LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
700 - Quelle est, dans cet extrait du poème « Parfum exotique » de Bau­delaire, la vision de la femme aimée ? Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d'automne, Je respire l'odeur de ton sein chaleureux, Je vois se dérouler des rivages heureux Qu'éblouissent les feux d'un soleil monotone ; [...] Guidé par ton odeur vers de charmants climats, Je vois un port rempli de voiles et de mâts Encor tout fatigués par la vague marine [...] Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal, 1857.
A
a) Elle est le chemin vers un ailleurs rêvé.
B
b) Elle est l'incarnation de la lumière.
C
c) Elle est une messagère divine.
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : A
Correction :
réponse a) La femme aimée à laquelle s'adresse le poète (« ton ») est présentée ici comme l'intermédiaire entre le monde réel (« un chaud soir d'automne ») et un ailleurs idéal (« des rivages heureux », « de charmants climats »). Son corps, en particulier, emporte le poète loin du réel par le biais des sensations ( « ton sein chaleureux », « ton odeur »). On retrouve cette vision de la femme comme ouverture à l'Idéal dans de nombreux poèmes de Baudelaire, notamment « L'invitation au voyage » : Mon enfant, ma soeur, Songe à la douceur, D'aller là-bas, vivre ensemble ! Aimer à loisir, Aimer et mourir, Au pays qui te ressemble ! Les soleils mouillés, De ces ciels brouillés, Pour mon esprit ont les charmes, Si mystérieux, De tes traîtres yeux, Brillant à travers leurs larmes. Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal, 1857.


Les nouveautés du site

Que faut-il penser de l'affirmation de Rousseau au début des Confessions : J'ai dit le bien et le mal, avec la même franchise.

   Depuis les Confessions de saint Augustin et les Essais de Montaigne, le débat sur la littérature autobiographique4 reste ouvert. Peut-on parler de soi ? A-t-on, en parlant de soi, la même objectivité qu'en parlant d'un arbre comme le soutient Montaigne ? Toute confession tourne-t-elle pas à l'apologie?...

1 page - 1,80 ¤

Quand on aura marié le Grand Turc avec la République de Venise, on réconciliera Voltaire avec Rousseau, déclare Brunetière (Etudes critiques, 3e série). En quoi vous paraît consister cette irréconciliable opposition, si vous considérez leur existence, leur tempérament, leurs doctrines ?

||   Le plan est fourni par le sujet même : Voltaire, bourgeois parisien, vite initié aux plaisirs et aux profits de la société, sera toujours un épicurien avide de richesses et de bien-être; les vicissitudes de sa vie ne sont rien à côté de la persécution que subit Rousseau. Voltaire termine sa vie en grand seigneur...

1 page - 1,80 ¤

Après avoir lu le Discours de Rousseau couronné par l'Académie de Dijon (1755), Voltaire lui écrit y pour combattre sa thèse.

|| Le sujet comporte une erreur : c'est le premier discours (1750) et non le second (1755), qui fut couronné par l'Académie de Dijon. ||...

1 page - 1,80 ¤

Qu'y a-t-il de commun, qu'y a-t-il de différent dans les systèmes pédagogiques de Rabelais, de Montaigne et de Rousseau ?

||    a) Suivre la nature, en isolant l'enfant de la société et en le confiant à un précepteur.    b) Education suivant l'évolution physique : éducation des sens jusqu'à 12 ans, de l'intelligence jusqu'à 16, puis du cœur.||...

1 page - 1,80 ¤

ROUSSEAU ET LE THÉÂTRE

||    Dès 1750, Rousseau a trouvé l'unité de sa doctrine : loin de défendre la civilisation, il l'attaque dans ses manifestations les plus marquantes, en particulier le théâtre.   ||...

1 page - 1,80 ¤

ROUSSEAU ET LE SENTIMENT DE LA NATURE

Avant Rousseau. Le sentiment de la nature n'a jamais été complètement ignoré; sans remonter à la Pléiade, rappelons au XVIIe siècle, Saint-Amant, Mme de Sévigné et surtout La Fontaine : celui-ci vante la solitude, aime les promenades, les horizons champêtres. Les Fables renferment de nombreux croquis pris sur le vif (le Jardinier et...

2 pages - 1,80 ¤

On ne peut être juste, si on n'est pas humain.

||      Justice: équité, chacun son dû, le symbole de la balance.    Humanité : bienveillance pour l'homme, compréhension de sa faiblesse.||...

1 page - 1,80 ¤

VAUVENARGUES: Les grandes pensées viennent du coeur.

||      Le sel de cette maxime vient de l'opposition entre pensée et cœur. Car si pensée évoque raison, logique et même calcul, cœur suggère instinct, sentiment, générosité. Aussi bien, Vauvenargues ne dit-il pas que les pensées viennent du cœur, ce qui serait un non-sens, mais les grondes pensées, c'est-à-dire celles qui conduisent...

1 page - 1,80 ¤

Au mois d'octobre 1750, paraissait le prospectus de l'Encyclopédie. Vous supposerez que Diderot, quelques semaines auparavant, écrit à Voltaire pour lui demander sa collaboration. Il lui montre la grandeur et l'utilité de ce dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers. Il lui explique comment l'ouvrage entier sera un monument élevé à la gloire de la raison humaine et comment il hâtera dans l'opinion publique la victoire des idées mêmes pour lesquelles combat Voltaire.

||    Comprenons le sujet.    1° CIRCONSTANCES : tout d'abord, il convient de se reporter à l'histoire de l'Encyclopédie et de ses vicissitudes. A l'origine, l'Encyclopédie, devait être une simple traduction française de l'Encyclopédie des Arts et des Sciences (1727) de l'Anglais Chambers. Le libraire Le Breton, après la mort de Sellius et ...

1 page - 1,80 ¤

DIDEROT ET L'ENCYCLOPÉDIE

   LES VICISSITUDES DE LA PUBLICATION    1750 : Prospectus (Diderot).    1751 : Tomes I et II, Discours préliminaire de d'Alembert.    1752 : Condamnation de l'abbé de Prades, collaborateur de l'Encyclopédie, et suppression des deux tomes parus.    1753-57 : Publication des tomes III à VII.    1757 : Rupture de Rousseau, provoquée par...

2 pages - 1,80 ¤

Expliquez, discutez et commentez cette opinion de Diderot : C'est la condition, ses devoirs, ses avantages, ses embarras, qui doivent servir de base à l'ouvrage. Il me , semble que cette source est plus féconde, plus étendue et plus utile que celle des caractères...

||   Diderot a exposé ses conceptions dramatiques dans ses Entretiens sur le Fils naturel: Dorval et moi (1757) et dans son Discours sur la poésie dramatique (1758). Il cherche à renouveler le théâtre en créant le genre sérieux, intermédiaire entre la comédie et la tragédie. Toutefois, ce n'est pas en mélangeant le comique et le...

2 pages - 1,80 ¤

L'éditeur de voltaire lui demande pourquoi le conte philosophique, répondez par courrier.

 Ferney, le 10 novembre 1770 A mon éditeur et ami Panckoucke, intro Cher ami, j’ai bien pris connaissance de votre lettre m’exposant vos interrogations quant à la forme de mon écriture. Pourquoi le conte philosophique ? D’une part afin de déjouer la censure et d’autre part d’attirer un plus grand nombre de lecteurs. ...

2 pages - 1,80 ¤

Essayez de dégager, avec netteté et précision, dans une rapide élude sur la deuxième moitié du XVIIe siècle, les caractères communs aux grands écrivains dont l'ensemble constitue ce qu'on a appelé « l'école classique de 1660. » (Littérature)

||    On appelle classiques les ouvrages qui font la gloire de chaque nation en particulier et « qui composent ensemble, suivant le mot de Rivarol, la bibliothèque du genre humain. « S'il en est ainsi, on peut être classique pour bien des raisons différentes, et il est permis de donner également ce nom à...

1 page - 1,80 ¤

L'ARBRE DE J. SUPERVIELLE (Commentaire)

Il y avait autrefois de l'affection, de tendres sentiments, C'est devenu du bois. Il y avait une grande politesse de paroles, C'est du bois maintenant, des ramilles, du feuillage. Il y avait de jolis habits autour d'un coeur d'amoureuse Ou d'amoureux, oui, quel était le sexe ? C'est devenu du bois sans intentions apparentes Et si...

4 pages - 1,80 ¤

Waterloo de Victor HUGO, « L'Expiation », Les Châtiments (commentaire)

Note : 10/10

(Victor Hugo évoque la bataille de Waterloo) La plaine, où frissonnaient les drapeaux déchirés, Ne fut plus, dans les cris des mourants qu'on égorge, Qu'un gouffre flamboyant, rouge comme une forge ; Gouffre où les régiments, comme des pans de murs, Tombaient, où se couchaient comme des épis mûrs Les haut tambours-majors (1)...

4 pages - 1,80 ¤

L'auberge de Verlaine (commentaire)

Note : 10/10

Murs blancs, toit rouge, c'est l'auberge fraîche au bord Du grand chemin poudreux où le pied brûle et saigne, L'auberge gaie avec le Bonheur pour enseigne. Vin bleu, pain tendre, et pas besoin de passeport. Ici l'on fume, ici l'on chante, ici l'on dort. L'hôte est un vieux soldat, et l'hôtesse, qui peigne ...

1 page - 1,80 ¤

Pierrot - VERLAINE, Jadis et Naguère

Note : 10/10

Ce n'est plus le rêveur lunaire du vieil air Qui riait aux aïeux dans les dessus de porte ; Sa gaîté, comme sa chandelle, hélas ! est morte, Et son spectre aujourd'hui nous hante, mince et clair. Voici que parmi l'effroi d'un long éclair Sa pâle blouse a l'air, au vent froid qui l'emporte, D'un linceul,...

4 pages - 1,80 ¤

Les sens - Paul ÉLUARD, Le lit la table

Note : 10/10

Rien sinon cette clarté La clarté de ce matin Qui te mènera sur terre La clarté de ce matin Une aiguille dans du satin Une graine dans le noir Oeil ouvert sur un trésor Sous les feuilles dans tes paumes Le jeu grisant des aumônes Chaudes Le grand risque des refus Blêmes Sur...

3 pages - 1,80 ¤

L'empreinte - Anna de NOAILLES, Le C½ur innombrable

Note : 10/10

   Je m'appuierai si bien et si fort à la vie, D'une si rude étreinte et d'un tel serrement Qu'avant que la douceur du jour me soit ravie Elle s'échauffera de mon enlacement.    La mer, abondamment sur le monde étalée, Gardera dans la route errante de son eau Le goût de ma douleur...

3 pages - 1,80 ¤

Littérature: LE SYMBOLISME

Note : 10/10

||    I. Symbolisme    Origine et définition    Il s'agit d'un d mouvement artistique t du 19e siècle qui trouve son origine dans la poésie française et belge des années 1860. Nous pourrions dire qu'il est une excroissance de la plus sombre, le côté gothique du romantisme, le report de ce mouvement par la...

5 pages - 1,80 ¤

Répondant à une question sur la signification du titre de son roman Le Nom de la Rose, Umberto Eco affirme : « Un titre doit embrouiller les idées, non les embrigader. » En vous interdisant toute forme de catalogue et en empruntant vos exemples à la littérature en particulier et à d'autres formes artistiques, vous expliquerez et discuterez cette prise de position.

Note : 10/10

|| Umberto Eco Né dans le Piémont en 1932 après avoir enseigné la sémiotique aux États-Unis (New York University et North-Western University) est revenu en Italie. Il enseigne la sémiotique à l'université de Bologne. Spécialiste en esthétique médiévale et en « labyrinthe « du récit ; tel son essai : L'œuvre ouverte (1962). Le nom de...

3 pages - 1,80 ¤

« On peut considérer l'écrivain selon trois points de vue différents : on peut le considérer comme un conteur, comme un pédagogue, et comme un enchanteur. Un grand écrivain combine les trois : conteur, pédagogue, enchanteur mais chez lui, c'est l'enchanteur qui prédomine et fait de lui un grand écrivain. » Nabokov, Littérature I. Partagez-vous cette opinion ? Vous appuierez vos arguments sur des exemples précis.

Note : 10/10

||      Définir l'écrivain est un problème qui préoccupe depuis longtemps les philosophes, les romanciers, les poètes, c'est-à-dire ceux qui vivent pour l'écriture - de l'écriture aussi ! -.Le critique Nabokov propose comme tant d'autres une définition. Il pense que l'« on peut considérer [l'écrivain] comme un conteur, comme un pédagogue et comme un enchanteur...

4 pages - 1,80 ¤

Personnage de théâtre et personnage de roman : quelles différences ?

Note : 10/10

 les personnages de Proust qui se transforment en vieillissant : Albertine, Charlus, St Loup... Proust, par bribes, montre le travail de l'usure du temps et une peinture pointilliste (voir Vocabulaire technique) ; les années accusent certains traits et en même temps en font apparaître d'autres que l'on ne connaissait pas encore.  ...

3 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 798 799 800 801 802 803 804 805 806 807 808 809 810 811 812 813 814 815 816 817 818 819 820 821 822 823 824 825 826 827 828 829 830 831 832 833 834 835 836 837 838 839 840 841 842 843 844 845 846 847 848 849 850 851 852 853 854 855 856 857 858 859 860 861 862 863 864 865 866 867 868 869 870 871 872 873 874 875 876 877 878 879 880 881 882 883 884 885 886 887 888 889 890 891 892 893 894 895 896 897 898 899 900 901 902 903 904 905 906 907 908 909 910 911 912 913 914 915 916 917 918 919 920 921 922 923 924 925 926 927 928 929 930 931 932 933 934 935 936 937 938 939 940 941 942 943 944 945 946 947 ... 997 998 999 1000 1001 1002

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit