LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
302 - Quel auteur fut considéré par Baudelaire comme le plus larmoyant des poètes romantiques ?
A
Alfred de Vigny
B
Alfred de Musset
C
George Sand
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : B


Les nouveautés du site

L'absurde dans fin de partie

L'expression de « théâtre de l'absurde » apparaît juste après la Seconde Guerre Mondiale. Le public éprouve le besoin de se divertir pour en oublier les atrocités et ce théâtre va leur en fournir l'occasion. Très vite, il sert à désigner les oeuvres de dramaturges, pourtant très différents les un des autres, comme Ionesco, Adamov ou, précisément Beckett. Il s'agit...

2 pages - 1,80 ¤

L'ennui

Quand un homme n'a plus rien à construire ou à détruire, il est très malheureux. Les femmes, j'entends celles qui sont occupées à chiffonner et à pouponner, ne comprendront sans doute jamais bien pourquoi les hommes vont au café et jouent aux cartes. Vivre avec soi et méditer sur soi, cela ne vaut rien. Dans l'admirable Wilhelm Meister de...

2 pages - 1,80 ¤

« Des hommes pour qui rien ne se perd, pas un parfum, pas un reflet, pas un écho. »

« Être heureux, selon Maeterlinck, c'est avoir dépassé l'inquiétude du bonheur. » Cela ne veut donc pas dire que tout souci est nié ou épargné et que la route a été facile. Bien au contraire, il faut, pour parvenir à cet état, avoir laissé perdre bien des choses, parfum, reflet ou écho... ...

1 page - 1,80 ¤

« Il y avait au monde de la gentillesse (...) de la tendresse (...) une certaine disposition de toute l'âme... »

Quelques bons amis sont réunis en demi-cercle autour d'un foyer. A son tour chacun se lève, ranime la flamme et place une bûche qui en un instant craque et brûle. Les flammes dansent gaiement ; la lumière du foyer s'irradie; la chaleur se répand : le bien-être qui s'empare de tous fait d'un coup repartir la conversation ;...

1 page - 1,80 ¤

L'esprit « a mené l'homme où il ne savait point aller ».

Introduction L'esprit a doté l'homme d'un monstrueux pouvoir, et renchérissant sur les moyens de vivre son pouvoir d'action, satisfaisant des désirs sans cesse accrus, l'homme se trouve en présence de problèmes sans cesse nouveaux et même d'énigmes innombrables qu'il ne sait plus comment résoudre. ...

1 page - 1,80 ¤

L'esprit a transformé le monde

L'esprit a transformé le monde et le monde le lui rend bien. Il a mené l'homme où il ne savait point aller. Il nous a donné le goût et les moyens de vivre, il nous a conféré un pouvoir d'action qui dépasse énormément les forces d'adaptation, et même la capacité de compréhension des individus ; il nous a...

2 pages - 1,80 ¤

Femme d'hier et d'aujourd'hui - Jean GIRAUDOUX, la Française et la France

La femme d'aujourd'hui croit moins à l'homme, à la royauté de l'homme, qu'autrefois. Autrefois, il y avait une convention tacite entre l'homme et la femme 11 était entendu entre eux que l'homme quittait chaque jour le foyer pour des affaires extrêmement importantes et au-dessus de la compréhension de la femme. En lui passant sa toge, son pardessus et...

2 pages - 1,80 ¤

Le « triangle » dramatique (plan)

Introduction « L'écho de la salle se perçoit sur la scène. » Par cette phrase et le mouvement de tout son texte, Salacrou semble faire du théâtre un dialogue entre l'auteur et le public. Ne doit-on pas parler plutôt du « triangle s: auteur-public-acteur? ...

1 page - 1,80 ¤

Le rôle du public

Introduction Qu'on le veuille ou non, une oeuvre dramatique n'existe que du soir où elle est créée, c'est-à-dire où elle « vit » devant un public. Mais quel est le rôle de celui-ci? ...

1 page - 1,80 ¤

« On voit le but de l'information : servir la politique des gouvernements, c'est-à-dire modeler l'opinion publique, dans l'infaillibilité de laquelle on feint de croire, tout en sachant qu'elle n'est ni raisonnable, ni morale, ni juste. »

Dans un régime démocratique où les échéances électorales ne sont jamais bien lointaines, on assiste périodiquement à des querelles plus ou moins violentes à propos d'une prétendue « objectivité » de l'information, en particulier celle de ce moyen privilégié car extrêmement puissant, direct et rapide qu'est la télévision : qu'il s'agisse de la présentation même des faits, d'un...

4 pages - 1,80 ¤

BAUDELAIRE: LES FENÊTRES

Celui qui regarde du dehors à travers une fenêtre ouverte, ne voit jamais autant de choses que celui qui regarde une fenêtre fermée. Il n'est pas d'objet plus profond, plus mystérieux, plus fécond, plus  ténébreux, plus éblouissant, qu'une fenêtre éclairée d'une chandelle. Ce qu'on peut voir au soleil est toujours moins intéressant que ce...

4 pages - 1,80 ¤

Les lectures que vous avez faites, les représentations auxquelles vous avez pu assister, et peut-être votre expérience de comédien amateur, ont été pour vous l'occasion de découvrir ce qu'est le théâtre. A l'aide d'exemples précis, vous essayerez de dire ce que vous a apporté ce contact avec des oeuvres théâtrales, et ce que vous attendez du théâtre en général.

Le théâtre a perdu à notre époque la prépondérance dont il jouissait dans l'Antiquité grecque, où il attirait des milliers de spectateurs pour les concours annuels de tragédie et de comédie, ou dans la Fiance de Louis XIV qui le considérait comme la forme supérieure de la vie collective et de l'art littéraire. D'autres formes de littérature se...

4 pages - 1,80 ¤

A une question d'un journaliste sur le rôle de l'écrivain, Eugène Ionesco répondait : « Il pose des problèmes. C'est le seul message qu'il doit décemment délivrer... Il est évident que je préfère l'écrivain qui pose des problèmes à celui qui propose des solutions. » En appuyant votre réflexion sur des exemples précis, vous direz ce que, pour votre part, vous attendez d'un auteur et de la lecture d'une oeuvre.

Eugène Ionesco, né à Bucarest en 1912, vient tout jeune à Paris, rentre en Roumanie à quatorze ans, y termine ses études, puis revient en France en 1938. Il est passé de l'obscurité au succès en l'espace de dix ans. Son oeuvre déjà abondante offre une grande unité d'inspiration et d'écriture. Situations étranges et insolites, personnages bizarres et...

3 pages - 1,80 ¤

Au début de son livre L'amour et l'Occident, M. Denis de Rougemont écrit : « L'amour heureux n'a pas d'histoire. Il n'est de roman que de l'amour mortel, c'est-à-dire de l'amour menacé et condamné par la vie même. » En vous appuyant sur des exemples précis, choisis parmi les différents romans que vous avez pu lire ou étudier, vous commenterez et apprécierez ce propos.

|| Selon un poète moderne « il n'y a pas d'amour heureux « (Aragon); Denis de Rougemont est moins pessimiste : il ne parle que de littérature et particulièrement ici du roman. L'amour heureux, selon lui, n'offre guère d'intérêt pour le romancier : la pensée occidentale a été profondément marquée par le mythe de Tristan et...

2 pages - 1,80 ¤

L'idée la plus originale de ce texte c'est la conviction de la nécessité du travail corporel. La méfiance des sociologues et des philosophes au sujet du machinisme est ancienne, et n'a fait que croître depuis 1943, date du Pèlerinage aux sources; en revanche la diminution de la durée du travail et l'allongement des loisirs sont généralement considérés comme des améliorations notables...

L'affirmation de Lanza Del Vasto qui réagit contre cette façon de penser est particulièrement intéressante à étudier et à discuter... a) Sur quels arguments est-elle fondée? — Sur des faits : l'homme passe encore une grande partie de sa vie à l'usine, au bureau, dans les champs... La nature de son travail, la façon dont il l'accomplit, sont très importants....

2 pages - 1,80 ¤

Comment pallier le danger moral que constituent certains films pour le jeune spectateur ?

Beaucoup d'éducateurs et de parents se préoccupent de l'influence souvent dangereuse, à leur avis, du cinéma sur les enfants. Ils souhaitent une action défensive contre des films qui leur paraissent nocifs par le climat qu'ils évoquent plutôt que par la perversité d'une doctrine définie, surtout quand ils s'adressent à des spectateurs non avertis et influençables. Le cinéma ne peint...

3 pages - 1,80 ¤

"Il n'est pas de chef-d'oeuvre sans ambiguïté : il faut laisser quelque chose à penser au lecteur." Vos lectures personnelles, l'étude de textes, les discussions auxquelles vous avez pris part à leur sujet, vous ont-elles fait prendre conscience de cette ambiguïté ? Vous paraît-elle essentielle à l'oeuvre littéraire ?

Plus que les autres formes artistiques, la littérature, parce qu'elle utilise un langage commun à tous les hommes, est appelée à jouer un rôle dans la réflexion des lecteurs; les plus belles oeuvres étant logiquement celles dont on attend le plus. Mais doit-on y chercher systématiquement un message univoque? L'oeuvre de génie se caractériserait-elle justement par le doute...

2 pages - 1,80 ¤

« Je ne crois pas assez à la raison pour souscrire au progrès, ni à aucune philosophie de l'Histoire. Je crois du moins que les hommes n'ont jamais cessé d'avancer dans la conscience qu'ils prenaient de leur destin. » (Camus) Comment comprendre cette opinion et concilier deux affirmations quelque peu contradictoires ?

Pour cela il nie que la raison tienne un rôle véritablement important dans l'histoire. Encore faut-il définir ce terme : qu'est-ce que la raison ? Ce ne peut être simplement la faculté de raisonner, auquel cas la phrase serait dépourvue de sens. Éclairée par l'expression « philosophie de l'Histoire », « raison » semble désigner la possibilité pour...

1 page - 1,80 ¤

PAYSAGE - Ch. BAUDELAIRE, Les Fleurs du Mal, pièce LXXXVI (Tableaux parisiens).

Je veux, pour composer chastement mes églogues 1, Coucher auprès du ciel, comme les astrologues, Et, voisin des clochers, écouter en rêvant Leurs hymnes solennels emportés par le vent. Les deux mains au menton, du haut de ma mansarde, Je verrai l'atelier qui chante et qui bavarde; Les tuyaux, les clochers, ces mâts de la cité, Et les grands ciels qui font rêver...

2 pages - 1,80 ¤

LE PLAT PAYS - Jacques BREL, Poètes d'Aujourd'hui

Avec la mer du Nord pour dernier terrain vague Et des vagues de dunes pour arrêter les vagues Et de vagues rochers que les marées dépassent Et qui ont à jamais le coeur à marée basse Avec infiniment de brumes à venir Avec le vent d'est écoutez-le tenir Le plat pays qui est le...

2 pages - 1,80 ¤

Gérard de NERVAL, Sylvie

L'auteur a passé une partie de son enfance dans la charmante province du Valois, au nord de Paris, Il y est retourné de nombreuses années plus tard, et a fait une sorte de pèlerinage aux lieux qu'il a connus et aimés parmi lesquels le parc et le château d'Ermenonville. Plus tard encore il recompose...

3 pages - 1,80 ¤

Préférez-vous le livre ou le cinéma ?

Je ne vais plus qu'assez rarement au cinéma. Je répugne à me déranger, à faire la queue, à subir les Actualités et la publicité. Et puis, il est facile d'interrompre une lecture ou l'écoute d'un disque ; au cinéma, surtout si j'y vais avec une 'amie, une fois installée dans mon fauteuil, je me...

3 pages - 1,80 ¤

Montherlant écrit dans ses Carnets « Le temps use les oeuvres littéraires ; les chefs-d'oeuvre même, quoi qu'on en dise. » Expliquez et éventuellement discutez ce propos en exprimant votre opinion personnelle et en vous appuyant sur des exemples précis tirés de vos lectures.

Le temps use les oeuvres littéraires C'est-à-dire que le public n'est plus attiré par elles, et ne les comprend plus. En effet, l'expression paraît désuète, en raison de l'évolution de la langue même; les genres se transforment (on n'écrit plus d'épopées, ni de satires, ni de tragédies régulières); les idées et les thèmes changent, ou du moins leur forme...

1 page - 1,80 ¤

En 1914, le jour de la mobilisation générale... Roger MARTIN DU GARD, Les Thibault.

Sur le trottoir où Jacques aborda, un couple allait se séparer. L'homme et la femme se regardaient une dernière fois. Autour de la mère, l'enfant, un petit gars de quatre ans, s'amusait : agrippé à la jupe, il sautillait sur un pied, en chantonnant. L'homme se pencha, empoigna le bambin, l'éleva et l'embrassa ; si rudement, que le...

1 page - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 837 838 839 840 841 842 843 844 845 846 847 848 849 850 851 852 853 854 855 856 857 858 859 860 861 862 863 864 865 866 867 868 869 870 871 872 873 874 875 876 877 878 879 880 881 882 883 884 885 886 887 888 889 890 891 892 893 894 895 896 897 898 899 900 901 902 903 904 905 906 907 908 909 910 911 912 913 914 915 916 917 918 919 920 921 922 923 924 925 926 927 928 929 930 931 932 933 934 935 936

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit