LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
772 - À quel genre correspond le texte suivant ? Je dirai brièvement la douceur de la liberté. Un chien gras et repu rencontra un loup maigre au dernier point ; ils se saluent et s'arrêtent : « D'où te vient, dis-moi, cet éclat ? Quel manger t'a donné cette corpulence ? Moi, qui suis bien plus courageux que toi, je meurs de faim. » Le chien, bonnement : « Le même sort t'attend, si tu peux rendre au maître les mêmes services. — Lesquels ? dit l'autre. Garder le seuil ; protéger la maison, même la nuit, contre les voleurs. — J'y suis, certes, tout prêt ! Pour l'heure je souffre neige et pluies, menant dure vie dans les forêts ; combien me sera-t-il plus aisé de vivre sous un toit et, sans rien faire, me repaître de nourriture ! — Suis-moi donc. » En chemin, le loup remarque le cou du chien, que la chaîne avait pelé : « D'ou vient cela, mon ami? — Ce n'est rien. — Dis pourtant je te prie. — On me trouve trop ardent : alors, on m'attache le jour pour que je me repose quand il fait clair et que je veille quand la nuit est venue. Au crépuscule, je suis délié et vais où il me plaît. Sans que je bouge on m'apporte du pain ; de sa table, le maître me donne les os ; les gens de la maison me jettent des morceaux et tout ce dont ils ne veulent pas. Ainsi sans fatigue s'emplit mon ventre. — Et, dis, si tu t'avises d'aller quelque part, tu le peux ? — Pas absolument, dit-il. — Sois heureux à ta guise, chien ; je ne voudrais pas d'un trône, qui ne me laisserait pas ma liberté. » Jean Racine, Phèdre, 1677.
A
a) une parabole
B
b) une fable
C
c) un conte
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : B
Correction :
réponse b) La Fontaine n'a pas inventé le genre de la fable qui existait depuis l'antiquité grecque (Ésope) et latine (Phèdre). Contrairement à ce que l'on pense habituellement, la fable n'est pas nécessairement en vers et ses personnages ne sont pas toujours des animaux : ses deux contraintes sont de proposer un récit divertissant court (c'est ce qui le différencie du conte) dans une optique moralisatrice, cette dernière pouvant être formulée sous forme de moralité, ce qui est le cas au début de l'exemple. L'absence de visée religieuse empêchait que l'on puisse prendre ce texte pour une parabole.


Les nouveautés du site

Expliquer et discuter cette pensée d'E. Renan: « L'épopée disparut avec l'âge de l'héroïsme individuel ; il n'y a pas d'épopée avec l'artillerie. »

C'est dire aussi qu'il faudra s'en tenir soigneusement à la définition de Renan et ne pas envisager d'autres caractéristiques de l'épopée : car le mot épopée est un terme plutôt générique sous lequel on a rangé toute une série d'oeuvres présentant au fond des différences très accusées. Une définition de l'épopée susceptible de vérifier celle de Renan doit...

5 pages - 1,80 ¤

HISTOIRE LITTÉRAIRE: LE XXe SIÈCLE

Le XXe siècle, sur le plan des idées, innove peu. Il est, pour l'essentiel, la continuation du XIXe siècle. On peut le considérer comme le prolongement du romantisme. En effet, pour l'essentiel, la crise romantique n'est pas close. Dans la mesure où celle-ci résultait d'un effondrement des valeurs et se traduisait par la recherche hésitante et souvent vaine...

3 pages - 1,80 ¤

HISTOIRE LITTÉRAIRE: LE XIXe SIÈCLE

Le XVIIIe siècle avait trop bien réussi : les lumières avaient détruit toutes les illusions. Mais, loin de s'en trouver libéré, l'homme du début du XIXe siècle souffre d'avoir perdu ses points d'appui. Son désarroi le conduit à une révolte. Cette révolte s'exprime dans le romantisme. Qu'est-ce que le romantisme? Depuis toujours, l'humanité avait disposé, pour équilibrer l'angoisse qu'inspire l'écoulement...

6 pages - 1,80 ¤

HISTOIRE LITTERAIRE: LE XVIIIe SIÈCLE

La raideur de pensée du XVIIe siècle était en partie factice. Elle était partiellement due à l'influence de l'autorité royale et de la puissance de l'Église. L'affaiblissement de la monarchie, les débuts de la déchristianisation chez les intellectuels et dans les classes dirigeantes, le progrès des sciences, les transformations sociales, l'ascension de la bourgeoisie, tout se ligue pour...

4 pages - 1,80 ¤

HISTOIRE LITTERAIRE: LE XVIIe SIÈCLE

Il est caractérisé par une grande unité artistique et une grande diversité philosophique. L'unité artistique L'Imitation des Anciens suppose une certaine conception philosophique. Elle implique que l'homme d'aujourd'hui n'est pas différent de celui d'hier et que les règles de l'art sont valables à toute époque. Ce qu'on appelle, au XVIIe siècle, le classicisme repose sur l'acceptation de ce principe. Quelles...

3 pages - 1,80 ¤

HISTOIRE LITTERAIRE: LA RENAISSANCE

||Il n'y a pas en histoire de point de départ absolu. On peut néanmoins considérer la Renaissance comme étant le bouleversement le plus important de ceux qui ont engendré le monde moderne. Toutefois, la Renaissance met en jeu des forces et des idées bien plus anciennes qu'il est indispensable d'évoquer.    Paganisme et christianisme...

4 pages - 1,80 ¤
5 pages - 1,80 ¤

« Le romantisme a été la grande révolution littéraire moderne. On a parlé souvent de réactions contre le romantisme. On a donné ce nom à des mouvements comme le Parnasse, le réalisme, le naturalisme, le symbolisme, le néoclassicisme. Mais il ne serait pas difficile de montrer qu'ils sont bien plutôt des décompositions ou des transformations du romantisme.» (Thibaudet, Histoire de la littérature française, Stock, 1936). Commentez ce jugement.

vont jusqu\'à leur reconnaître plus de vérité qu\'aux forces de clarté : «Je désire aller me reposer, me recharger loin des mesquines efflorescences de la pensée [...] Je me penche hors de la prison des choses claires, sur le déroulement infini des flots obscurs», écrit Maurice Barrés dans La Grande Pitié des églises de France, 1914, chap. 17....

6 pages - 1,80 ¤

Michelet écrit en 1855 : «Nous avons évoqué l'histoire, et la voici partout ; nous en sommes assiégés, étouffés, écrasés ; nous marchons tout courbés sous ce bagage, nous ne respirons plus, n'inventons plus. Le passé tue l'avenir. D'où vient que l'art est mort (sauf de si rares exceptions) ? c'est que l'histoire l'a tué.» Est-ce qu'au XIXe siècle l'histoire a tué ou renouvelé l'art et la littérature ?

de cause finale qui commençait à s\'imposer en biologie («La vie a sur elle-même une action de personnel enfantement... Du pain, des fruits que j\'ai mangés, je fais du sang rouge et salé qui ne rappelle en rien ces aliments d\'où je le tire. Ainsi va la vie historique.» (XIXe Siècle, p. 352.) Au fond, on peut se...

2 pages - 1,80 ¤

La passion romantique est habituellement présentée comme destruction, ravage, catastrophe. Vous vous demanderez dans quelle mesure le romantisme n'envisage pas tout autant, et même davantage, la passion comme une base pour édifier un monde nouveau.

3 Le couple et l\'humanité. C\'est que le couple romantique ne se referme par nécessairement sur lui-même et sur son bonheur. On peut même dire que, s\'il a brisé pour son compte les obstacles sociaux, c\'est ensuite pour se retourner vers l\'humanité et lui apporter un message d\'espérance. C\'est la grande idée de Vigny dans Les Destinées et...

3 pages - 1,80 ¤

«Aimez ce que jamais on ne verra deux fois», tel est le conseil que donne Vigny au vers 308 de La Maison du Berger. En face de la morale et de l'art classiques qui privilégient l'éternel par rapport à l'éphémère, l'universel par rapport au singulier, ne vous semble-t-il pas que Vigny définit ainsi une attitude - éthique et esthétique - nouvelle qui, annoncée par Montaigne et la littérature baroque, s'est surtout développée dans la littérature moderne, à partir du romantisme ? Pour répondre à cette question et préciser cette attitude, vous pourrez vous aider de cette analyse de Georges Poulet sur le temps romantique : «Enfermé dans l'instant, le romantique s'échappe en pensée dans tout le reste de sa vie. Ou plutôt il essaie d'envelopper celle-ci dans la conscience du moment actuel. Il ne s'agit plus, comme au siècle précédent, d'extraire du moment toute sa substance sensible ; il s'agit de donner au moment toute la profondeur, toute l'infinité même de durée, dont l'être humain se sent susceptible. Posséder sa vie dans le moment, telle est la prétention ou le désir fondamental du romantique.» (Études sur le temps humain)

s\'est pensée comme un Absolu, sont apparues puis disparues sans qu\'il reste rien de l\'univers particulier que chacune d\'elles a constitué (cf. par exemple XIXe Siècle, p. 60) : c\'est bien là le sens de la fuite du temps chez les romantiques, non point le regret banal qu\'un bon moment passe trop vite, ni même que les grands...

5 pages - 1,80 ¤

Les Chants de Maldoror, Le pou, Chant II, Strophe 9 (Comte de Lautréamont)

*  La laideur et la saleté dans l'univers poétique Le pou est un parasite. Le simple fait de lui consacrer un texte poétique constitue un acte Provocateur. De plus le pou est associé à la saleté. Par ailleurs le ton est souvent agressif à l'égard des lecteurs et se révèle surprenant dans la mesure où un écrivain est censé attirer...

5 pages - 1,80 ¤

Racine écrit dans la Préface de Phèdre : «Je n'ose encore assurer que cette pièce soit la meilleure de mes tragédies. Je laisse et aux lecteurs et au temps à décider de son véritable prix.» Plus que des formules conventionnelles de modestie, ne faut-il pas voir dans cette remarque un article essentiel du goût classique ?

 Et qu\'on ne dise pas qu\'il y a dans cette révision des valeurs une simple question de mode : il y a réellement un certain approfondissement, approfondissement dû à des lecteurs toujours nouveaux, qui par une sympathie sans cesse plus pénétrante vont plus loin dans ce qui est l\'essentiel de l\'apport d\'un écrivain. Il est piquant et assez...

4 pages - 1,80 ¤

Commentez cette opinion d'André Gide : «Il me semble que les qualités que nous nous plaisons à appeler classiques sont surtout des qualités morales et volontiers je considère le classicisme comme un harmonieux faisceau de vertus dont la première est la modestie.».

Sans être vraiment très surpris par son «demi-paradoxe», nous pouvons assez bien imaginer comment Gide veut nous étonner. 1 L\'essence même de l\'art classique est fort bien loin d\'être morale : l\'artiste dont tout l\'esprit consiste à «bien définir et à bien peindre» (La Bruyère, Les Caractères, chap. I, 14) a le sentiment aigu de l\'autonomie de l\'art...

3 pages - 1,80 ¤
3 pages - 1,80 ¤

Racine, dans la Préface de Phèdre (1677), écrit que le caractère de son héroïne est peut-être ce qu'il a «mis de plus raisonnable sur le théâtre». Commentez d'après ce que vous savez de Phèdre, de Racine et de l'idéal classique.

2 Les lois de l\'art. Cette tradition doit se comprendre non seulement comme une imitation de modèles, mais comme une méditation sur les théories qui ont constitué progressivement au cours des temps les lois de l\'art : ici par exemple, en disant que Phèdre est «raisonnable», Racine pense surtout à la règle aristotélicienne du héros «ni tout à...

3 pages - 1,80 ¤

Vous expliquerez et préciserez ces lignes extraites d'un article du critique Émile Henriot sur le livre de Jean Rousset consacré à La Littérature de l'âge baroque en France (1953) : «Le baroque est un art solide, massif, membré ; la préciosité est une afféterie, un jeu salonnier de la pointe, moins que rien... Cependant baroque et précieux parfois se rencontrent. Comme le baroque et le classique ; comme se rencontreront, sans nécessairement se confondre, le baroque et le romantique...» (Le Monde)

• les métaphores doubles. On peut encore renforcer une métaphore en la combinant à une autre à propos du même objet. Par exemple, Du Perron désigne une prairie que le vent agite, par l\'expression «ondes d\'émail tremblantes», ce qui revient à comparer la prairie, d\'une part à l\'émail à cause de ses fleurs et de ses couleurs, d\'autre...

5 pages - 1,80 ¤

Prologue Gargantua (Rabelais)

§1 : Silène est le maître de Bacchus, il a une laideur repoussante, toujours ivre, il refuse de montrer sa sagesse. Puis, il fait allusion à des petites boîtes. Rabelais montre qu'il ne faut pas confondre le dessus des boîtes et le contenu de cette boîte qui est des drogues très précieuses. Il ne faut donc pas confondre l'apparence...

2 pages - 1,80 ¤

Le neveu de Rameau

Il s'agit d'un texte qui ne correspond pas aux genres établis, un texte atypique qui n'a pas été publié du vivant de Diderot (texte posthume). Sa rédaction s'est probablement étalée sur plusieurs années : des années 1760 jusqu'en 1780. C'est une histoire singulière puisque sa 1ère parution a été tardive et qu'il a d'abord été publié en allemand en...

2 pages - 1,80 ¤

Lorsqu'on aborde des notions abstraites ou morales, quelles stratégies vous semblent les plus efficaces pour emporter l'adhésion du lecteur ?

||Les notions abstraites et morales, vagues et complexes à saisir, incitent le lecteur à disposer d’une opinion personnelle. Ces thèmes sont très exploités dans la littérature, où l'auteur est souvent amené à emporter l'adhésion du lecteur, d'une manière implicite ou explicite. Il peut également altérer son point de vue, selon les stratégies argumentatives ...

2 pages - 1,80 ¤

« L'homme qui veut s'instruire doit lire d'abord, et puis voyager pour rectifier de qu'il a appris. »

||Avant la période de la renaissance, les livres et donc le savoir n'étaient réservés qu'à une infime partie de la société. Dans la mesure où ils étaient onéreux, seules les classes les plus aisées pouvaient en posséder. A cette époque, les livres était considéré comme un signe de richesse et de pouvoir.  Ce n'est...

2 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 903 904 905 906 907 908 909 910 911 912 913 914 915 916 917 918 919 920 921 922 923 924 925 926 927 928 929 930 931 932 933 934 935 936 937 938 939 940 941 942 943 944 945 946 947 948 949 950 951 952 953 954 955 956 957 958 959 960 961 962 963 964 965 966 967 968 969 970 971 972 973 974 975 976 977 978 979 980 981 982 983 984 985 986 987 988 989 990 991 992 993 994 995 996 997 998 999 1000 1001 1002

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit