LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
777 - En quoi l'extrait suivant illustre-t-il le rejet de la narration classique théorisée par le courant du Nouveau Roman ? Ce prince était un chef-d'oeuvre de la nature ; ce qu'il avait de moins admirable était d'être l'homme du monde le mieux fait et le plus beau. Ce qui le mettait au-dessus des autres était une valeur incomparable, et un agrément dans son esprit, dans son visage et dans ses actions, que l'on n'a jamais vu qu'à lui seul ; il avait un enjouement qui plaisait également aux hommes et aux femmes, une adresse extraordinaire dans tous ses exercices, une manière de s'habiller qui était toujours suivie de tout le monde, sans pouvoir être imitée, et enfin, un air dans toute sa personne, qui faisait qu'on ne pouvait regarder que lui dans tous les lieux où il paraissait. Il n'y avait aucune dame dans la cour, dont la gloire n'eût été flattée de le voir attaché à elle [...]. Mme de Lafayette, La Princesse de Clèves, 1678.
A
a) La syntaxe adoptée est trop classique.
B
b) Le personnage décrit est trop éloigné de
C
c) L'intrigue se déroule à la cour de France.
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : B
Correction :
réponse b) Un des reproches adressés au roman traditionnel par les romanciers du début du XXe siècle est de proposer des schémas narratifs invraisemblables, car centrés sur des personnages qui n'ont rien en commun avec le lecteur. Certes, les critiques ciblèrent principalement sur le roman de type balzacien, mais on retrouve ici, dans ce roman typique des moeurs du classicisme français, le même type d'éléments : un personnage idéal au sens propre du terme, adulé de toute la cour, hommes comme femmes, n'ayant absolument aucun défaut, bref un être auquel le lecteur moderne ne peut croire et encore moins s ' identifier.


Les nouveautés du site

MORT D'UN CHAT de Marcel ARLAND, Lumière du soir.

|| Mon ami , mon compagnon de seize années et plus, mon chat Néron est mort. Je le savais proche de sa fin ; et que, le premier, il l'ait pressentie : aucun doute. Venu l'été, quand, le matin, je descendais de ma chambre : > Je l'appelais : plus de Néron . Je sortais, l 'appelant de nouveau . . . Ah ! oui,...

3 pages - 1,80 ¤

Romain ROLLAND, Jean-Christophe, l'Aube

|| Il y avait des moments de gêne très étroite à la maison. Ils étaient de plus en plus fréquents. On faisait maigre chère, ces jours-là. Nul ne s'en apercevait mieux que Christophe. Le père ne voyait rien ; il se servait le premier, et il avait toujours assez pour lui. Il causait bruyamment, riait aux éclats de ce qu'il disait et ne remarquait...

3 pages - 1,80 ¤

Robert SABATIER, Les Fillettes chantantes

|| (Olivier a 16 ans, il est orphelin et vit avec sa tante Victoria, son oncle Henri et son jeune cousin Jami.) Quand on l'appela pour le diner, il avait pris une décision et il dit fermement à la tante Victoria : « Voilà : je suis obligé de garder mon chapeau , parce que, parce que j'ai froid à la tête ! -...

3 pages - 1,80 ¤

UN ÉTRANGE PHÉNOMÈNE: Alphonse DAUDET, Études et Paysages

Tout à coup, au lendemain d'un grand orage venu de la mer, qui apportait l'été dans ses éclairs brûlants et sa pluie tiède, la ville en se réveillant eut un cri de stupeur. Les toits rouges des monuments publics, les cloch ers des églises, le plancher des maisons et jusqu'au bois des lits, tout était saupoudré d'une teinte verte, mince comme une moisissure, légère...

4 pages - 1,80 ¤

André CHAMSON , Le Chiffre de nos jours

|| Midi sonnait. Grand-mère m'appelait , penchée sur la grille de la terrasse ou la tête levée dans l'escalier à colonnes. Je surgissais du jardin ou je dégringolais du grenier. Grand-mère avait déjà mangé, toute seule, dans sa cuisine, vers onze heures du matin. Ma table était mise. Je m'installais. Grandmère s'asseyait, dans un fauteuil, à côté de moi, sans rien dire. Tout en mangeant,...

3 pages - 1,80 ¤

LA MER (1936): André WURMSER, Mémoires d'un homme du monde, les Éditeurs français réunis

|| Des ouvriers trouvaient farce de se prélasser à la terrasse d'un café , si loin de l'usine, si loin ! et d'autres semblaient s'y être déjà habitués. Xénophon croisa un voisin de compartiment et ils échangèrent un salut amical. Une odeur de poisson l'imprégnait, désagréable et vivifiante. Peut-être que les salles de cinéma auront cette odeur, quand sera inventé le cinéma odorant et qu'on...

4 pages - 1,80 ¤

D'après MAUPASSANT, Le Horla

(Le narrateur chasse dans les marais avec son cousin Karl) Deux oiseaux, le col droit et les ailes tendues, glissèrent brusquement sur nos têtes. Je tirai. Un d'eux tomba presque à mes pieds. C'était une sarcelle au ventre d'argent. Alors, dans l 'espace au-dessus de moi , une voix, une voix d'oiseau cria. Ce fut une plainte courte , répétée, déchirante ; et la...

4 pages - 1,80 ¤

George SAND, La Petite Fadette

||   Enfin l'idée lui vint d'aller consulter une femme veuve, qu'on appelait la mère Fadet . . . Cette femme, qui n'avait ni terre ni avoir autre que son petit jardin et sa petite maison, ne cherchait pourtant point son pain; à cause de beaucoup de connaissance qu'elle avait sur les maux et dommages du monde, et, de tous côtés, on venait la consulter. .....

3 pages - 1,80 ¤

UN APPRENTI MALHEUREUX d'après Bernard CLAVEL, La Maison des autres

|| (A 14 ans Julien est apprenti chez un pâtissier qui le traite durement et exige de lui un travail écrasant. La veille de Noël,  après avoir travaillé une bonne partie de la nuit précédente, Julien a livré des gâteaux toute la journée.) Les côtes devenaient plus dures à monter, les é tages plus hauts, la corbeille pesait chaque fois davantage. Julien avait...

3 pages - 1,80 ¤

BARJAVEL, La Charrette bleue

|| (Poussé par la curiosité, un enfant pénètre dans une remise qui sert de débarras au bureau de tabac de son village.) J'ai jeté un coup d'oeil pour voir s'il n'y avait personne et je suis entré. Je n'étais pas un petit voleur . Je ne cherchais pas à prendre quelque chose. J'étais seulement, passionnément curieux. Et je n'avais pas du tout la sensation,...

4 pages - 1,80 ¤

Georges DUHAMEL, La Possession du monde

||  Chalifour était serrurier. Je l'ai connu dans mon enfance. C'était, disait-on, un humble artisan. Pourquoi laisse-t-il dans ma mémoire le souvenir d'un homme riche et puissant ? Son image demeure à jamais, pour moi, celle du maître des métaux. Il travaillait dans une salle basse et encombrée où régnait l'âcre odeur énergique de la forge et qui me paraissait une dépendance de ces antres souterrains...

2 pages - 1,80 ¤

Guy DE MAUPASSANT, « Menuet », Contes de la Bécasse

|| (La scène se passe à Paris, dans la pépinière du Luxembourg, vers les années 1830.)  Je venais là presque tous les matins. Je m'asseyais sur un banc et je lisais. Parfois je laissais retomber le livre sur mes genoux pour rêver, pour écouter autour de moi vivre Paris, et jouir du repos infini de ces charmilles à la mode ancienne. Mais je m'aperçus bientôt...

3 pages - 1,80 ¤

Paul GuTH, Lettre ouverte aux futurs illettrés

|| J'ai éprouvé moi-même, de mon propre chef, la fascination du fruit défendu... Au collège, dès que sonnait la cloche, mes camarades se ruaient hors de la classe. On aurait dit qu'un tremblement de terre les m enaçait, qu'il fallait quitter d'urgence un sol qui allait s'entrouvrir. Au contraire, j'aimais m'attarder, surtout après le dernier cours de l'après-midi quand je savais que personne ne reviendrait. Un soir,...

4 pages - 1,80 ¤

La religion dans ''En attendant Godot'' de Samuel Beckett

  L'émergence d’une œuvre littéraire dépend de conditions particulières elles-mêmes profondément ancrées dans un profond contexte historique, idéologique et esthétique. Le contexte historique Justement après le premier Guerre Mondiale la société, les gens, la vie étaient étourdies et ils avaient des difficultés en ce qui concerne la situation financière, les logements mai surtout il existait une crise d'identité. Quoi dire si...

3 pages - 1,80 ¤

Commentaire composé : L'Abuseur de Séville, Tirso de Molina - Acte III « Qui appelle Aminte ? […] Ah ! que tu connais mal l'Abuseur de Séville ! »

Pour séduisants que soient ces discours de la domination et du désir, Aminte n’y cède pas, mais se raccroche, tout au long de la scène, à l’ordre. Elle évoque ainsi tour à tour la facilité de son union avec Batrice, et l’indissolubilité du mariage : « tout était si simple et si franc «. Don...

4 pages - 1,80 ¤

DE L'ESCLAVAGE DES NÈGRES DE MONTESQUIEU

En guise de conclusion, ce texte de Montesquieu, par son utilisation de l’ironie, dénonce l’esclavagisme et le peuple qui le tolère et le justifie. Nous assistons ici à un complet retournement de situation : Montesquieu nous donne à voir l’argumentation infondée et inefficace des esclavagistes qui doit donc nous convaincre. De plus, il nous...

3 pages - 1,80 ¤

CICÉRON: « la loi est notre raison suprême, gravée en notre nature »

C’est le troisième niveau de la loi, la loi écrite ; c’est une loi qui à la fois commande et défend, donc une loi qui n’a pas simplement une fonction judiciaire, mais qui a également une fonction morale. De ces trois niveaux de la loi découle une hiérarchisation, par laquelle Cicéron conclut : « pour...

2 pages - 1,80 ¤

Baudelaire in Les Fleurs du Mal : Étudier le travail de l'écriture à travers les transformations entre poésie et prose.

Les deux poèmes sont extrêmement proches par leur thématique générale. Ils portent tous les deux sur les mystères et la beauté d’une chevelure qui devient véhicule du rêve et de la sensation, du voyage et du souvenir. On retrouve dans le poème et le texte en prose des points communs manifestes : – sept strophes//sept...

2 pages - 1,80 ¤

LA MORT DANS UNE MORT TRÈS DOUCE DE SIMONE DE BEAUVOIR

|| La narratrice décrit la mort de sa mère comme « douce « aussi parce qu’elle accorde de l’importance à une présence constante des parents auprès du lit de la moribonde.   Accompagnée par sa famille et non délaissée à la merci des médecins indifférents, Françoise de Beauvoir n’était pas seule face au « noir soleil « de la mort. Bien qu’il soit impossible...

4 pages - 1,80 ¤

Ponge :Le parti pris des choses - Extrait de Proêmes «introduction au Galet » : « Je voudrais écrire une sorte de De Natura Rerum. On voit bien la différence avec les poètes contemporains : ce ne sont pas des poèmes que je veux composer mais une seule cosmogonie. » Ponge a-t-il réalisé dans le parti pris des choses ce projet de 1933 ?

S’il y a poésie il y a travaille sur le style. Le poète n’est pas seulement celui qui va faire exister la chose telle qu’elle est, c’est celui qui va travailler sur la chose pour faire naître entre elle et le langage un rapport d’abstraction. Image du Bernard Lhermitte ; les mots vont s’installer dans cette...

13 pages - 1,80 ¤

Comment l'apologue se met-il au service de la vérité ?

Les fonctions qui confèrent à l’apologue sa signification sont indissociables de leur contexte de production et de réception. Ainsi, la parabole de l’enfant prodigue peut perdre sa signification chrétienne pour prendre une nouvelle signification (Rilk). La contre-utopie d’Orwell est incompréhensible si on la dissocie du contexte qui l’a vue naître : le stalinisme, la guerre...

2 pages - 1,80 ¤

Le théâtre et le comique

|| Le théâtre est un genre littéraire très populaire, qui a toujours eu beaucoup de succès. C'est un spectacle où des acteurs interprètent différents rôles, suivant les contraintes d'un texte et la vision du metteur en scène. Le théâtre est conçu pour être représenter face à un public. Nous trouvons plusieurs types de théâtre, les...

2 pages - 1,80 ¤

SOCIÉTÉ, RELIGION ET EXISTENCE DANS LA CHUTE D'ALBERT CAMUS

 I.  INTRODUCTION Un récit et pas un roman, ni une nouvelle, La Chute est un portrait sociale chargé de thématiques d'origine religieuse et néanmoins une polémique ouverte aux proposés existentialistes et plus généralement intellectuels. Elle marche en plusieurs directions : sociale, religieuse, existentielle, artistique.      I.1  Genèse et contexte de l'œuvre : l'homme de notre temps en chute...

16 pages - 1,80 ¤

Verlaine: Croquis parisien - Commentaire composé

La ville reflète l’état d’âme du poète qui se promène à Paris dans la nuit et „rêve du divin Platon ..”. Ses rêves l’emportent à l’époque de l’Antiquité, aux idéals classiques. Il fuit son grande trouble: la difficulté de la création des ouevres aussi parfaites comme une statuaire grecque. Mais bienqu’il fait des rêves,...

2 pages - 1,80 ¤

Sur le modèle de l'extrait du texte de DAVID LODGE, Un tout petit monde, 1991, rédigez un discours argumenté expliquant votre conception personnelle de la littérature et de la lecture

Un véritable artiste ne peint pas juste pour le plaisir, il peint aussi pour transcrire un message, et c'est cela qui fait d'une simple peinture une œuvre. En littérature c'est la même chose. Vous croyez qu'un auteur qui rencontre beaucoup de succès écrit des livres parce qu'il s'ennuie ? Non, il a d'abord un ...

2 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 512 513 514 515 516 517 518 519 520 521 522 523 524 525 526 527 528 529 530 531 532 533 534 535 536 537 538 539 540 541 542 543 544 545 546 547 548 549 550 551 552 553 554 555 556 557 558 559 560 561 562 563 564 565 566 567 568 569 570 571 572 573 574 575 576 577 578 579 580 581 582 583 584 585 586 587 588 589 590 591 592 593 594 595 596 597 598 599 600 601 602 603 604 605 606 607 608 609 610 611 612 613 614 615 616 617 618 619 620 621 622 623 624 625 626 627 628 629 630 631 632 633 634 635 636 637 638 639 640 641 642 643 644 645 646 647 648 649 650 651 652 653 654 655 656 657 658 659 660 661 ... 997 998 999 1000 1001 1002

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit