LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
741 - Comment peut-on définir l'extrait suivant ? Du DEUIL QUE MENA GARGANTUA À LA MORT DE SA FEMME BADEBEC Quand Pantagruel fut né, qui fut bien ébahi et perplexe ? Ce fut Gargantua son père. Car, voyant d'un côté sa femme Badebec morte, et de l'autre son fils Pantagruel né, tant beau et tant grand, ne savait que dire ni que faire, et le doute qui troublait son entendement était à savoir s'il devait pleurer pour le deuil de sa femme, ou rire pour la joie de son fils. [...] «   Pleurerai-je ? disait-il. Oui, car pourquoi ? Ma tant bonne femme est morte, qui était la plus ceci, la plus cela qui fût au monde. Jamais je ne la verrai, jamais je n'en recouvrerai une telle : ce m'est une perte inestimable. Ô mon Dieu que t'avais-je fait pour ainsi me punir? Que n'envoyas-tu la mort à moi premier qu'à elle ? car vivre sans elle ne m'est que languir. Ha ! Badebec, ma mignonne, m'amie [...], ma tendrette, ma braguette, ma savate, ma pantoufle, jamais je ne te verrai. Ha ! pauvre Pantagruel, tu as perdu ta bonne mère, ta douce nourrice, ta dame très aimée ! [...] » Et, ce disant, pleurait comme une vache ; mais tout soudain riait comme un veau, quand Pantagruel lui venait en mémoire. «   Ho, mon petit fils, disait-il, mon couillon, mon peton, que tu es joli et tant je suis tenu à Dieu de ce qu'il m'a donné un si beau fils, tant joyeux, tant riant, tant joli. Ho, ho, ho, ho ! que je suis aise ! Buvons, ho ! laissons toute mélancolie ! Apporte du meilleur, rince les verres, boute la nappe, chasse ces chiens, souffle ce feu, allume la chandelle, ferme cette porte, taille ces soupes, envoie ces pauvres, baille-leur ce qu'ils demandent ! [...] » Ce disant, ouït la litanie [...] des prêtres qui portaient sa femme en terre [...] : «   Seigneur Dieu, faut-il que je me contriste encore ? Cela me fâche, je ne suis plus jeune, je deviens vieux [...] ! Ma femme est morte [...] je ne la ressusciterai pas par mes pleurs : elle est bien, elle est en paradis pour le moins [...]. Il me faut penser d'en trouver une autre. » François Rabelais, Pantagruel, chapitre 3, 1532.
A
a) Il s'agit d'une parodie de discours argumentatif.
B
b) Il s'agit d'un pastiche de discours délibératif
C
c) Il s'agit d'une caricature de raisonnement scientifique.
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : B
Correction :
réponse b) On reconnaît les marques du discours délibératif dans le fait que Gargantua analyse successivement une thèse (il doit pleurer pour le deuil de sa femme), son antithèse (il doit se réjouir de la naissance de son fils) et en tire une conclusion (il choisit de se réjouir). Néanmoins, le lecteur s'aperçoit vite qu'il ne s'agit que d'un pastiche du monologue délibératif hérité de l'Antiquité : Gargantua parsème sa réflexion de dénominations grotesques (« ma braguette, ma savate [...] mon couillon, mon peton »), et il se console bien trop vite ( « Il me faut penser d'en trouver une autre ») pour qu'on puisse le prendre réellement au sérieux. Les commentaires du narrateur ( « pleurait comme une vache [...] riait comme un veau ») achèvent de prouver qu'il s'agit d'un excellent pastiche de discours délibératif.


Les nouveautés du site

Plan détaillé Nathalie Sarraute, Disent les imbéciles

En conclusion, on peut dire que cette scène fait surtout appel à l’intellect du lecteur puisque celui-ci doit comprendre le sens caché du texte. Il ne s’agit pas que d’une scène de famille qui dégénère mais aussi d’une réflexion profonde sur le poids des mots, leur pouvoir et leur force. On a ici une grande partie d’implicite, notamment...

2 pages - 1,80 ¤

LE MANTEAU IMPÉRIAL (LES CHÂTIMENTS) Victor Hugo - commentaire

Le manteau impérial O ! vous dont le travail est joie,Vous qui n'avez pas d'autre proieQue les parfums, souffles du ciel,Vous qui fuyez quand vient décembre,Vous qui dérobez aux fleurs l'ambrePour donner aux hommes le miel,Chastes buveuses de rosée,Qui, pareilles à l'épousée,Visitez le lys du coteau,Ô soeurs des corolles vermeilles,Filles de la lumière, abeilles,Envolez-vous de ce manteau !Ruez-vous sur...

1 page - 1,80 ¤

ARAGON, Je vous salue ma France, Musée Grévin

|| En 1943, nous sommes au cœur de l’occupation. Certains écrivains résistent par des publications, comme ici, au travers du Musée Grévin. Aragon commence par la violence de la guerre et termine par un message d’espoir d’une victoire certaine. I.                    Les images de la vie et de la paix   A.      Une terre de vie D’abord renaissance « fantômes « qui connote la mort et...

2 pages - 1,80 ¤

La littérature allemande de 1945 à 1974 (histoire littéraire)

|| Près de trente années après l’effondrement du Reich hitlérien, l’Allemagne retrouve au coeur de l ’Europe le statut d’une puissance de premier plan. Cette influence retrouvée, qui rayonne très loin au-delà de ses nouvelles frontières, elle la doit certes à la reconstruction réussie de son formidable potentiel économique. Mais la place singulière de l’Allemagne dans le monde d’aujourd’hui s ’explique aussi par la rupture radicale qu’elle a dû opérer...

13 pages - 1,80 ¤

Candide ou l'Optimisme, VOLTAIRE - CHAPITRE 18 (commentaire pour oral)

||                   Candide parait à la mi-janvier de façon anonyme mais la censure réagit très vite a l’insolence du livre. Voltaire pour se protéger, prétend qu'il n'est pas l'auteur de cette “coionade” mais evidemment tout le monde reconnait son style. Candide à pour sous titre Candide ou l’optimiste et dans ce conte, Voltaire, veut répondre aux philosophes de l’optimisme, ...

2 pages - 1,80 ¤

Le symbolisme

Le symbolisme est un mouvement littéraire apparut en France au XIX ème siècle. Il encourage les écrivains de tout genre à exprimer leurs idées, leurs sentiments ou encore leurs valeurs au moyen de symboles. Les différents créateurs que nous allons voir par la suite tel que Charles Baudelaire, Arthur Rimbaud, Paul Verlaine et Stéphane Mallarmé ont durant leur...

3 pages - 1,80 ¤

Barrault, Mise en scène de Phèdre, p.166-167 (théâtre)

|| Réflexion sur la mise en scène de Phèdre   I-                   Soleil et ombres dans la mise en scène   Quelle est la fonction du soleil ? Sa fonction est de mesurer et de faire comprendre le temps et de rappeler ainsi une durée conventionnelle, voulue par l’unité de temps. Les termes « action, aube, coucher du soleil « (l.2) rappellent que le déroulement de l’action est...

1 page - 1,80 ¤

L'Humanisme (XV-XVIème S. : 1530-1600 environ dans toute l'Europe)

||    Il voit le jour lors de la Renaissance Italienne (XIVème) mais ne s’étendra à l’Allemagne, à la Hollande puis à la France, et enfin à toute l’Europe que deux siècles plus tard (des Guerres d’Italie à l’édit de Nantes => opp. Catholiques/Protestants). ·         Œuvres : les poètes Pétrarque ([1304-1374] qui recueille les inscriptions sur les vielles pierres à Rome...

2 pages - 1,80 ¤

Longtemps, j'ai pris ma plume pour une épée. Déclara JP SARTRE dans son autobiographie intitulée Les mots. Dans quelle mesure cette affirmation rend-elle compte des pouvoirs de la littérature évoqués dans la première séquence ?

||       Cette citation est tirée de l’autobiographie Les mots (1964), de Jean Paul Sartre, grand écrivain et philosophe français né le 21 juin 1905 à Paris.  Cet homme fut un révolutionnaire et marqua l’après guerre. Tout écrivain peut se dire « longtemps j’ai pris ma plume pour une épée « car tout comme Jean Paul Sartre, d’autres écrivains se sont servis...

4 pages - 1,80 ¤

La Curée – Renée devant le miroir - ZOLA

||Au chapitre VI de la Curée, roman publié par Zola en 1872, Renée se trouve devant le miroir. Ce passage nous montre de symboles qui sont souvent ambivalents. En effet, ce sont des masques qui connotent un mendiant et un diable, et, d’autre part, le miroir connote la prise de conscience et la vanité de Renée. Lecture du...

1 page - 1,80 ¤

Composantes romanesques

|| Chapitre XXVII   Voix de narration: ·         Rétrospection: « Je ne me rappelle pas exactement à quelle époque ni dans quelles conditions je quittai le collège Turenne. «, p.173 « Je ne me souviens ni de son nom ni de son aspect... «, p.173 « Je n'ai qu'un seul souvenir de cette pension «, p.174 « Je crois que je fus mis… «, p.174 « Mais cet autre évènement n’est pas un autre...

3 pages - 1,80 ¤

Montesquieu Lettres persanes - Comparaison entre les préfaces de 1721 et 1754 (littérature comparée)

|| En 1721, un auteur anonyme fait paraître à Amsterdam les  Lettres persanes. Il s’agit d’une  suite des lettres fictives, qui montrent une partie du monde européen sur le point de vue de  deux visiteurs orientaux. L’auteur de cet œuvre, on savait déjà à l’époque, qu’il pouvait être  que Charles-Louis de Secondat baron de La Brède et de Montesquieu...

7 pages - 1,80 ¤

Analyse littéraire : Soit que son or se crêpe lentement

||Dans le beau sonnet Soit que son or se crêpe lentement, une oeuvre composée de deux quatrains, deux tercets et de 14 décasyllabes, le lecteur se rend tout de suite compte que le thème dominant de ce sonnet est l'admiration que Pierre de Ronsard éprouve en face de la beauté d'une jeune fille qui...

1 page - 1,80 ¤

LA BRUYÈRE: Le philosophe et l'écrivain

Ce qu'il excelle à saisir, c'est le geste et l'attitude caractéristique. Ses défauts même lui servent ici, son peu de profondeur, son penchant aux observations superficielles. Il est très moderne en cela. Le mot pittoresque, tout moderne, vient à l'esprit constamment en le lisant. C'est ce qui fait sa place bien à part dans son temps. || A n'en pas douter, cet homme très sérieux, et...

7 pages - 1,80 ¤

Quelle autobiographie Stendhal souhaite-t-il ?

Aussi s'interroge-t-il sur lui-même, sur la connaissance que l'on peut avoir de soi. Il est en quête de savoir qui il est, de saisir quelle personne il est vraiment. En effet, il emploie « je ne me connais point moi-même «; « ai-je tiré tout le bonheur […] profondeur « (p39,40). Il aimerait pouvoir,...

2 pages - 1,80 ¤

FÉNELON: caractère et idées littéraires

Aussi les traits distinctifs de ce style; ou plutôt les habitudes ordinaires de cette plume habile, étaient la grâce, une noblesse tempérée, et un développement  égal, plein et comme arrondi de la phrase. L'expression chez lui est brillante, fteurie, sans relief, et un peu redondante, mais agréable et d'un ton frais. il a vanté, en matière de style, « une lumière douce qui...

17 pages - 1,80 ¤

Qu'est-ce qu'un beau vers ?

|| L’interrogation « Qu’est-ce qu’un beau vers ? «, fut et demeure encore la question que tous les écrivains se posent, en particulier les poètes. La question qui en découle naturellement pourrait être : quelles « caractéristiques « doivent composer un vers, afin de se voir accorder l’appellation de « beau « ?  Peu nombreux sont les écrivains ayant réussi à faire basculer l’avis général des lecteurs en la...

2 pages - 1,80 ¤

BOSSUET: CARACTÈRE ET PENSÉE - LES ORAISONS FUNÈBRES

De 1692 à 1694, puis de 1699 à 1701, Bossuet entretint avec le grand philosophe allemand Leibniz une correspondance où l'un et l'autrè cherchaient loyalement les moyens derapprocher les deux grandes familles chrétiennes désunies, protestants et catholiques, échange de vues qui n'aboutit point, inais qui fait honneur à tous deux. || Jacques-Bthligne Bassuet naquit à Dijon le 17 septembre 1627. Il était fils et neveu de...

16 pages - 1,80 ¤

BOILEAU: Littérature et morale

Boileau adorait Horace. Il l'aima trop, si l'on peut trop l'aimer. J'entends qu'il a voulu être l'Horace français, de la têtè aux pieds, ce qui étaiftrop d'ambition. Horace avait fait des satires littéraires, Boileau en fit. Horace avait fait des satires et dès épîtres moraleè qui sont des causeries en vers sur les ridicules des hommes; les consolations de la sagesse,...

8 pages - 1,80 ¤

La poétique de RACINE

|| Mais dans les sujets vraiment historiques ? - Racine ne laisse pas d'avoir été sensible à certains reproches. Après Andromaque les ennemis de Racine allaient disant qu'à la vérité il savait peindre l'amour, mais qu'il ne peindrait jamais autre chose. Il voulut montrer qu'il pouvait être peintre d'histoire tout comme un autre, et il cherche un sujet d'histoire. Or, où Corneille allait-il chercher les siens?...

22 pages - 1,80 ¤

LA SIXIÈME SATIRE DE JUVENAL: LES FEMMES ROMAINES

|| La sixième Satire, dirigée contre les femmes, est la plus longue que Juvénal ait écrite. Elle ne comprend pas moins de 661 vers, c'est-à- dire qu'elle dépasse de près de 300 vers la plus étoffée des autres Satires, la dixième, qui n'en a que 366. Encore faut-il y ajouter 36 vers qui ont été retrouvés depuis une trentaine d'années seulement. En 1899, un humaniste anglais, M....

28 pages - 1,80 ¤

L'EXIL DE jUVÉNAL

||   Juvénal fut-il réellement exilé ? Beaucoup de critiques se montrent sceptiques sur ce point: Traduisons les textes où il est question de cet exil: c'est la vraie méthode pour tout problème de ce genre. ||...

2 pages - 1,80 ¤

Qu'était-ce au juste que cette urbanitas dont les Romains étaient si férus ?

|| La notion était complexe, beaucoup plus riche que notre mot français urbanité, et Cicéron lui-même avouait que, s'il en sentait vivement l'originale verdeur, il ne lui était pas facile d'en donner la formule. En fait, les définitions qu'en ont essayées quelques Anciens ne sont guère satisfaisantes : elles appauvrissent le concept plus qu'elles ne le circonscrivent... ||...

2 pages - 1,80 ¤

MARAT ET JUVÉNAL

||   Comme beaucoup des hommes de la Révolution, Marat lisait Juvénal. Le n° 539 de l'Ami du Peuple, en date du samedi 27 août 1791, contient une série d'allusions aux Satires. A en croire Marat, la corruption française ne le cède pas à la corruption romaine ; et pour peindre les turpitudes de Paris, Juvénal n'aurait nullement besoin d'éteindre son style. ||...

1 page - 1,80 ¤

La poétique de Molière

Quel est le moyen de ne pas se tromper sur le caractère saillant? C'est d'abord d'être bien doué, d'avoir de bons yeux, d'avoir le flair psychologique; c'est ensuite d'observer beaucoup, parce que, dans ce cas et à cette condition, il s'établit ce que Spencer appellerait une lutte pour la vie entre les images, et c'est la plus répétée qui resle par la force...

12 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 652 653 654 655 656 657 658 659 660 661 662 663 664 665 666 667 668 669 670 671 672 673 674 675 676 677 678 679 680 681 682 683 684 685 686 687 688 689 690 691 692 693 694 695 696 697 698 699 700 701 702 703 704 705 706 707 708 709 710 711 712 713 714 715 716 717 718 719 720 721 722 723 724 725 726 727 728 729 730 731 732 733 734 735 736 737 738 739 740 741 742 743 744 745 746 747 748 749 750 751 752 753 754 755 756 757 758 759 760 761 762 763 764 765 766 767 768 769 770 771 772 773 774 775 776 777 778 779 780 781 782 783 784 785 786 787 788 789 790 791 792 793 794 795 796 797 798 799 800 801 ... 997 998 999 1000 1001 1002

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit