LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
744 - D'après cet extrait, quelle vertu Marcel Proust prête-t-il au pastiche ? Quand on vient de finir un livre, non seulement on voudrait continuer à vivre avec ses personnages, avec Mme de Beauséant, avec Frédéric Moreau, mais encore notre voix intérieure qui a été disciplinée pendant toute la durée de la lecture à suivre le rythme d'un Balzac, d'un Flaubert, voudrait continuer à parler comme eux. Il faut la laisser faire un moment, laisser la pédale prolonger le son, c'est-à-dire faire un pastiche volontaire, pour pouvoir après cela, redevenir original, ne pas faire toute sa vie du pastiche involontaire. Le pastiche volontaire, c'est de façon toute spontanée qu'on le fait [...]. Marcel Proust, « À propos du « style » de Flaubert », article paru dans La Nouvelle Revue Française, 1er janvier 1920.
A
a) Le pastiche permet de se forger un style personnel.
B
b) Le pastiche permet d'exorciser l'influence des oeuvres lues.
C
c) Le pastiche permet de souligner les habitudes stylistiques de
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : B
Correction :
réponse b) Loin de constituer une critique ou une raillerie, le pastiche est, pour Proust, une sorte de catharsis personnelle qui lui permet à la fois de prolonger son plaisir de lecteur et d'exorciser l'influence que le style d'autres écrivains pourraient avoir sur le sien. Il s'agit donc de pasticher consciemment afin de ne pas imiter malgré soi la musique des phrases tant appréciées.


Les nouveautés du site

L'oeuvre de HORACE (analyse littéraire)

||VIE. — 1° La Jeunesse. — Horace (Q. Horatius Flaccus) est né à Venouse, petite ville située aux confins de la Lucanie et de l'Apulie. Son père, un affranchi, y tenait l'emploi de receveur des enchères (coactor). La fonction n'était pas mauvaise et le père était disposé à tous les sacrifices : aussi Horace fit-il d'excellentes études, à...

10 pages - 1,80 ¤

VIRGILE (70-19 av. J.-C.) : Les Bucoliques. Les Géorgiques. L'Énéide.

||       LA JEUNESSE. — Virgile (P. Vergilius Maro) est né au bourg (l'Andes, près de Mantoue, l'an 70 av. J.-C. Son père était potier ou, selon une autre tradition, marchand de bois ; sa mère, Magia, était la fille d'un viator (huis¬sier ail service d'un magistrat) ; elle mourut jeune, du chagrin d'avoir perdu deux de ses enfants. Virgile...

1 page - 1,80 ¤

SALLUSTE: VIE ET OEUVRE

|| Vie. — Oeuvres. — Caractère. — Conception de l'histoire. — La conjuration de Catilina. — La guerre de Jugurtha. — Les discours et lettres extraits des Histoires. — L'art et le style.   Salluste (C. Sallustius Crispus) naquit à Amiterne, ville de la Sabine, d'une famille aisée. A l'en croire, sa vocation d'historien se serait éveillée dès sa jeunesse, mais,...

1 page - 1,80 ¤

CÉSAR, ECRIVAIN

|| vie. — 1° La jeunesse. — César (C. Julius Csesar) appartenait à une famille patricienne qui prétendait remonter à Iule, fils d'Enée. Il était par alliance le neveu de Marius et épousa tout jeune encore la fille de Cinna, autre chef du parti démocratique. Ses menées, son allure provocante attirèrent l'attention deSylla, qui ne l'épargna qu'à regret. La première partie de sa carrière politique...

1 page - 1,80 ¤

L'ÉLOQUENCE : CICÉRON ORATEUR

|| I. Causes du progrès de l'éloquence. — Les écoles asianiste, rhodienne et attique. Les orateurs contemporains de Cicéron. Hortensius. II. Cicéron. — Vie. — Oeuvres. — Caractère. — L'avocat. — L'orateur politique. — Les traités de rhétorique.     C'est au Ier siècle que l'éloquence atteint son apogée sur le Forum romain : Cicéron n'a pas été un isolé, mais le plus...

1 page - 1,80 ¤

TABLEAU CHRONOLOGIQUE DE LA LITTÉRATURE AU XVIIe SIÈCLE

|| La littérature du XVIIe siècle, commencée avec le siècle, se continue jusqu'à la mort de Louis XIV, en 1715. Une première période fé conde, pleine de sève, mais encore troublée et agitée, nous fait assister aux progrès de l'autorité en littérature et à la lente formation de l'esprit classique. Les influences italienne et espagnole s'exercent surtout sur le théâtre....

10 pages - 1,80 ¤

LE ROMAN ANGLAIS DE 1740 à 1790 - Littérature

||Le règne du roman. — a) Richardson et Fielding. — Vie de Richardson; Pamela, Clarissa; Grandison; conclusion. — Vie de Henry Fielding; Joseph Andrews; Jonathan Wild le Grand; Tom Jones; Amelia; conclusion. — b) Smollett, Sterne, Goldsmith. — Tobias Smollett; Roderick Random; Peregrine Pickle; Ferdinand Comte Fathom ; Lancelot Greaves ; Humphrey Clinker ; conclusion. — Laurence Sterne;...

23 pages - 1,80 ¤

Les contemporains et successeurs de Shakespeare

|| BEN JONSON C'est seulement parce qu'il les domine de si haut, qu'on peut isoler Shake¬speare de ses contemporains. En fait, il fut mêlé à tous ceux qui, en même temps que lui, alimentaient de leur copie le théâtre élisabéthain. La plupart avaient du talent, une verve abondante et vigoureuse; chez les meilleurs on trouve des étincelles de génie, chez...

10 pages - 1,80 ¤

Vie et oeuvre de William SHAKESPEARE

||VIE DE WILLIAM SHAKESPEARE — Il naquit en 1564 (probablement le 23 avril) à Stratford-on-Avon, bourg du Warwickshire. Son père, John Shakespeare, était, à cette époque, un commerçant aisé, drapier, gantier, et, peut-être, s'il faut croire certaine tradition, boucher; il fut aussi alderman de sa ville, bailli, « chief alderman « ; cela lui donnait droit à un...

1 page - 1,80 ¤

Les origines du théâtre anglais - Les Elisabéthains

|| ORIGINES DU THÉÂTRE ANGLAIS. — MYSTÈRES ET MIRACLES. — Les origines du théâtre anglais ressemblent fort à celles du théâtre français. Elles sont religieuses : c'est dans les églises que se jouèrent d'abord les MIRACLES et les MYSTÈRES, qui mettaient en scène la vie du Christ et des Saints, et des événe­ments racontés aans la Bible. Dès qu'ils prirent...

1 page - 1,80 ¤

LA PROSE ÉLISABÉTHAINE

|| Progrès de la prose. — La prose, lourde encore et massive à l'époque des Tudors, est plus lente que la poésie à se dégager, à se clarifier. Sans doute est-ce parce qu'elle ne peut, aussi facilement que la poésie, tirer profit les expériences étrangères, faire passer directement en anglais les rythmes plus souples du français et de l'italien....

1 page - 1,80 ¤

LES POÈTES ÉLISABÉTHAINS

||Courtisan, lettré et soldat, Sidney, neveu de Leicester, vécut d'abord en jeune seigneur à la Cour; puis il accompagna une Ambassade à Paris, où il assista avec horreur au massacre de la Saint-Barthélemy (1572). Pendant trois ans ensuite, il voyagea en Allemagne où il se lia d'une amitié étroite avec l'humaniste protestant Hubert Languet, alla en Italie, à...

10 pages - 1,80 ¤

LA RENAISSANCE (1500-1625) - LA LITTÉRATURE ANGLAISE

|| MÉMENTO historique. — La période pendant laquelle la dynastieTudoroccupe le Trône (1485-1603) est d'une importance capitale dans l'Histoire de l'Angleterre. Les deux longs règnes d'HENRY VIII (1509-1547) et d'ÉLisABETH (1558-1603) réussissent à effectuer, au prix d'âpres luttes, l'union sous une même autorité de l'Angleterre, du Pays de Galles et de l'Irlande auxquelles vient s'ajouter en 1603 l'Ecosse, par...

1 page - 1,80 ¤

LE THÉATRE DANS LA SECONDE MOITIÉ DU XVIIIe SIÈCLE

||   Déclin et renaissance éphémère du théâtre. — Sheridan; les premières comédies; l'École de la Médisance; la peinture des moeurs; l'esprit de Sheridan; la satire littéraire; conclusion.         DÉCLIN ET RENAISSANCE ÉPHÉMÈRE DU THÉÂTRE. — Pendant toute la période que nous avons appelée L'AGE DU ROMAN (1740-1770) le théâtre ne vécut que d'une vie assez réduite. Tandis que le roman, forme...

1 page - 1,80 ¤

SAMUEL JOHNSON

||VIE DE SAMUEL JOHNSON. — La place qu'occupe Johnson dans l'histoire littéraire tient beaucoup plus à son prestige personnel qu'à ses œuvres. Né en 1709, fils d'un libraire de Lichfield, il commença des études à Oxford, mais n'eut pas les moyens de les poursuivre jusqu'à l'obtention d'un grade. Pauvre irrémédiablement, mais dominé sans cesse par an souci ombrageux...

15 pages - 1,80 ¤

Daniel DEFOE et Jonathan SWIFT (L'âge classique de la littérature anglaise)

||Daniel Defoe est le premier grand écrivain qui arrive à la littérature par la voie moderne du journalisme; et ses romans ont la saveur et la vie intense du meilleur reportage. VIE DE DANIEL DEFOE. — Né vers 1659 à Londres, il se prépare d'abord au sacerdoce dans une école non-conformiste, puis abandonne les études pour le commerce, lance...

10 pages - 1,80 ¤

L'âge classique de la littérature anglaise: ADDISON et STEELE (The spectator)

||Le classicisme. — La littérature et la politique. — Addison. — Steele. — The Spectator; action morale ; influence littéraire. — Autres essayistes. La littérature anglaise du xviiie siècle se divise tout naturellement en deux grandes périodes. Si l'on a pris l'habitude de les appeler I'Age de Pope et FAge de Johnson, ce n'est point que ces deux écrivains...

1 page - 1,80 ¤

La poésie anglaise au XXe siècle

|| caractères généraux. — Les vingt années qui séparèrent la Guerre 1914-1918 de la Guerre 1939-1945 furent marquées en Grande-Bretagne comme dans le reste du monde par un profond malaise économique, social, politique et intellectuel. Le long désordre provoqué par le premier de ces cataclysmes durait encore, que déjà se faisaient sentir les signes avant-coureurs du second. On ne saurait dire cependant que la...

4 pages - 1,80 ¤

LA POÉSIE ANGLAISE de 1880 à 1914 - Littérature

|| L'ex­ceptionnelle longévité des grands poètes victoriens fit que Browning (mort en 1889), Tennyson (1892) et Swinburne (1909) pesèrent de toute leur gloire sur la poésie anglaise jusqu'à la veille de la guerre de 1914. Ce n'est guère que vers 1910 que commence à souffler un vent nouveau. Les trente dernières années du xixe siècle avaient cependant vu paraître...

10 pages - 1,80 ¤

La prose anglaise au XIXe siècle

|| MÉMENTO HISTORIQUE. — Après le court règne de Guillaume IV (1830-1837), la reine Victoria monta sur le trône à dix-huit ans. Au cours de ce règne, le plus long 1837-1901) et l'un des plus féconds de son histoire, la Grande-Bretagne réussit à transformer progressivement tout son régime politique, économique et social, sans amais sortir de la légalité. Cet heureux résultat...

1 page - 1,80 ¤

L'ÉLOQUENCE DE LA CHAIRE. BOSSUET. — BOURDALOUE. — MASSILLON

||  LES PRÉDICATEURS AVANT BOSSUET Les premières années du siècle avaient été comme parfumées par l'éloquence du plus aimable d'entre les saints. D'une illustre famille de Savoie, le futur évêque de Genève, François de Sales (1567-11622), se distingua d'abord par les succès que lui valurent son zèle et l'onction de sa parole dans des mis­sions entreprises pour convertir les prôtestants de Savoie. Venu à...

10 pages - 1,80 ¤

LE THÉATRE AU XVIIIe SIÈCLE.

|| La tragédie est, après le xvne siècle, un genre épuisé et qui ne va plus vivre que d'imitation. Toutefois, si c'est de Racine que se recommandent ses successeurs, ce n'est pas de lui qu'ils procèdent. Avec Racine, la tragédie était arrivée au naturel et au vrai. Après lui, elle va retomber dans le romanesque et dans le faux....

10 pages - 1,80 ¤

LES ORIGINES ET LA JEUNESSE DE DEMOSTHENE

|| Démosthène est né très probablement en 384/3. C'est du moins la date qui s'accorde le mieux avec la majorité des témoignages, et surtout avec celui de Démosthène lui-même. En effet celui-ci atteignit sa majorité au début de l'archontat de Dieitréphès (366/5) ; il était donc alors dans sa dix-huitième année. D'autre part, au début de 323 (lors du procès consécutif à l'affaire d'Harpale), il...

14 pages - 1,80 ¤

LA LÉGENDE DES SIÈCLES DE 1882 de Victor HUGO

|| La philosophie reprend tous ses droits dans la troisième Légende des Siècles, publiée en 1883. Le livre est enclos dans deux déclarations déistes : L'une au prologue : Je ne me sentais plus vivant... Je reviens à mon oeuvre. Et j'offre à cette bouche Qui s'ouvre obscurément dans toute âme farouche, Aux noirs désespérés errants sans feu, ni lieu Un peu de vie à boire, et...

1 page - 1,80 ¤

ORIGINE ET ENFANCE DE J.-J. ROUSSEAU

|| Comme chez ceux dont la sensibilité est très vive et commande le développement des autres facultés, l'enfance et la formation première ont, chez Rousseau, une influence décisive et persistante. A cinquante ans passés, il écrivait : Quoique né homme à certains égards, j'ai été longtemps enfant, et je le suis encore à beaucoup d'autres. La vie de Rousseau ne fut par certains côtés...

7 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 703 704 705 706 707 708 709 710 711 712 713 714 715 716 717 718 719 720 721 722 723 724 725 726 727 728 729 730 731 732 733 734 735 736 737 738 739 740 741 742 743 744 745 746 747 748 749 750 751 752 753 754 755 756 757 758 759 760 761 762 763 764 765 766 767 768 769 770 771 772 773 774 775 776 777 778 779 780 781 782 783 784 785 786 787 788 789 790 791 792 793 794 795 796 797 798 799 800 801 802 803 804 805 806 807 808 809 810 811 812 813 814 815 816 817 818 819 820 821 822 823 824 825 826 827 828 829 830 831 832 833 834 835 836 837 838 839 840 841 842 843 844 845 846 847 848 849 850 851 852 ... 997 998 999 1000 1001 1002

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit