LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
329 - Quel océan baigne les Maldives ?
A
L'océan Atlantique
B
L'océan Indien
C
L'océan Pacifique
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : B


Les nouveautés du site

Les Confessions de Rousseau - L'incident chez le comte de Gouvon - Livre troisième : "J'aimais à voir..." à "...blanc des yeux."

J'aimais à voir mademoiselle de Breil, à lui entendre dire quelques mots qui marquaient de l'esprit, du sens, de l'honnêteté: mon ambition, bornée au plaisir de la servir, n'allait point au delà de mes droits. A table j'étais attentif à chercher l'occasion de les faire valoir. Si son laquais quittait un moment sa chaise, à l'instant on m'y...

4 pages - 1,80 ¤

Les Confessions - Jean-Jacques Rousseau - Rencontre avec Mlle de Warens

J'arrive enfin: je vois madame de Warens. Cette époque de ma vie a décidé de mon caractère; je ne puis me résoudre à la passer légèrement. J'étais au milieu de ma seizième année. Sans être ce qu'on appelle un beau garçon, j'étais bien pris dans ma petite taille, j'avais un joli pied, une jambe fine, l'air dégagé, la...

4 pages - 1,80 ¤

ROUSSEAU dans la Confessions: L'euphorie de la liberté Livre Il, Folio (Gallimard), pp. 79-80

  Le livre I s'est clos sur la fuite de Jean Jacques, âgé de seize ans, hors de Genève, sa ville natale. Un monde nouveau, inconnu s'ouvre à l'adolescent. Autant le moment où l'effroi me suggéra le projet de fuir m'avait paru triste, autant celui où je l'exécutai me parut charmant. Encore enfant, quitter mon ...

3 pages - 1,80 ¤

La révolte contre l'injustice - Confessions - Rousseau - Livre I

Je sens en écrivant ceci que mon pouls s'élève encore ; ces moments me seront toujours présents quand je vivrais cent mille ans. Ce premier sentiment de la violence et de l'injustice est resté si profondément gravé dans mon âme, que toutes les idées qui s'y rapportent me rendent ma première émotion, et ce sentiment, relatif à moi...

3 pages - 1,80 ¤

La fessée de Rousseau (Confessions - Livre I)

Comme mademoiselle Lambercier avait pour nous l'affection d'une mère, elle en avait aussi l'autorité, et la portait quelquefois jusqu'à nous infliger la punition des enfants quand nous l'avions méritée. Assez longtemps elle s'en tint à la menace, et cette menace d'un châtiment tout nouveau pour moi me semblait très effrayante; mais après l'exécution,...

4 pages - 1,80 ¤

Les livres II, III et IV des Confessions de Rousseau

Chez M. de Gouvon, notamment auprès de l'abbé de Gouvon, il y a la reconnaissance plus durable du mérite de Jean-Jacques, mais elle provoque le regard hostile des autres : «je devins une espèce de favori dans la maison, à la grande jalousie des autres domestiques » (p. 140). Et, alors qu'il est sur le point d'atteindre une...

3 pages - 1,80 ¤

Le premier Livre des Confessions de Rousseau

Ce livre I est important pour comprendre la continuité de pensée entre les écrits théoriques et les écrits autobiographiques de Rousseau. Important aussi dans l'histoire littéraire : l'originalité, la richesse de son élaboration, qui est à la fois analytique (expliquer l'origine d'une personnalité) et poétique (réécriture de mythes fondateurs de notre culture) font de ce premier récit autobiographique...

3 pages - 1,80 ¤

Rousseau et l'invention de l'autobiographie dans les Confessions

Rousseau écrit sur lui-même mais aussi pour un lecteur, contemporain ou à venir. Le récit est ponctué d'adresses, directes ou indirectes, au lecteur. Elles ont des fonctions diverses. Anticiper sur les réactions du lecteur. Rousseau imagine à l'avance une éventuelle réaction de son lecteur, et lui réplique : cela peut être une réaction d'incrédulité, du de surprise que Rousseau...

4 pages - 1,80 ¤

Les Deux Chèvres de La Fontaine

La Fontaine s'est inspiré d'un récit de Pline l'Ancien dont le dénouement est différent et peut-être d'une anecdote racontée par Saint-Simon, la rencontre de Mme de Beringhen et de la duchesse de Brissac-Saint-Simon qui refusèrent toutes deux de céder le passage à l'autre et « restèrent paisiblement cinq heures, l'une alléguant sa housse, l'autre le carrosse du roi...

2 pages - 1,80 ¤

Livre XII des Fables de La Fontaine

Les Fables choisies par M. de La Fontaine paraissent en 1694 (achevé d'imprimer : ler septembre 1693, mais la date officielle reste 1694) et correspond au Livre XII des éditions modernes. Ce volume présente des fables nouvelles déjà parues séparément après la publication du second recueil : le premier tome des Ouvrages de prose et de poésie des...

2 pages - 1,80 ¤

LECTURE MÉTHODIQUE : Le vieillard et les trois jeunes hommes - La Fontaine

La Fontaine évoque souvent le thème de la vieillesse à travers divers personnages, hommes et bêtes : on trouve dans l'ensemble des fables trois Vieillards (IV, 18 ; VI, 8 ; XI, 8), une Vieille (V, 6), un vieux Chat (XII, 5), sans compter le centenaire de « La Mort et le Mourant « (VIII, 1). Dans cette...

2 pages - 1,80 ¤

Livre XI des Fables de La Fontaine

Présentation générale Avec ses neuf fables, le Livre XI est le livre le plus court du second recueil. La longueur moyenne des fables est d'une cinquantaine de vers. La plus courte (8) comporte trente-six vers et la plus longue, quatre-vingt-quatorze vers (7). Elles sont de sources diverses et plus originales (1 : Plutarque, Abstemius : 3, 8, Virgile :...

2 pages - 1,80 ¤

La Tortue et les Deux Canards (La Fontaine)

Cette fable tirée du Livre des lumières de Pilpay met en scène des animaux plutôt rares dans l'univers de La Fontaine : la Tortue (VI, 10 ; VIII, 16 ; XII, 15) et surtout les Canards (XII, 7). Accessoire de la fatalité dans « L'Horoscope «, la Tortue est présentée ailleurs comme un animal sympathique et dévoué. Ici,...

2 pages - 1,80 ¤

Livre X des Fables de La Fontaine

Ce livre est moins volumineux que les précédents, puisqu'il représente à peu près la moitié du Livre VIII. Il ne contient que quinze fables d'une trentaine de vers en moyenne. La plus courte comporte vingt et un vers, et la plus longue, quatre-vingt-dix vers. L'inspiration orientale des fables se confirme, puisque les sources de sept fables sont Pilpay...

2 pages - 1,80 ¤

Le Chat et le Renard de La Fontaine (lecture méthodique de la Fable)

Dans cette fable, les portraits animaliers pleins de verve satirique nous révèlent aussi tout un art de la dramatisation, à travers les méandres et la tension d'une écriture variée, faisant alterner d'une part, alexandrins et octosyllabes, d'autre part, rimes croisées, plates et embrassées. Le début de la fable correspond à l'exposition , aux portraits des deux acteurs, puis...

2 pages - 1,80 ¤

Livre IX des Fables de La FONTAINE

Les dix-neuf fables du Livre IX et celles des livres X et XI paraissent en 1679. La longueur moyenne des fables du Livre IX est d'une trentaine de vers, ce qui confirme la tendance à l'allongement par rapport aux fables du premier recueil. Les deux plus courtes (12 et 18) font 20 vers, alors que la première est...

2 pages - 1,80 ¤

La fable « Le Lion, le Loup et le Renard » de La Fontaine

La fable « Le Lion, le Loup et le Renard », déjà éditée en 1671 dans les Fables nouvelles, est inspirée par la fable d'Ésope qui porte le même titre. La Fontaine met en scène des animaux appartenant au groupe des bêtes puissantes et cruelles et symbolisant trois types de forces : la force un peu stupide (le...

2 pages - 1,80 ¤

Livre VIII des Fables de LA FONTAINE

la Présentation générale Les 27 fables du Livre VIII paraissent en 1678. Leur longueur moyenne est de 40 à 50 vers, la Fable la plus longue étant de 92 vers (16), et la plus courte de 16 vers (5). La Fontaine a tendance à les développer de plus en plus, comme il l'avait annoncé dans l'Avertissement du Livre VIL...

2 pages - 1,80 ¤

Les deux coqs de La Fontaine (Lecture méthodique)

La Fontaine s'inspire d'une fable d'Ésope, « Les Deux Coqs et l'Aigle ». ne fait pas apparaître dans le titre l'oiseau de proie et la Poule, comme s'il voulait garder la simplicité schématique des titres habituels (deux termes « A et B »). Comme l'un des Coqs disparaît à la fin de la fable, la conjonction met aussi...

2 pages - 1,80 ¤

Livre VII des FABLES de LA FONTAINE

Le Livre VII contient moins de fables (17) que les livres du premier recueil (22 dans le Livre I, 21 dans le Livre VI). On compte 87 vers dans la fable la plus longue (11) et 32 vers dans la plus courte (12), ce qui montre le travail de développement et d'allongement de la matière....

2 pages - 1,80 ¤

Analysez et commentez ce jugement de Paul Valéry sur les fables de La Fontaine : « La forme par lui créée est d'une souplesse extraordinaire. Elle admet tous les tons du discours, passe du familier au solennel, du descriptif au dramatique, du plaisant au pathétique, et ménage ces modulations à tous les degrés qu'il faut, selon l'ampleur ou la minceur du sujet. »

De nombreux critiques ont admiré la variété et l'originalité des fables de La Fontaine. Paul Valéry souligne en particulier la forme « d'une souplesse extraordinaire », la diversité des « tons du discours » et des modulations « selon l'ampleur et la minceur du sujet ». En effet, La Fontaine a utilisé toutes les ressources de la versification...

2 pages - 1,80 ¤

Lamartine écrit dans la Préface de ses Méditations (1849) : « Les fables de La Fontaine sont plutôt la philosophie dure, froide et égoïste d'un vieillard, que la philosophie aimante, généreuse, naïve et bonne d'un enfant : c'est du fiel, ce n'est pas du lait pour les lèvres et pour les coeurs de cet âge. »

Comme Rousseau, Lamartine critique La Fontaine, mais ce lecteur déçu du XIXe siècle lui reproche moins la complexité de la forme poétique, les subtilités du langage que sa vision très négative de la vie, ce qu'il appelle « la philosophie dure, froide et égoïste d'un vieillard » et qu'il oppose à « la philosophie aimante, généreuse, naïve et...

2 pages - 1,80 ¤

La philosophie et la science dans les fables de LA FONTAINE

À partir du second recueil, les fables prennent une orientation plus philosophique sans pour autant perdre leur caractère ludique et divertissant. En effet, voulant à la fois instruire et plaire, le fabuliste doit comme Lucrèce (au début du De rerum natura), séduire le lecteur avec le miel de la poésie pour mieux faire accepter l'amertume et l'austérité du...

2 pages - 1,80 ¤

Doit-on parler d'« actualité » ou d'« intemporalité » au sujet des fables de La Fontaine ? Justifiez votre point de vue à l'aide d'exemples précis, tirés du second et du troisième recueil.

À cause de la variété de ses sujets et de ses sources d'inspiration, La Fontaine semble partagé entre deux tendances : le désir de plaire au lecteur de son époque qui se traduit par des allusions à l'actualité, mais aussi la recherche d'une dimension intemporelle et universelle. ...

2 pages - 1,80 ¤

Quelles leçons politiques La Fontaine donne-t-il au lecteur dans le second et le troisième recueil de ses Fables ?

Les fables nous présentent souvent une leçon morale, philosophique, scientifique ou politique. Les leçons politiques sont particulières, dans la mesure où elles renvoient souvent à une actualité brûlante et par là même, dangereuse. On peut distinguer les problèmes de politique intérieure et les questions de politique extérieure. Mais à qui ces leçons s'adressent-elles ? ...

2 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 854 855 856 857 858 859 860 861 862 863 864 865 866 867 868 869 870 871 872 873 874 875 876 877 878 879 880 881 882 883 884 885 886 887 888 889 890 891 892 893 894 895 896 897 898 899 900 901 902 903 904 905 906 907 908 909 910 911 912 913 914 915 916 917 918 919 920 921 922 923 924 925 926 927 928 929 930 931 932 933 934 935 936 937 938 939 940 941 942 943 944 945 946 947 948 949 950 951 952 953

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit