LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
415 - Sans famille est de :
A
Guy de Maupassant
B
François Mauriac
C
Hector Malot
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : C


Les nouveautés du site

Clément Marot

||    Le « gentil Marot «, le premier en date des poètes du XVIe siècle, est un amuseur, d'ailleurs exquis, plutôt qu'un grand artiste.    Marot, poète de Cour, plaît encore par l'à-propos et l'enjouement de ses vers badins.    La poésie a été lente à recevoir l'impulsion de la Renaissance ; Marot se ...

2 pages - 1,80 ¤

La Renaissance

||    Dans la grande effervescence artistique et morale qui signale le XVIe siècle, la littérature appauvrie fut l'objet d'une rénovation profonde due à l'imitation des littératures classique et italienne.    L'acceptation enthousiaste de la culture classique est le grand fait intellectuel de la Renaissance.    Jusqu'alors on avait connu les écrivains antiques (surtout Ovide...

7 pages - 1,80 ¤

MUSSET — DUALITÉ DE L'HOMME ET DE L'OEUVRE

||C'est là un des problèmes essentiels que pose l'œuvre de Musset    — Le dandysme superficiel ; l'esprit, l'humour.    — La sincérité de la douleur.    — Des tendances classiques.    — Des accents et des outrances romantiques.||...

1 page - 1,80 ¤

Vous connaissez les vers célèbres de Musset (Nuit d'Octobre) : « L'homme est un apprenti, la douleur est son maître, Et nul ne se connaît tant qu'il n'a pas souffert ». Dégagez-en la partie humaine et montrez dans quelle mesure ils s'appliquent à l'oeuvre de Musset lui-même.

||    I. Portée humaine : Rôle complexe, et parfois contradictoire de la douleur :    — Contribue à la connaissance de soi : l'homme ne donne pas sa mesure dans le bonheur ; l'épreuve révèle les ressources de la sensibilité, de la volonté, en détermine les limites : le héros cornélien, les deuils de...

1 page - 1,80 ¤

Hugo a cru être un penseur, un savant, voire un prophète. Il s'est jugé une compétence universelle et « bat puissamment l'air autour des grands problèmes ». Quelle est la matière et la valeur de cette pensée ?

||        I. Idées politiques : Une évolution.    — Hugo commence par le légitimisme.    — Penche vers le libéralisme au moment de la Restauration.    — Devient Orléaniste sous Louis-Philippe.    — Tourne au démocrate avec la IIe République.||...

1 page - 1,80 ¤

Hugo a été un grand poète de l'enfance. Vous montrerez comment il a aimé et compris l'enfant.

||    I. Les Faits.    Hugo, à 28 ans, a quatre enfants. Perte de Léopoldine. Son amour, dans sa vieillesse, pour les deux enfants de son fils Charles, surtout quand celui-ci meurt (1871) et que Hugo leur sert de père.||...

1 page - 1,80 ¤

A quelqu'un qui lui demandait quel était à son avis le plus grand poète français, André Gide répondit : « Victor Hugo, hélas ! » Quelles réflexions vous suggère cette boutade ?

||    I. Vous pourrez, peut-être, commencer par justifier ce sévère « Hélas «.    — Il peut s'adresser a l'homme même :    — Son caractère : vanité, irritabilité qui le rend parfois grossier ; naïveté, une certaine avarice.||...

1 page - 1,80 ¤

HUGO: LE POÈTE SATIRIQUE

||      Les Faits :    — Le coup d'État de 1851 chasse Hugo de France. — Menacé en Belgique, Hugo s'exile à Jersey. — Il perd le confort de sa vie familiale, une partie de ses amis, le droit de vivre dans sa patrie. — Il vit seul, à Marine Terrace, face à ...

1 page - 1,80 ¤

POURQUOI HUGO EST-IL CONSIDÉRÉ COMME NOTRE SEUL POÈTE ÉPIQUE ?

||    — Notre littérature ne manque pas d'oeuvres épiques. Pourtant, depuis la Chanson de Roland, aucune ne vient à l'esprit.||...

1 page - 1,80 ¤

Hugo écrit dans la préface des Contemplations : « On se plaint quelquefois des écrivains qui disent « moi ». Parlez-nous de nous, leur crie-t-on. Hélas ! Quand je vous parle de moi, je vous parle de vous. Ah ! Insensé qui crois que je ne suis pas toi ! » Vous discuterez cette affirmation.

  I. Place de la poésie personnelle dans l\'œuvre de Hugo : — Dans les premiers recueils. — A partir des « Rayons et des Ombres «. Évolution. — Nature de cette poésie personnelle : cf. Lamartine et Hugo. Ce dernier, à partir de ses propres sentiments, s\'élève à des développements généraux. Exemples :...

2 pages - 1,80 ¤

HUGO: LE POÈTE LYRIQUE

|| Nous étudierons ainsi cette importante question : I. Nature et évolution du lyrisme de Hugo de recueil en recueil. — II. Synthèse. I. ÉTUDE ANALYTIQUE A. LES RECUEILS LYRIQUES AVANT L'EXIL (1822-1852): 1822 — 1826 : « Odes «, « Odes et Ballades « : — On y devine Hugo ; influence de...

2 pages - 1,80 ¤

Certains critiques ont été sévères pour Lamartine. On peut lui reprocher d'abord l'indigence de sa pensée. Que pensez-vous de ce vers de Sainte-Beuve : « Lamartine ignorant qui ne sait que son âme ».

||    — « Qui ne sait que son âme « :    Vous n'aurez pas de peine à définir cette expression ; rappelez-vous ce que nous avons dit de la poésie intime de Lamartine ; l'opposer à la poésie du pseudo-classicisme et montrer que, sans être confidence, cette poésie est « l'histoire d'une âme...

1 page - 1,80 ¤

Lamartine appelait lui-même Jocelyn « l'épopée de l'homme intérieur ». Que pensez-vous de cette définition ?

||    — Rappel des circonstances.    — Lamartine est un habitué de la poésie personnelle : « Méditations «, « Harmonies «.    — Vers 1830, tendance générale à la philosophie, surtout sociale. Besoin que ressent Lamartine de dépasser le ton de la simple confidence et de prêter ses propres sentiments à des personnages...

1 page - 1,80 ¤

LES « MÉDITATIONS » de Lamartine: En quoi les « Méditations » de Lamartine ont-elles renouvelé la poésie française ?

||    — 1820 : La France est fatiguée de l'héroïsme ; elle est lasse du lyrisme conventionnel ; elle attend « un Chateaubriand en vers «. Aussi, en quelques jours, on épuise trois éditions des « Méditations «.||...

1 page - 1,80 ¤

La connaissance et l'imitation des littératures étrangères ont-elles été toujours un bienfait pour les lettres françaises ?

||    I. AUCUNE LITTÉRATURE N'EST IMPERMÉABLE AUX INFLUENCES ÉTRANGÈRES :    Toute littérature nationale, consciemment ou inconsciemment, est plus ou moins internationale. Il existe toujours un certain « cosmopolitisme «.    — Au Moyen Age : Les trouvères s'inspirent des légendes bretonnes arthuriennes (Marie de France, Chrétien de Troyes...). Le Roman de Renart est ...

1 page - 1,80 ¤

« Le romantisme, a dit Hugo, n'est, à tout prendre, que le libéralisme en littérature ». Que pensez-vous de cette définition ? En quoi est-elle fondée ? En quoi peut-elle sembler incomplète ?

||    — Rappeler l'évolution du Romantisme. Au début, classique = conservateur ; romantisme = libéralisme. Hugo, conservateur, glisse peu à peu, vers le libéralisme.  ||...

1 page - 1,80 ¤

Commentez et discute» la phrase célèbre de Goethe : « J'appelle le classique le sain et le romantique le malade »

||— Rechercher d'abord ce qui, dans le Romantisme, avait pu paraître « malade « à Goethe :    — Le Romantisme se plaît dans la peinture de la tristesse, du découragement, de l'ennui : le mal du siècle. Impossibilité d'être heureux pour une créature d'élite (René). — Lamartine ; désespoir, pessimisme, tristesse découragée. —...

1 page - 1,80 ¤

Discutez cette opinion de G. Lanson : « Le Romantisme a été plus classique qu'il n'a cru et qu'on n'a dit : il a conservé l'essentiel de la tradition et du génie français ».

|| — Montrez d'abord ce que cette formule semble avoir de paradoxal pour qui connaît les sévères combats livrés entre classiques et romantiques. Les romantiques ne renient point les classiques : ||...

1 page - 1,80 ¤

Le Misanthrope, de Molière. Acte III — Scène I.

CLITANDRE    Cher Marquis, je te vois l'âme bien satisfaite; Toute chose t'égaye, et rien ne t'inquiète. En bonne foi, crois-tu, sans Véblouir les yeux, Avoir de grands sujets de paraître joyeux?    ACASTE    Parbleu! je ne vois pas, lorsque je m'examine, Où prendre aucun sujet d'avoir l'âme chagrine. J'ai du bien, je suis...

3 pages - 1,80 ¤

Commentaire: Molière, Tartuffe, Acte I, scène 2

DORINE. Oh ! vraiment tout cela n'est rien au prix du fils, Et si vous l'aviez vu, vous diriez : «C'est bien pis !« Nos troubles l'avoient mis sur le pied d'homme sage, Et pour servir son prince il montra du courage ; Mais il est devenu comme un homme hébété, Depuis que de...

3 pages - 1,80 ¤

Scène III - Acte I - Mithridate de Racine (commentaire)

Pharnace Pharnace Jusques à quand, Madame, attendrez-vous mon père? Des témoins de sa mort viennent à tous moments Condamner votre doute et vos retardements. Venez, fuyez l'aspect de ce climat sauvage, Qui ne parle à vos yeux que d'un triste esclavage. Un peuple obéissant vous attend à genoux, Sous un ciel plus heureux et plus digne de...

2 pages - 1,80 ¤

Scène IV - Acte II -Mithridate, Monime (Racine)

Mithridate Madame, enfin le ciel près de vous me rappelle, Et, secondant du moins mes plus tendres souhaits, Vous rend à mon amour plus belle que jamais. Je ne m'attendais pas que de notre hyménée Je dusse voir si tard arriver la journée, Ni qu'en vous retrouvant, mon funeste retour Fît voir mon infortune, et non pas mon...

3 pages - 1,80 ¤

Paul VERLAINE : Puisque l'aube grandit, puisque voici l'aurore (commentaire)

Puisque l'aube grandit, puisque voici l'aurore, Puisque, après m'avoir fui longtemps, l'espoir veut bien Revoler devers moi qui l'appelle et l'implore, Puisque tout ce bonheur veut bien être le mien, C'en est fait à présent des funestes pensées, C'en est fait des mauvais rêves, ah ! c'en est fait Surtout de l'ironie et des lèvres pincées...

3 pages - 1,80 ¤

La Bonne Chanson, de Verlaine (Commentaire complet)

L'hiver a cessé : la lumière est tiède Et danse, du sol au firmament clair Il faut que le cœur le plus triste cède A l'immense joie éparse dans l'air Même ce Paris maussade et malade Semble faire accueil aux jeunes soleils Et, comme pour une immense accolade Tend les mille bras de...

2 pages - 1,80 ¤

Wanda de Alfred de VIGNY - Recueil : "Les Destinées"

« Elle n'est qu'une femme... Aux douceurs du ciel bleu. « Elle n'est qu'une femme et mange le pain noir, Le pain qu'à son mari donne la Sibérie. Et parmi les mineurs s'assied, pâle et flétrie, Et bois chaque matin les larmes du devoir. En ce temps-là ma sœur, sur le seuil de la...

3 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 774 775 776 777 778 779 780 781 782 783 784 785 786 787 788 789 790 791 792 793 794 795 796 797 798 799 800 801 802 803 804 805 806 807 808 809 810 811 812 813 814 815 816 817 818 819 820 821 822 823 824 825 826 827 828 829 830 831 832 833 834 835 836 837 838 839 840 841 842 843 844 845 846 847 848 849 850 851 852 853 854 855 856 857 858 859 860 861 862 863 864 865 866 867 868 869 870 871 872 873 874 875 876 877 878 879 880 881 882 883 884 885 886 887 888 889 890 891 892 893 894 895 896 897 898 899 900 901 902 903 904 905 906 907 908 909 910 911 912 913 914 915 916 917 918 919 920 921 922 923 ... 950 951 952 953 954 955

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit