LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
741 - Comment peut-on définir l'extrait suivant ? Du DEUIL QUE MENA GARGANTUA À LA MORT DE SA FEMME BADEBEC Quand Pantagruel fut né, qui fut bien ébahi et perplexe ? Ce fut Gargantua son père. Car, voyant d'un côté sa femme Badebec morte, et de l'autre son fils Pantagruel né, tant beau et tant grand, ne savait que dire ni que faire, et le doute qui troublait son entendement était à savoir s'il devait pleurer pour le deuil de sa femme, ou rire pour la joie de son fils. [...] «   Pleurerai-je ? disait-il. Oui, car pourquoi ? Ma tant bonne femme est morte, qui était la plus ceci, la plus cela qui fût au monde. Jamais je ne la verrai, jamais je n'en recouvrerai une telle : ce m'est une perte inestimable. Ô mon Dieu que t'avais-je fait pour ainsi me punir? Que n'envoyas-tu la mort à moi premier qu'à elle ? car vivre sans elle ne m'est que languir. Ha ! Badebec, ma mignonne, m'amie [...], ma tendrette, ma braguette, ma savate, ma pantoufle, jamais je ne te verrai. Ha ! pauvre Pantagruel, tu as perdu ta bonne mère, ta douce nourrice, ta dame très aimée ! [...] » Et, ce disant, pleurait comme une vache ; mais tout soudain riait comme un veau, quand Pantagruel lui venait en mémoire. «   Ho, mon petit fils, disait-il, mon couillon, mon peton, que tu es joli et tant je suis tenu à Dieu de ce qu'il m'a donné un si beau fils, tant joyeux, tant riant, tant joli. Ho, ho, ho, ho ! que je suis aise ! Buvons, ho ! laissons toute mélancolie ! Apporte du meilleur, rince les verres, boute la nappe, chasse ces chiens, souffle ce feu, allume la chandelle, ferme cette porte, taille ces soupes, envoie ces pauvres, baille-leur ce qu'ils demandent ! [...] » Ce disant, ouït la litanie [...] des prêtres qui portaient sa femme en terre [...] : «   Seigneur Dieu, faut-il que je me contriste encore ? Cela me fâche, je ne suis plus jeune, je deviens vieux [...] ! Ma femme est morte [...] je ne la ressusciterai pas par mes pleurs : elle est bien, elle est en paradis pour le moins [...]. Il me faut penser d'en trouver une autre. » François Rabelais, Pantagruel, chapitre 3, 1532.
A
a) Il s'agit d'une parodie de discours argumentatif.
B
b) Il s'agit d'un pastiche de discours délibératif
C
c) Il s'agit d'une caricature de raisonnement scientifique.
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : B
Correction :
réponse b) On reconnaît les marques du discours délibératif dans le fait que Gargantua analyse successivement une thèse (il doit pleurer pour le deuil de sa femme), son antithèse (il doit se réjouir de la naissance de son fils) et en tire une conclusion (il choisit de se réjouir). Néanmoins, le lecteur s'aperçoit vite qu'il ne s'agit que d'un pastiche du monologue délibératif hérité de l'Antiquité : Gargantua parsème sa réflexion de dénominations grotesques (« ma braguette, ma savate [...] mon couillon, mon peton »), et il se console bien trop vite ( « Il me faut penser d'en trouver une autre ») pour qu'on puisse le prendre réellement au sérieux. Les commentaires du narrateur ( « pleurait comme une vache [...] riait comme un veau ») achèvent de prouver qu'il s'agit d'un excellent pastiche de discours délibératif.


Les nouveautés du site

Paul Scarron: Sur Paris

Un amas confus de maisons, Des crottes dans toutes les rues, Ponts, églises, palais, prisons, Boutiques, bien ou mal pourvues ; Force gens noirs, blancs, roux, grisons, Des prudes, des filles perdues, Des meurtres et des trahisons, Des gens de plume aux mains crochues ; Maint poudré qui n'a point d'argent, Maint homme qui craint le sergent, Maint fanfaron qui toujours tremble; Pages, laquais,...

2 pages - 1,80 ¤

Saint-Amant: L'Hiver des Alpes

Ces atomes de feu qui sur la neige brillent, Ces étincelles d'or, d'azur et de cristal Dont l'hiver, au soleil, d'un lustre oriental Pare ses cheveux blancs que les vents éparpillent ; Ce beau coton du ciel de quoi les monts s'habillent, Ce pavé transparent fait du second métal, Et cet air net et sain, propre à l'esprit vital, Sont si doux à...

2 pages - 1,80 ¤

François Mainard: Un Nouveau Riche

Pierre qui, durant sa jeunesse, Fut un renommé savetier, Est superbe de sa richesse Et honteux de son vieux métier. Ce fortuné marchand de bottes Possède un parc, près de chez moi, Dont les fontaines et les grottes Sont dignes des maisons du roi. Je suis confus lorsque je pense Qu'il y fait creuser un canal Dont la magnifique dépense Etonnerait le...

2 pages - 1,80 ¤

François de Malherbe : Beaux et grands bâtiments d'éternelle structure

Beaux et grands bâtiments d'éternelle structure, Superbes de matière, et d'ouvrages divers, Où te plus digne roi qui soit en l'univers Aux miracles de l'art fait céder la nature. Beau parc, et beaux jardins, qui dans votre clôture, Avez toujours des fleurs, et des ombrages verts, Non sans quelque démon qui défend aux hivers D'en effacer jamais l'agréable peinture. Lieux qui donnez...

2 pages - 1,80 ¤

Théodore Agrippa d'Aubigné: Combattu des vents et des flots

Combattu des vents et des flots, Voyant tous les jours ma mort prête, Et aboyé d'une tempête D'ennemis, d'aguets, de complots, Me réveillant à tous propos, Mes pistolets dessous ma tête, L'amour me fait faire le poète, Et les vers cherchent le repos. Pardonne-moi, chère maîtresse, Si mes vers sentent la détresse, Les soldats, la peine et l'émoi : Car, depuis qu'en...

2 pages - 1,80 ¤

Etienne de La Boétie : Quand tes yeux conquérants étonné je regarde

Quand tes yeux conquerans estonné je regarde, J'y veoy dedans à clair tout mon espoir escript : J'y veoy dedans amour, lui nnesme qui me rit Et m'y monstre mignard le bon heur qu'il me garde. Mais quand de te parler par fois je me hazarde, C'est lors que mon espoir desseiché se tarit. Et d'avouer jamais ton oeil, qui me...

2 pages - 1,80 ¤

Etienne Jodelle: 0 Traîtres vers, trop traîtres contre moi

0 Traistres vers, trop traistres contre moy, Qui souffle en vous une immortelle vie, Vous m'apastez, et croissez mon envie, Me déguisant tout ce que j'aperçoy. Je ne voy rien dedans elle pourquoy A l'aimer tant ma rage me convie : Mais nonobstant ma pauvre ame asservie Ne me la feint telle que je la voy. C'est donc par vous, c'est par...

2 pages - 1,80 ¤

Claude Joseph Dorat : A Mademoiselle

A Mademoiselle De contrastes charmants quel piquant assemblage ! Frivole aujourd'hui, demain sage, Vous occupez l'esprit et le coeur tour à tour. Chez vous, chaque instant, chaque jour, Voit naître une métamorphose ; Vous désolez gaîment ceux qui vous font la cour, Et même vos refus accordent quelque chose. Vous pensez, vous riez, vous êtes un lutin Qu'on ne conçoit pas et qu'on...

2 pages - 1,80 ¤

Jacques Delille: L'Homme des champs

0 champs de la Limagne ! ô fortuné séjour ! Hélas ! j'y revolais après vingt ans d'absence : A peine le Mont d'Or, levant son front immense, Dans un lointain obscur apparut à mes yeux, Tout mon coeur tressaillit, et la beauté des cieux, Et les riches coteaux, et la plaine riante, Mes yeux ne voyaient rien ; mon...

2 pages - 1,80 ¤

Jacques Delille: Les Jardins (extrait)

Les Jardins (extrait) Remarquez-les surtout lorsque le pâle automne Près de la voir flétrir, embellit sa couronne ; Que de variétés, que de pompe et d'éclat Le pourpre, l'orangé, l'opale, l'incarnat, De leurs riches couleurs étalent l'abondance. Hélas ! tout cet éclat marque leur décadence. Tel est le sort commun. Bientôt les aquilons Des dépouilles des bois vont joncher les vallons...

2 pages - 1,80 ¤

Jean Antoine Roucher : Les Mois : mars

Grossis par le torrent des neiges écoulées, Les fleuves vagabonds roulent dans les vallées ; Et les rochers de glace aux Alpes suspendus, Sous un ciel plus propice amollis et fondus, Se changent en vapeurs, et pèsent sur nos têtes. La mer gronde ; les vents précurseurs des tempêtes Courent d'un pôle à l'autre, et tourmentant les flots, Entourent de la...

2 pages - 1,80 ¤

Jean-François de Saint-Lambert - Les Saisons

Les Saisons (extrait) Je chante les saisons, et la marche féconde Du globe lumineux qui les dispense au monde ; Du Dieu qui le conduit j'annonce la bonté ; Il prépare au printemps les trésors de l'été ; L'automne les enlève aux campagnes fertiles, Et l'hiver en tribut les reçoit dans nos villes. 0 toi, qui de l'espace as peuplé les déserts,...

2 pages - 1,80 ¤

VOLTAIRE: Poème sur le désastre de Lisbonne (ou examen de cet axiome : Tout est bien)

Poème sur le désastre de Lisbonne (ou examen de cet axiome : Tout est bien) 0 malheureux mortels ! ô terre déplorable ! 0 de tous les fléaux assemblage effroyable ! D'inutiles douleurs éternel entretien ! Philosophes trompés qui criez : « Tout est bien » ; Accourez, contemplez ces ruines affreuses, Ces débris, ces lambeaux, ces cendres malheureuses, Ces femmes,...

3 pages - 1,80 ¤

Jean-Baptiste Rousseau - Stances

Stances Que l'homme est bien, durant sa vie, Un parfait miroir de douleurs, Dès qu'il respire, il pleure, il crie Et semble prévoir ses malheurs. Dans l'enfance toujours des pleurs, Un pédant porteur de tristesse, Des livres de toutes couleurs, Des châtiments de toute espèce. L'ardente et fougueuse jeunesse Le met encore en pire état. Des créanciers, une maîtresse, Le tourmentent comme un forçat. Dans l'âge...

2 pages - 1,80 ¤

Bérénice (acte IV, scène 4)

Hé bien, Titus, que viens-tu faire ? Bérénice t'attend. Où viens-tu, téméraire ? Tes adieux sont-ils prêts ? T'es-tu bien consulté ? Ton c½ur te promet-il assez de cruauté ? Car enfin au combat, qui pour toi se prépare, C'est peu d'être constant, il faut être barbare. Soutiendrai-je ces yeux dont la douce langueur, Sait si bien découvrir les chemins de mon...

2 pages - 1,80 ¤

Jean Racine: Bérénice (acte I, scène 5)

Le temps n'est plus, Phénice, où je pouvais trembler. Titus m'aime, il peut tout, il n'a plus qu'à parler. Il verra Le sénat m'apporter ses hommages, Et Le peuple de fleurs couronner ses images. De cette nuit, Phénice, as-tu vu la splendeur ? Tes yeux ne sont-ils pas tout pleins de sa grandeur ? Ces flambeaux, ce bûcher, cette nuit enflammée, Ces...

2 pages - 1,80 ¤

Yves Bonnefoy : Anti-Platon

Yves Bonnefoy est né à Tours. Il obtient son baccalauréat en 1941 et entre en classe préparatoire où il étudie les mathématiques. En 1948, en licence de philosophie, il suit les cours de Jean Hyppolite et de Gaston Bachelard. Dans les années 50 et 60, il publie les divers recueils qui, plus tard, composeront le volume des Poèmes....

2 pages - 1,80 ¤

Eugène Guillevic: Euclidiennes

Yves Bonnefoy est né à Tours. Il obtient son baccalauréat en 1941 et entre en classe préparatoire où il étudie les mathématiques. En 1948, en licence de philosophie, il suit les cours de Jean Hyppolite et de Gaston Bachelard. Dans les années 50 et 60, il publie les divers recueils qui, plus tard, composeront le volume des Poèmes....

2 pages - 1,80 ¤

Francis Ponge : La Guêpe

Né à Montpellier dans une famille protestante, Francis Ponge aime, enfant, à se plonger dans le Littré, dictionnaire de langue qui l'accompagnera tout au long de sa carrière poétique. Plus tard, il adhère au parti communiste (1937) et participe activement à la Résistance. Il quittera le parti en 1947 et sera gaulliste dans les années 70. ...

2 pages - 1,80 ¤

René Char: La Paroi et la Prairie

La scène que Char baptise Homme-Oiseau mort et bison mourant laisse filtrer « le frisson des forces sacrées, ces forces qui, par l'horreur et la terreur, ouvrent l'homme à des régions étrangères » (Maurice Blanchot). Ce que Blanchot désigne par les expressions « l'inconnu » et « des régions étrangères », c'est le mystère de nos origines. La...

2 pages - 1,80 ¤

Antonin Artaud: Le Pèse-Nerfs

Dans L'Ombilic des limbes, il voit son oeuvre comme « une porte simplement abouchée avec la réalité ». Effectivement, le mal qui le démolit n'a rien d'abstrait. Un texte de L'Ombilic des limbes, intitulé Description d'un état physique, nous montre des « muscles tordus », un « engourdissement localisé à la peau », « une espèce de rupture...

2 pages - 1,80 ¤

André Breton : Tournesol - L'Amour fou

||Tournesol La voyageuse qui traverse les Halles à la tombée de l'été Marchait sur la pointe des pieds Le désespoir roulait au ciel ses grands arums si beaux Et dans le sac à main il y avait mon rêve ce flacon de sels Que seule a respiré la marraine de Dieu Les torpeurs se déployaient comme la buée Au Chien qui fume Ou venaient d'entrer le...

2 pages - 1,80 ¤

Guillaume Apollinaire - Rhénanes - Alcools

||Dans cette partie du recueil Alcools, l'élément central est le Rhin. Le fleuve traverse une région dont il façonne le paysage et les habitants. Le Rhin est toujours présent, il est comme l'âme de la région.||...

2 pages - 1,80 ¤

Les aspects comiques d'une pièce de théâtre ne servent-ils qu'à faire rire ?

Note : 8/10

Victor Hugo a dit : « Faire rire c'est faire oublier. Quel bienfaiteur sur la terre, qu'un distributeur d'oubli ! » dans l'Homme qui rit. Il pense donc que lorsque l'on rit, on oublie toute pensée intempestive qui interfère avec la raison de ce rire. C'est-à-dire qu'il ne voit que le côté premier du rire, le côté farceur...

3 pages - 1,80 ¤

La jeunesse suffit-elle au bonheur ?

Note : 8/10

Voici un sujet très vaste sur un thème encore abstrait pour vous : il n'est pas commode en effet d'évaluer les avantages de la jeunesse quand on n'a pas vraiment de recul. Pour bien argumenter votre réflexion, vous devrez donc faire l'effort d'adopter un point de vue chronologique différent du vôtre, et de vous placer, à certains moments,...

1 page - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 903 904 905 906 907 908 909 910 911 912 913 914 915 916 917 918 919 920 921 922 923 924 925 926 927 928 929 930 931 932 933 934 935 936 937 938 939 940 941 942 943 944 945 946 947 948 949 950 951 952 953 954 955 956 957 958 959 960 961 962 963 964 965 966 967 968 969 970 971 972 973 974 975 976 977 978 979 980 981 982 983 984 985 986 987 988 989 990 991 992 993 994 995 996 997 998 999 1000 1001 1002

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit