LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
741 - Comment peut-on définir l'extrait suivant ? Du DEUIL QUE MENA GARGANTUA À LA MORT DE SA FEMME BADEBEC Quand Pantagruel fut né, qui fut bien ébahi et perplexe ? Ce fut Gargantua son père. Car, voyant d'un côté sa femme Badebec morte, et de l'autre son fils Pantagruel né, tant beau et tant grand, ne savait que dire ni que faire, et le doute qui troublait son entendement était à savoir s'il devait pleurer pour le deuil de sa femme, ou rire pour la joie de son fils. [...] «   Pleurerai-je ? disait-il. Oui, car pourquoi ? Ma tant bonne femme est morte, qui était la plus ceci, la plus cela qui fût au monde. Jamais je ne la verrai, jamais je n'en recouvrerai une telle : ce m'est une perte inestimable. Ô mon Dieu que t'avais-je fait pour ainsi me punir? Que n'envoyas-tu la mort à moi premier qu'à elle ? car vivre sans elle ne m'est que languir. Ha ! Badebec, ma mignonne, m'amie [...], ma tendrette, ma braguette, ma savate, ma pantoufle, jamais je ne te verrai. Ha ! pauvre Pantagruel, tu as perdu ta bonne mère, ta douce nourrice, ta dame très aimée ! [...] » Et, ce disant, pleurait comme une vache ; mais tout soudain riait comme un veau, quand Pantagruel lui venait en mémoire. «   Ho, mon petit fils, disait-il, mon couillon, mon peton, que tu es joli et tant je suis tenu à Dieu de ce qu'il m'a donné un si beau fils, tant joyeux, tant riant, tant joli. Ho, ho, ho, ho ! que je suis aise ! Buvons, ho ! laissons toute mélancolie ! Apporte du meilleur, rince les verres, boute la nappe, chasse ces chiens, souffle ce feu, allume la chandelle, ferme cette porte, taille ces soupes, envoie ces pauvres, baille-leur ce qu'ils demandent ! [...] » Ce disant, ouït la litanie [...] des prêtres qui portaient sa femme en terre [...] : «   Seigneur Dieu, faut-il que je me contriste encore ? Cela me fâche, je ne suis plus jeune, je deviens vieux [...] ! Ma femme est morte [...] je ne la ressusciterai pas par mes pleurs : elle est bien, elle est en paradis pour le moins [...]. Il me faut penser d'en trouver une autre. » François Rabelais, Pantagruel, chapitre 3, 1532.
A
a) Il s'agit d'une parodie de discours argumentatif.
B
b) Il s'agit d'un pastiche de discours délibératif
C
c) Il s'agit d'une caricature de raisonnement scientifique.
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : B
Correction :
réponse b) On reconnaît les marques du discours délibératif dans le fait que Gargantua analyse successivement une thèse (il doit pleurer pour le deuil de sa femme), son antithèse (il doit se réjouir de la naissance de son fils) et en tire une conclusion (il choisit de se réjouir). Néanmoins, le lecteur s'aperçoit vite qu'il ne s'agit que d'un pastiche du monologue délibératif hérité de l'Antiquité : Gargantua parsème sa réflexion de dénominations grotesques (« ma braguette, ma savate [...] mon couillon, mon peton »), et il se console bien trop vite ( « Il me faut penser d'en trouver une autre ») pour qu'on puisse le prendre réellement au sérieux. Les commentaires du narrateur ( « pleurait comme une vache [...] riait comme un veau ») achèvent de prouver qu'il s'agit d'un excellent pastiche de discours délibératif.


Les nouveautés du site

Le Père Goriot: la pension Vauquer (commentaire)

La pension tout entière part pour une aventure romanesque. À elle seule, elle constitue d'ailleurs un monde avec son étagement de fortunes, une société avec ses trois générations. La conformation pyramidale de la pension laisse déjà voir l'importance de l'argent dans Le Père Goriot. Les plus hauts perchés sont les plus démunis. ...

3 pages - 1,80 ¤

LE THÉÂTRE DANS LE PÈRE GORIOT

Balzac ne craint pas d'entrecouper son roman de longs passages dialogués en discours direct, quelquefois familiers. Les scènes de dîner de la pension Vauquer, extrêmement vivantes, entrecoupées de didascalies, pourraient très bien être interprétées sur scène. La dramatique de Jean-Louis Bory, réalisée en 1972, respecte d'ailleurs parfaitement les dialogues originaux. ...

1 page - 1,80 ¤

LE TEMPS DANS LE PÈRE GORIOT

Selon l'expression de Christian Metz citée par Gérard Genette : « Le récit est une séquence deux fois temporelle : il y a le temps de la chose-racontée et le temps du récit (temps du signifié et temps du signifiant). Cette dualité [...] nous invite à constater que l'une des fonctions du récit est de monnayer un temps...

2 pages - 1,80 ¤

EN QUOI LES PERSONNAGES DU PÈRE GORIOT SONT-ILS DES HÉROS DE LA SOLITUDE?

Toutes les grandes destinées du roman se font d'ailleurs sur le mode de l'incommunicable, de l'impartageable : Vautrin part en cellule, la vicomtesse part en exil, le père Goriot meurt. a Moi, je suis en enfer, et il faut que j'y reste » (p. 305), dit Rastignac à Bianchon. ...

2 pages - 1,80 ¤

L'ENTERREMENT DU PÈRE GORIOT - BALZAC (Commentaire)

« Cependant, au moment où le corps fut placé dans le corbillard, deux voitures armoriées, mais vides, celle du comte de Restaud et celle du baron de Nucingen, se présentèrent et suivirent le convoi jusqu'au Père-Lachaise. A six heures, le corps du père Goriot fut descendu dans sa fosse, autour de laquelle étaient les gens de ses filles,...

2 pages - 1,80 ¤

LES PERSONNAGES DANS LE PERE GORIOT DE BALZAC

||Ce personnage est né d'ailleurs avant Le Père Goriot dans La Peau de chagrin, roman de 1831, où il apparaissait comme un viveur cynique et désabusé. Au début de la rédaction du roman, le jeune héros du Père Goriot se nomme Eugène de Massiac. Puis Balzac décide d'identifier Eugène de Massiac avec Rastignac (au...

4 pages - 1,80 ¤

Gogol, Nouvelles de Petersbourg

Enfin le pauvre Akaky Akakiévitch mourut. On ne mit de scellés ni sur ses objets ni sur sa chambre, d'abord parce qu'il n'avait pas d'héritier, et ensuite parce qu'il ne laissait presque rien : un paquet de plumes d'oie, un cahier de papier à en-tête officiel, trois paires de chaussettes, deux ou trois boutons de culotte et le...

2 pages - 1,80 ¤

L'ARGENT chez GOGOL

||L'argent gouverne absolument tous les aspects de la vie moderne, dans la mesure où il permet de tout acheter.||...

2 pages - 1,80 ¤

LE FANTASTIQUE chez Gogol

La perte des repères — dimension caractéristique du fantastique — s'inscrit aussi dans la confusion opérée par le narrateur entre l'imaginaire et la réalité ou (ce couple est une variante du précédent) entre le rêve et l'état de veille. La confusion entre ces deux derniers états est développée dans Le Portrait et dans La Perspective Nevsky. ...

3 pages - 1,80 ¤

Acte II, scène 8- Giraudoux, Électre

ÉGISTHE. — Il est des vérités qui peuvent tuer un peuple, Électre. ÉLECTRE. — Il est des regards de peuple mort qui pour toujours étincellent. Plût au ciel que ce fût le sort d'Argos ! Mais, depuis la mort de mon père, depuis que le bonheur de notre ville est fondé sur l'injustice et...

2 pages - 1,80 ¤

Giraudoux, Électre: Acte II, scène 7

ÉGISTHE. — Ô puissances du monde, puisque je dois vous invoquer, à l'aube de ce mariage et de cette bataille, merci pour ce don que vous m'avez fait, tout à l'heure, de la colline qui surplombe Argos, à la seconde où le brouillard s'est évanoui. J'étais descendu de cheval, fatigué des patrouilles de la nuit, j'étais adossé au...

3 pages - 1,80 ¤

Extrait de l'Acte II, scène 5 (Giraudoux, Électre)

||||  ÉLECTRE. — Je n'attends plus rien, mais dix ans j'ai attendu mon père. Le seul bonheur que j'ai connu en ce monde est l'attente. CLYTEMNESTRE. — C'est un bonheur pour vierges. C'est un bonheur solitaire. ÉLECTRE. — Crois-tu ? A part toi, à part les hommes, il n'était rien dans le palais qui n'attendit mon...

2 pages - 1,80 ¤

Giraudoux, Électre: Acte II, scène 3

PREMIÈRE EUMÉNIDE. -Tu as raison. Nous savons à quoi tu penses. C'est magnifique, la royauté, Oreste ! Les jeunes filles dans les parcs royaux qui donnent du pain au cygne, cependant que de leur blouse pend le médaillon du roi Oreste, qu'elles embrassent à la dérobée. Le départ pour la guerre, avec les femmes sur les toits, avec...

2 pages - 1,80 ¤

Giraudoux, Électre: Extrait de l'Entracte : le «Lamento du Jardinier»

Giraudoux, Électre: Extrait de l'Entracte : le «Lamento du Jardinier» C'est cela que c'est, la Tragédie, avec ses incestes, ses parricides : de la pureté, c'est-à-dire en somme de l'innocence. Je ne sais si vous êtes comme moi ; mais moi, dans la Tragédie, la pharaonne qui se suicide me dit espoir, le maréchal qui trahit me dit foi,...

2 pages - 1,80 ¤

Giraudoux, Électre: Extrait de l'Acte I, scène 8

||||  ÉLECTRE. - C'est justement ce que je ne peux supporter d'elle, qu'elle m'ait mise au monde. C'est là ma honte. Il me semble que par elle je suis entrée dans la vie d'une façon équivoque et que sa maternité n'est qu'une complicité qui nous lie. J'aime tout ce qui, dans ma naissance, revient à...

2 pages - 1,80 ¤

Acte I, scène 4 (Giraudoux, Électre)

  LE JARDINIER. — Moi j'appelle cela le sourire d'Électre. CLYTEMNESTRE. — Le sourire à ta main sale, à tes ongles noirs... ÉLECTRE. — Cher jardinier... LE JARDINIER. — Mes ongles noirs ? Voilà que mes ongles sont noirs ! Ne la croyez pas, Électre. Vous tombez bien mal, reine, aujourd'hui. Car j'ai passé ce ...

2 pages - 1,80 ¤

Extrait de l'Acte I, scène 3 - Giraudoux, Électre

LE PRÉSIDENT. — Mais je me place au point de vue du destin même, Égisthe I... Ce n'est quand même pas une maladie !... Croyez-vous donc qu'il soit transmissible ! LE MENDIANT. — Oui. Comme la faim l'est chez les pauvres. LE PRÉSIDENT. — J'ai peine à croire qu'il se contente, au lieu d'une famille royale, de notre petit clan...

2 pages - 1,80 ¤

Giraudoux, Électre: Extrait de l'Acte I, scène 2

LE PRÉSIDENT. — Cette enfant elle-même voit le défaut de votre argument. Sur nos fautes, nos manques, nos crimes, si Jr la vérité, s'amasse journellement une triple couche de terre, qui étouffe leur pire virulence : l'oubli, la mort, et la justice des hommes. Il est fou de ne pas s'en remettre à ...

3 pages - 1,80 ¤

Giraudoux, Électre: Extrait de l'Acte I, scène 1

Giraudoux, Électre: Extrait de l'Acte I, scène 1 PREMIÈRE PETITE FILLE. — La reine Clytemnestre a mauvais teint. Elle se met du rouge. DEUXIÈME PETITE FILLE. — Elle a mauvais teint parce qu'elle a mauvais sommeil. TROISIÈME PETITE FILLE. — Elle a mauvais sommeil parce qu'elle a peur. PREMIÈRE PETITE FILLE....

2 pages - 1,80 ¤

Les Confessions, Livre IV: J'aime à marcher à mon aise, et m'arrêter quand il me plaît. La vie ambulante est celle qu'il me faut...

J'aime à marcher à mon aise, et m'arrêter quand il me plaît. La vie ambulante est celle qu'il me faut. Faire route à pied par un beau temps, dans un beau pays, sans être pressé, et avoir pour terme de ma course un objet agréable : voilà de toutes les manières de vivre celle qui est la plus...

2 pages - 1,80 ¤

ROUSSEAU - Les Confessions, Livre IV: On s'assemble pour exécuter ma pièce

On s'assemble pour exécuter ma pièce. J'explique à chacun le genre du mouvement, le goût de l'exécution, les renvois des parties; j'étais fort affairé. On s'accorde pendant cinq ou six minutes, qui furent pour moi cinq ou six siècles. Enfin, tout étant prêt, je frappe avec un beau rouleau de papier sur mon pupitre magistral les cinq ou...

2 pages - 1,80 ¤

Les Confessions, Livre III: Que le coeur me battit en approchant de la maison de Mme de Warens... au reste sans m'épargner ni m'excuser.

Alors qu'il se trouve à Turin en position de faire ; carrière dans la diplomatie, Jean-Jacques entreprend dans l'allégresse une extravagante traversée des Alpes en compagnie de Bâcle, un jeune aventurier. Mais aux aient ours d'Annecy, les deux amis se trouvent à court d'argent et Rousseau songe alors avec inquiétude à l'accueil que lui réservera Mme de Warens....

2 pages - 1,80 ¤

Les Confessions, Livre III: On donnait ce jour-là un grand dîner, où, pour la première fois, je vis avec beaucoup d'étonnement le maître d'hôtel servir l'épée au côté et le chapeau sur la tête.

On donnait ce jour-là un grand dîner, où, pour la première fois, je vis avec beaucoup d'étonnement le maître d'hôtel servir l'épée au côté et le chapeau sur la tête. Par hasard on vint à parler de la devise de la maison de Solar, qui était sur la tapisserie avec les armoiries : Tel fiert qui ne tue...

3 pages - 1,80 ¤

Les Confessions, Livre II: Que ceux qui nient la sympathie des âmes expliquent...

Que ceux qui nient la sympathie des âmes expliquent, s'ils peuvent, comment, de la première entrevue, du premier mot, du premier regard, Mme de Warens m'inspira non seulement le plus vif attache- ment, mais une confiance parfaite et qui ne s'est jamais démentie. Supposons que ce que j'ai senti pour elle fût véritablement de l'amour, ce qui paraîtra tout...

2 pages - 1,80 ¤

Les Confessions, Livre II: Autant le moment où l'effroi me suggéra le projet de fuir m'avait paru triste...

Autant le moment où l'effroi me suggéra le projet de fuir m'avait paru triste, autant celui où je l'exécutai me parut charmant. Encore enfant, quitter mon pays, mes parents, mes appuis, mes ressources; laisser un apprentissage à moitié fait, sans savoir mon métier assez pour en vivre ; me livrer aux horreurs de la misère sans voir aucun...

5 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 903 904 905 906 907 908 909 910 911 912 913 914 915 916 917 918 919 920 921 922 923 924 925 926 927 928 929 930 931 932 933 934 935 936 937 938 939 940 941 942 943 944 945 946 947 948 949 950 951 952 953 954 955 956 957 958 959 960 961 962 963 964 965 966 967 968 969 970 971 972 973 974 975 976 977 978 979 980 981 982 983 984 985 986 987 988 989 990 991 992 993 994 995 996 997 998 999 1000 1001 1002

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit