LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
444 - Dans l'oeuvre d'Agatha Christie, quelle est la nationalité d'Hercule Poirot?
A
belge
B
anglaise
C
française
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : A


Les nouveautés du site

Le Génie n'a qu'un siècle (Voltaire)

|| On lit dans le Siècle de Louis XIV : « A peu près vers le temps de la mort de Louis XIV, la nature sembla se reposer... Il ne faut pas croire que les grandes passions tragiques et les grands sentiments puissent se varier à l'infini... tout a ses bornes. La haute comédie a aussi les siennes. Il...

11 pages - 1,80 ¤

Portrait de Madame de Staël

La photographie, croyons-nous, lui eût été cruelle. Le pinceau nous a légué la « grosse dame au turban « et « Corinne au Cap Misène «. Le crayon nous a dessiné un visage hommasse sur un buste plantureux : on l'accuse d'avoir trahi le modèle et « chargé « jusqu'à la caricature incluse. Prendrons-nous une moyenne? Quoi que...

9 pages - 1,80 ¤

Expliquer et apprécier ce jugement de d'Alembert dans le Discours préliminaire de l'Encyclopédie

|| Quand on considère les progrès de l'esprit humain depuis la Renaissance, on trouve que ces progrès se sont faits dans l'ordre qu'ils devaient naturellement suivre. On a commencé par l'érudition, continué par les belles-lettres, et fini par la philosophie. Un mot domine ce jugement synthétique portant sur trois siècles de l'histoire intellectuelle de l'humanité : le mot Progrès. C'est...

11 pages - 1,80 ¤

Le Sentiment de la Nature chez Chateaubriand

|| Semblable étude doit presque nécessairement commencer par le mot de Gautier : « Il a rouvert la grande nature fermée. « C'est là un des mérites que la postérité a le moins contestés à Chateaubriand. Mais avant de souscrire au jugement d'un disciple reconnaissant, peut-être est-il bon de rappeler que, cinquante ans plus tôt, Rousseau avait « mis...

13 pages - 1,80 ¤

« LE MONOLOGUE D'HERMIONE » Extrait de Jean Racine. « Andromaque »

Au cours de ce monologue, Hermione remet sans cesse en cause ses décisions passées par des questions et des oppositions entre ses deux avis : faire tuer Pyrrhus ou le sauver.   La fonction de ce monologue par rapport à la progression de l’acte est de permettre à Hermione d’arrêter l’action et d’introspecter ses décisions (fonction introspective) : « pourquoi, quelles sont les...

3 pages - 1,80 ¤

LES ACHARNIENS, Aristophane. COMMENTAIRE DU PROLOGUE Pages 35 à 47

||Les Acharniens furent joués pour la première fois en 425 et la pièce constitua la première comédie conservée d’Aristophane. C’est dans un contexte politique et social  difficile de lutte -celle de la guerre du Péloponnèse qui durait déjà depuis 6 années, des Spartiates décimant le sol Attique, de la peste qui ravageait la cité- qu’Aristophane propose une comédie « pacifiste «....

5 pages - 1,80 ¤

Le rôle de la mort dans Tous les matins du monde - Pascal Quignard

|| En 1991, Pascal Quignard écrit un roman, Tous les matins du monde, aussitôt adapté au cinéma par Alain Corneau. Cette œuvre s’inspire très librement de la vie de Monsieur de Sainte Colombe, musicien du 17eme siècle et de l’un de ses élèves, Marin Marais. Aussi une des particularités du roman de Quignard, c’est qu’il fait intervenir la mort,...

1 page - 1,80 ¤

Chevreuil, délégué par l'Empereur et par le ministre de l'Instruction publique, prononce à Montbard l'éloge de Buffon, à l'occasion de l'érection de la statue du grand homme.

|| Mesdames, Messieurs, Plusieurs similitudes apparentent le grand homme que vous fêtez, votre illustre compatriote, à l’humble délégué que Sa Majesté impériale et Son Excellence M. le Ministre de l’instruction publique ont désigné pour prendre la parole devant cette statue, au nom de la France, de la Science et des Belles-Lettres qui, toutes trois, ont lieu d’être fières de Georges-Louis Leclerc, comte de Buffon. Encore...

7 pages - 1,80 ¤

« La Poésie, qu'est-ce que cela prouve ? » (d'Alembert). Essayez de déterminer le sens, le portée, la valeur de cette question.

|| D’après une autre version, d’Alembert aurait dit, en sortant d’une représentation : « Athalie, qu’est-ce que cela prouve? « Cette divergence éveille aussitôt nos doutes. L’anecdote est-elle authentique ? Contentons-nous de nous le demander, n’ayant aucun moyen de contrôle. Mais peut-être le même propos, rapporté de façon différente, est-il exact en son fond ? Il est du moins aise d’opérer un rapprochement entre...

6 pages - 1,80 ¤

Buffon écrit à un ami qui lui conseillait de faire l'éloge des Sciences dans son discours de réception à l'Académie française.

|| Mon cher Ami, Très cordialement, je vous remercie des félicitations que vous avez bien voulu m’adresser dès l’annonce de mon élection à l’Académie française. Certes je me réjouis d’avoir été appelé, sans aucune démarche de ma part, sans les traditionnelles « visites «, à siéger parmi les « quarante immortels «. Le sage ne court pas après les honneurs, ni ne les fuit...

5 pages - 1,80 ¤

Les Grands Écrivains du XVIIIe siècle et l'Encyclopédie. Il semble que, dans l'armée encyclopédique, chacun des grands écrivains du siècle eut un rôle particulier, réservé à son genre ou à son talent. Pouvez-vous essayer une classification ?

|| L’ « armée encyclopédique «, plus nombreuse que disciplinée, fut conduite à l'assaut des doctrines et des institutions du passé par des chefs qui ne s’entendirent pas toujours et ne marchèrent pas jusqu’au bout la main dans la main. Ils triomphèrent, néanmoins, grâce au fonds d’idées communes qu’ils défendaient ou préconisaient : restituer à l’humanité ses titres de gloire; grâce à l’entente tacite...

7 pages - 1,80 ¤

Joubert contre Jean-Jacques Rousseau

|| On lit dans les Pensées de Joubert : Donner de l'importance, du sérieux, de la hauteur et de la dignité aux passions, voilà ce que J.-J. Rousseau a tenté. Lisez ses livres : la basse envie y parle avec orgueil; l'orgueil s'y donne hardiment pour une vertu; la paresse y prend l'attitude d'une occupation philosophique et la grossière gourmandise...

7 pages - 1,80 ¤

Vauvenargues écrivait, vers 1740 : « L'homme est maintenant en disgrâce chez tous ceux qui pensent, et c'est à qui le chargera le plus de vices. Mais peut-être est-il sur le point de se relever et de se faire restituer toutes ses vertus, car la philosophie a ses modes comme les habits, la musique et l'architecture. » Expliquez et appréciez ce Jugement.

|| Cette pensée du jeune ami de Voltaire n'est-elle pas un écho des Remarques sur les « Pensées « de Pascal, parues en 1734? On lit, en effet, dans l'Introduction : « L'esprit dans lequel M. Pascal écrivit ses Pensées, était de montrer l'homme dans un jour odieux; il s'acharne à nous peindre tous méchants et malheureux... Il impute...

7 pages - 1,80 ¤

J.-J. Rousseau, Citoyen du Pays des Chimères

|| Le pays des chimères est, en ce monde, le seul digne d'être habité,, et tel est le néant des choses humaines que, hors de l'Etre existant par lui-même, il n'y a rien de beau que ce qui n'est pas. Ces lignes de J.-J. Rousseau n'expliquent-elles pas, en partie, sa vie, son caractère, son oeuvre ? La vie, le caractère, l'oeuvre...

9 pages - 1,80 ¤

Le Sentiment de la Nature chez J.-J. Rousseau.

|| Avant une heure, même les jours les plus ardents, je partais par le grand soleil avec le fidèle Achate (son chien), pressant le pas, dans la crainte que quelqu'un ne vînt s'emparer de moi avant que j'eusse pu m'esquiver; mais, quand une fois j'avais pu doubler un certain coin, avec quel battement de coeur, avec quel pétillement de...

9 pages - 1,80 ¤

L'influence de Voltaire. L'oeuvre de Voltaire exeree-t-elle encore quelque influence sur les lettres françaises? Est-ce heureux pour elles ?

|| Avant de mourir, Voltaire put assister à sa propre apothéose : ses contemporains n'avaient guère pour lui que de l'admiration; son nom était sur toutes les lèvres, et ses ouvrages dans toutes les mains. Arouet était vraiment le Roi Voltaire. Cent cinquante années nous séparent de cette mort, et à mesure que Voltaire s'enfonce dans le passé, son influence...

7 pages - 1,80 ¤

Voltaire et Rousseau

|| 1733. — Elégamment vêtu, portant épée et perruque, un jeune professeur de musique (21 ans), va et vient, un livre à la main, entre deux leçons, dans un jardin de Chambéry. Visiblement, sa lecture le passionne, le met hors de lui-même. A diverses reprises, il tire son mouchoir et s'essuie les yeux. Le petit livre achevé, il s'affale...

13 pages - 1,80 ¤

Pourquoi Montesquieu a-t-il admiré la Rome antique et l'Angleterre moderne ?

||   Cette question risque de laisser supposer que Montesquieu a professé pour Rome et l'Angleterre une admiration sans mélange et sans borne. Il n'en est pas ainsi. Il a bien connu, il a parfois dénoncé en termes vigoureux les faiblesses et les tares de l'une et de l'autre. S'il admire les causes de la « grandeur « de Rome, il...

7 pages - 1,80 ¤

Expliquez et appréciez ce mot de Fontenelle : « Si j'avais la main pleine de vérités, je me garderais bien de l'ouvrir. »

  Introduction. — Si nous en croyons les Mémoires de Duclos, Fontenelle aurait prononcé ces paroles au café Procope où, sous la Régence, se réunissaient les gens de lettres. Plus que soixantenaire, il y représentait, l'élément ancien; il y coudoyait surtout des «jeunes« qui, en sa présence, faisaient assaut de verve et d'éloquence. Ce « café « avait la...

7 pages - 1,80 ¤

« Arrias », de La Bruyère et le « Décisionnaire », de Montesquieu.

||   Impossible, en lisant les Lettres Persanes, de ne pas songer aux Caractères. Ici, la comparaison s'impose. A qui attribuer la palme? « Montesquieu, prétend Sainte-Beuve, égale La Bruyère en s'en ressouvenant. « Pareille autorité risque de troubler notre jugement. Passons outre, procédons à un examen attentif et osons dire : « Nous ne partageons pas votre avis. « Premier...

7 pages - 1,80 ¤

Voltaire « grand poète des petits vers »

||   C'est là un éloge restrictif et quelque peu ironique. Ne revient-il pas à dire : « La haute poésie lui fut interdite « ? Oui, Voltaire a brillé dans les petits genres en proportion même de son incapacité à exceller dans les grands. Après avoir démontré son insuffisance poétique dans l'épopée, la tragédie, la poésie lyrique, philosophique et...

7 pages - 1,80 ¤

Le Soldat français (Voltaire): ÉPÎTRES

C’est ici que l’on dort sans lit,  Et qu’on prend ses repas par terre;  Je vois et j’entends l’atmosphère  Qui s’embrase et qui retentit  De cent décharges de tonnerre;  Et dans ces horreurs de la guerre  Le Français chante, boit, et rit.  Bellone va réduire en cendres  Les courtines de Philisbourg,  Par cinquante mille Alexandres  Payés à quatre sous par jour:  Je les vois, prodiguant leur vie,  Chercher ces combats...

7 pages - 1,80 ¤

A quelle date placer le commencement du XVIIIe siècle ?

||   Dans une de ses leçons, après avoir cité la note de Dangeau : « Le roi est mort ce matin à huit heures un quart « (1er septembre 1715), Villemain ajoute: « A partir de cette date, commence pour nous le xviiie siècle. « Que voulait dire Villemain, en faisant commencer le XVIII6 siècle à la mort de Louis...

5 pages - 1,80 ¤

L'admiration du XVIIe siècle est une des forces sociales de la France. Expliquez et appréciez ce jugement de Désiré Misard

||   «Vous êtes orfèvre, Monsieur Josse!« — «Vous vantez votre marchandise!« pourrait-on dire au critique. Du xvne siècle littéraire, Nisard a fait, on le sait, sa spécialité, sa chose, son « dada«. Il Padmire sous toutes ses faces, dans tous ses écrivains. C'est pour lui la toise, qui mesure toute grandeur intellectuelle, la pierre de touche qui révèle l'aloi...

7 pages - 1,80 ¤

« Dans les livres, affirme Montesquieu, ou trouve les hommes meilleurs qu'ils ne sont. » Est-ce vrai des livres du XVIIe siècle que vous avez étudiés ?

||    Peut-être Montesquieu entendait-il parler de ses propres ouvrages, ou des livres de son temps, auquel cas il aurait en partie raison. Si dans les Lettres Persanes il n'épargne pas ses compatriotes et les peint souvent plus laids que nature, ses Romains sont singulièrement embellis; et à côté des Français dépréciés, il a eu soin de placer ses chers...

7 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 583 584 585 586 587 588 589 590 591 592 593 594 595 596 597 598 599 600 601 602 603 604 605 606 607 608 609 610 611 612 613 614 615 616 617 618 619 620 621 622 623 624 625 626 627 628 629 630 631 632 633 634 635 636 637 638 639 640 641 642 643 644 645 646 647 648 649 650 651 652 653 654 655 656 657 658 659 660 661 662 663 664 665 666 667 668 669 670 671 672 673 674 675 676 677 678 679 680 681 682 683 684 685 686 687 688 689 690 691 692 693 694 695 696 697 698 699 700 701 702 703 704 705 706 707 708 709 710 711 712 713 714 715 716 717 718 719 720 721 722 723 724 725 726 727 728 729 730 731 732 ... 951 952 953 954 955 956

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit