LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
300 - Qui s'est servi de son expérience de fonctionnaire pour écrire Messieurs les ronds-de-cuir ?
A
Courteline
B
Feydeau
C
Guitry
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : A


Les nouveautés du site

Jean Giono - La Colline: Incendie en Haute-Provence

  Ça a pris au Tonnerre de Dieu, là-bas, entre deux villages qui brûlaient des fanes de pommes de terre. La bête souple du feu a bondi d'entre les bruyères comme sonnaient les coups de trois heures du matin. Elle était à ce moment-là dans les pinèdes à faire le diable à quatre. Sur l'instant, on...

4 pages - 1,80 ¤

Louis ARAGON, Le Roman inachevé, extrait de « Prose du bonheur et d'Elsa »: Que serais-je sans toi

(Refrain)  Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre  Que serais-je sans toi qu'un coeur au bois dormant Que cette heure arrêtée au cadran de la montre Que serais-je sans toi que ce balbutiement  J'ai tout appris de toi sur les choses humaines Et j'ai vu désormais le monde à ta façon  J'ai tout appris...

5 pages - 1,80 ¤

Albert CAMUS, Carnets

  Peut-être que New York n'est plus rien sans son ciel. Tendu aux quatre coins de l'horizon, nu et démesuré, il donne à la ville sa gloire matinale et la grandeur de ses soirs, à l'heure où un couchant enflammé s'abat sur la VIII' Avenue et sur le peuple immense qui roule entre ses devantures,...

4 pages - 1,80 ¤

Roland DORGELÈS, Les Croix de bois

  Dans l'eau verdâtre, qui frissonnait à peine, les hauts peupliers plongeaient jusqu'à leur cime, comme s'ils avaient encore cherché du ciel dans l'eau tranquille. Une grosse péniche dormait près de la berge, couchée sur le côté. Ses planches arrachées laissaient voir la cale vide, entre ses énormes côtes de bois, et l'on se demandait...

4 pages - 1,80 ¤

Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1re partie - Chapitre 6

C'était une vaste place, irrégulière et mal pavée, comme toutes les places de Paris alors. Des feux, autour desquels fourmillaient des groupes étranges, y brillaient çà et là. Tout cela allait, venait, criait. On entendait des rires aigus, des vagissements d'enfants, des voix de femmes. Les mains, les têtes de cette foule, noires...

3 pages - 1,80 ¤

Victor Hugo, Les Travailleurs de la mer (2e partie, livre IV, chapitre 2).

  La pieuvre n'a pas de masse musculaire, pas de cri menaçant, pas de cuirasse, pas de corne, pas de dard, pas de pince, pas de queue prenante, ou contondante, pas d'ailerons tranchants, pas d'ailerons onglés, pas d'épines, pas d'épée, pas de décharge électrique, pas de virus, pas de venin, pas de griffes, pas de...

4 pages - 1,80 ¤

Guy de MAUPASSANT, Sur l'eau, «Journal»

À l'heure où le soleil se couche, le marais m'enivre et m'affole. Après avoir été tout le jour le grand étang silencieux, assoupi sous la chaleur, il devient, au moment du crépuscule, un pays féerique et surnaturel. Dans son miroir calme et démesuré tombent les nuées, les nuées d'or, les nuées de sang,...

4 pages - 1,80 ¤

Guillaume APOLLINAIRE, Oeuvres poétiques, «Poème à Yvonne»

  Vous dont je ne sais pas le nom ô ma voisine Mince comme une abeille ô fée apparaissant Parfois à la fenêtre et quelquefois glissant Serpentine onduleuse à damner ô voisine Et pourtant soeur des fleurs ô grappe de glycine En robe verte vous rappelez Mélusine' Et vous marchez à petits pas comme dansant Et quand vous êtes en robe bleu-pâlissant...

5 pages - 1,80 ¤

Victor Hugo, Notre-Dame de Paris: Vous ferez de ce texte un commentaire composé, que vous organiserez à votre gré. Vous pourrez montrer, par exemple, comment, dans un portrait fondé sur l'esthétique de la laideur, le narrateur fait de Quasimodo un monstre sublime.

  C'était une merveilleuse grimace, en effet, que celle qui rayonnait en 5 ce moment au trou de la rosace. Après toutes ces figures pentagones, hexagones et hétéroclites qui s'étaient succédé à cette lucarne sans réaliser cet idéal du grotesque qui s'était construit dans les imaginations exaltées par l'orgie, il ne fallait rien moins,...

5 pages - 1,80 ¤

« Croyez-moi, ceux qui lisent sont plus intelligents, plus habiles, plus riches que ceux qui ne lisent pas. Et surtout, ils sont plus heureux. Ils ont toujours à portée de main un remède souverain pour combattre la tristesse, les soucis, le vide. » Michel TOURNIER. À l'aide d'exemples précis, commentez ce point de vue sur la lecture et dites dans quelle mesure vous le partagez.

Comme le sujet parle de lecture (sans précision), on pourra — pour enri-chir la réflexion — étendre largement cette notion (donc ne pas se contenter d'évoquer « les livres «). On envisagera aussi les autres moyens possibles « pour combattre la tris-tesse, les soucis, les vides «. On sera particulièrement attentif aux termes du sujet, en accordant une...

4 pages - 1,80 ¤

Quelle importance accordez-vous à l'histoire dans un roman ? Vous appuierez votre argumentation sur des exemples précis, tirés de lectures.

||  Pour ce sujet très classique (qul revient souvent sous des formes diffé-rentes et peut se réduire à : qu'est-ce qui vous attire dans un roman, le récit, les personnages, l'atmosphère, l'évocation d'une époque, le style de l'auteur, etc. ?), on choisira avec soin ses exemples. On partira du sujet, donc de l'importance de « l'histoire «, pour évoquer progressivement...

4 pages - 1,80 ¤

J.-K. Huysmans écrit : « À quoi bon bouger, quand on peut voyager si magnifiquement dans une chaise ? » Qu'en pensez-vous ?

On n'oubliera pas d'envisager tous les sens possibles du mot « voyage «, utilisé, dans la citation, au sens figuré d'évasion du réel par l'imaginaire. La dissertation revient, en fin de compte, à s'interroger sur les pouvoirs de la lecture (et, en élargissant à notre époque, des « images « qui peuvent nous faire voyager sans qu'on bouge...

4 pages - 1,80 ¤

Paul Valéry écrit dans Variété (1924) : «L'homme s'enivre de dissipa-tion : abus de vitesse, abus de lumière, abus de toxiques, de stupéfiants, d'excitants, abus de fréquences dans les impressions, abus de diversités, abus de résonances, abus de facilités, abus de merveilles. Toute vie actuelle est inséparable de ces abus.» Partagez-vous la sévérité de ce point de vue ? Vous vous demanderez, en particulier, si les abus que dénonce Valéry sont tous aussi dangereux pour l'homme.

La citation de Valéry est volontairement désordonnée (et intentionnelle-ment, pour mieux rendre compte de l'idée d'excès) : on aura intérêt à regrouper les divers exemples par «thèmes«... Certains abus paraissent systématiquement dangereux. On sera, comme la question posée nous y invite, plus indulgents pour d'autres. On soignera particulièrement la qualité des exemples...||||  I. Les abus dangereux - Les abus sensoriels. -...

5 pages - 1,80 ¤

En 1883, Jules Ferry, adressant une lettre aux instituteurs, écrit : «Que vous demande-t-on ? Des discours ? Des dissertations savantes ? De brillants exposés, un docte enseignement ? Non ! La famille et la société vous demandent de les aider à bien élever leurs enfants, à en faire des honnêtes gens.»

||Pour traiter ce sujet, on fera naturellement appel à l'expérience personnelle et à une réflexion aussi peu livresque que possible. On aura intérêt néanmoins à situer la lettre de Jules Ferry dans son contexte historique, et à confronter différents points de vue (ne pas oublier de se faire «l'avocat du diable« et d'exposer des idées que l'on ne...

6 pages - 1,80 ¤

Lisez-vous une pièce de théâtre comme vous lisez un roman ?

||  Ce sujet est l'occasion d'une réflexion intéressante sur la différence de nature entre deux genres très différents (que les habitudes scolaires rapprochent arbitrairement). On fera appel à son expérience personnelle de lecteur (et, au besoin, de spectateur, pour enrichir l'argumentation). On évitera soigneusement le plan en deux parties pour préférer une structure plus nuancée (partir, par exemple, de points...

4 pages - 1,80 ¤

«Il n'y a pas de vrai sens d'un texte. Pas d'autorité de l'auteur. Quoi qu'il ait voulu dire, il a écrit ce qu'il a écrit. Une fois publié, un texte est comme un appareil dont chacun peut se servir à sa guise et selon ses moyens.» Paul VALÉRY

I. Le sens d'un texte échappe au créateur - Le sens de la phrase. - Le texte n'est pas prisonnier de son auteur : Les interprétations diverses d'un même texte. - A chaque époque sa lecture. II. Les limites apparentes d'un paradoxe plus exact qu'il ne le semble - Les mots ont un sens. - Mais la marge de liberté existe, comme au théâtre. - Surtout pour qui sait lire entre...

5 pages - 1,80 ¤

"En toute société, l'artiste, l'écrivain demeure un étranger" Simone de Beauvoir dans La Force de l'âge.

1. L'écrivain, l'artiste sont des étrangers - L'étranger selon Baudelaire et Verlaine. - Un destin commun. - Les poètes maudits. - Les artistes incompris. 11. Mais, être étranger, est-ce toujours une «vocation» ? - Ceux qui rêvèrent de bonne place et de noble fonction. - Les artistes rendus étrangers contre leur gré. - L'alibi des bourgeois. 111. Il y a même des artistes heureux - Les artistes officiels...

5 pages - 1,80 ¤

Pourquoi le passé nous passionne ?

Si le passé nous passionne, c'est parce qu'il débouche sur le rêve, qu'il permet à notre imagination de s'échapper du réel. Il existe, certes, des rêves bien médiocres, comme cette égyptomanie de pacotille qui ouvre sur une conception bien triste du travail des archéologues. Ceux-ci, d'ailleurs, ont une part de responsabilité dans ces images stéréotypées, s'ingéniant à écrire sur...

4 pages - 1,80 ¤

La femme est-elle un homme comme un autre ?

Les pères, désormais, aiment autant leurs enfants que les mères. Leurs fonctions deviennent-elles pour autant interchangeables ? Physiquement, les différences entre hommes et femmes paraissent s'atténuer ; mentalement, on ne voit guère ce qui sépare le garçonnet de la fillette ; ni la passivité, ni le goût de la domination, ni l'aptitude au maternage ne sont l'apanage de l'un...

4 pages - 1,80 ¤

L'animal est-il l'enfant idéal ?

Notre amour des animaux engendre des nuisances mais aussi des emplois. On s'est encore peu intéressé pourtant à cette question des rela-tions entre l'homme et l'animal. Certes leur association est ancienne, mais naguère c'était l'animal qui servait l'homme alors que désormais celui-ci est son esclave. Souvent encombrant, l'animal vient rarement combler un vide affectif. D'ailleurs, en posséder un...

4 pages - 1,80 ¤

Les devoirs du journalisme

Le contenu d'un journal dépend-il seulement de sa forme ? Il doit d'abord satisfaire une demande, réelle ou supposée, d'un public ; la présentation des événements variera donc selon les lecteurs visés : pour plaire, on trichera avec la réalité. L'exactitude est victime du tirage. Chaque personne concernée doit donc réfléchir : ceux qui font l'actualité et apprécient...

4 pages - 1,80 ¤

L'homme est-il devenu le sous-produit de ses habitudes de consommateur ?

Notre siècle, un peu hâtivement peut-être, est souvent qualifié de siècle de la consommation : il est vrai que, le développement industriel aidant, se sont multipliés les objets, les produits permettant à une majorité d'individus (dans les sociétés occidentales au moins) de vivre une vie plus agréable. Encore faut-il bien s'entendre là-dessus : il s'agit de vie matérielle...

4 pages - 1,80 ¤

La mode nous domine-t-elle ? (Lipovetsky)

Il ne saurait exister de tissu social serré sans référence, pour chaque membre d'une société, à des valeurs communes qui le rattachent au passé, malgré certains dérèglements passagers provoqués par les modes. Ainsi pouvait-on encore raisonner au siècle dernier, mais non plus aujourd'hui où le fugitif triomphe sur le stable et où toute tradition est délaissée : événement sans...

4 pages - 1,80 ¤

Les nouvelles technologies nous aliènent-elles ?

À des fins désintéressées : il s'agit là d'un usage que l'on croirait primordial, de l'écriture : livres, poésie, théâtre, lettres d'amour, etc. Tout ce par quoi l'écriture a su se montrer indispensable. Ses fins, ses intentions sont ici désintéressées (en principe), donc généreuses : celui qui écrit ne rêve pas de conquérir l'autre, d'exercer un pouvoir (en...

4 pages - 1,80 ¤

La culture nous divise-t-elle ou nous unit-elle ?

Dans notre monde instable, rongé de doute et soumis à tous les anta-gonismes, seule la culture reste un trait d'union entre les gens. Elle n'a certes pas réponse à tout, là n'est d'ailleurs pas sa fonction ; expression de désirs opposés, elle est même facteur possible de divi-sions ; mais elle est aussi le moyen d'exprimer ce qui nous...

5 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 837 838 839 840 841 842 843 844 845 846 847 848 849 850 851 852 853 854 855 856 857 858 859 860 861 862 863 864 865 866 867 868 869 870 871 872 873 874 875 876 877 878 879 880 881 882 883 884 885 886 887 888 889 890 891 892 893 894 895 896 897 898 899 900 901 902 903 904 905 906 907 908 909 910 911 912 913 914 915 916 917 918 919 920 921 922 923 924 925 926 927 928 929 930 931 932 933 934 935 936

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit