LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
479 - Paroles est un recueil de poèmes de:
A
Léopold Sédar Senghor
B
Paul-Jean Toulet
C
Jacques Prévert
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : C


Les nouveautés du site

D'après ce que vous connaissez et de la vie de Rousseau (séjour aux Charmettes, à l'Ermitage, Rêveries du promeneur solitaire) et de l'idéal de vie qu'il a tracé dans la Nouvelle Héloïse, l'Emile, etc., vous direz dans quelle mesure une vie analogue vous plairait ou vous déplairait.

|| (Dissertation de jugement personnel. Il faut d'abord vous décrire à vous-même et la vie de Rousseau et les tableaux de vie idéale de la Nouvelle Héloïse, l'Emile, etc. Vie de Rousseau : pendant longtemps vie de vagabond et d'aventurier, incapable de gagner sa vie, réduit à être (laquais et parfois à manquer...

2 pages - 1,80 ¤

LA JEUNE TARENTINE de Chénier

   Pleurez, doux alcyons! o vous, oiseaux sacrés, Oiseaux chers à Thétis, doux alcyons, pleurez!    Elle a vécu, Myrto, la jeune Tarentine! Un vaisseau la portait aux bords de Camarine : Là, l'hymen, les chansons, les flûtes, lentement Devaient la reconduire au seuil de son amant. Une clef vigilante a, pour cette journée,...

2 pages - 1,80 ¤

Anatole France a écrit d'André Chénier : « Novateur! personne ne le fut moins. Il est étranger à tout ce que l'avenir prépare. Rien de ce qui va fleurir n'est en germe en lui. » Discuter ce jugement.

||    Ce jugement d'Anatole France est, à l'opposé de l'opinion des romantiques qui ont admiré dans l'œuvre d'André Chénier une poésie annonçant la leur. Si absolu qu'il soit, c'est pourtant Anatole France qui a raison. Examinons en effet les idées et doctrines de Chénier :||...

1 page - 1,80 ¤

Figaro dit (dans le Barbier de Séville) : « Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer. » Le rire de Figaro n est-il pas le rire de Beaumarchais? En quoi celui-ci diffère-t-il du rire de Molière? (De quoi l'un et l'autre rient-ils? Pourquoi et comment rient-ils?)

||    Sujet difficile. Nous avons cependant donné deux ou trois éléments d'une réponse. On a dit, dès le XVIIIe siècle, que Figaro c'était Beaumarchais. Précisons que Beaumarchais n'était pas un misérable enfant trouvé; il était fils d'un horloger fort à son aise et cultivé; mais il était roturier et c'est en achetant une...

1 page - 1,80 ¤

Ecriture d'invention: Critique de Rousseau par rapport aux fables de La Fontaine

|| Monsieur Jean-Jacques Rousseau,   En tant que lecteur et admirateur des œuvres de Jean De la Fontaine, je suis scandalisé par l’attaque que vous infligez  à cet illustre auteur des fables françaises. Je pense que votre opposition à l’apprentissage des fables par les enfants, évoquée dans l’Emile, est tout à fait discutable et exagérée....

1 page - 1,80 ¤

Vous expliquerez pour quelles raisons le Figaro de Beaumarchais est devenu un type et une sorte de nom commun au même titre qu'Harpagon, Tartuffe, Gavroche, etc.

||    Ce problème de la création des types est extrêmement complexe; il y faut à la fois le génie plus ou moins mystérieux de l'écrivain créateur et une sorte de collaboration de la postérité. On petit cependant dégager de ce problème les éléments les plus clairs, ceux qui sont non pas suffisants, mais du...

1 page - 1,80 ¤
1 page - 1,80 ¤

Diderot nous a peint ainsi le Dorval des Entretiens sur « le Fils naturel »

Dorval était arrivé le premier. l'approchai de lui sans qu'il m'aperçût. Il s'était abandonné au spectacle de la nature. Il avait la poitrine élevée. Il respirait avec force. Ses yeux attentifs se portaient sur tous les objets. Je suivais sur son visage les impressions diverses qu'il en éprouvait ; et je commençais à partager...

2 pages - 1,80 ¤

Le titre complet de l'Encyclopédie est Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et métiers. Vous montrerez comment ce mot de raisonné était tout un programme et devait faire de l'ouvrage, au lieu d'une simple compilation, une entreprise philosophique qui est comme l'image de la philosophie du XVIIIe siècle.

||    Toutes les histoires de la littérature française marquent l'importance de l'Encyclopédie au XVIIIe siècle, importance soulignée par le bruit qui se fit autour d'elle et les persécutions dont elle fut l'objet. Or, en principe, l'Encyclopédie devait être un dictionnaire et il n'y avait là rien qui pût intéresser des philosophes et inquiéter...

2 pages - 1,80 ¤

Vous supposerez que Voltaire annonce à son ami Bolingbroke la publication en France des Lettres philosophiques (1734). Il rappelle à son hôte les circonstances de son exil en Angleterre, lui avoue tout ce qu'il doit à l'étude de ce pays, lui expose ses idées — dont son livre est la première synthèse — sur les lettres, les sciences, la politique, la philosophie.

||    Sujet qui demande une connaissance exacte des Lettres philosophiques. Toutes les études sur Voltaire racontent comment on lui donna le choix, après une querelle avec le chevalier de Rohan, entre la Bastille et l'exil. Rappelons que les Lettres philosophiques sont, en apparence, un simple tableau de ce que Voltaire a vu, entendu,...

1 page - 1,80 ¤

Goethe a défini Voltaire : « le Français suprême, l'écrivain qui a été le plus en harmonie avec sa nation. » Commentez cette appréciation, et indiquez les réserves ou les compléments que vous y voudriez apporter.

|| La recherche des idées se fera d'abord par une analyse ou revue des traits caractéristiques de Voltaire : curiosité intellectuelle très vive, dirigée vers toutes sortes de sujets, — prédominance de l'intelligence pure, de la raison critique, — incapacité de comprendre tout ce qui est mystique ou simplement instinct irraisonné du cœur, —...

1 page - 1,80 ¤

Que pensez-vous de ce jugement de Brunetière sur Voltaire : « Il n'y a pas une idée de son siècle — y compris celles de Rousseau lui-même, quand Rousseau les eut jetées dans la circulation — que Voltaire n'ait supérieurement exprimées; c'est pour cela que jamais homme n'a mieux représenté cinquante ou soixante ans d'histoire. »

||   Sujet complexe et dont il nous faut commencer par faire l'analyse. L'idée dominante est que Voltaire a exprimé toutes les idées de son siècle. Accessoirement, il a même exprimé les idées de Rousseau. Et enfin il en a donné une expression supérieure. Quand on y réfléchit, ce dernier point est important. Si Voltaire...

2 pages - 1,80 ¤

Etudier l'art de Voltaire dans ce début de son conte Jeannot et Colin

Plusieurs personnes dignes de foi ont vu Jeannot et Colin à l'école dans la ville d'Issoire en Auvergne, ville fameuse dans tout l'univers par son collège et par ses chaudrons. Jeannot était fils d'un marchand de mulets très renommé; Colin devait le jour à un brave laboureur des environs, qui cultivait la terre avec...

2 pages - 1,80 ¤

Bardamu en Afrique. Céline, Voyage au bout de la nuit P.137-138 (commentaire)

|| On les fit entrer aussi, enfants compris et tous, pour qu'ils ne perdent rien du spectacle.  C’était la première fois qu’ils venaient comme ça tous ensembles de la forêt, vers les Blancs en ville. Ils avaient dû s’y mettre depuis bien longtemps les uns et les autres pour récolter tout ce caoutchouc-là. Alors forcément le...

3 pages - 1,80 ¤

Vous montrerez comment le titre même de l'ouvrage de Voltaire : Essai sur les m½urs et l'esprit des nations, impliquait une conception relativement nouvelle et toute moderne de l'histoire.

||    Dès qu'il s'agit de démontrer une nouveauté, une originalité, la meilleure méthode de recherche (et en même temps d'exposition) est d'étudier le milieu d'idées, goûts, doctrines dans lequel paraît l'œuvre à étudier. Vers l'époque où Voltaire publie le Siècle de Louis XIV puis l'Essai sur les mœurs, les historiens se proposent en...

2 pages - 1,80 ¤

Voltaire s'est moqué du « retour à la nature » de J.-J. Rousseau, d'un idéal de vie sauvage qui l'obligerait à « marcher à quatre pattes ». D'autre part il a choisi comme héros d'un de ses contes un demi-sauvage, un « huron », l'Ingénu, à qui il prête toutes sortes de vertus, de bon sens, de sincérité, de courage. Vous expliquerez cette contradiction.

||    La contradiction existe bien. On ne peut pas l'expliquer en montrant qu'elle n'est qu'apparente. Ce que nous avons dit dans les sujets précédents prouve que Voltaire ne peut pas croire qu'un sauvage soit un être nécessairement barbare, méchant et malheureux. Car il peut vivre selon cette nature qui est en lui ce...

1 page - 1,80 ¤

Voltaire, dans ses Lettres philosophiques, a violemment attaqué la conception pessimiste que Pascal se fait de la nature humaine : « Il s'acharne à nous peindre tous méchants et malheureux... Il dit éloquemment des injures au genre humain. » Vous expliquerez ces protestations de Voltaire et vous chercherez quelle conception il se fait dans ses ½uvres du genre humain et de la morale qui lui convient.

||    La conception générale de la vie et de la morale chez Voltaire s'apparente à la morale de la nature chez ces deux écrivains. Tandis que Pascal, poussant simplement à l'extrême un principe chrétien, considère la nature humaine comme corrompue et incapable d'éviter le péché sans le secours de la grâce divine, Voltaire...

1 page - 1,80 ¤

Discuter ce jugement d'Emile Faguet sur Voltaire : « Les besoins ou les goûts de M. de Voltaire sont la mesure de toutes ses idées, les créent, les déterminent et font qu'elles concordent. »

||        Pour discuter ce jugement, nous pouvons partir soit des goûts et besoins pour montrer qu'ils expliquent les idées, soit des idées pour y chercher les goûts et besoins. Suivons cette seconde méthode. Voltaire est, comme nous venons de le voir, l'ennemi de la religion et de sa morale : c'est parce...

1 page - 1,80 ¤

Que pensez-vous de ce jugement de Jules Lemaître sur Voltaire : « L'½uvre immense de ce petit vieillard ne nous attire plus guère. Diderot et Rousseau nous semblent beaucoup plus près de nous... Il y a chez lui une certaine sécheresse, une certaine brièveté d'esprit qui ne nous satisfait plus. »

||    Le jugement de Jules Lemaître est évidemment fort sévère, et le propre des jugements sévères est d'appeler la contradiction. Bien entendu vous avez le droit d'être également sévère. Mais ce droit ne vous dispense pas de prévoir les raisons de ceux qui prendront plus de goût à Voltaire, d'examiner le pour et le...

2 pages - 1,80 ¤

Pourquoi Montesquieu a-t-il admiré la Rome antique et l'Angleterre moderne ?

||        Il y a d'abord à s'entendre sur l'admiration de la Rome antique. Montesquieu admire la Rome républicaine et non pas la Rome de la décadence. Il admire en effet les qualités qui ont fait de cette Rome républicaine la maîtresse du monde, la sobriété, l'énergie, la discipline, l'intelligence politique, etc.,...

1 page - 1,80 ¤

MONTESQUIEU

||    L'œuvre de Montesquieu est fort importante, particulièrement « l'Esprit des lois «. Mais c'est une œuvre complexe, posant des problèmes qui ne peuvent pas être très familiers à des élèves de première, dès qu'on dépasse la comparaison traditionnelle entre le « Discours sur l'histoire universelle « de Bossuet et les « Considérations...

9 pages - 1,80 ¤

Dans trois ouvrages de ses débuts, Marivaux s'est moqué de la préciosité ridicule, tout comme Molière ou Boileau. Ces attaques prouvent qu'une sorte de préciosité s'est prolongée jusqu'à la fin au moins du XVIIe siècle. Mais ne pourrait-on pas dire que Marivaux lui-même a subi, dans une certaine mesure, l'influence de la préciosité ?

||    L'expression « dans une certaine mesure « indique à elle seule que cette préciosité de Marivaux, si elle existe, ne peut être que relative. Nous pouvons donc orienter tout de suite notre recherche vers les raisons pour et les raisons contre.||...

1 page - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 739 740 741 742 743 744 745 746 747 748 749 750 751 752 753 754 755 756 757 758 759 760 761 762 763 764 765 766 767 768 769 770 771 772 773 774 775 776 777 778 779 780 781 782 783 784 785 786 787 788 789 790 791 792 793 794 795 796 797 798 799 800 801 802 803 804 805 806 807 808 809 810 811 812 813 814 815 816 817 818 819 820 821 822 823 824 825 826 827 828 829 830 831 832 833 834 835 836 837 838 839 840 841 842 843 844 845 846 847 848 849 850 851 852 853 854 855 856 857 858 859 860 861 862 863 864 865 866 867 868 869 870 871 872 873 874 875 876 877 878 879 880 881 882 883 884 885 886 887 888 ... 952 953 954 955 956 957

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit