel pour sept ans, qui choisit les ministres et le chancelier ; — chancelier, chargé de diriger le gouvernement ; — Reichstag,...

6 pages - 1,80 ¤

Le régime fasciste.

Mussolini — qui a beaucoup lu et subit l'influence des théoriciens de l'autorité et du nationalisme (Maurras, Nietzsche, les pangermanistes) et de certains socialistes (Proudhon, Sorel) — veut créer une nouvelle forme de gouvernement et un esprit nouveau, l' « esprit fasciste », discipliné et « dynamique », que résume la devise : « croire, obéir, combattre ». L'État...

1 page - 1,80 ¤

L'avènement du fascisme en Italie.

Après la guerre — qui lui a coûté 700 000 morts l'Italie est dans une situation tragique. La misère et le chômage font éclater une crise sociale, surtout dans le Nord, où se forment des soviets. Les hommes politiques au pouvoir (Nitti, Bonomi...) sont des libéraux, hostiles aux réformes profondes, mais sans autorité. Les socialistes veulent une révolution...

2 pages - 1,80 ¤

L'évolution intérieure de l'U.R.S.S.

Lénine meurt en janvier 1924. Staline, secrétaire général du parti communiste depuis 1921, lui succède à la direction de fait de l'U. R. S. S., qu'il exercera jusqu'à sa mort, en 1953. L'oeuvre de STALINE présente trois traits principaux : élimination des « trotskystes », qui veulent tout sacrifier à la révolution mondiale (1927-1929), puis d'une opposition de « droite...

1 page - 1,80 ¤

La fondation de l'U.R.S.S.

L'énergie de Lénine sauve la Russie de l'anarchie en organisant la révolution. Le communisme de guerre rétablit l'ordre et restaure le travail, grâce au dévouement des membres du parti, à une police sévère, à des procédés dictatoriaux (censure, exécutions, confiscations), et à un régime économique étatisé. ...

1 page - 1,80 ¤

La Révolution russe.

En 1917, la Russie, pauvre et arriérée, n'a plus les moyens de soutenir sur un immense front une guerre de matériel, dont le peuple et les soldats — exposés à des souffrances inouïes — ne comprennent pas le sens. Le régime tsariste, déconsidéré par les scandales de la Cour (Raspoutine) et l'incapacité de sa bureaucratie, s'effondre. La Révolution s'est...

3 pages - 1,80 ¤

Les traités de 1919-1920 (Histoire)

Cinq traités règlent le nouveau statut de l'Europe : — TRAITÉ DE VERSAILLES (28 juin 1919). L'Allemagne perd des territoires : Alsace-Lorraine (France), Eupen et Malmédy (Belgique), Slesvig (Danemark), Posnanie, «corridor de Dantzig », et, avec plébiscite, haute Silésie (Pologne). Les colonies sont partagées entre France, Angleterre et Japon. La rive gauche du Rhin et 5o kilomètres sur la...

1 page - 1,80 ¤

Hindenburg et Ludendorff

Hindenburg et Ludendorff sont les deux chefs militaires les plus célèbres de l'armée allemande. En 1914, HINDENBURG, général en retraite (il a soixante-sept ans), reprend du service et commande les troupes du front oriental, associé à Ludendorff, plus jeune (cinquante ans), qui est son chef d'état-major. D'habiles manoeuvres permettent d'attirer les Russes dans un pays coupé de bois et...

1 page - 1,80 ¤

Joffre et Foch.

Deux chefs militaires dominent par leur personnalité et leur rôle, dans le camp allié, la première guerre mondiale : Joffre et Foch. JOFFRE est chef de l'état-major en 1914. Ancien officier du génie, il a participé aux travaux du Conseil supérieur de la guerre et croit à, la possibilité de l'offensive. La menace d'une attaque allemande parla Belgique a...

1 page - 1,80 ¤

La guerre en 1918 : la victoire des Alliés.

L'armée allemande, animée par Ludendorff, tente un gros effort de rupture du front français au début de 1918, dans l'espoir d'obtenir la décision avant l'arrivée des soldats américains. Elle réussit trois percées : en Picardie, en mars ; en Flandre, en avril ; au Chemin des Darnes (en Champagne), en mai ; chaque fois contenues, niais qui forment...

1 page - 1,80 ¤

L'armée française de 1871 à 1914 (Histoire)

L'héritage militaire du second Empire n'était pas brillant, car le recrutement était insuffisant, l'armement médiocre et l'équipement très déficient. La guerre laissait une année désorganisée. EN 1872, le régime militaire est révisé (l'Allemagne en prend ombrage, mais la France tient bon). Le système ancien du tirage au sort est abandonné, et on adopte le service militaire universel obligatoire. Pourtant...

1 page - 1,80 ¤

La politique extérieure allemande sous Guillaume II.

Jusqu'en 189o, Bismarck s'était efforcé de garantir l'Empire allemand contre toute coalition en essayant de maintenir un fragile équilibre entre la Russie et l'Autriche et en isolant la France. Il avait réussi dans une certaine mesure. Après 1890, la politique extérieure allemande est pratiquement dirigée par Guillaume II lui-même, qui n'a pas la souplesse et l'habileté du grand chancelier...

1 page - 1,80 ¤

Les crises balkaniques.

Les Balkans sont, depuis la guerre russo-turque de 1877- 1878, un domaine où rivalisent l'Autriche et la Russie. Celle-ci a dû reculer en 1878 et, en 1887, mais elle n'a pas abandonné ses projets et soutient la Serbie. L'Autriche, qui « administre » depuis 1878 la Bosnie-Herzégovine, s'inquiète des tentatives des Jeunes Turcs pour réorganiser l'Empire ottoman et...

9 pages - 1,80 ¤

La politique balkanique de l'Autriche-Hongrie.

Jusque vers 1867, l'Empire d'Autriche, sans se désintéresser des Balkans, n'avait pas une politique balkanique très active et se préoccupait bien davantage de la défense de ses intérêts en Allemagne et en Italie. Cet état de choses change après 1867. Expulsée d'Allemagne (Sadowa, 1866) après avoir été chassée du Milanais (Solférino, 1859), l'Autriche a dû abandonner la Vénétie (1866),...

1 page - 1,80 ¤

Les crises marocaines.

La France désire s'installer au Maroc, pour compléter son domaine d'Afrique du Nord. Dans ce but, elle a conclu des accords avec l'Italie, l'Angleterre et l'Espagne. L'Allemagne voudrait, elle aussi, marchander le Maroc. ...

1 page - 1,80 ¤

Delcassé

Entre 1898 et 1905, la politique extérieure française est conduite par Delcassé, qui lui donne une orientation nouvelle, à la fois fructueuse et dangereuse. Delcassé est un ancien journaliste, député radical, d'une grande souplesse, qui lui permet de rester longtemps au pouvoir, et d'une grande largeur de vues. Il veut à la fois continuer l'expansion coloniale (au Maroc notamment)...

1 page - 1,80 ¤

Le partage de l'Afrique.

En 1871, seules la France et l'Angleterre pourraient s'opposer en Afrique. Par conséquent, les occasions de conflit sont réduites : pourtant, la question de l'Égypte n'est pas réglée et oppose les deux puissances. A partir de 1871, on assiste au développement assez rapide d'un état d'esprit impérialiste : en France, Jules Ferry juge l'expansion coloniale nécessaire au redressement français...

1 page - 1,80 ¤

La question de Bulgarie (1879-1887) - Histoire

La Bulgarie est venue à la lutte active contre les Ottomans plus tardivement que ses voisins. C'est l'exemple serbe, puis roum.ain, qui déclenche, vers 1860-1870, un mouvement autonomiste, qui n'est d'ailleurs pas très nationaliste, car on songe d'abord à une union avec la Serbie. Après son échec en Crimée, la Russie, qui avait perdu ses droits sur la Roumanie,...

1 page - 1,80 ¤

Le Congrès de Berlin.

La Russie, victorieuse en 1878, se rendait parfaitement compte que l'Europe n'était pas disposée à accepter la totalité des clauses de San-Stefano. La présence d'une flotte britannique à Constantinople symbolise l'attitude de l'Angleterre : Disraeli paraît décidé à la guerre au cas où la Russie refuserait de transiger. Cette opinion est partagée par l'Autriche, qui s'inquiète de ce...

1 page - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 1207 1208 1209 1210 1211 1212 1213 1214 1215 1216 1217 1218 1219 1220 1221 1222 1223 1224 1225 1226 1227 1228 1229 1230 1231 1232 1233 1234 1235 1236 1237 1238 1239 1240 1241 1242 1243 1244 1245 1246 1247 1248 1249 1250 1251 1252 1253 1254 1255 1256 1257 1258 1259 1260 1261 1262 1263 1264 1265 1266 1267 1268 1269 1270 1271 1272 1273 1274 1275 1276 1277 1278 1279 1280 1281 1282 1283 1284 1285 1286 1287 1288 1289 1290 1291 1292 1293 1294 1295 1296 1297 1298 1299 1300 1301 1302 1303 1304 1305 1306

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit