LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
444 - Dans l'oeuvre d'Agatha Christie, quelle est la nationalité d'Hercule Poirot?
A
belge
B
anglaise
C
française
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : A


Les nouveautés du site

Le Pessimisme de Leconte de Lisle

|| Il pèse sur toute l'oeuvre du poète, comme la chape de plomb, symbole des Destinées, sur les épaules des humains misérables. Il assombrit tout à coup les paysages les plus ensoleillés. De « Midi, roi des étés «, il nous plonge dans le « néant divin «. C'est, chez Leconte de Lisle, une sorte d'obsession; la note pessimiste...

8 pages - 1,80 ¤

Le Poète et la Foule de Th. Gautier (commentaire)

Note : 5.4/10

Théophile GAUTIER   (1811-1872) Le poète et la foule   La plaine un jour disait à la montagne oisive :  " Rien ne vient sur ton front des vents toujours battu ! " Au poète, courbé sur sa lyre pensive,  La foule aussi disait : " Rêveur, à quoi sers-tu ? "   La montagne en courroux répondit à la plaine :  " C'est moi qui fais...

8 pages - 1,80 ¤

Les Aveugles, de Baudelaire. Commentaire.

Note : 5.4/10

B A U D E L A I R E L E S    A V E U G L E S   Contemple-les, mon âme; ils sont vraiment affreux !Pareils aux mannequins; vaguement ridicules;Terribles, singuliers comme les somnambules;Dardant on ne sait où leurs globes ténébreux. Leurs yeux, d'où la divine étincelle est partie,Comme s'ils regardaient au loin, restent levésAu ciel;  on ne...

8 pages - 1,80 ¤

En quoi Théophile Gautier est-il un précurseur du Parnasse ?

Note : 5.4/10

|| À vingt-quatre ans, Théophile Gautier, ancien chef de claque, toujours fervent admirateur de Victor Hugo, toujours enchanté par le souvenir de la bataille d'Hernani, se détache de l'école romantique. Dans la préface d'un roman, Mlle de Maupin (1835), il déclare que cette poésie ne répond plus aux aspirations de la société nouvelle. Selon l'expression d'un parnassien, il brise...

8 pages - 1,80 ¤

Baudelaire est-il romantique, parnassien ou Symboliste ?

Note : 5.4/10

«Dis-moi qui tu hantes, je te dirai qui tu es«. Baudelaire a fréquenté romantiques, parnassiens et symbolistes. Nous voilà bien renseignés!... En réalité, il n'appartient à aucune école, mais il tient par quelques fils aux romantiques, il offre d'incontestables à-côtés parnassiens et tous les symbolistes se réclament de lui à juste titre... sans compter ceux que l'on a...

7 pages - 1,80 ¤

La Sieste de De HEREDIA (commentaire)

Note : 5.4/10

La Sieste José Maria de Hérédia (1842-1905) *** Pas un seul bruit d'insecte ou d'abeille en maraude, Tout dort sous les grands bois accablés de soleil Où le feuillage épais tamise un jour pareil Au velours sombre et doux des mousses d'émeraude.Criblant le dôme obscur, Midi splendide y rôdeEt, sur mes cils mi-clos alanguis de sommeil, De mille éclairs furtifs forme un réseau vermeil Qui s'allonge et...

7 pages - 1,80 ¤

Mors de Malherbe et de Hugo. Commentaire comparé

Note : 5.4/10

Mors. La Mort a des rigueurs à nulle autre pareilles; On a beau la prier, La cruelle qu'elle est se bouche les oreilles Et nous laisse crier. Le pauvre en sa cabane où le chaume le couvre Est sujet à ses lois; Et la garde qui veille aux barrières du Louvre N'en défend point nos rois. De murmurer contre elle et perdre patience Il est mal...

10 pages - 1,80 ¤

Alfred de Musset. Premières poésies. Les Secrètes pensées de Rafael. GENTILHOMME FRANCAIS. FRAGMENT. COMMENTAIRE

Note : 5.4/10

Salut, jeunes champions d'une cause un peu vieille,Classiques bien rasés, à la face vermeille,Romantiques barbus, aux visages blêmis!Vous qui des Grecs défunts balayez le rivage,Ou d'un poignard sanglant fouillez le moyen âge,Salut! - J'ai combattu dans vos camps ennemis.Par cent coups meurtriers devenu respectable,Vétéran, je m'assois sur mon tambour crevé.Racine, rencontrant Shakspeare sur ma table,S'endort près de Boileau...

8 pages - 1,80 ¤

Discuter cette assertion de V. Hugo (Préface de Cromwell) : Tout ce qui est dans la Mature est dans l'Art.

Note : 5.4/10

|| La question que Victor Hugo semble trancher ici avec une intrépide assurance, est vieille comme Fart lui-même. Elle se posa dès le jour où un homme, pour exprimer la beauté des choses, prit en main un pinceau, tin ciseau ou une plume. « Quel rapport, se demanda-t-il, dois-je établir entre la nature dont je m'inspire et l'image que...

8 pages - 1,80 ¤

Les Oiseaux. Les Contemplations. HUGO. Commentaire

Note : 5.4/10

Les Oiseaux Je rêvais dans un grand cimetière désert;De mon âme et des morts j'écoutais le concert,Parmi les fleurs de l'herbe et les croix de la tombe.Dieu veut que ce qui naît sorte de ce qui tombe.Et l'ombre m'emplissait. Autour de moi, nombreux,Gais, sans avoir souci de mon front ténébreux,Dans ce champ, lit fatal de la sieste dernière,Des moineaux francs...

8 pages - 1,80 ¤

Victor Hugo, poète lyrique ?

Note : 5.4/10

|| L'homme, en V. Hugo, ne fait pas honneur à l'humanité; sa vie ne fut ni un modèle ni un exemple; mais le poète compte bien parmi les mieux doués de tous les temps. Onorate l'altissimo poeta! et certes son oeuvre est assez complexe pour retenir l'admiration à des titres divers. Tel se sent subjugué par les fresques épiques...

5 pages - 1,80 ¤

Victor Hugo annonce a un ami qu'il se propose d'écrire des drames où il rendra au théâtre français les libertés que le XVIIe siècle lui a ravies.

Note : 5.4/10

Paris, le 15 septembre 1827. A Monsieur Louis Boulanger, peintre. Mon cher Ami, Que de fois n'avons-nous pas gémi ensemble sur l'état lamentable de la scène française! Combien de nos amicales causeries, sous les marronniers du Luxembourg, ont eu pour objet les origines de cette humiliante médiocrité, la nécessité et les moyens d'en sortir! Les projets de réformes affluent dans...

10 pages - 1,80 ¤

Chateaubriand et Lamartine

Note : 5.4/10

|| Commenter, en l'illustrant par des exemples, cette opinion d'E. Faguet : « Lamartine a fait dans le domaine de la poésie presque autant que Chateaubriand dans un empire plus vaste. Chateaubriand a renouvelé Fimagination française; Lamartine a retrouvé les sources de la poésie tendre, noble, pure et élevée. « Les noms de Chateaubriand et de Lamartine sont intimement liés...

8 pages - 1,80 ¤

Alfred de Vigny a écrit (Journal d'un Poète) : « Les animaux lâches vont en troupes. — Le Lion marche seul dans le désert. Qu'ainsi marche toujours le Poète. » Qu'y a-t-il de romantique dans cette conception ? Quelle place tient-elle dans l'oeuvre de Vigny ? Qu'est-ce qui,dans cette oeuvre, corrige et atténue l'orgueilleuse dureté de cette idée ?

Note : 5.4/10

La Fontaine compare l'homme aux bêtes; nul ne songe à s'en froisser. On sourit, on admire; on accepte la leçon du malicieux bonhomme. Vigny prétend nous mettre à l'école de ses « sublimes animaux «. J'ignore quel effet produisent leurs leçons sur mes semblables, mais je sais qu'elles ont le don de m'irriter. J'admire... parfois; je regimbe toujours....

6 pages - 1,80 ¤

Gérard de Nerval, Odelettes, 1832: Une allée du Luxembourg (commentaire)

Note : 5.4/10

Gérard de Nerval, " Une allée du Luxembourg " Odelettes, 1832 Elle a passé, la jeune fille, Vive et preste comme un oiseau ; A la main une fleur qui brille, A la bouche un refrain nouveau. C’est peut-être la seule au monde Dont le cœur au mien répondrait ; Qui, venant dans ma nuit profonde, D’un seul regard l’éclairerait !... Mais non, - ma jeunesse est finie... Adieu, doux rayon qui m’a lui, - Parfum, jeune fille, harmonie... Le bonheur passait, - il a fui ! ||  Intro : Nerval est...

4 pages - 1,80 ¤

Montrez comment Lamartine « a prêté des modulations nouvelles à l'éternel soupir de l'humanité ».

Note : 5.4/10

||   Depuis la naissance du monde, les mêmes émotions, ou à peu près, ont agité le coeur de l’homme, et lui ont arraché des soupirs qui, prolongés d’âge en âge, font comme un immense soupir ininterrompu. Soupirs de l’amour avec ses troubles, ses craintes, ses ivresses, ses mélancolies, ses séparations, ses désespoirs. Soupirs des parents penchés sur le berceau d’où la vie à peine...

7 pages - 1,80 ¤

Que pensez-vous de ces vers de Lamartine (Marseillaise de la paix) : L'égoïsme et la haine ont seuls une patrie ; La fraternité n'en a pas.

Note : 5.4/10

||   Il serait injuste de partir aussitôt en guerre contre l’auteur de ces deux vers. Il faut, pour les bien juger : 1° rappeler les circonstances dans lesquelles fut composée la Marseillaise de la Paix; 2° mettre en regard les autres textes où Lamartine, patriote et citoyen, exprime sa pensée totale sur la Patrie. L’opinion française, vers 1840, alors que nous menaçait la coalition...

7 pages - 1,80 ¤

Le Sentiment de la Nature chez Lamartine

Note : 5.4/10

||   Les étrangers nous ont parfois reproché de ne pas aimer la nature comme elle doit être aimée : pour elle-même. Le Français, disent-ils, n’est pas insensible à la nature, mais il ne la connaît pas dans ses profondeurs, dans son mystère. Il ne va pas vers la nature mystérieuse et sauvage; ses pieds aiment un sentier sablé, ses yeux une ordonnance habile,...

8 pages - 1,80 ¤

Pour Lamartine

Note : 5.4/10

||   En 1867, le gouvernement proposa au Corps législatif de voter une dotation nationale à Lamartine vieilli et ruiné. Emile Ollivier, son admirateur fervent, rédigea, pour soutenir le projet de loi, un rapport qui émut profondément le poète. Vous composerez son discours devant l'Assemblée. Messieurs, Le projet de loi, que j’ai eu l’honneur de déposer sur le Bureau de la Chambre, et que je viens...

4 pages - 1,80 ¤

En quoi le Romantisme de Madame de Staël diffère-t-il de celui de Chateaubriand ?

Note : 5.4/10

|| Il existe presque autant de romantismes que d'auteurs romantiques. Vouloir ramener à deux types opposés ce mouvement si complexe; tenter de grouper autour de Mme de Staël tous ceux qui se rattachent à elle, et autour de Chateaubriand tous ceux qui ont navigué dans son « sillage «, semble une entreprise aussi vaine que hasardeuse. Tout au plus...

12 pages - 1,80 ¤

J. Lemaître a dit de Chateaubriand: « Il est l'inventeur d'une nouvelle forme d'être triste »

Note : 5.4/10

||Ce jugement de J. Lemaître rappelle invinciblement cet autre, plus connu, de Th. Gautier : « Il a inventé la mélancolie moderne. « Sous la variété des expressions, c'est la même idée qui se fait jour. D'autres, en d'autres termes, ont répété qu'un des mérites les plus originaux de Chateaubriand était d'avoir mis en honneur une certaine sorte...

12 pages - 1,80 ¤

Un « Paysage lyrique » de Lamartine (Les cinq premières strophes de l'Isolement)

Note : 5.4/10

LamartineL’Isolement     Souvent sur la montagne, à l’ombre du vieux chêne,Au coucher du soleil, tristement je m’assieds ;Je promène au hasard mes regards sur la plaine,Dont le tableau changeant se déroule à mes pieds. Ici, gronde le fleuve aux vagues écumantes,Il serpente, et s’enfonce en un lointain obscur ;Là, le lac immobile étend ses eaux dormantesOù l’étoile du soir se lève dans l’azur. Au...

11 pages - 1,80 ¤

Chateaubriand juge de Chateaubriand

Note : 5.4/10

||   « Maintenant, dans la supposition que mon nom laisse quelque trace, je le devrai au Génie du Christianisme. Sans illusion sur la valeur intrinsèque de l'ouvrage, je lui reconnais une valeur accidentelle; il est venu juste et à son moment. « (Mémoires d'Outre-Tombe.) Expliquez et appréciez ce jugement. Chateaubriand reste le plus grand nom qui ait marqué le début du...

12 pages - 1,80 ¤

André Chénier est-il classique ou romantique ?

Note : 5.4/10

||   Lorsque parut l'édition fameuse... et incomplète de 1819, Victor Hugo, «jeune jacobite « âgé de dix-sept ans, esquissa un parallèle entre Chénier et Lamartine, où Ton trouve cette double et — sous sa plume —- ahurissante antithèse : « Le premier est romantique parmi les classiques; le second est classique parmi les romantiques. « La nouvelle école se...

11 pages - 1,80 ¤

Marivaux, voulant donner son sentiment sur la querelle des aneiens et des modernes, écrivait en 1755 (commentaire)

Note : 5.4/10

|| Une grande quantité d'idées et une grande disette de goût dans les ouvrages de l'esprit, peuvent fort bien se rencontrer ensemble et ne sont point du tout incompatibles. L'augmentation des idées est une suite infaillible de la durée du monde; la suite de cette augmentation ne tarit point, tant qu'il y a des hommes qui se succèdent... Mais...

12 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 582 583 584 585 586 587 588 589 590 591 592 593 594 595 596 597 598 599 600 601 602 603 604 605 606 607 608 609 610 611 612 613 614 615 616 617 618 619 620 621 622 623 624 625 626 627 628 629 630 631 632 633 634 635 636 637 638 639 640 641 642 643 644 645 646 647 648 649 650 651 652 653 654 655 656 657 658 659 660 661 662 663 664 665 666 667 668 669 670 671 672 673 674 675 676 677 678 679 680 681 682 683 684 685 686 687 688 689 690 691 692 693 694 695 696 697 698 699 700 701 702 703 704 705 706 707 708 709 710 711 712 713 714 715 716 717 718 719 720 721 722 723 724 725 726 727 728 729 730 731 ... 951 952 953 954 955 956

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit