LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
417 - Qui a écrit Vipère au poing ?
A
F. Mauriac
B
H. Bazin
C
A. Maurois
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : B


Les nouveautés du site

Electre (Acte I, scène 11) - Giraudoux

1 CLYTEMNESTRE : Ainsi c'est toi, Oreste ? ORESTE : Oui, mère, c'est moi. CLYTEMNESTRE : C'est doux, à vingt ans, de voir une mère ? ORESTE : Une mère qui vous a chassé, triste et doux. 5 CLYTEMNESTRE : Tu la regardes de bien loin. ORESTE : Elle est ce que j'imaginais. CLYTEMNESTRE : Mon fils aussi. Beau. Souverain. Et pourtant je ...

3 pages - 1,80 ¤

Malgré sa tonalité tragique, Électre ne présente-t-elle qu'une vision pessimiste du monde et des êtres ?

||Chacun des personnages majeurs de la pièce va connaître un destin exemplaire : Égisthe meurt quand il a acquis une nouvelle dignité ; Clytemnestre est assassinée par son fils (il agit comme un boucher) ; Oreste est poursuivi par les Érinyes. Argos est victime de l'émeute, ainsi que de l'assaut des Corinthiens ; elle...

2 pages - 1,80 ¤

Électre (Giraudoux), une réussite dramatique ?

I - DÉFINITION Jouée avec succès à sa création, plusieurs fois reprise ensuite, Électre n'a cependant jamais réussi à toucher le même public que La guerre de Troie n'aura pas lieu, Ondine ou Amphitryon 38. Cela s'explique en partie par la difficulté d'une pièce ambitieuse et ambiguë. ...

1 page - 1,80 ¤

Électre (Giraudoux), une tragédie baroque ?

I - DÉFINITION Si Giraudoux n'a pas choisi d'intituler Électre « tragédie » comme il l'avait fait pour Judith, elle en possède cependant plus d'un caractère. ...

1 page - 1,80 ¤

Qui est Électre ? (Giraudoux)

I - DÉFINITION L'héroïne de Giraudoux suscite des analyses et des interprétations diverses. On prendra garde, cependant, d'éviter la seule investigation psychologique. Un personnage est d'abord au théâtre un être de mots. On le connaîtra donc par son discours et celui des autres, par ses actions et par sa fonction dramatique. ...

1 page - 1,80 ¤

Le style de Giraudoux dans Electre

Souvent taxé de préciosité, Giraudoux a savamment entretenu une réputation d'écrivain à la plume facile, rapide et brillante. Mais, pour lui qui admirait tant les classiques, l'écriture restait une conquête. ...

2 pages - 1,80 ¤

Les femmes et le féminin dans Electre de Giraudoux

Très présentes dans le théâtre de Giraudoux, les femmes occupent une grande place dans Électre. Non seulement Électre offre une représentation élargie de la femme, mais propose une interrogation sur le féminin, sur sa nature identitaire et sur sa fonction emblématique. ...

2 pages - 1,80 ¤

Le tragique dans Électre de Giraudoux

Si Électre a des allures de comédie, sa nature et son orientation tragiques sont indéniables. On s'attachera à définir ce qui fait l'essence du tragique dans la pièce, à voir quels en sont les modes d'expression et à caractériser l'identité du héros tragique. ...

2 pages - 1,80 ¤

Le théâtre de Giraudoux

L'oeuvre dramatique de Giraudoux est constituée de quinze pièces, écrites et représentées de 1928 (création de Siegfried) à 1943 (création de Sodome et Gomorrhe). Une pièce a été créée en 1945, trois ans après sa mort (La Folle de Chaillot), une est restée inachevée (Les Gracques) et une autre enfin est demeurée à l'état d'ébauche (Les Siamoises). ...

7 pages - 1,80 ¤

Livre IV: Confessions de Rousseau: «Je n'ai pas promis d'offrir au public un grand personnage [...] mais c'est de ne pas tout dire, et de taire des vérités. »

|| Rousseau, au lieu de se décrire, cherche à expliquer ses comportements et ses sentiments en remontant à leur genèse et en dévoilant leur origine. Se refusant à définir lui-même sa singularité, il transpose sur le lecteur la responsabilité de se forger une vision de l'auteur : « Le résultat doit être son ouvrage....

2 pages - 1,80 ¤

Livre IV: Confessions de Rousseau

«Je me souviens même d'avoir passé une nuit délicieuse hors de la ville, dans un chemin qui côtoyait le Rhône ou la Saône, car je ne me rappelle pas lequel des deux. Des jardins élevés en terrasse bordaient le chemin du côté opposé. Il avait fait très chaud ce jour là, la soirée était charmante...

2 pages - 1,80 ¤

Livre III (pp.151-152) : « Cette lenteur de penser [...] il est rare que je me trompe. » - Confessions de Rousseau

|| Se souvenant de jugements sévères portés dans sa jeunesse sur l'extrême lenteur et les limites de son esprit, Rousseau se justifie en montrant que la contradiction entre la lenteur de sa réflexion et la vivacité de sa sensibilité explique chez lui les mécanismes de la création littéraire. ||...

2 pages - 1,80 ¤

Livre I (pp. 56-57): «On ne put m'arracher l'aveu qu'on exigeait. [...] Là fut le terme de la sérénité de ma vie enfantine. » Confessions de Rousseau

||Rousseau élargit ensuite sa perspective : du traumatisme originel découle l'idée que toute vie doit être consacrée à la lutte contre toutes les formes d'injustice. C'est le « coeur « qui s'enflamme, parce que l'être « naturel « était bon et animé. L' autobiographe se présente ici encore dans toute sa singularité et ...

2 pages - 1,80 ¤

Livre I (Préambule, p. 43) - Confessions - Rousseau

« 1. Je forme une entreprise qui n'eut jamais d'exemple et dont l'exécution n'aura point d'imitateur. Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature ; et cet homme ce sera moi. Moi seul. Je sens mon coeur et je connais les hommes. Je ne suis fait...

2 pages - 1,80 ¤

Dans l'avant-propos de Jean-Jacques Rousseau, la transparence et l'obstacle, Jean Starobinski écrit : « Rousseau désire la communication et la transparence des coeurs ; mais il est frustré dans son attente, et, choisissant la voie contraire, il accepte et suscite l'obstacle, qui lui permet de se replier dans la résignation passive et dans la certitude de son innocence. » Vous expliquerez ces réflexions en les illustrant d'exemples précis empruntés aux quatre premiers livres des Confessions.

||La conception de la bonté naturelle qui domine toute la pensée de Rousseau se retrouve dans les paradis de Genève et de Bossey. Entouré de l'amour des siens dans sa petite enfance, Jean-Jacques prend conscience d'avoir été idolâtré et chéri. Cette pureté naturelle, l'autobiographe affirme qu'en aucun moment de sa vie elle ne s'est...

2 pages - 1,80 ¤

Quelques mois avant de rédiger son autoportrait dans les Lettres à Malesherbes, Rousseau écrit à Dom Deschamps, bénédictin de la Congrégation de Saint-Maur : « Je suis persuadé qu'on est toujours très bien peint quand on s'est peint soi-même, quand même le portrait ne ressemblerait point. » Dans quelle mesure cette formule peut-elle s'appliquer aux quatre premiers livres des Confessions ?

||L'autobiographe bénéficie d'une connaissance de soi plus intime (« Moi seul, je sens mon coeur « p.43) que celle d'un biographe extérieur. Seul Rousseau adulte est capable de se rappeler les « marques d'inquiétude et de peine « (p.52) visibles sur le visage de Mademoiselle Lambercier ou d'expliquer, par l'innocence naïve de l'enfant qu'il...

2 pages - 1,80 ¤

André Maurois écrit : « Les Confessions sont le meilleur des romans picaresques. [...] Tous les éléments du romanesque lui étaient donnés. [...] C'était de quoi faire un Gil Blas sentimental, et Rousseau n'y a point manqué. L'étrange est qu'il veut, lui, que la peinture des sentiments passés soit plus vraie dans son livre que celle des événements. » En quoi ce jugement vous paraît-il caractériser les quatre premiers livres des Confessions ?

|| À travers les romans picaresques circule le monde des vagabonds. On retrouve autour de Jean-Jacques des aventuriers et des déclassés. Le narrateur peint avec le couple Sabran, La Tribu, Bâcle, Venture ou le faux archimandrite* des personnages de Lesage. Mais il ne craint pas de présenter aussi des anormaux, comme le taffetader de Bellecour...

2 pages - 1,80 ¤

L'humour dans les Confessions de Rousseau

|| L'humour circule dans Les Confessions, impliquant à la fois le narrateur, sa cible — le plus souvent Jean-Jacques —, et son complice, le lecteur. ||...

1 page - 1,80 ¤

Scène d'exposotion de la Locandiera

Acte I scène 1 page 31 «  Je l'ai acheté le jour où vous avez vendu le vôtre » , page 33 « C'est d'argent, et non de protection que Mirandoline a besoin. » , Acte I scène 2 page 39 le comte à Fabrice : «  Tiens, je te donne un sequin. Arrange toi pour qu'il t'en donne un aussi. »...

9 pages - 1,80 ¤

La mémoire dans les Confessions de Rousseau

Temps de la permanence, le présent de l'indicatif immobilise soudain le passé et le soustrait à l'éphémère : « Je vois la servante ou le valet agissant dans la chambre, une hirondelle entrant par la fenêtre, une mouche se poser sur ma main tandis que je récitais ma leçon » (p.58). L'écrivain a inventé une poésie des détails...

2 pages - 1,80 ¤

La connaissance de soi dans Les Confessions

Rousseau est convaincu que pour comprendre un individu, il faut remonter « aux premières traces de [son] être sensible » (p.55). C'est la raison qu'il donne au Livre IV des « détails » multiples qui ont pu lasser le lecteur. Son enfance est fondatrice et il s'en explique longuement : « J'ai promis de me peindre tel que...

2 pages - 1,80 ¤

Le personnage de Jean-Jacques dans Les Confessions de Rousseau

Dès sa jeunesse, Rousseau est fasciné par la dimension imaginaire. Influencé par la lecture des romans, puis par celle des historiens de l'Antiquité, il a reçu du monde une idée sans rapport avec la vie réelle et qui entraînera son inadaptation sociale. Les livres forment son caractère, à la fois rêveur et héroïque, dont les deux tendances s'exprimeront...

2 pages - 1,80 ¤

Autobiographie et vérité

Du XIXe siècle au XXe siècle, l'intérêt des lecteurs s'est déplacé de la seconde partie des Confessions (où l'on peut reprocher à l'autobiographe d'avoir transfiguré sa passion pour Madame d'Houdetot et accentué les signes du complot ourdi contre lui par ses ennemis) à la première partie où Rousseau retrace l'archéologie de sa personnalité. ...

2 pages - 1,80 ¤

L'oeuvre autobiographique de Rousseau

Séparer chez Rousseau la critique des Lumières* par le citoyen de Genève et l'expression du sentiment par un homme incarnant la simplicité de la nature rendrait mal compte de la continuité et de la contiguïté étroites qui apparaissent entre l'oeuvre philosophique et l'oeuvre romanesque ou autobiographique de l'écrivain. ...

2 pages - 1,80 ¤

Livre IV (avril 1730 - octobre 1731) - Les Confessions de Rousseau

Doux rêveur d'une naïveté permanente, Rousseau est ballotté par les événements, mais la constance de l'affection qu'il porte à « Maman » forme la trame de la série des aventures apparemment disparates qui se succèdent dans le Livre IV. Les errances de Rousseau obéissent à une finalité providentielle. Elles cessent naturellement dès qu'il a retrouvé « Maman »,...

2 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 856 857 858 859 860 861 862 863 864 865 866 867 868 869 870 871 872 873 874 875 876 877 878 879 880 881 882 883 884 885 886 887 888 889 890 891 892 893 894 895 896 897 898 899 900 901 902 903 904 905 906 907 908 909 910 911 912 913 914 915 916 917 918 919 920 921 922 923 924 925 926 927 928 929 930 931 932 933 934 935 936 937 938 939 940 941 942 943 944 945 946 947 948 949 950 951 952 953 954 955

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit