LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
421 - Le Quai des brumes a été écrit par :
A
Pierre Mac Orlan
B
Simenon
C
Pierre Loti
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : A


Les nouveautés du site

A l'aide d'exemples tirés du Père Goriot, vous montrerez en quoi consiste le pessimisme de Balzac.

|| Dans le roman le plus populaire de Balzac., le drame n'est pas conçu à la manière d'une tragédie de Corneille, où tout finit bien, où la vertu triomphe du vice, où les méchants se convertissent et deviennent vertueux. Chez Balzac comme chez Racine, la fatalité « ne lâche point sa proie «. Cette absence...

2 pages - 1,80 ¤

En étudiant les scènes de Britannicus dans lesquelles parait Narcisse, vous montrerez par quel travail de création psychologique et dramatique Racine, en modifiant ses sources, a inventé l'un des personnages essentiels de sa pièce.

||Racine passe souvent pour un excellent imitateur des anciens auteurs tragiques ou historiens, et il s'est donné pour tel. Mais il tient aussi à défendre la liberté du dramaturge à l'égard de l'histoire : il lui suffit que dans la tragédie les personnages célèbres apparaissent « conformes à l'idée que nous nous en faisons...

2 pages - 1,80 ¤

Après avoir relu le chapitre VIII de la Lettre à l' Académie, de Fénelon, vous commenterez ce jugement qui y est inséré : « Un excellent historien est peut-être encore plus rare qu'un grand poète.

|| INTRODUCTION Rappeler les circonstances dans lesquelles l'Académie ayant demandé à ses membres des suggestions en vue de ses futurs travaux, une fois achevé le Dictionnaire, l'envoi de Fénelon, jugé particulièrement remarquable, fut proposé pour l'impression. Parmi une série de projets concernant la rédaction d'une grammaire, d'une rhétorique, de traités sur la tragédie et...

1 page - 1,80 ¤

Après avoir choisi un des thèmes lyriques traités par les quatre grands poètes romantiques, vous montrerez comment chacun d'eux y a imprimé sa personnalité.

  INTRODUCTION Caractère commun aux poètes romantiques : expression passionnée de lieux communs vivifiés par une émotion personnelle; de là, la part capitale du facteur individuel dans cette poésie; même quand le romantique ne se « confesse « pas directement (Vigny et souvent Hugo), le thème vaut surtout par l'interprétation qu'en donne l'âme de l'artiste,...

2 pages - 1,80 ¤

Quel profit intellectuel et quel plaisir artistique avez-vous retirés de la lecture des Essais de Montaigne ?

INTRODUCTION Dès le XVIIe siècle, les Essais ont été considérés comme le livre de chevet (ou selon Huet le bréviaire) des honnêtes gens. Apprécié différemment par Pascal, par Voltaire ou par A. Gide, Montaigne a toujours été un « éveilleur des esprits « (Lanson). Par le commerce que l'auteur permet avec les anciens dont...

5 pages - 1,80 ¤

Charles Baudelaire « L’ennemi » (commentaire composé)

Introduction : Charles Baudelaire (1821-1867) est un poète très important dans la poésie française, il est au carrefour de la « tradition « et de la modernité poétique. Il publie les fleurs du mal en 1857. Il s’agit d’un recueil poétique qui fut condamné pour offense morale. Sa poésie se décline autour de deux...

2 pages - 1,80 ¤

En recherchant dans le Père Goriot les traits communs aux trois ou quatre protagonistes, vous définirez ce qu'on appelle un personnage balzacien.

UTILISATION PÉDAGOGIQUE En classe de Seconde, il est d'usage de suivre l'ordre chronologique, c'est-à-dire d'étudier par exemple Andromaque avant le Père Goriot. Pourtant, les romans du XIXe siècle peuvent paraître plus accessibles à des adolescents que l'art savant et les analyses psychologiques du créateur d'Hermione. Le XVIIe est plus jeune que le XIXe siècle,...

2 pages - 1,80 ¤

BALZAC, Le Père Goriot, fin (commentaire)

Les deux prêtres, l'enfant de choeur et le bedeau vinrent et donnèrent tout ce qu'on peut avoir pour soixante et dix francs dans une époque où la religion n'est pas assez riche pour prier gratis. Les gens du clergé chantèrent un psaume, le Libera, le De Profundis. Le service dura vingt minutes. Il n'y...

3 pages - 1,80 ¤

Les différentes fonctions de la comédie dans Tartuffe de Molière

Note : 5.1/10

Molière est l'un de nos plus grands dramaturges. Il a écrit des farces, des comédies-ballets comme Le Malade imaginaire ou Le Bourgeois gentilhomme et a donné à la comédie ses lettres de noblesse en produisant des chefs-d'oeuvre tels que Dom Juan ou Le Misanthrope. Dans Le Tartuffe ou L'Imposteur, il attaque l'hypocrisie religieuse....

4 pages - 1,80 ¤

On a souvent signalé dans les comédies de Molière un arrière-goût d'amertume. La comédie de Tartuffe vous paraît-elle justifier cette vue ?

Note : 5.1/10

INTRODUCTION Sans chercher dans Molière les profondeurs tragiques que le romantisme croyait y découvrir, on constate que les situations qu'il met en scène, et dont il excelle à exploiter les éléments comiques, sont susceptibles de conséquences graves, que seuls peuvent empêcher des dénouements plus ou moins factices : c'est que les lubies ou les...

1 page - 1,80 ¤

On connaît l'exclamation de Hugo dans la Préface des Contemplations, en réponse à ceux qui reprochaient aux Romantiques leur « égocentrisme » : Ah! insensé qui crois que je ne suis pas toi ! Commenter ce mot en faisant ressortir la portée générale des « confidences » romantiques.

Note : 5.1/10

INTRODUCTION La révolution romantique se marque avant tout par l'apparition de l'individualisme. Des raisons de dignité artistique et de convenances morales ou religieuses avaient banni le thème personnel de la littérature. Le romantisme l'y introduit. Mais, par un mouvement inverse, les Romantiques élargissent leurs thèmes personnels en thèmes généraux. Déclarations de Hugo dans la...

1 page - 1,80 ¤

Diderot écrit : « Rendre la vertu aimable, le vice odieux, le ridicule saillant, voilà le projet de tout honnête homme qui prend la plume, le pinceau ou le ciseau. » Mais il déclare d'autre part : « Presque toujours, ce qui nuit à la beauté morale redouble la beauté poétique. On ne fait guère que des tableaux tranquilles et froids avec la vertu; c'est la passion et le vice qui animent les compositions du peintre, du poète et du musicien. » Commenter et discuter ces deux affirmations apparemment contradictoires.

Note : 5.1/10

|| INTRODUCTION On connaît la lettre à Sophie Volland où Diderot attribue aux Langrois, ses compatriotes, l'inconstance des girouettes. Il est lui-même l'homme des paradoxes et des contradictions, qui s'expriment parfois dans le dédoublement d'un dialogue. Ame sensible pour qui la sensibilité n'est guère le propre d'un grand génie, passionné pour qui la raison...

5 pages - 1,80 ¤

LA FONTAINE : Les Obsèques de la Lionne (VIII, 14) - (vers 33-55).

Note : 5.1/10

Le Monarque lui dit : « Chétif hôte des bois,  Tu ris, tu ne suis pas ces gémissantes voix!  Nous n'appliquerons point sur tes membres profanes  Nos sacrés ongles; venez, loups,  Vengez la reine, immolez tous  Ce traître à ses augustes mânes. «  Le cerf reprit alors : « Sire, le temps des pleurs  Est passé; la...

3 pages - 1,80 ¤

Poème à Lou de Guillaume Apollinaire

Note : 5.1/10

|| Le poème que nous nous proposons d’étudier pourrait être qualifié de lettre-poème. En effet, nous y retrouvons aux côtés du lyrisme amoureux quelques éléments évoquant la vie du soldat sur le champ de bataille. Sans doute est-ce ce qui fait l’originalité de cet écrit. Nous nous demanderons comment Apollinaire parvient à concilier ces 2 thèmes à...

3 pages - 1,80 ¤

L'art de persuader dans l'Oraison funèbre d'Henriette d'Angleterre.

Note : 5.1/10

|| Dans le domaine de l'éloquence, tout ce qui a du succès ne persuade pas nécessairement. Dans la première moitié du XVIIe siècle, la familiarité, la vulgarité, les anecdotes grotesques faisaient la réputation d'un grand nombre de prédicateurs qui n'ont pas converti beaucoup d'âmes. Tout aussi peu persuasifs étaient ceux qui abusaient de l'érudition...

3 pages - 1,80 ¤

Dans son livre sur Racine, Thierry Maulnier écrit : « Dans des tragédies impitoyables et sauvages, les femmes de Racine sont ce qu'il y a de plus sauvage et de plus impitoyable... » Selon lui, elles l'emportent sur les hommes non seulement « en ardeur, en sensualité, en amoralité, en courage meurtrier et en lucidité, mais encore en poésie. Presque tout ce qui est poétique chez Racine, dans le langage de la passion, est dans la bouche des femmes. » Étudiez le personnage d'Hermione en appliquant les termes de ce jugement à des passages précis d'Andromaque.

Note : 5.1/10

  INTRODUCTION Pendant longtemps la critique a commenté la pièce d'Andromaque d'un point de vue surtout moral : on admirait dans les classes l'amour maternel d'Andromaque, sa dignité de veuve, sa vertu qualifiée de « coquette «. On déplorait l'amoralité d'Hermione qui n'avait pas pitié d'Astyanax. On avait oublié que le personnage principal n'est pas Andromaque,...

2 pages - 1,80 ¤

Le XVIIe siècle avait condamné dans Dom Juan de Molière une pièce « où la gloire de Dieu est ouvertement attaquée, où la foi est exposée aux insultes d'un bouffon qui fait commerce de ses mystères et qui en prostitue la sainteté, où un athée, foudroyé en apparence, foudroie en effet et renverse tous les fondements de la religion. » (Observations... du sieur de Rochemont, 1665). On a soutenu, depuis, que Dom Juan était une pièce profondément chrétienne : vous vous attacherez à montrer ce qui lui confère ce caractère.

Note : 5.1/10

|| En trois siècles, Dom Juan a totalement changé de visage. Pièce « athée « condamnée comme telle par le XVIIe siècle, exaltée comme telle par le XVIIIe, il a fallu attendre 1948 et Louis Jouvet pour que Dom Juan, représenté à la Comédie-Française, renouvelé et débarrassé de sa légende, apparût dans sa vérité profonde,...

4 pages - 1,80 ¤

Baudelaire, Recueillement

Note : 5.1/10

Sois sage, ô ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille. Tu réclamais le soir; il descend; le voici. Une atmosphère obscure enveloppe la ville, Aux uns portant la paix, aux autres le souci. 5 Pendant que des mortels la multitude vile, Sous le fouet du Plaisir, ce bourreau sans merci, Va cueillir des remords dans...

4 pages - 1,80 ¤

Opposant à l'enthousiasme de la jeunesse les fréquents renoncements de l'âge mûr, Gide écrit dans son Journal (p. 711) : « Je crois vraie, tragiquement vraie, cette phrase d'Alfred de Vigny, souvent citée, qui paraît simple seulement lorsqu'on la cite sans la comprendre : « Une belle vie, c'est une pensée de jeunesse réalisée dans l'âge mûr. » Commenter et discuter.

Note : 5.1/10

REMARQUES SUR LE SUJET On propose un jugement de Gide sur une pensée d'A. de Vigny. Il conviendra donc de procéder par approches successives à un triple éclairage du sujet : — l'explication « qui paraît simple « de la maxime de Vigny ; — l'explication de l'opinion de Gide, orientée par la phrase...

5 pages - 1,80 ¤

Analysez le contenu et commentez les idées essentielles de cette page célèbre de Voltaire : PRIÈRE A DIEU

Note : 5.1/10

« Ce n'est plus aux hommes que' je m'adresse; c'est à toi, Dieu de tous les êtres, de tous les mondes, et de tous les temps : s'il est permis à de faibles créatures perdues dans l'immensité et imperceptibles au reste de l'Univers d'oser te demander quelque chose, à toi dont les décrets sont...

3 pages - 1,80 ¤

« La légende est plus vraie que l'histoire », écrit Victor Hugo dans une de ses préfaces. A l'aide des textes de la Légende des Siècles que vous avez étudiés en classe, montrez comment Victor Hugo arrive à nous donner une impression de vérité tout en racontant des choses merveilleuses.

Note : 5.1/10

INTRODUCTION Quoique contemporain de Michelet, de Guizot et de Taine, Victor Hugo souligne en 1859 l'aspect conjectural de l'histoire attachée à des recherches de détail et sujette à l'erreur, tandis que la légende donne, selon lui, une vue supérieure et générale des peuples et des époques. Mais il ne suffit pas de remplacer l'histoire par...

2 pages - 1,80 ¤

Racine, au dire de son fils, avait soumis sa tragédie d'Alexandre au jugement de Corneille : celui-ci dit à l'auteur qu'il avait un grand talent pour la poésie, mais qu'il n'en avait pas pour le théâtre. Sainte-Beuve, dans son zèle romantique, formule un jugement semblable : « Si Racine fut dramatique de son temps, c'est que son temps n'était qu'à cette mesure du dramatique. Est-ce vouloir le renverser que de déclarer qu'on préfère chez lui la poésie pure au drame et qu'on est tenté de le rapporter à la famille des grands génies lyriques, des chantres élégiaques et pieux dont la mission ici-bas est de célébrer l'amour, en prenant amour dans le même sens que Dante et Platon ? » (Revue de Paris, 6 déc. 1825). Enfin, un metteur en scène contemporain, G. Batty, écrit : « Les tragédies de Racine sont d'admirables poèmes dialogués, dans le sens où on l'entend en dehors du théâtre. Mais que pourrait ajouter la représentation? Tout est dans le texte. » (1928). Ces trois jugements concordants vous paraissent-ils exacts? Quel parti pouvez-vous en tirer pour l'interprétation du génie et de l'art de Racine ?

Note : 5.1/10

Voici donc trois jugements autonomes, mais concordants, qui sont d'accord pour déclarer que le théâtre de Racine n'est pas du théâtre. Racine est-il fait pour la représentation ou pour la lecture? C'est donc le problème même du théâtre qui se pose : rapports de la représentation et de l'action, valeur du texte, décor, illusion...

2 pages - 1,80 ¤

Commenter cette pensée de l'historien Lavisse : « J'aime le XVIIIe siècle jusque dans ses illusions parce qu'il fut un siècle humain succédant à un siècle dur. »

Note : 5.1/10

Pendant longtemps, le XVIIe siècle a été considéré comme le grand siècle, le siècle le plus éclairé qui fût jamais et celui qui s'est approché le plus de la perfection suivant les expressions de Voltaire. Depuis Michelet au contraire, on a émis sur le XVIIe siècle des critiques dont l'historien Lavisse se fait à son...

1 page - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 770 771 772 773 774 775 776 777 778 779 780 781 782 783 784 785 786 787 788 789 790 791 792 793 794 795 796 797 798 799 800 801 802 803 804 805 806 807 808 809 810 811 812 813 814 815 816 817 818 819 820 821 822 823 824 825 826 827 828 829 830 831 832 833 834 835 836 837 838 839 840 841 842 843 844 845 846 847 848 849 850 851 852 853 854 855 856 857 858 859 860 861 862 863 864 865 866 867 868 869 870 871 872 873 874 875 876 877 878 879 880 881 882 883 884 885 886 887 888 889 890 891 892 893 894 895 896 897 898 899 900 901 902 903 904 905 906 907 908 909 910 911 912 913 914 915 916 917 918 919 ... 950 951 952 953 954 955

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit