LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
329 - Quel océan baigne les Maldives ?
A
L'océan Atlantique
B
L'océan Indien
C
L'océan Pacifique
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : B


Les nouveautés du site

Les fables de LA FONTAINE : dimension politique et actualité

La Fontaine est partagé entre deux positions possibles : celle du courtisan craintif et flatteur (dans ses Dédicaces), et celle du moraliste, censeur de ses contemporains qui se juge au-dessus de la mêlée. Il joue justement sur cette ambiguïté qui lui permet de lancer des critiques audacieuses derrière le masque de ses animaux qui le protège (VIII, 3,...

2 pages - 1,80 ¤

Analysez et commentez ce jugement de René Bray : « La Fontaine se sert bien aussi des animaux pour personnifier les vices et les vertus. Mais cette personnification est très différente de l'identification à la manière d'Ésope. »

La Fontaine ne s'intéresse pas au monde des bêtes, mais à l'homme et aux moeurs de son siècle. S'il met souvent en scène des animaux, c'est par un effet de transposition et un jeu d'écriture. Comme il ne peut pas parler abstraitement des vices et des vertus, il a recours à la personnification, mais il n'est pas le...

3 pages - 1,80 ¤

Rousseau écrit dans l'Émile (1762) : « Je dis qu'un enfant n'entend point les fables qu'on lui fait apprendre, parce que quelque effort qu'on fasse pour les rendre simples, l'instruction qu'on en veut tirer force d'y faire entrer des idées qu'il ne peut saisir, et que le tour même de la poésie, en les lui rendant plus faciles à retenir, les lui rend plus difficiles à concevoir, en sorte qu'on achète l'agrément aux dépens de la clarté » Qu'en pensez-vous ?

Le problème abordé est celui de la réception des fables, mais il est dédoublé. En effet, Rousseau, lecteur de La Fontaine, s'interroge sur l'influence des fables sur un jeune lecteur. Le point de vue est rétrospectif car un siècle sépare les deux écrivains. Rousseau dénigre les fables en les attaquant sur le fond et la forme, à savoir...

2 pages - 1,80 ¤

La Fontaine, fabuliste et moraliste

Ne voulant pas offrir à ses lecteurs un pur divertissement littéraire, La Fontaine a gardé la dimension didactique du genre de la fable en joignant l'utile à l'agréable. Au départ, la fable se présente comme un instrument pédagogique, texte destiné à un jeune public qui est censé s'instruire en s'amusant. Telle est l'orientation donnée par les dédicaces du...

2 pages - 1,80 ¤

L'art de la fable de ESOPE à LA FONTAINE

Lorsque La Fontaine entreprend la composition des Fables, il s'inscrit clairement dans une tradition littéraire qui remonte à l'Antiquité : « Je chante les Héros dont Ésope est le Père » (« À Monseigneur le Dauphin »). Attribuant la paternité du genre à Ésope (vie siècle avant J.-C.), La Fontaine retrace son parcours dans un véritable récit hagiographique...

1 page - 1,80 ¤

Commentaire d'un passage de LA Condition Humaine

Malgré la rumeur, malgré tous ces hommes qui avaient combattu comme lui, Katow était seul, seul entre le corps de son ami mort et ses deux compagnons épouvantés, seul entre ce mur et ce sifflet perdu dans la nuit. Mais un homme pouvait être plus fort que cette solitude et même, peut-être, que ce sifflet atroce : la...

2 pages - 1,80 ¤

L'incipit de La Condition humaine de Malraux

21 mars 1927 Minuit et demi. Tchen tenterait-il de lever la moustiquaire ? Frapperait-il au travers ? L'angoisse lui tordait l'estomac ; il connaissait sa propre fermeté, mais n'était capable en cet instant que d'y songer avec hébétude, fasciné par ce tas de mousseline blanche qui tombait du plafond sur un corps moins visible qu'une ombre, et d'où...

2 pages - 1,80 ¤

Extrait de la Voie Royale de MALRAUX

Donc, il y avait sans doute un monde d'atrocités au-delà de ces yeux arrachés, de cette castration qu'il venait de découvrir... Et la démence, comme la forêt à l'infini derrière cette orée... Mais il n'était pas encore fou : une exaltation tragique le bouleversait, une allégresse farouche. Il continuait à regarder vers la terre : à ses guêtres...

2 pages - 1,80 ¤

Commentaire d'un extrait de la Voie Royale de MALRAUX

Donc, il y avait sans doute un monde d'atrocités au-delà de ces yeux arrachés, de cette castration qu'il venait de découvrir... Et la démence, comme la forêt à l'infini derrière cette orée... Mais il n'était pas encore fou : une exaltation tragique le bouleversait, une allégresse farouche. Il continuait à regarder vers la terre : à ses guêtres...

2 pages - 1,80 ¤

Commentaire de "Adieu" de Rimbaud.

Introduction : Cette confession qui prend la forme mythique de la descente aux enfers (cf mythe d'Orphée), permet de sceller une nouvelle alliance poétique avec la modernité. Après avoir évoqué notamment son séjour aux Enfers dans "Délires I : verge folle" et "Délires II : Alchimie du verbe", Rimbaud décide de sortir de ce lieu maudit et fait...

2 pages - 1,80 ¤

LES FEES Charles Perrault

Perrault n'a pas inventé les contes et revendique à la fois l'héritage antique (Apulée par exemple) et les sources populaires. Mais il a en quelque sorte fixé les lois du genre en ins crivant le conte comme récit ayant toute sa place dans la perspective de son temps, dans la double exigence de plaire et instruire. Ne renonçant...

4 pages - 1,80 ¤

Commentaire de texte d'un extrait de MALRAUX : LES CONQUERANTS

« Les paroles ont fait pénétrer dans la salle quelque chose d'humain, mais me retournant, je vois le corps de Klein - je le reconnais à cause de sa taille - une large tache au milieu du visage : la bouche agrandie au rasoir. Et aussitôt mes muscles, de nouveau, se contractent, à tel point cette fois que...

2 pages - 1,80 ¤

Les Conquérants de Malraux (Première partie) - Malraux: Condamné à six mois d'emprisonnement.

N'exagérons pas. Un télégramme de Pierre me fit savoir que le sursis lui était accordé.  Voici la lettre qu'il m'envoya :  « Je ne tiens pas la société pour mauvaise, pour susceptible d'être améliorée ; je la tiens pour absurde. C'est bien autre chose. Si j'ai fait tout ce que j'ai pu faire pour être...

2 pages - 1,80 ¤

MALRAUX: Les Conquérants (Résumé - Fiche de lecture)

• Le personnage de Garine La métamorphose du réel Dans Les Conquérants, roman publié en 1928, Malraux traite des événements révolutionnaires en Chine du Sud en 1925 en leur faisant subir des modifications romanesques. Le cadre géographique Le cadre géographique de la Chine du Sud est posé à travers le voyage en bateau du narrateur dans la première partie du roman. ...

1 page - 1,80 ¤

« La fascination qu'exerce l'univers romanesque de Malraux vient de ce qu'il a réinscrit la poésie immémoriale de l'aventure dans la prose brutale de son temps politique. » Vous commenterez ce propos d'un critique en vous appuyant sur le roman que vous avez étudié.

Ce jugement, en attirant l'attention sur les deux orientations des romans de Malraux que sont l'épopée, le merveilleux des temps anciens (« poésie immémoriale de l'aventure ») et le reportage enraciné dans le prosaïsme de l'actualité politique (« la prose brutale de son temps politique »), met en question la cohérence de l'oeuvre. La fidélité au réel et...

2 pages - 1,80 ¤

A propos d'un roman de Malraux, un critique parle d' a une conception révolutionnaire de la littérature, qui ne serait plus de consommation pure, mais réaliserait comme une coopération dans la production de l'écrivain et du public, celui-ci étant invité par un effort de prolongement et de reconstruction à la création de l'oeuvre ». Qu'en pensez-vous ?

Ce propos met en évidence le défi que représentent pour le lecteur les romans de Malraux : tout en sollicitant une lecture laborieuse (« effort », a reconstruction »), ils offrent la possibilité de sortir d'une position de passivité par rapport au créateur (« consommation pure »), pour participer avec lui au processus de création. L'emploi du conditionnel...

2 pages - 1,80 ¤

Un critique évoquait à propos d'un roman de Malraux « l'intensité de certaines descriptions ou de certaines scènes qui appellent l'image, la reproduction cinématographique ». Qu'en pensez-vous ?

Ce propos met l'accent sur la part du « visuel » dans les romans de Malraux. Les notions d'« image » et de « reproduction cinématographique » suggèrent l'idée d'un lecteur-spectateur. Celle d'« intensité » évoque un art de frapper l'imagination dont il faut expliciter les liens avec les techniques cinématographiques et photographiques. Pourtant, les romans de Malraux...

2 pages - 1,80 ¤

En quoi le roman de Malraux que vous avez étudié cette année renouvelle-t-il le genre du roman d'aventures ?

Le roman d'aventures est un genre en vogue lors de la jeunesse de Malraux. Les romans de Conrad commencent à être traduits en français. Malraux leur voue une grande admiration. La question posée implique que le roman d'aventures ne soit pas envisagé comme une catégorie prédéterminée, comme une coquille vide dans laquelle viendrait se loger un projet nouveau....

2 pages - 1,80 ¤

Un critique écrit : « On ne referme jamais un roman de Malraux sans une sorte d'enthousiasme humain, » Vole direz ce que vous pensez d'un tel jugement en vous appuyant sur la conception de l'homme qui se dégage du roman que vous avez étudié.

Est en jeu la relation instaurée avec le lecteur. La notion d' « enthousiasme humain » doit être explicitée, Etymologiquement le mot « enthousiasme » désigne l'état d'exaltation dans lequel se trouve un individu possédé par le souffle divin. Mais ici il s'agit d'un transport dont l'homme est la cause. Dans quelle mesure, alors que les romans de...

2 pages - 1,80 ¤

« Si différents soient-ils, Malraux habite tous ses personnages, et c'est à lui-même qu'il s'affronte », écrit Gaétan Picon. Ce jugement s'applique-t-il à l'oeuvre de Malraux que vous avez étudiée ?

Le problème posé est celui de la relation que le romancier entretient avec ses personnages. Selon Gaetan Picon, la diversité des personnages de Malraux se résout dans leur appartenance commune au monde de l'auteur. L'emploi du possessif « ses » suggère bien cette idée que les personnages de Malraux sont comme une partie de lui-même. Mais comment expliquer...

2 pages - 1,80 ¤

Dans l'oeuvre de Malraux que vous avez étudiée, le refus de la psychologie conduit-il à la destruction du personnage romanesque ?

Dépourvus d'indépendance par rapport à leur créateur dont ils incarnent les interrogations profondes, inséparables du drame et infiniment supérieurs à l'homme ordinaire, les personnages des romans de Malraux sont néanmoins des personnages « vivants » : ils continuent à hanter nos souvenirs une fois le livre refermé, supports de nos désirs et de nos rêveries. La notion de psychologie...

2 pages - 1,80 ¤

« Le roman moderne est, à mes yeux, un moyen d'expression privilégié du tragique de l'homme, non une élucidation de l'individu. » Dans quelle mesure ce jugement de Malraux s'applique-t-il à l'oeuvre que vous avez étudiée ?

Le problème posé est celui de la redéfinition du genre romanesque. Malraux oppose ici deux attitudes possibles pour le romancier : mettre en scène l'homme aux prises avec sa condition malheureuse ou bien explorer les tourments intimes de l'individu. Il choisit clairement la première attitude, tournant ainsi le dos au traditionnel roman d'analyse psychologique. Le mot « tragique...

2 pages - 1,80 ¤

RUY BLAS (ACTE 4 SCENE 2) - HUGO

-ouf ! Que d'événements ! -j'en suis émerveillé comme l'eau qu'il secoue aveugle un chien mouillé. Primo, ces alguazils qui m'ont pris dans leurs serres ; puis cet embarquement absurde ; ces corsaires ; et cette grosse ville où l'on m'a tant battu ; et les tentations faites sur ma vertu par cette femme jaune ; et mon...

3 pages - 1,80 ¤

Ruy Blas (1838) - Victor HUGO (analyse littéraire de l'oeuvre)

Les succès d'Hernani devaient, naturellement, porter son auteur à d'autres créations pour la scène. Mais Hugo constate que la critique n'a pas désarmé et, mise à part l'attention bienveillante du journal Le Globe de tendance libérale, la presse manifeste son hostilité. Or, sous la Monarchie de juillet qui vient d'abolir la censure, l'auteur de Marion Delorme constate aussi...

2 pages - 1,80 ¤

Alfred de Musset, Lorenzaccio (1834), Acte IV, scène XI

La chambre de Lorenzo. Entrent le Duc et Lorenzo.    LE DUC. — Je suis transi, - il fait vraiment froid. (Il ôte son épée). Eh bien, mignon, qu'est-ce que tu fais donc ?  LORENZO. — Je roule votre baudrier autour de votre épée, et je la mets sous votre chevet. Il est bon d'avoir toujours...

2 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 854 855 856 857 858 859 860 861 862 863 864 865 866 867 868 869 870 871 872 873 874 875 876 877 878 879 880 881 882 883 884 885 886 887 888 889 890 891 892 893 894 895 896 897 898 899 900 901 902 903 904 905 906 907 908 909 910 911 912 913 914 915 916 917 918 919 920 921 922 923 924 925 926 927 928 929 930 931 932 933 934 935 936 937 938 939 940 941 942 943 944 945 946 947 948 949 950 951 952 953

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit