LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
741 - Comment peut-on définir l'extrait suivant ? Du DEUIL QUE MENA GARGANTUA À LA MORT DE SA FEMME BADEBEC Quand Pantagruel fut né, qui fut bien ébahi et perplexe ? Ce fut Gargantua son père. Car, voyant d'un côté sa femme Badebec morte, et de l'autre son fils Pantagruel né, tant beau et tant grand, ne savait que dire ni que faire, et le doute qui troublait son entendement était à savoir s'il devait pleurer pour le deuil de sa femme, ou rire pour la joie de son fils. [...] «   Pleurerai-je ? disait-il. Oui, car pourquoi ? Ma tant bonne femme est morte, qui était la plus ceci, la plus cela qui fût au monde. Jamais je ne la verrai, jamais je n'en recouvrerai une telle : ce m'est une perte inestimable. Ô mon Dieu que t'avais-je fait pour ainsi me punir? Que n'envoyas-tu la mort à moi premier qu'à elle ? car vivre sans elle ne m'est que languir. Ha ! Badebec, ma mignonne, m'amie [...], ma tendrette, ma braguette, ma savate, ma pantoufle, jamais je ne te verrai. Ha ! pauvre Pantagruel, tu as perdu ta bonne mère, ta douce nourrice, ta dame très aimée ! [...] » Et, ce disant, pleurait comme une vache ; mais tout soudain riait comme un veau, quand Pantagruel lui venait en mémoire. «   Ho, mon petit fils, disait-il, mon couillon, mon peton, que tu es joli et tant je suis tenu à Dieu de ce qu'il m'a donné un si beau fils, tant joyeux, tant riant, tant joli. Ho, ho, ho, ho ! que je suis aise ! Buvons, ho ! laissons toute mélancolie ! Apporte du meilleur, rince les verres, boute la nappe, chasse ces chiens, souffle ce feu, allume la chandelle, ferme cette porte, taille ces soupes, envoie ces pauvres, baille-leur ce qu'ils demandent ! [...] » Ce disant, ouït la litanie [...] des prêtres qui portaient sa femme en terre [...] : «   Seigneur Dieu, faut-il que je me contriste encore ? Cela me fâche, je ne suis plus jeune, je deviens vieux [...] ! Ma femme est morte [...] je ne la ressusciterai pas par mes pleurs : elle est bien, elle est en paradis pour le moins [...]. Il me faut penser d'en trouver une autre. » François Rabelais, Pantagruel, chapitre 3, 1532.
A
a) Il s'agit d'une parodie de discours argumentatif.
B
b) Il s'agit d'un pastiche de discours délibératif
C
c) Il s'agit d'une caricature de raisonnement scientifique.
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : B
Correction :
réponse b) On reconnaît les marques du discours délibératif dans le fait que Gargantua analyse successivement une thèse (il doit pleurer pour le deuil de sa femme), son antithèse (il doit se réjouir de la naissance de son fils) et en tire une conclusion (il choisit de se réjouir). Néanmoins, le lecteur s'aperçoit vite qu'il ne s'agit que d'un pastiche du monologue délibératif hérité de l'Antiquité : Gargantua parsème sa réflexion de dénominations grotesques (« ma braguette, ma savate [...] mon couillon, mon peton »), et il se console bien trop vite ( « Il me faut penser d'en trouver une autre ») pour qu'on puisse le prendre réellement au sérieux. Les commentaires du narrateur ( « pleurait comme une vache [...] riait comme un veau ») achèvent de prouver qu'il s'agit d'un excellent pastiche de discours délibératif.


Les nouveautés du site

MORALISTES DU XVIIe SIÈCLE: PORT-ROYAL - PASCAL - LA ROCHEFOUCAULD - LA BRUYERE

|| 1. - On appelle moralistes des écrivains qui décrivent le coeur humain et les moeurs des hommes. 2. - Ils sont de deux sortes. Les uns sont moralistes dans la mesure où il faut s'être fait une idée de l'homme pour composer une tragédie ou une comédie, un sermon ou une fable ; aussi y a-t-il un moraliste et une morale chez presque tout...

11 pages - 1,80 ¤

MADAME DE SEVIGNE (1620-1690): vie et oeuvre

Aimable et gaie, d'une étonnante bonne humeur, à la fois très bonne et d'esprit pratique, Mme de Sévigné se dévoua à ses enfants, à ses petits-enfants. Restée veuve à 25 ans avec un fils et une fllle, elle eut une vie exemplaire. ||||I. - LE CARACTERE ET L'ESPRIT II. L'AMOUR MATERNEL III. - LA DAME DE LIVRY ET DES ROCHERS IV.- LA CHRONIQUE DU XVIIe SIECLE V.-...

4 pages - 1,80 ¤

LA FONTAINE (1621-1695) : vie et oeuvre

|| Tous les personnages des Fables sont non plùs des individus, mais des ·types. Aussi ne·faut-U pas exagérer l'importance de la peinture des moeurs contemporaines chez La Fontaine. Ce n'est pas Louis XIV ou M. le Duc qu'il peint, mais c'est le Roi et le Courtisan. Ce n'est pas tant le cultivateur aisé ou le paysan malheureux que le maitre et le valet,...

10 pages - 1,80 ¤

CORNEILLE ET RACINE

|| 1. - Les deux tragiques du XVIIe siècle ont eu chacun leur manière d'entendre l'art dramatique. Ils diffèrent par l'objet même de leur théâtre, par leurs sources, par leur conception de l'action, par l'humanité qu'ils représentent et par la leçon morale qu'ils donnent. Il y a donc entre eux une véritable opposition . ||...

1 page - 1,80 ¤

LES POÈTES ROMANTIQUES AU THÉÂTRE

|| 1. - L'êcole romantique, voulant conquérir le grand public, devait songer à se rendre maltresse de la scène ; et comme la tragédie avait été le genre le plus illustre de l'école .classique, il fallait trouver quelque chose à lui opposer. 2. - Une double influence y aida, celle du mélodrame français et celle du théâtre étranger de Shakespeare, de Schiller, de Calderon et de...

9 pages - 1,80 ¤

BOSSUET (1627-1704): Vie et oeuvre

|| L'éloquence de ia chaire a atteint au XVIIe siècle son apogée. Au XVIe, elle s'était chargée de prolixité déclamatoire, de mauvais goftt et de pédantisme. Même encore au début du xviie, François de Sales se montrait trop ingénieux et trop profane dans son art. La réforme de la prédication se fait avec le cardinal de Bérulle, fondateur de l'Oratoire, avec Vincent de Paul, et...

5 pages - 1,80 ¤

BOILEAU (1636-1711): Vie et oeuvre

|| 1. - Boileau est né à Paris, en pleine Cité, quinzième enfant d'un greffier au Parlement. Il a grandi dans un milieu de bourgeois hommes de loi. Adolescent mélancolique, il entreprit et abandonna des études de théologie, puis se fit recevoir avocat. Mais à dix-neuf ans, il perdit son père, hérita de quoi vivre indépendant et suivit en toute liberté sa vocation de poète. ||...

5 pages - 1,80 ¤

FENELON (1651-1715): L'oeuvre

|| Grand seigneur et prêtre, Fènelon a été successivement supérieur d'une maison de jeunes protestantes converties, missionnaire dépêcM aux populations protestantes d'Aunis et de Saintonge, précepteur du duc de Bourgogne (petit-fils de Louis XIV) et archevêque de Cambrai. Ses idées lui valurent une longue disgrâce, l'exilèrent dans son diocèse pendant les six dernières années de sa vie. ||I. - L'EDUCATEUR II. - LA « LETTRE A L'ACADEMIE «...

4 pages - 1,80 ¤

DIDEROT (1713-1784) : le philosophe et le littérateur

|| I. - LE PHILOSOPHE 1. - Diderot, dans ses ouvrages personnels et dans sa direction de l'Encyclopédie, a été un phllosophe au sens ordinaire du mot ainsi qu'au sens spécial du xviiie siècle. 2: - Philosophe : il a uni ses efforts à ceux de Voltaire et des Encyclopédistes pour la lutte contre l'absolutisme. Il a été, comme la plupart d'entre eux, modéré et partisan de...

2 pages - 1,80 ¤

VIGNY (1797-1863): vie et oeuvre

|| Alfred de Vigny a eu l'âme orgueilleuse, mais vraiment haute. Ayant conçu des ambitions d'amour et de gloire déçues par la vie, il se retira dans la solitude. Non pas en égoïste, quoique la maladie fut venue s'ajouter à la tristesse : il a noblement utilisé sa retraite pour réfléchir, penser ; il a pensé au sort de ses semblables. ||...

2 pages - 1,80 ¤

MARIVAUX ET BEAUMARCHAIS

|| Le XVIIIe siècle a compté de nombreux auteurs comiques : les uns marchant sur les traces de Molière, mais plus attachés à la satire des moeurs ou à l'exploitation des situations traditionnelles qu'à la peinture des caractères, les autres cherchant du nouveau dans le genre moralisateur et larmoyant. ||...

2 pages - 1,80 ¤

ANDRE CHENIER (1762-1794): Vie et oeuvre

|| 1. - André Chénier a été tout ensemble une âme de grand poète et un esprit classique de style Louis XVI, un passionné de l'antique et un rénovateur. 2. - Cette intime diversité a produit une oeuvre composite et de transition, mais adlnirable et immortelle par fragments. ||...

2 pages - 1,80 ¤

MUSSET (1810-1857) : Vie et oeuvre

|| Alfred de Musset entra dans le cercle romantique (1830) en page impertinent, mais aussi en poète né. Aux pastiches de Byron et aux parodies de ses ainés (Ballade à la lune, Maràoche) il a tout de suite mêlé une connaissance précoce du coeur humain et de la passion. Ses espiègleries se rehaussaient de beautés shakespeariennes : celles-ci s'épanouirent bientôt dans les plus beaux vers...

2 pages - 1,80 ¤

LE ROMAN MODERNE

|| I. - LES ELEMENTS QUI VIENNENT DU PASSE 1. - L'analyse dea sentiments, qui avait déjà fait ses preuves au Moyen Age, a brillé au dix-septième siècle dans le roman comme dans les autres genres. a) Tout d'abord mêlée à l'aventure héroique et à la pastorale dans l'Astrée, elle s'est épanouie à la période précieuse du grand lliècle dans les romans de Georges et Madeleine de...

7 pages - 1,80 ¤

VOLTAIRE ET ROUSSEAU

||   1. - Voltaire et Rousseau ne s'aimaient pas; leurs origines, leurs vies, leurs caractères les opposaient. Après de courtoises discussions, ils se brouillèrent à l'occasion de l'article c Genève:. dans l'Encyclopédie et restèrent dès lors ennemis. Leur opposition s'est inscrite pour toujours dans l'évolution de leur esprit et dans leurs tendances et doctrines littéraires; morales, sociales. ||...

1 page - 1,80 ¤

LA POESIE DEPUIS LE ROMANI'ISME

|| PIONNIERS DU PARNASSE A) Théophile Gautier (1811-1872). 1. - Gautier est parti du romantisme. Comme les romantiques les plus marqués, il fut un mélancolique au coeur blessé; plus qu'eux, il a vécu dans l'obsession de la mort. Albertus et la Comédie de la Mort expriment l'âme, la pensée, les visions de ses années romantiques. 2. - Mais il n'a pas tardé à se conquérir une...

5 pages - 1,80 ¤

Voltaire, Candide ou l'optimisme (1759) : Chapitre I (jusqu'à « toute la terre »)

|| Les premières lignes de Candide plantent le décor, présentent les personnages mais aussi le thème philosophique. Tous les ingrédients du conte voltairien (fiction, rire, personnages stylisés, sujets et moyens de l'argumentation) y sont déjà présents. Dès ce début, page magistrale et célèbre, Voltaire utilise plusieurs procédés argumentatifs pour vider de sens l'éden allemand et entrer dans le débat...

2 pages - 1,80 ¤

L'OEUVRE DE RACINE

|| Jean Racine, né à la Ferté-Milon d'une famille bourgeoise et janséniste, orphelin à cinq ans, fut élevé par une aïeule, qui le mit à l'école de Port-Royal-des-Champs. Il s'y forma. à une religion sévèl'e, puis y apprit le grec et composa ses premiers vers. Devenu l'ami d'hommes de lettres (La Fontaine, Molière, Boileau), il mena une vie assez dissipée et débuta au théâtre. Après le...

17 pages - 1,80 ¤

L'OEUVRE TRAGIQUE DE CORNEILLE

|| Corneille est né à Rouen, le 6 juin 1606, d'une famille de petite robe. Après des études de latin, puis de droit, il acheta une charge d'avocat-général, mais ne plaida guère. Ayant confié une comédie, Méllte, à un acteur connu de passage à Rouen, il fut le premier surpris d'apprendre son succès à Paris. D'autres pièces suivirent avec un égal bonheur; il se fixa...

12 pages - 1,80 ¤

MALHERBE : PÈRE DU CLASSICISME

|| François de Malherbe, Normand de Caen. d'une famllle appartenant à la noblesse de robe, vécut à Aix, au service du duc d'Angoulême, gouverneur intérimaire de Provence, puis à Paris, à la cour d'Henri IV, de Marie de Médicis, enfin de Louis XIII, - courtisan parfait et poète officiel. Marié, il passa une grande partie de son temps séparé de sa femme, perdit sans grand deuil...

3 pages - 1,80 ¤

RONSARD (1524-1585) ET LA PLEIADE

|| Pierre de Ronsard, né d'un gentilhomme au service de François Ier, fut page du dauphin, puis attaché successivement à plusieurs personnages de sang royal, et fit partie de plusieurs ambassades. Il se forma dans l'intimité des grands, brilla aux fêtes de la Cour. Beau de traits et le mieux fait des adolescents, il était le meilleur au luth, à la danse, à l'équitation...

6 pages - 1,80 ¤

Montaigne: l'homme, l'amitié - la sagesse - le voyage - la pédagogie

|| Michel Éyquem de Montaigne, né au château de Montaigne (Périgord), d'abord magistrat, résigna sa charge à trente-sept ans, se retira dans son château périgourdin, s'installa au troisième étage d'une tour solitaire au milieu des livres de sa bibliothèque, qu'il appelle sa  librairie et y commença la rédaction des Essais. Après un voyage à travers la Suisse, l'Allemagne et l'Italie, il fut maire de Bordeaux ;...

7 pages - 1,80 ¤

RABELAIS: L'homme, l'oeuvre et la pédagogie

|| Ami d'Etienne Dolet, Rabelais . fut en relations avec Erasme et avec Budé. Ayant eu lieu plusieurs fois de redouter la persécution religieuse, il se montra toujours prudent et avisé, mais d'ailleurs eut des protecteurs puissants. Rabelais a vécu en homme laborieux; en assez gai compagnon, mais nullement en épicurien gourmand et buveur, comme le voudrait la légende. ||...

2 pages - 1,80 ¤

LA RENAISSANCE ET L'HUMANISME

||L'émerveillement se propagea dans toute la France ; une ivresse spirituelle se communiqua à toutes les élites, suscita des initiatives royales, engendra des institutions. - a) La cour de François Ier devint centre d'élégance et de goût ; le roi fonda la Bibliothèque de Fontainebleau, le Collège royal de France, la Typographie royale, origine de notre imprimerie nationale ; lui et sa soeur, Marguerite de...

4 pages - 1,80 ¤

En 2015, deux jeunes garçons, Roland et Henri, habitaient le Limousin. Ces deux garçons considérés comme des génies dans leur village natal étaient rival. Pour n’importe qu’elle sujet, ils avaient un avis différents que ce soit pour le meilleur rôti ou pour la peine de mort. Ce matin, ils partirent tôt pour cueillir des champignons.

«Tu penses vraiment que ces champignons son bons ? Après le conflit nucléaire qui sévit sur la planète, je ne pense pas que ce soit une très bonne idée « interrogea Roland ?                     Il poussa un soupir sous sa capuche bleu marine sachant pertinemment que cette question allait soulever une argumentation poussée et ennuyeuse.                                                     « Voyons, tu sais bien les champignons ont...

2 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 666 667 668 669 670 671 672 673 674 675 676 677 678 679 680 681 682 683 684 685 686 687 688 689 690 691 692 693 694 695 696 697 698 699 700 701 702 703 704 705 706 707 708 709 710 711 712 713 714 715 716 717 718 719 720 721 722 723 724 725 726 727 728 729 730 731 732 733 734 735 736 737 738 739 740 741 742 743 744 745 746 747 748 749 750 751 752 753 754 755 756 757 758 759 760 761 762 763 764 765 766 767 768 769 770 771 772 773 774 775 776 777 778 779 780 781 782 783 784 785 786 787 788 789 790 791 792 793 794 795 796 797 798 799 800 801 802 803 804 805 806 807 808 809 810 811 812 813 814 815 ... 997 998 999 1000 1001 1002

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit