LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
777 - En quoi l'extrait suivant illustre-t-il le rejet de la narration classique théorisée par le courant du Nouveau Roman ? Ce prince était un chef-d'oeuvre de la nature ; ce qu'il avait de moins admirable était d'être l'homme du monde le mieux fait et le plus beau. Ce qui le mettait au-dessus des autres était une valeur incomparable, et un agrément dans son esprit, dans son visage et dans ses actions, que l'on n'a jamais vu qu'à lui seul ; il avait un enjouement qui plaisait également aux hommes et aux femmes, une adresse extraordinaire dans tous ses exercices, une manière de s'habiller qui était toujours suivie de tout le monde, sans pouvoir être imitée, et enfin, un air dans toute sa personne, qui faisait qu'on ne pouvait regarder que lui dans tous les lieux où il paraissait. Il n'y avait aucune dame dans la cour, dont la gloire n'eût été flattée de le voir attaché à elle [...]. Mme de Lafayette, La Princesse de Clèves, 1678.
A
a) La syntaxe adoptée est trop classique.
B
b) Le personnage décrit est trop éloigné de
C
c) L'intrigue se déroule à la cour de France.
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : B
Correction :
réponse b) Un des reproches adressés au roman traditionnel par les romanciers du début du XXe siècle est de proposer des schémas narratifs invraisemblables, car centrés sur des personnages qui n'ont rien en commun avec le lecteur. Certes, les critiques ciblèrent principalement sur le roman de type balzacien, mais on retrouve ici, dans ce roman typique des moeurs du classicisme français, le même type d'éléments : un personnage idéal au sens propre du terme, adulé de toute la cour, hommes comme femmes, n'ayant absolument aucun défaut, bref un être auquel le lecteur moderne ne peut croire et encore moins s ' identifier.


Les nouveautés du site

Le temps et l'espace dans Le Chevalier à La Charrette de Chrétien de Troyes

La conception que le Moyen Âge a des structures spatio-temporelles est souvent très différente de celle de l'époque moderne, comme le démontre La Charrette. ...

2 pages - 1,80 ¤

La rhétorique dans Le Chevalier à La Charrette de Chrétien de Troyes

Au XIIe siècle, l'émergence d'une littérature en langue vulgaire, « romane », passe non seulement par le développement d'un réseau thématique, mais par l'acquisition, et partiellement la transposition d'une rhétorique adaptée aux nouveaux genres en cours de formation. ...

2 pages - 1,80 ¤

Le merveilleux dans Le Chevalier à La Charrette de Chrétien de Troyes

Comme souvent chez Chrétien de Troyes, une certaine ambiguïté plane sur le Chevalier de la Charrette : il est d'emblée apparent que le roman est tout rempli de « merveilleux », mais il est difficile en même temps de mettre le doigt sur des éléments spécifiquement surnaturels. ...

2 pages - 1,80 ¤

Le mythe de la « fin'amor »

L'innovation la plus spectaculaire du nouveau genre littéraire qu'on appelle le roman est l'introduction dans le récit de personnages féminins destinés à jouer un rôle important, et la mise en place de l'amour comme ressort essentiel de l'action, en vertu de principes idéologiques originaux récemment apparus en France du Nord. ...

2 pages - 1,80 ¤

La légende arthurienne

Arthur, rex quondam rexque futurus (« roi de jadis et roi à venir », comme disent les chroniques du Moyen Âge), occupe une place importante dans l\'imaginaire médiéval. Chrétien de Troyes, tout en réemployant un matériau déjà disponible en son temps, sait s\'en libérer et s\'en servir essentiellement comme d\'un cadre connu qui autorise le consensus entre lecteur...

11 pages - 1,80 ¤

Le roman au XIIe siècle

D'une certaine manière, Chrétien de Troyes constitue le premier exemple de « romancier » de la littérature médiévale, après une disparition presque totale du genre pendant plusieurs siècles. Mais au MF siècle, le terme « roman » désigne avant tout une langue qui se distingue du latin pour produire une littérature nouvelle par ses thèmes autant que par...

2 pages - 1,80 ¤

« Une partie de campagne » de Maupassant (synthèse littéraire)

Dans la continuité de Schopenhauer, Maupassant distingue l'artiste des autres hommes : lui seul parvient à s'élever jusqu'à la contemplation de la comédie humaine et, par son talent, il arrive à la représenter, à la transformer en tableau. C'est donc à partir d'un point de vue foncièrement pessimiste que Maupassant considère la réalité extérieure pour la transformer en...

2 pages - 1,80 ¤

Maupassant et l'éternel féminin

Chez Maupassant, le féminin regroupe des caractéristiques traditionnelles : la misogynie de l'auteur s'exprime au travers de la reprise de thèmes éculés qui, néanmoins, par leur récurrence même, semblent témoigner d'une nostalgie de l'harmonie perdue du couple. Bien des nouvelles de l'auteur témoignent, en effet, de la difficulté rencontrée par l'amant dès lors qu'il tente de pénétrer la...

1 page - 1,80 ¤

Maupassant et l'impressionnisme

Gustave Maupassant peignait et exposa ses toiles au Salon des artistes français. Adolescent, Guy aperçoit Corot près des falaises d'Étretat. À dix-huit ans, il rencontre Courbet. En 1885, il visite la côte normande en compagnie de Monet (voir « La Vie d'un paysagiste », Gil Blas, 28 septembre 1886). Il rencontre Renoir au moment où le peintre réalise...

1 page - 1,80 ¤

Le temps dans « Une partie de campagne » de Maupassant

« Une partie de campagne » donne à voir un drame psychologique qui se déroule en deux temps : celui de l'anecdote et celui du sens quasiment existentiel. En effet, la narration synthétise tous les éléments d'une aventure inoubliable. Elle alimente la mémoire des amants, qui ne prendront conscience que plus tard de l'importance de leur relation. ...

1 page - 1,80 ¤

L'espace dans « Une partie de campagne » de Maupassant

L'île privilégie la thématique de la clôture en développant l'archétype (la représentation formelle transhistorique) du verger d'amour courtois ; en outre, les lianes inextricables accentuent l'impression de retourner au substrat primitif de la terre antique....

1 page - 1,80 ¤

Le réalisme dans «Une partie de campagne» MAUPASSANT

Gardons-nous de créditer le terme réalisme d'une signification absolue : il serait naïf d'imaginer que Balzac ou Flaubert ne cherchent qu' à copier la réalité en elle-même : ils veulent exprimer sa signification profonde. L'écrivain adopte un point de vue particulier qui témoigne de sa façon personnelle d'envisager et de ressentir la réalité. L'analyse de son art narratif...

4 pages - 1,80 ¤

Le schéma dramatique de «Une partie de campagne» - MAUPASSANT

Texte bref, « Une partie de campagne » commence sur le mode comique pour se terminer de manière tragique : la nouvelle suit un schéma dramatique qui traduit surtout la conception pessimiste et paradoxale de la réalité propre à l'auteur. Pour Maupassant comme pour le naturaliste Zola, les hommes subissent les lois d'une fatalité fondée sur les rapports...

2 pages - 1,80 ¤

La bêtise dans «Une partie de campagne» MAUPASSANT

Avec le XIXe siècle, siècle par excellence de la bourgeoisie, apparaît la critique de cette catégorie sociale triomphante taxée de bêtise par Stendhal et plus encore par Flaubert, pour qui la bêtise naît de l'asservissement au stéréotype, de l'incapacité à penser soi-même. Maupassant s'inscrit dans la continuité de cette dénonciation du lieu commun, qui n'est pas forcément le...

2 pages - 1,80 ¤

L'imaginaire du désir dans «Une partie de campagne» MAUPASSANT

En général, les personnages de Maupassant deviennent les victimes de leur sentimentalisme. Ces avatars de Mme Bovary confondent le désir avec leur représentation de l'amour idéal. Dans « Une partie de campagne », à long terme, le souvenir d'une folle étreinte se substitue aux représentations romanesques d'Henriette. Maupassant montre comment l'irruption du désir répond à des sollicitations diverses...

2 pages - 1,80 ¤

La loi de l'instinct dans «Une partie de campagne» MAUPASSANT

« Une partie de campagne » illustre la vision du monde sensible spécifique de Maupassant. Pour lui, la prétendue nature morale de l'homme relève de la convention : tous les comportements obéissent à la grande loi biologique de l'instinct. Ce présupposé fonde une typologie du désir, qui s'exprime diversement chez les hommes et les femmes mais renvoie tous...

2 pages - 1,80 ¤

Le mariage et le bonheur dans «Une partie de campagne» MAUPASSANT

Édifié par les relations de son père et sa mère, Maupassant rejette la famille et multiplie les liaisons, bien que ses textes témoignent de son obsession de la paternité. Son pessimisme puise dans la tradition réaliste des justifications à ses préventions contre une institution sociale selon lui étrangère à la quête du bonheur. « Une partie de campagne...

2 pages - 1,80 ¤

La famille Dufour - «Une partie de campagne» MAUPASSANT

Dans « Une partie de campagne », Maupassant, aisément misogyne, affirme une certaine sympathie pour ses personnages féminins Mais il charge moins les hommes qu'une certaine catégorie sociale : les boutiquiers à l'esprit étroit. Avec les Dufour, il saisit des types biologiques et sociaux. ...

2 pages - 1,80 ¤

La vie est un songe (analyse)

||Le Sigismond de Calderón n'est pas devenu une figure mythique de l'Occident comme le Dom Juan de Tirso de Molina. Pourtant, La vie est un songe a connu très tôt un succès européen. Dès 1654, celle-ci est traduite aux Pays-Bas sous le titre de Sigismond, prince de Pologne, par Schouwenbergh.||...

6 pages - 1,80 ¤

Le personnage de Sigismond dans La Vie est un songe de Calderón

Quand Sigismond est né, une éclipse de soleil a bouleversé la nature : sa mère a eu un songe prémonitoire, avant la naissance de Sigismond, elle s\'est représenté un « monstre à forme humaine» (v. 672) et à la naissance, Sigismond donne «la mort à sa mère». Averti par les astres de la cruauté prévisible de son fils,...

4 pages - 1,80 ¤

Le théâtre de Calderón et le baroque européen au XVIIe siècle

|| L'oeuvre de Calderón est indissociable du grand mouvement de renaissance du théâtre qui commence à se produire à la fin du XVIe siècle et se développe dans la première moitié du XVIIe siècle. Les salles de théâtre fleurissent : la première salle apparaît en Espagne, à Madrid, en 1568, en Angleterre en 1576.  ||...

2 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 903 904 905 906 907 908 909 910 911 912 913 914 915 916 917 918 919 920 921 922 923 924 925 926 927 928 929 930 931 932 933 934 935 936 937 938 939 940 941 942 943 944 945 946 947 948 949 950 951 952 953 954 955 956 957 958 959 960 961 962 963 964 965 966 967 968 969 970 971 972 973 974 975 976 977 978 979 980 981 982 983 984 985 986 987 988 989 990 991 992 993 994 995 996 997 998 999 1000 1001 1002

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit