LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
300 - Qui s'est servi de son expérience de fonctionnaire pour écrire Messieurs les ronds-de-cuir ?
A
Courteline
B
Feydeau
C
Guitry
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : A


Les nouveautés du site

On rapproche souvent le cinéma de la littérature écrite, et les réalisateurs eux-mêmes ont eu bien des fois recours au roman ou au théâtre, leur empruntant soit des ½uvres déjà accomplies, soit une forme familière au public. Cependant, un critique, Jean Limousin, écrivait à propos d'un metteur en scène célèbre : « La justesse des notations, leur portée sur le public, tiennent à ce qu'elles sont pensées directement « en cinéma » par un homme intelligent qui découvre aussitôt l'équivalent sur pellicule de sa vision intérieure» et un autre critique, Norbert Multeau, ajoute en parlant du même réalisateur : «Subtilité du découpage, clarté de la mise en scène, richesses des cadrages, intelligente direction d'acteurs, variété et précision des personnages et des décors : ce cinéma psychologique est dans la tradition du cinéma français de qualité. » En vous appuyant sur des exemples précis, vous vous demanderez dans quelle mesure le cinéma, par son langage et ses moyens propres, peut atteindre à la création d'½uvres originales, c'est-à-dire se définir comme un art, au plein sens du terme.

||Introduction. Vieux problème : originalité du cinéma.   Ire Partie : la schématisation des débuts ■ Due au muet, au public. ■ Est tenue pour une infériorité. Elle fera sa pérennité.   IIe Partie : une pratique nouvelle ■ Humilité des premiers cinéastes et méconnaissance de la classe cultivée. ■ Les techniques propres appliquées à...

2 pages - 1,80 ¤

Un écrivain actuel a défini récemment la poésie en ces termes : « La poésie est défoulement des sentiments, protestation véhémente plus éloquente que tous les discours, alchimie des structures et des mots,... elle est cri ou message, musique et grâce. » Vous direz dans quelle mesure cette définition vous satisfait sans oublier d'éclairer votre développement à l'aide d'exemples précis.

||■ Poésie avec Théâtre et Roman (puis à partir du XXe siècle dans une de leurs spécificités : cinéma et mass-média) = formes d'expression et de transmission basées sur le langage.    ■ Mais elles impliquent toutes — la poésie en premier — un art i.e., un choix + un don + une sublimation.  ■...

4 pages - 1,80 ¤

De nombreux lecteurs trouvent de l'intérêt à la littérature personnelle. En vous appuyant sur des exemples précis, vous présenterez votre propre point de vue sur l'intérêt de cette littérature.

|||| Introduction ■ Les littératures subjectives sont plus ou moins nombreuses selon les époques. ■ De notre temps, elles sont très goûtées. ■ Moi présent = théorie de bien des Ecoles = Ecoles impersonnelles. ■ Moyen-terme? Ire partie : pourquoi (et comment) cette présence volontaire du Moi ? ■ Multiples nuances de la...

4 pages - 1,80 ¤

Il y a des livres auxquels on ne peut s'arracher, des lectures qu'on ne se décide pas à interrompre... Si vous avez fait cette expérience, analysez-la.

||■ Au fil des siècles, la littérature a pris une place de plus en plus importante dans la civilisation.    ■ D'où, de nos jours l'homme occupe souvent une grande partie de ses loisirs à la lecture.    ■ Il arrive même que, passionné par le livre qu'il a entre les mains, il ne songe...

2 pages - 1,80 ¤

L'albatros de Baudelaire

Plan du commentaire composé:   I)                      Un récit pathétique :   A)    La persécution d'un être innocent présenté comme une victime :   -          Aspect dominateur et cruel des hommes: « les hommes d'équipage « et le « ils « en position de sujets aux vers 1, 5, 11,12 et, de plus, sujets de verbes exprimant une action dominatrice...

5 pages - 1,80 ¤

Balistique - René de Obaldia, Innocentines

Si maman retirait ses boucles d'oreille Je lui mettrais des boucles de cerises Des cerises rouges comme le soleil Des soleils tout rouges sur les oreilles. Quand je reviendrai de l'église Où j'aurai juré de n'être plus jamais gourmand, Vite, j'irai mordre les cerises Sur les oreilles de maman. Et surtout...

2 pages - 1,80 ¤

Chanson - Marie Noël

Quand il est entré dans mon logis clos, J'ourlais un drap lourd près de la fenêtre, L'hiver dans les doigts, l'ombre sur le dos... Sais-je depuis quand j'étais là sans être ? Et je cousais, je cousais, je cousais... — Mon cœur, qu'est-ce que tu faisais? Il m'a demandé des outils à nous....

3 pages - 1,80 ¤

Le temps de vivre. Anna de Noailles, Le Coeur innombrable (commentaire)

Déjà la vie ardente incline vers le soir, Respire ta jeunesse, Le temps est court qui va de la vigne au pressoir, De l'aube au jour qui baisse ; Garde ton âme ouverte aux parfums d'alentour, Aux murmures de l'onde, Aime l'effort, l'espoir, l'orgueil, aime l'amour, C'est la chose profonde; Combien...

2 pages - 1,80 ¤

Victor Hugo, Les Misérables: Cosette dans la forêt

Dans Les Misérables de Victor Hugo, la petite Cosette, âgée de huit ans, a été envoyée de nuit remplir un seau d'eau à une source située en plein bois, loin de toute habitation. Au dessus de sa tête, le ciel était couvert de vastes nuages noirs qui étaient comme des pans de fumée. Le...

2 pages - 1,80 ¤

Commentaire du texte de Chateaubriand, Mémoires d'outre tombe.

Note : 8/10

Tout d'abord, le texte débute par la narration d'un jeu qui semble anodin. D'une part, ce jeu est habituel, comme le montre l'adverbe «ordinairement «, ou encore le commentaire du narrateur lui-même, fait au moment de l'énonciation: « comme de coutume« ; d'autre part, le jeu sur les temps du passé - passé simple à valeur ponctuelle et...

3 pages - 1,80 ¤

Victor Hugo: Arbres de la forêt, vous connaissez mon âme !

Note : 8/10

Arbres de la forêt, vous connaissez mon âme! Au gré des envieux la foule loue et blâme; Vous me connaissez, vous ! Vous m'avez vu souvent, Seul dans vos profondeurs, regardant et rêvant. Vous le savez, la pierre où court un scarabée, Une humble goutte d'eau de fleur en fleur tombée, Un nuage, un...

2 pages - 1,80 ¤

Jean Guéhenno, Journal d'un homme de quarante ans

Note : 8/10

Ces cinq années à la campagne furent mon premier règne. Un roi en maillot, il est vrai, n'impose guère et ma grand-tante exerçait la régence. Pourtant je regimbais déjà, à ce qu'on m'a dit, par l'effet d'une nature décidément opiniâtre dont j'éprouve encore aujourd'hui l'impuissance à se résigner. En quatre ans, j'appris à boire,...

2 pages - 1,80 ¤

Un Provençal à Paris - Jean Giono, Les Vraies Richesses

Note : 8/10

... Voilà la rue de Belleville qui monte et peu à peu me débarrasse des manteaux de feu. La frange de néon multicolore qui éblouissait mes yeux s'affaisse et retombe dans l'ombre. Le long de la rue, les épiceries et les magasins de légumes ne sont plus éclairés que par les lampes d'intérieur. Les...

2 pages - 1,80 ¤

Paul Éluard, Le Temps déborde: Ma morte vivante

Note : 8/10

Dans mon chagrin rien n'est en mouvement J'attends personne ne viendra Ni de jour ni de nuit Ni jamais plus de ce qui fut moi-même    Mes yeux se sont séparés de tes yeux    Ils perdent leur confiance ils perdent leur lumière    Ma bouche s'est séparée de ta bouche    Ma bouche s'est séparée du...

2 pages - 1,80 ¤

Paul Éluard, Une Leçon de Morale (commentaire)

Note : 8/10

Merveille c'est d'aimer encore Malgré ce mur illimité Comme un mineur qui songe au jour Le jour son cœur le fait monter Tu n'es pas là ton corps existe Et les étoiles de tes mains Disparues sont toujours présentes    Vois le poète se transforme Je rêve j'ai toujours rêvé Au crépuscule en négatif...

2 pages - 1,80 ¤

Colette, Les Vrilles de la Vigne, Forêt de Crécy.

Note : 8/10

Forêt de Crécy.    A la première haleine de la forêt, mon cœur se gonfle. Un ancien moi-même se dresse, tressaille d'une triste allégresse, pointe les oreilles, avec des narines ouvertes pour boire le parfum.    Le vent se meurt sous les allées couvertes où l'air se balance à peine, lourd, musqué... Une vague molle...

2 pages - 1,80 ¤

Commentaire de Mémoires d'outre-tombe de Chateaubriand. Le travail littéraire et narratif que réalise l'écrivain lorsqu'il évoque un souvenir de sa vie permet-il de maintenir l'authenticité de ce qui est raconté?

Note : 8/10

La production autobiographique contemporaine avec des ½uvres comme Enfance de Nathalie SARRAUTE ou Souvenirs pieux de Marguerite YOURCENAR montre combien les éléments constitutifs de l'Etre trouvent leur fondement dans cette période cruciale qu'est l'enfance. il n'est donc pas surprenant que dans l'autobiographie comme dans les mémoires ces instants premiers du Moi occupent une place de choix pour rendre...

3 pages - 1,80 ¤

Colette, Sido: Il y avait dans ce temps-là de grands hivers

Note : 8/10

Il y avait dans ce temps-là de grands hivers, de brûlants étés. J'ai connu, depuis, des étés dont la couleur, si je ferme les yeux, est celle de la terre ocreuse, fendillée entre les tiges du blé et sous la géante ombelle du panais sauvage (1), celle de la mer grise ou bleue. Mais...

3 pages - 1,80 ¤

Jacques Brel, Il nous faut regarder.

Note : 8/10

Derrière la saleté s'étalant devant nous Derrière les yeux plissés Et les visages mous Au-delà de ces mains Ouvertes ou fermées Qui se tendent en vain Ou qui sont poing levé Plus loin que les frontières Qui sont de barbelés Plus loin que la misère 0 nous faut regarder Il nous faut regarder Ce...

2 pages - 1,80 ¤

Aragon, Les Poètes: Ce qu'on fait de vous hommes femmes

Note : 8/10

Ce qu'on fait de vous hommes femmes O pierre tendre tôt usée Et vos apparences brisées Vous regarder m'arrache l'âme Vous voudriez au ciel bleu croire Je le connais ce sentiment J'y crois aussi moi par moments Comme l'alouette au miroir J'y crois parfois je vous l'avoue A n'en pas croire mes oreilles...

2 pages - 1,80 ¤

Un air d'octobre. Aragon, Le Nouveau Crève-coeur

Note : 8/10

Un air comme une traîne immense Un air qui ne finit jamais Un air d'octobre une romance Plus douce que le mois de mai Un air qui toujours recommence Tes yeux ont le mal d'horizon Fou qui trouve assez bleu l'azur A qui le ciel n'est pas prison Il faut aimer à démesure Ce...

2 pages - 1,80 ¤

Pensez-vous que l'oeuvre littéraire — roman, poésie, théâtre ou chanson — nous détourne de la réalité ou au contraire nous aide à comprendre les choses de la vie ?

Note : 8/10

Littérature! Théâtre! Chanson! Autant d'exclamations qui signifient «mensonges»! Si l'on ajoute qu'un esprit romanesque est facilement enclin à la rêverie et possédé du goût de l'aventure, on peut se demander quels rapports l'oeuvre littéraire entretient avec la réalité....

1 page - 1,80 ¤

Comment comprenez-vous cette phrase de Jean Rostand : « La science a fait de nous des Dieux, avant que nous méritions d'être des hommes. »

Note : 8/10

L'image, assez fréquente, se comprend à deux niveaux : la science appliquée, et avec elle toute la technique, dote l'humanité de moyens prodigieux. Le pouvoir créateur de l'homme a souvent été assimilé à une forme de divinité. Ainsi, dans un autre domaine, Apollinaire écrivait : «Douce poésie... ! Toi qui, suscitant en nous le pouvoir créateur, nous met...

2 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 837 838 839 840 841 842 843 844 845 846 847 848 849 850 851 852 853 854 855 856 857 858 859 860 861 862 863 864 865 866 867 868 869 870 871 872 873 874 875 876 877 878 879 880 881 882 883 884 885 886 887 888 889 890 891 892 893 894 895 896 897 898 899 900 901 902 903 904 905 906 907 908 909 910 911 912 913 914 915 916 917 918 919 920 921 922 923 924 925 926 927 928 929 930 931 932 933 934 935 936

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit