LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
695 - Quel est le sujet principal des peintres de l'école de Barbizon?
A
a) la nature banale et les sujets rustiques
B
b) la flamboyance de l'Orient
C
c) les scènes historiques, mythologiques ou bibliques
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : A
Correction :
réponse a) L'école de Barbizon, du nom d'un village proche de Fontainebleau, regroupe des peintres qui décident de trancher avec la tradition picturale antérieure. Ils peignent des paysages champêtres qui rompent aussi bien avec les sujets nobles de la période du classicisme, qu'avec l'esthétique du mouvement et la flamboyance incarnés par les peintres romantiques. Les paysagistes comme Millet, Corot ou Rousseau représentent la nature qu'ils ont sous les yeux et l'homme dans sa simplicité rustique : L'Angélus de Jean-François Millet en est un bon exemple. Leurs tableaux influenceront les peintres impressionnistes. Attention, on considère que Gustave Courbet ne fait pas partie de cette école.


Les nouveautés du site

LE CHOIX D'UN MÉTIER: Quel métier avez-vous choisi de faire ?

Je voudrais être secrétaire dans une grande entreprise. Dans ce but, j'ai fait des études de sténodactylo. Je travaille maintenant par correspondance pour perfectionner mes connaissances en orthographe et en français. ...

1 page - 1,80 ¤

BAC ET ÉCHEC: Imaginez que vous échouez au baccalauréat !..

Echouer au bac ! Pour certains, ce n'est pas chose terrible. Mais pour moi, il en fut autrement et il me semble que je me souviendrai toujours de cette douleur causée par mon échec. ...

1 page - 1,80 ¤

VIE D'AUTREFOIS, VIE D'AUJOURD'HUI, REGARDS SUR L'AVENIR

En écoutant mes grands-parents s'extasier devant les victoires de l'astronautique, je souris, considérant l'alunissage des cosmonautes américains comme un aboutissement normal et sans problème des expériences spatiales antérieures. Mais comment ne pas comprendre, en songeant au mode de vie qui régnait avant la dernière guerre mondiale, l'étonnement que peut susciter le premier pas de l'homme sur la lune ? ...

2 pages - 1,80 ¤

LE VRAI JOUR DE LA FÊTE EST-IL LA VEILLE DE LA FETE ?

Les jours de fête n'ai-je rien ressenti hormis une éternelle insatisfaction et, à l'occasion, cet état second qui m'avait anéantie ? Aurais-je oublié la fatigue, l'événement qui m'empêcha de vivre comme il se devait, la Félibrée 1970, cette fête du Périgord, qui se déroulait l'an dernier, dans un petit village, non loin de chez moi ? ...

2 pages - 1,80 ¤

LA VIE EST PLEINE DE PLAISIRS VIFS QUI NE COUTENT RIEN. ALAIN

« Oh ! la vie ! Pour ce qu'elle vaut ! Ce n'est qu'une vallée de larmes. » A ceux et à celles qui prononcent ces paroles, je conseille de méditer cette pensée de Gustave Droz : « La vie nous paraît rude parce que nous attendons que le bonheur tombe du ciel comme une pièce d'un lingot, alors...

1 page - 1,80 ¤

QUELLE A ETE LA PLUS GRANDE DOULEUR DE VOTRE EXISTENCE ?

Lorsque je me penche sur mes jeunes années, il y a toujours un souvenir douloureux qui renaît en moi. Malgré la douleur qu'il me procure j'aime à le ressusciter. Une grande amitié, renforcée par une vie commune, m'unissait tendrement à mon amie Nicole. En peu de temps, j'avais eu pour elle des sentiments plus affectueux que ceux que j'éprouvais...

3 pages - 1,80 ¤

QUELLE A ETE LA PLUS GRANDE JOIE DE VOTRE EXISTENCE ?

La plus grande joie de mon enfance, je l'ai éprouvée la première fois que je suis allée au cirque. Je. me revois encore, à demi couchée sur mon siège, le coeur contracté, le sang aux joues. J'écarquillais les yeux par crainte de ne pas tout voir. La salle immense, ronde et haute, n'était qu'un poudroiement de lumière. Une...

1 page - 1,80 ¤

Comment imaginez-vous votre vie future ? Quel est votre rêve d'avenir ?

Souvent je rêve à mon avenir. Je l'imagine de plusieurs façons. Cela dépend de quelle humeur je suis ces jours-là. Quand je suis triste, je ne vois pas la vie en rose. Mon avenir me semble bien gris. J'aurai bientôt 21 ans, je serai donc majeure. ...

1 page - 1,80 ¤

Un chasseur a capturé un renard vivant. Après lui avoir attaché un collier avec un grelot, il lui rend la liberté. Terminez à votre gré.

Il était une fois, dans la forêt, un renard qui vivait heureux, parmi les siens. Une nuit qu'il s'ennuyait, il décida d'aller rôder autour d'une ferme et tomba dans un piège. Le reste de la nuit fut long, pour notre pauvre renard. Au matin, le fermier aperçut le captif; il s'apprêtait à le tuer quand son petit garçon arriva....

2 pages - 1,80 ¤

FANER EST LA PLUS JOLIE CHOSE DU MONDE...

Nous avions des amis qui possédaient un « bar-restaurant » en bordure d'une plage. L'idée m'était venue, en voyant ma cousine s'occuper de la salle-restaurant, de servir les clients du bar. ...

1 page - 1,80 ¤

AU COURS D'UN VOYAGE SURVIENT UN INCIDENT IMPRÉVU... RACONTEZ.

Dans le train qui nous conduisait à Bourges, monta un groupe de six jeunes garçons. Le voyage jusque-là s'était déroulé dans le calme et devenait par trop monotone. Bien entendu, les personnes aux idées étroites, ayant oublié leurs frasques d'antan, devinrent soudain méprisantes et traitèrent le groupe de « hippies », ce qui n'était pas exact. Peut-être étaient-ils habillés...

1 page - 1,80 ¤

TROIS VIEILLES PIERRES RACONTENT LEUR HISTOIRE

Couchée dans l'herbe, à l'ombre des ruines d'un village, par une belle journée d'été, je me surprends à rêver; une douce somnolence me gagne et peu à peu mes yeux se ferment. Trois vieilles pierres sont devant moi et me racontent leur histoire. ...

1 page - 1,80 ¤

Un policier vous arrête. Racontez.

Depuis plusieurs heures, nous roulions dans le flot ininterrompu des voitures, nous dirigeant vers le midi. Très énervé par les bouchons successifs, dès qu'une portion de route était dégagée, je fonçais, doublant et redoublant sans cesse. Nous avions déjà une heure de retard sur l'horaire prévu. Mon énervement s'accrut au fil des kilomètres car la densité de la circulation ne...

2 pages - 1,80 ¤

LA COMMÈRE DU VILLAGE

Voyez cette personne qui marche à pas pressés. Elle est en quête des dernières nouvelles pour les amplifier et les raconter d'après une nouvelle version. C'est la commère du village. Elle est affublée d'une vieille robe trouée sur laquelle est entrouvert un vieux tablier noir. Sur sa tête est planté un petit chignon retenu par des épingles. ...

1 page - 1,80 ¤

Faites le portrait d'un ami ou d'un ennemi

Michaël me fut sympathique dès le premier abord. Je le vis, pour la première fois, sur les marches de l'église Saint-Trophime a Arles. J'aimai tout de suite son air un peu fragile d'adolescent poussé trop vite. ...

1 page - 1,80 ¤

Décrivez un animal domestique

Un petit chat. La neige qui tombait sur la ville ce soir-là l'enveloppait d'un voile de silence. La nuit descendait; nous attendions notre père pour passer à table. La sonnerie retentit; je vais ouvrir, mon père entre; j'aperçois tout de suite le petit chat noir qu'il avait dans sa...

1 page - 1,80 ¤

Vous avez voyagé dans plusieurs pays étrangers. Quel est celui que vous préférez ? Pourquoi ?

|| VOYAGE AU CAMBODGE De l'aéroport au centre de la ville, la route est longue et à peine goudronnée; de chaque côté, des maisons sur pilotis se dressent çà et là. Bientôt nous voici en plein marécage. La route étant surélevée, nous dominons légèrement le vaste plan d'eau qui s'offre à nos yeux. C'est une immense réserve...

1 page - 1,80 ¤

DECRIVEZ UN VILLAGE

|| Chère Françoise, Ouf ! Juin approche; cette année encore, je passerai un mois chez mon grand-père à Ventron. C'est un tout petit village de montagne niché dans une vallée, au pied des Vosges et si plein de charmes. Si tu t'arrêtes un moment sur la place du village, tes yeux se posent au loin, en arrière des habitations,...

1 page - 1,80 ¤

Décrivez votre village natal dans une lettre à un ami

|| Mon village natal. Mon cher Ami, Voici enfin arrivée la période tant désirée des vacances. Comme chaque année, je n'ai pu résister au plaisir toujours renouvelé de venir me retremper dans le pays qui m'a vue naître. Ce matin, la pluie ne cesse de tomber et il m'est venu l'idée de t'écrire, peut-être parce...

1 page - 1,80 ¤

DÉCRIVEZ UNE GRANDE RUE ILLUMINÉE LA NUIT

C'est pour les fêtes de la Saint-Jean que nos petites rues s'illuminent de tous leurs lustres. Des techniciens munis d'échelles ont accroché -des rampes lumineuses dans les avenues et les rues principales. Le soir, les girandoles s'éclairent et le promeneur ne sait ce qu'il doit le plus admirer, des vitrines irradiées de néons ou des lampions multicolores. Un ruissellement...

1 page - 1,80 ¤

Décrivez une promenade au printemps à la campagne

Que de fois ai-je parcouru ce bon vieux chemin raboteux ! Je le connais si bien que les yeux mi-clos, je me fraie un pas- sage entre les taillis, ces arbustes qui griffe nt si méchamment le visage. A droite, au bord d'un ravin, une surprise m'attend. Avec les premiers rayons de soleil, de minuscules fraises sauvages ont...

1 page - 1,80 ¤

Vous êtes sur une plage ou dans une piscine: décrivez ce que vous voyez.

Enfin !... Je descendais du train; cette petite pancarte, si attendue depuis des jours et des jours, était là sous mes yeux. Non ! Je ne rêvais pas; j'étais bien à Saint-Maxime. Le soleil était au rendez-vous. J'allais pouvoir profiter pleinement de ce mois de vacances. J'avais décidé que ce serait un mois de repos et de calme. Je passerais...

2 pages - 1,80 ¤

Hernani: Acte I, scène 1 (Hugo)

Saragosse Une chambre à coucher. La nuit. Une lampe sur la table. Scène première. — Dolia Josefa Duarte, vieille, en noir, avec le corps de sa jupe cousu de jais, à la mode d'Isabelle la Catholique; Don Carlos. D011. A JOSEFA, seule : (Elle ferme les rideaux cramoisi.) de la...

2 pages - 1,80 ¤

Ruy Blas: Acte I, scène 3, v. 281 à v. 320 (Hugo)

Donne-moi ta main que je la serre, Comme en cet heureux temps de joie et de misère Où je vivais sans gîte, où le jour j'avais faim, Où j'avais froid la nuit, où j'étais libre enfin ! Quand tu me connaissais, j'étais un homme encore. Tous deux nés dans le peuple, — hélas c'était l'aurore ! — Nous nous...

2 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 903 904 905 906 907 908 909 910 911 912 913 914 915 916 917 918 919 920 921 922 923 924 925 926 927 928 929 930 931 932 933 934 935 936 937 938 939 940 941 942 943 944 945 946 947 948 949 950 951 952 953 954 955 956 957 958 959 960 961 962 963 964 965 966 967 968 969 970 971 972 973 974 975 976 977 978 979 980 981 982 983 984 985 986 987 988 989 990 991 992 993 994 995 996 997 998 999 1000 1001 1002

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit