LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
769 - Dans les Évangiles, les paraboles ont une fonction :
A
a) ludique.
B
b) didactique.
C
c) critique.
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : B
Correction :
réponse b) Les Évangiles, dans le Nouveau Testament de la Bible, contiennent des paraboles célèbres, comme celle du fils prodigue, des talents ou encore de la brebis égarée. Le but de ces récits est de faire comprendre à tous des règles morales qui ne peuvent être expliquées facilement par un discours abstrait. La fiction rend immédiatement perceptibles des éléments de théologie parfois très subtils. Ex.: « Qui d'entre vous, ayant cent brebis, s'il en perd une, ne laisse les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert, pour aller après celle qui est perdue, jusqu'à ce qu'il l'ait retrouvée? Et quand il l'a retrouvée, il la met avec joie sur ses épaules ; et, de retour à la maison, il assemble ses amis et ses voisins, et leur dit : Réjouissez-vous avec moi, parce que j'ai trouvé ma brebis qui était perdue. Ainsi, je vous le dis, il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n'ont pas besoin de repentir. »


Les nouveautés du site

Montesquieu a écrit: L'étude a été pour moi le souverain remède contre les dégoûts de la vie, n'ayant jamais eu de chagrin qu'une heure de lecture n'ait dissipé. Que pensez-vous de cet aveu ? Vous semble-t-il caractéristique de l'esprit de Montesquieu ? Ce genre de diversion vous paraît-il s'appliquer à toute sorte de chagrins et résulter de n'importe quelle lecture ?

On omet parfois, en citant cette confidence de Montesquieu, la première partie de la phrase. C'est à tort, car cette omission peut conduire à une interprétation erronée. En effet, le mot étude éclaire le mot lecture, comme dégouts définit chagrin. Si l'on ne tient compte de cette relation voulue, on s'expose à fausser le caractère de l'auteur. La lecture est pour lui...

3 pages - 1,80 ¤

Montesquieu: Voici les poètes dramatiques qui, selon moi, sont les poètes par excellence (Lettres persanes)

|| Rica s'en est allé visiter la bibliothèque, de l'Abbaye de Saint-Victor; sous la conduite d'un moine, il en parcourt les diverses sections. Chemin faisait, son guide apprécie les volumes dont il a la garde, et nous révèle les idées de Montesquieu lui-même. Il réduit singulièrement le prestige des poètes dont le métier est de mettre des entraves au bon sens «....

3 pages - 1,80 ¤

Comment Villemain a-t-il pu appeler les Lettres Persanes: le plus sérieux des livres frivoles

|| La réponse à cette question est dans tous les manuels. La plupart abondent dans le sens de Villemain et se rallient à cette antithèse qui nous rappelle les « fausses fenêtres « de Pascal. En dépit de cette quasi-unanimité, nous nous permettrons, après enquête personnelle et à la suite de critiques au moins aussi avertis que l'éloquent Villemain, de soutenir, avec preuves...

5 pages - 1,80 ¤

Dialogue des morts entre Corneille et son neveu Fontenelle: La scène se passe en 1757, à l'arrivée de Fontenelle aux enfers.

|| CoRNEILLE. - Mon cher Neveu, vous m'avez fait attendre au delà des délais coutumiers; et si la patience - sur laquelle vous dissertâtes jadis si joliment - n'était une vertu d'outre-tombe, je me serais certainement laissé aller à de graves manquements en la matière. Je ne pensais pas, certes, vous devancer de si longtemps dans l'éternité, vous que j'avais vu si frêle et...

4 pages - 1,80 ¤

Expliquez et apprécier ce jugement de Chateaubriand sur Voltaire: Il fait luire une fausse raison, qui détruit le mervellleux, rapetisse l'âme, et montre sous un jour hideusement gai l'homme à l'homme.

|| Voltaire a résolu d'anéantir le christianisme : « Ecrasons l'infâme ! « La raison négatrice, l'ironie, le sarcasme sont ses armes habituelles. Chateaubriand a rêvé, au lendemain de la Révolution, qui semble avoir réalisé le projet voltairien, de « restaurer la cathédrale gothique «. Son apologie de la religion est esthétique et sentimentale. Par leur dessein, par les moyens employés, ils sont donc...

3 pages - 1,80 ¤

Influence des salons du XVIIe siècle sur la Littérature française

||   Les Salons du xviie siècle littéraire (1610-1715) vont, en réalité, de celui de la marquise de Rambouillet (1618) à ceux de la duchesse du Maine (1700) et de la marquise de Lambert (1710). Mais quand on parle de l'influence des Salons sur notre littérature classique, on ne saurait guère songer à ces derniers qui, par leur esprit, échappent au xviie siècle. Limitons-nous...

3 pages - 1,80 ¤

La langue française au XVIIe siècle

|| Pour caractériser le sort fait à la langue française au xviie siècle, un orateur s'exprimait ainsi : «Sortie des agitations du xvie siècle, un peu rude sans doute, mais charmante de grâce naïve, la langue a gardé quelque chose de la finesse et de la verve gauloise de Marot; Ronsard lui a donné le goût de l'antique qui lui va si bien;...

2 pages - 1,80 ¤

Montrez que les grands écrivains du règne de Louis XIV ont été des moralistes dans des genres différents et à des degrés divers.

|| Les meilleurs écrivains de la période classique du xviie siècle semblent s'être peu souciés de la nature extérieure; tout au plus l'ont-ils regardée comme un cadre aux scènes où s'agite l'homme moral, objet presque constant de leurs études. Nos passions, les philosophes de cette époque les soumettent à une sagace et impitoyable analyse; les prédicateurs les provoquent et les combattent du haut de...

3 pages - 1,80 ¤

Fénelon a reçu d'un ami intime et sûr une lettre où celui-ci déplore l'exil irrévocable : Cambrai auquel le Prélat est condamné (1699). - L'Archevêque répond à son ami.

|| Monsieur, Je demeure extrêmement touché de la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'adresser, ainsi que des sentiments d'estime et d'amitié que vous me témoignez. Si j'étais dans la situation douloureuse que vous croyez, de telles consolations seraient bien efficaces pour ramener le calme dans une âme troublée; mais, grâce à Dieu, mon coeur n'est pas ulcéré et je n'ai nulle difficulté de...

2 pages - 1,80 ¤

Que savez-vous de l'influence de Boileau au XVIIe siècle et depuis ?

Boileau a cette rare fortune de n'être indifférent à aucun de ceux qui, en France, s'occupent de l'histoire littéraire et de l'art d'écrire. Et parce qu'il représente l'autorité qui s'impose, la règle inflexible, la barrière dressée par le bon sens devant les capricieuses fantaisies du demi-talent, il a été tour à tour déifié et dénigré. Les louanges et les attaqùes ont également contribué...

2 pages - 1,80 ¤

En 1665, après que Boileau eut publié ses premières Satires, un ami lui écrit pour lui conseiller de renoncer à ce genre.

|| Monsieur et cher Ami, Je viens tenter auprès de vous une démarche que vous estimerez peutêtre téméraire, mais qui, vous pouvez m'en croire, m'a été inspirée par la plus sincère amitié. Vous savez si j'ai goûté vos poésies. Je ne vous ai épargné jusqu'ici mon admiration ni mes encouragements, au risque de me créer des ennemis. De votre cause, fai fait ma propre cause,...

2 pages - 1,80 ¤

Chrysale écrit à l'un de ses amis pour lui faire part du mariage de sa fille Henriette avec Clitandre. Il lui dit pourquoi et comment les Femmes savantes se sont opposées à cette union; fait le portrait de Trissotin et explique, en s'attribuant naturellement le beau rôle, l'heureux dénouement du conflit.

  Mon cher Ami, Je n'abuse point de l'ordinaire et vous allez tressauter en reconnaissant mon écriture. Calmez votre émoi; il ne m'est rien arrivé de fâcheux. C'est une bonne nouvelle que vous apporte ce paquet. Je marie ma fille, ma cadette. L'événement n'est, à vrai dire, qu'à demi joyeux, car c'est perdre à moitié ses enfants que de leur donner un mari. Mais...

3 pages - 1,80 ¤

Quelle époque de la Littérature française admirez-vous le plus ?

|| En un sujet si vaste, je ne saurais exposer tout au long les raisons qui me portent à évincer le xvie et le xviiie siecle; une brève explication y suffira. Le siècle de la Renaissance m'apparaît comme un superbe chaos. Tout y est Jeune, comme au prmtemps, tout bouillonne de sève; mais la pensee hésite, les langues balbutient encore. Le siècle de...

3 pages - 1,80 ¤

La mort d'Harpagon

||   Pour Harpagon, le mariage de ses enfants avait été avantageux de tous points : le vieux pingre les établissait sans dot, et leur départ lui permettait de mettre dehors sa valetaille, qui lui coûtait... si cher ! La Flèche, vertement congédié, n'a plus remis les pieds chez le vilain ladre, et maître Jacques remplit chez Cléante l'office de cuisinier. L'avare a...

2 pages - 1,80 ¤

La première représentation du « Misanthrope »

|| Vendredi 4 juin 1666. - Depuis cinq jours, Molière a fait annoncer un nouveau spectacle; le 30 mai, après la représentation de Sganarelle, l'acteur La Grange, parlant au nom de la troupe du Palais-Royal, avait remercié le. public de sa sympathie et en avait demandé la continuation pour une prochaine comédie en cinq actes et en vers, intitulée Le Misanthrope. A deux heures...

3 pages - 1,80 ¤

Est-il vrai, comme le dit Molière dans « la Critique de l'École des Femmes », que la Comédie soit « un peu plus difficile à faire que la Tragédie » ?

Au lendemain de la représentation de la « Critique « (2 juin 1663), Molière, Boileau, La Fontaine, Racine sont rassemblés à l'auberge du Mouton Blanc. Molière reçoit les félicitations de ses amis. Incontestablement, il a eu les rieurs pour lui, sa pièce a plu; mais n'a-t-il pas prêté le flanc à ses adversaires en avançant que la comédie est « un...

3 pages - 1,80 ¤

Madame de La Sablière reproche à Boileau d'avoir omis la fable dans son Art poétique.

|| Je viens de lire, Monsieur, votre Art poétique. Je reconnais la justice des éloges que vous décerne un public éclaire. Vous êtes bien «le législateur du Parnasse français«. Jamais le bon sens et la raison ne parlèrent un plus beau langage en pareille matière; votre ouvrage sera le code littéraire de ce siècle.... ||...

3 pages - 1,80 ¤

« L'Amitié n'est, pour la Rochefoucauld, qu'un commerce où l'amour-propre se propose toujours quelque chose à gagner ». La Fontaine vient de lire cette pensée et écrit à Madame de la Sablière pour lui dire ce qu'il en pense.

||    Madame et chère amie, Une fois de plus, je le constate, L'absence est le plus grand des maux. A peine ai-je quitté Paris et votre hospitalière demeure que j'en ressens déjà la cruelle morsure. Il faut que je vous écrive. Pour vous dire quoi ? Que loin de vous je me sens comme exilé? Que ma gratitude s'est accrue avec chaque lieue qui s'interposait...

2 pages - 1,80 ¤

Alceste vient d'assister à la première représentation de Tartuffe, et il en écrit le récit à Philinte

|| Paris, ce 30 août 1667. Monsieur, Admirez la conduite du sort à notre égard : lorsqu'un naturel complaisant jusqu'à la lâcheté vous destinait à la vie des cours, vos charges vous retiennent au fond d'une province, et lorsqu'une antipathie invincible me pousse au désert, des nécessités impérieuses m'enchaînent à Paris. Certes, je me sentirais quelque pente à maudire le destin, si déjà toute mon...

3 pages - 1,80 ¤

Expliquer ces vers de la Fable : Les Lapins de La Fontaine

A l'heure de l'affût, soit lorsque la lumière Précipite ses traits dans l'humide séjour,Soit lorsque le soleil rentre dans sa carrière,Et que, n'étant plus nuit, il n'est pas encor jour,Au bord de quelque bois sur un arbre je grimpe,Et, nouveau Jupiter, du haut de cet Olympe,               Je foudroie, à discrétion,               Un lapin qui n'y pensait guère.Je vois fuir aussitôt...

4 pages - 1,80 ¤

Mme de Sévigné aux Rochers. (Lettre d'un hôte de la marquise à une amie, contemptrice de la vie provinciale.)

|| Cette lettre vous arrivera des Rochers où, depuis huit jours, je' suis l'hôte de notre chère marquise. Je vous entends vous récrier : «Comment peut-on, huit longs jours, tenir compagnie à une infirme tourmentée de rhumatismes, à une exilée qui pieure Versailles qu'elle a quitté, à une Rachel qui se lamente sur ses enfants absents et ne veut point être consolée?« -...

2 pages - 1,80 ¤

La psychologie du sentiment religieux dans Athalie

||   Voltaire prétendait, en un jour de mauvaise humeur, qu'Athalie est une « tragédie de collège «, au plus bonne à délasser des pensionnaires privées de toute autre distraction. Le sentiment religieux qui anime et transfigure les personnages, voilà ce dont s'irritait le sarcastique écrivain. Il ne lui etait pas donné d'admirer sous son vrai jour l'oeuvre quil estimait « divine « parce qu'elle...

3 pages - 1,80 ¤

La Fontaine sommeille : il a négligé et parfois maltraité le chien dans ses Fables; vous supposerez que, dans un songe, un de ces animaux lui apparaît et lui présente l'apologie de ses congénères

|| Ce soir-là, il y avait eu réception chez Mme de la Sablière. Autant que les recettes de son maître-queux, on avait apprécié les dernières productions de son fablier. M. de La Fontaine eut-il mérité le nom de Polyphile, s'il n'avait aimé la bonne chère ? ... Aussi avait-il fait honneur au menu de son hôtesse. De retour à sa chambre, il se...

3 pages - 1,80 ¤

La Supplique d'Andromaque (vers 858 à 880). Commentaire

Scène IV Andromaque, Hermione, Cléone, Céphise. Andromaque Où fuyez-vous, Madame ? N’est-ce pas à vos yeux un spectacle assez doux Que la veuve d’Hector pleurante à vos genoux ? Je ne viens point ici, par de jalouses larmes, Vous envier un cœur qui se rend à vos charmes. Par une main cruelle, hélas ! j’ai vu percer Le seul où mes regards prétendaient...

3 pages - 1,80 ¤

Expliquer et apprécier ce jugement de Joubert

||   Le tafent de Racine est dans ses oeuvres, mais Racine lui-même n'y est pas... Aussi s'en dégoûta-t-il... Ceux à qui Racine snffit sont des pauvres âmes et de pauvres esprits restés béjaunes et pensionnaires de couvent. Racine et Boileau ne sont pas des eaux de source; un beau choix dans l'imitation fait leur mérite ... Racine est le Virgile des ignorants...

4 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 640 641 642 643 644 645 646 647 648 649 650 651 652 653 654 655 656 657 658 659 660 661 662 663 664 665 666 667 668 669 670 671 672 673 674 675 676 677 678 679 680 681 682 683 684 685 686 687 688 689 690 691 692 693 694 695 696 697 698 699 700 701 702 703 704 705 706 707 708 709 710 711 712 713 714 715 716 717 718 719 720 721 722 723 724 725 726 727 728 729 730 731 732 733 734 735 736 737 738 739 740 741 742 743 744 745 746 747 748 749 750 751 752 753 754 755 756 757 758 759 760 761 762 763 764 765 766 767 768 769 770 771 772 773 774 775 776 777 778 779 780 781 782 783 784 785 786 787 788 789 ... 997 998 999 1000 1001 1002

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit