LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
679 - L'insurrection algérienne débute sous le gouvernement :
A
d'Antoine Pinay
B
de Pierre Mendès France
C
de Guy Mollet
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : C


Les nouveautés du site

Purge des généraux allemands

Hitler refuse toute idée de retraite. Le 30 novembre 1941, les Soviétiques contre-attaquèrent au sud et contraignirent les Panzer de von Kleist à évacuer Rostov et les unités les plus à l'est du groupe d'armées Sud à battre en retraite. Rundstedt demanda à Hitler l'autorisation de replier le groupe d'armées Sud sur le fleuve Mius et de s'y...

1 page - 1,80 ¤

Formation de l'Afrikakorps

Exploit de Rommel. Hitler se trouva bien malgré lui engagé en Afrique par une série d'actions n'obéissant pas à un plan d'ensemble. Au cours de l'automne 1940, les Allemands offrirent leur soutien aux Italiens opérant en Libye. Ces derniers acceptèrent avec réticence. Mais leur offensive s'acheva par un désastre et, à Noël 1940, les Britanniques semblèrent sur le...

1 page - 1,80 ¤

Les Allemands en Finlande.

Prélude secret à l'opération Barbarossa. Pour conquérir la Russie, Hitler avait besoin du support des pays situés aux frontières russes, en particulier la Roumanie et la Finlande. Les Finnois avaient déjà supporté le premier hiver de la guerre (1939-1940) avec les Russes, et le peuple était plutôt germanophile. Pourtant, la ligne politique officielle était de ne rien faire...

1 page - 1,80 ¤

Plans militaires rivaux. Succès allemands en 1940

Quand la Grande-Bretagne et la France déclarèrent la guerre à l'Allemagne, en septembre 1939, ni l'une ni l'autre n'étaient prêtes à engager les hostilités. L'armée française se retranchait derrière la ligne Maginot et, avec le corps expéditionnaire britannique, le long de la frontière de la Belgique neutre. Les Allemands se trouvaient alors sur la ligne Siegfried et, jusqu'à...

1 page - 1,80 ¤

Forces allemandes dans le Midi

Infériorité évidente, surtout dans le ciel. Les forces franco-américaines engagées dans l'opération «Anvil» (débarquement en Provence, 15 août 1944) comptaient plus de 300000 hommes. Les effectifs allemands qui devaient leur être opposés se chiffraient à quelque 250000 hommes. Les Alliés avaient donc une supériorité numérique, mais surtout une supériorité navale et aérienne. Voici la situation de la Wehrmacht,...

1 page - 1,80 ¤

Conférence de Yalta

Les Trois Grands parlent de l'après-guerre. En février 1 945, le président Roosevelt, le premier ministre Churchill et le maréchal Staline se rencontrèrent à Yalta, en Crimée, pour discuter des buts de guerre immédiats et élaborer une politique à l'égard de l'Allemagne vaincue et des Etats vaincus ou libérés. Staline voulait tout d'abord que les offensives concertées anglo-américaines en...

1 page - 1,80 ¤

Déclaration des Nations unies

Promesse de solidarité. Le 11 décembre 1941, quatre jours après l'attaque japonaise contre Pearl Harbor, l'Allemagne et l'Italie, conformément à leurs engagements, déclarèrent la guerre aux Etats-Unis. Le lendemain, Churchill et lord Beaverbrook s'embarquèrent pour l'Amérique à bord du Duke of York. Ils arrivèrent à Washington le 22. Churchill put ainsi assister à la première réunion du cabinet...

1 page - 1,80 ¤

La conférence de Potsdam

Dernière rencontre des «Trois Grands» durant la guerre. La conférence de Potsdam près de Berlin, du 17 juillet au 2 août 1945, fut la dernière des conférences des «Trois Grands» durant la guerre. L'un était Harry Truman, successeur de Roosevelt. L'autre était Clément Attlee, qui prit la place de Churchill au milieu de la conférence après que les élections...

2 pages - 1,80 ¤

Les accords de Locarno

Une cause de ressentiment pour les Allemands. La conférence internationale, qui aboutit aux accords de Locarno de 1925, appartient aux nombreux efforts entrepris durant la période qui suivit la Première Guerre mondiale par les chefs des grandes puissances pour assurer la paix grâce à une coopération entre nations. De manière significative, l'atmosphère qui régna au cours des discussions entre...

1 page - 1,80 ¤

Conférence de Manille

Préparatifs de l'occupation du Japon. C'est à Manille, capitale des Philippines, que, les 19 et 20 août 1945, les Alliés s'accordèrent sur les modalités de l'occupation du Japon. Conduits par le général Takashima, les 1 6 délégués du gouvernement japonais arrivèrent en avion de le, au large d'Okinawa. Le 19 août, à 9 h, six d'entre eux entrèrent...

1 page - 1,80 ¤

Bases des Açores

Participation portugaise à la bataille de l'Atlantique. Situées presque au centre de l'Atlantique Nord les Açores occupaient une position stratégique de première importance, à mi-chemin des grandes voies maritimes reliant les Etats-Unis à l'Europe. Dès 1941, elles jouèrent un rôle essentiel dans la bataille de l'Atlantique. Elles appartenaient au Portugal, puissance neutre, partagée entre une idéologie favorable aux...

1 page - 1,80 ¤

La loi «Prêt-Bail» I

Armements pour les alliés de l'Amérique. Le gouvernement des Etats-Unis répugnait au premier abord à l'idée d'accorder des prêts pour assister la Grande-Bretagne dans ses préparatifs de résistance à l'invasion allemande. L'acte du «Debt-Default», promulgué par Johnson en 1934, interdisait des prêts américains privés à des débiteurs étrangers pour leurs dettes de la Première Guerre mondiale. Tous les...

1 page - 1,80 ¤

Conférence de San Francisco

Elaboration de la charte des Nations Unies. La conférence de San Francisco, à laquelle participèrent 46 Etats dès le 25 avril 1945, fut la dernière d'une série de réunions où les vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale disposèrent les forces pour garantir la paix d'après guerre, et définirent leur responsabilité en vue d'en assurer le maintien. Le 26...

1 page - 1,80 ¤

La loi «Prêt-Bail» II

Aide massive pour les nations alliées. La loi «Prêt-Bail» du 11 mars 1941 donnait donc les pleins pouvoirs au président Roosevelt pour accorder du matériel et des services aux pays dont il jugeait la sécurité comme étant vitale pour la défense des USA. Du matériel de guerre commença immédiatement à être expédié, en premier lieu exclusivement à destination...

1 page - 1,80 ¤

La Grande Alliance

Œuvre de Churchill. Lorsque l'Union soviétique et les Etats-Unis entrèrent en guerre en 1941, Winston Churchill put donner libre cours à son éloquence et administrer une nouvelle preuve de son sens de l'histoire. L'union des trois nations en lutte contre Hitler devint aussitôt pour lui la «Grande Alliance», que l'on connut aussi sous le nom de «Triple Alliance». L'expression...

1 page - 1,80 ¤

Charte de l'Atlantique

La coopération anglo-américaine prend forme. La charte de l'Atlantique du 14 août 1941 appartient à ce petit nombre de déclarations historiques qui expriment des idéaux de paix, de fraternité et de bonne volonté dans un contexte d'hostilités, de massacres et de guerre. La charte, aboutissement de plusieurs réunions entre Franklin Roosevelt et Winston Churchill, lesquelles se tinrent alternativement sur...

1 page - 1,80 ¤

Echange bases-destroyers

Les termes du marché. C'est le 15 mai 1940 que Churchill présenta pour la première fois à Roosevelt sa demande concernant les fameux 40 à 50 vieux destroyers américains, demande qu'il réitéra le 11 juin, après l'entrée en guerre de l'Italie. Roosevelt était en principe tout à fait d'accord de céder ces navires à l'Angleterre, mais il hésitait à...

1 page - 1,80 ¤

Amitié anglo-soviétique

De l'inimitié à l'amitié. En juin 1941, l'invasion de la Russie par l'Allemagne entraîna un changement rapide dans les relations anglo-soviétiques. La Russie, autrefois dénigrée par les Britanniques parce que communiste, devint une alliée qui défendait elle aussi la cause de la liberté. Cette volte-face suscita quelque indignation et certains doutes au sein de l'establishment britannique, réactions qui...

1 page - 1,80 ¤

Le Commonwealth en guerre

Les forces de l'Empire britannique se préparent. «Il est de mon triste devoir d'annoncer officiellement que, en conséquence de la persistance de l'Allemagne à envahir la Pologne, la Grande-Bretagne lui a déclaré la guerre, et que, de ce fait, l'Australie entre aussi en guerre.» Monsieur Menzies, premier ministre d'Australie, fit cette déclaration le 3 septembre 1 939, jour...

1 page - 1,80 ¤

Accord anglo-italien

Rencontre de Chamberlain et de Mussolini. En 1938, la politique britannique concernant Mussolini fut à l'origine d'un différend qui opposa le premier ministre Neville Chamberlain au ministre des Affaires étrangères Anthony Eden. Chamberlain désirait obtenir la signature d'un document affirmant les bonnes relations entre les deux pays, afin de limiter le rapprochement germano-italien et de renforcer la position...

1 page - 1,80 ¤

Promesse à la Pologne

Garantie franco-britannique. La désintégration de la Tchécoslovaquie après l'entrée des nazis à Prague, le 15 mars 1939, exposa gravement la Pologne et la Roumanie aux visées expansionnistes d'Hitler. En Grande-Bretagne, Chamberlain, pourtant porté à temporiser, durcit le ton. Le 17 mars, il déclara: «Les démocraties doivent résister à toute tentative de domination du monde par la force.» Le discours...

1 page - 1,80 ¤

Armistice russo-finlandais

Le dur prix de la paix. Lorsque les termes de l'armistice, qui marquait la fin de la guerre russo-finlandaise de 1939-1940, furent connus à Helsinki, les Finlandais vaincus pleurèrent dans les rues, tandis que l'on mettait les drapeaux en berne. Cette guerre de six mois avait été provoquée par le refus des Finlandais de céder, aux Russes, les...

1 page - 1,80 ¤

Déclaration de guerre du Brésil

Aide latino-amèricaine aux Alliés. Au début des hostilités, on parlait beaucoup d'une éventuelle participation du Brésil au conflit. Mais, se demandait-on, de quel côté se rangerait le Brésil? D'abord, il sembla que le Brésil choisirait l'Axe. Deux millions de Brésiliens étaient d'origine allemande et d'importants courants d'opinion brésiliens proclamaient leur sympathie pour l'Axe. Le docteur Getulio Vargas, l'autocratique...

1 page - 1,80 ¤

Politique de la France en 1944

Rapide évolution en faveur du général de Gaulle. La situation politique de la France libre a été très longtemps extrêmement difficile. Seul dans son exil londonien, entouré d'Alliés particulièrement méfiants à son égard, le général de Gaulle dut lutter pied à pied pour assurer à la France un rôle digne de sa tradition historique et de son attachement...

1 page - 1,80 ¤

L'accord de Vichy

Le gouvernement fantoche de la France non occupée. L'établissement du gouvernement de Vichy fut la grande honte de la France au cours de la Seconde Guerre mondiale. Après le conflit, on régla le sort des traîtres dans tous les territoires qui avaient été occupés par lès nazis, mais nulle part avec autant de brutalité qu'en France. Ce phénomène...

1 page - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 916 917 918 919 920 921 922 923 924 925 926 927 928 929 930 931 932 933 934 935 936 937 938 939 940 941 942 943 944 945 946 947 948 949 950 951 952 953 954 955 956 957 958 959 960 961 962 963 964 965 966 967 968 969 970 971 972 973 974 975 976 977 978 979 980 981 982 983 984 985 986 987 988 989 990 991 992 993 994 995 996 997 998 999 1000 1001 1002 1003 1004 1005 1006 1007 1008 1009 1010 1011 1012 1013 1014 1015 1016 1017 1018 1019 1020 1021 1022 1023 1024 1025 1026 1027 1028 1029 1030 1031 1032 1033 1034 1035 1036 1037 1038 1039 1040 1041 1042 1043 1044 1045 1046 1047 1048 1049 1050 1051 1052 1053 1054 1055 1056 1057 1058 1059 1060 1061 1062 1063 1064 1065 ... 1301 1302 1303 1304 1305 1306

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit