LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
741 - Comment peut-on définir l'extrait suivant ? Du DEUIL QUE MENA GARGANTUA À LA MORT DE SA FEMME BADEBEC Quand Pantagruel fut né, qui fut bien ébahi et perplexe ? Ce fut Gargantua son père. Car, voyant d'un côté sa femme Badebec morte, et de l'autre son fils Pantagruel né, tant beau et tant grand, ne savait que dire ni que faire, et le doute qui troublait son entendement était à savoir s'il devait pleurer pour le deuil de sa femme, ou rire pour la joie de son fils. [...] «   Pleurerai-je ? disait-il. Oui, car pourquoi ? Ma tant bonne femme est morte, qui était la plus ceci, la plus cela qui fût au monde. Jamais je ne la verrai, jamais je n'en recouvrerai une telle : ce m'est une perte inestimable. Ô mon Dieu que t'avais-je fait pour ainsi me punir? Que n'envoyas-tu la mort à moi premier qu'à elle ? car vivre sans elle ne m'est que languir. Ha ! Badebec, ma mignonne, m'amie [...], ma tendrette, ma braguette, ma savate, ma pantoufle, jamais je ne te verrai. Ha ! pauvre Pantagruel, tu as perdu ta bonne mère, ta douce nourrice, ta dame très aimée ! [...] » Et, ce disant, pleurait comme une vache ; mais tout soudain riait comme un veau, quand Pantagruel lui venait en mémoire. «   Ho, mon petit fils, disait-il, mon couillon, mon peton, que tu es joli et tant je suis tenu à Dieu de ce qu'il m'a donné un si beau fils, tant joyeux, tant riant, tant joli. Ho, ho, ho, ho ! que je suis aise ! Buvons, ho ! laissons toute mélancolie ! Apporte du meilleur, rince les verres, boute la nappe, chasse ces chiens, souffle ce feu, allume la chandelle, ferme cette porte, taille ces soupes, envoie ces pauvres, baille-leur ce qu'ils demandent ! [...] » Ce disant, ouït la litanie [...] des prêtres qui portaient sa femme en terre [...] : «   Seigneur Dieu, faut-il que je me contriste encore ? Cela me fâche, je ne suis plus jeune, je deviens vieux [...] ! Ma femme est morte [...] je ne la ressusciterai pas par mes pleurs : elle est bien, elle est en paradis pour le moins [...]. Il me faut penser d'en trouver une autre. » François Rabelais, Pantagruel, chapitre 3, 1532.
A
a) Il s'agit d'une parodie de discours argumentatif.
B
b) Il s'agit d'un pastiche de discours délibératif
C
c) Il s'agit d'une caricature de raisonnement scientifique.
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : B
Correction :
réponse b) On reconnaît les marques du discours délibératif dans le fait que Gargantua analyse successivement une thèse (il doit pleurer pour le deuil de sa femme), son antithèse (il doit se réjouir de la naissance de son fils) et en tire une conclusion (il choisit de se réjouir). Néanmoins, le lecteur s'aperçoit vite qu'il ne s'agit que d'un pastiche du monologue délibératif hérité de l'Antiquité : Gargantua parsème sa réflexion de dénominations grotesques (« ma braguette, ma savate [...] mon couillon, mon peton »), et il se console bien trop vite ( « Il me faut penser d'en trouver une autre ») pour qu'on puisse le prendre réellement au sérieux. Les commentaires du narrateur ( « pleurait comme une vache [...] riait comme un veau ») achèvent de prouver qu'il s'agit d'un excellent pastiche de discours délibératif.


Les nouveautés du site

Prologue d'Antigone D'Anouilh

Représentée pour la première fois à Paris le 4 février 1944 pendant la pleine occupation Allemande, Antigone d'Anouilh est une pièce de théâtre tragique inspirée de la pièce de l'auteur grec Sophocle. Cependant, cet auteur contemporain, Anouilh, a choisit de réécrire cette pièce en la modernisant totalement. La pièce d'Anouilh fut un réel succès malgré le fait que...

3 pages - 1,80 ¤

En quoi "En attendant Godot" révèle t-il du théâtre de l'absurde ?

||Beckett fait partie du groupe de dramaturges de ce qu'on appelle « le théâtre de l'absurde « (Sartre, Ionesco, Camus, Genet...) . En latin, « absurdus « qualifie ce qui est dissonant, discordant, contraire aux lois de la logique et à ce qui devrait être. C'est un théâtre très marqué par son époque. Après...

2 pages - 1,80 ¤

Analyse des Yeux d'Elsa (Aragon)

||Ce souci de la forme n'est jamais gratuit. S'il y a une originalité d'Aragon, elle est dans cette alliance entre un recours, désormais assumé comme tel, à des techniques qu'il avait rejetées naguère, et une intention qui se veut toujours claire. La réponse à J. Bousquet qui clôt le recueil est sans ambiguïté :...

2 pages - 1,80 ¤

Le temps dans Les Yeux d'Elsa

|| Le temps aragonien est ambivalent, déchirement et certitude d'un sens inhérent à l'expérience personnelle et collective. ||...

1 page - 1,80 ¤

Place et rôle de la femme dans les Yeux d'Elsa d'Aragon

Comme les grands poètes du passé, Aragon chante la femme aimée. Cependant cette évocation tire sa force et son originalité de la place particulière qu'elle occupe pour lui, aux confins de la vie privée et de l'Histoire. ...

1 page - 1,80 ¤

Elsa, de la femme réelle au mythe poétique

Elsa apparaît inséparable de celui qui l'a chantée, formant avec lui un couple légendaire qui rejoint Pétrarque et Laure, Béatrice et Dante. Même si la réalité ne fut pas toujours à la hauteur du mythe poétique. ...

2 pages - 1,80 ¤

La poétique d'Aragon

Les Yeux d'Elsa prolonge les recherches entreprises dans le Crève-coeur. Un tournant, amorcé en 1932, se confirme avec la guerre : aux audaces de la jeunesse surréaliste a succédé une prise de conscience, personnelle et politique. Derrière un apparent retour à la versification classique se dessine une évolution qui allie tradition et modernité. ...

2 pages - 1,80 ¤

Aragon

Louis Aragon naît à Paris le 3 octobre 1897. Il est le fils naturel de Marguerite Toucas et de Louis Andrieux, personnalité politique influente de la Ille République. Dès le début, la vie d'Aragon sera placée sous le signe du mensonge : l'enfant est en effet présenté comme l'enfant adoptif de sa grand-mère et donc le frère de...

4 pages - 1,80 ¤

Electre (Acte II, scène 8) - Giraudoux

I - QUESTIONS D'OBSERVATION Quelles thèses défendent respectivement Égisthe et Électre ? Égisthe pense que l'idéal de justice et de vérité d'Électre peut accepter la compromission. Électre affirme que la justice et la vérité l'emportent sur toute autre considération, y compris la sauvegarde de la patrie. ...

1 page - 1,80 ¤

Electre (Acte II, scène 10) - Giraudoux

  UN SERVITEUR: Fuyez, vous autres, le palais brûle ! PREMIÈRE EUMÉNIDE : C'est la lueur qui manquait à Électre. Avec le jour et la vérité, l'incendie lui en fait trois. DEUXIÈME EUMÉNIDE : Te voilà satisfaite, Électre ! La ville meurt ! ÉLECTRE : Me voilà satisfaite. Depuis une minute, je sais qu'elle renaîtra. TROISIÈME...

2 pages - 1,80 ¤

Électre (Acte II, scène 8) - Giraudoux

  CLYTEMNESTRE : Oui, je le haïssais. Oui, tu vas savoir enfin ce qu'il était, ce père admirable I Oui, après vingt ans, je vais m'offrir la joie que s'est offerte Agathe !... Une femme est à tout le monde. Il y a tout juste au monde un homme auquel elle ne soit pas. Le...

2 pages - 1,80 ¤

Electre (Acte II, scène 8) - Giraudoux

ÉGISTHE : Et cette justice qui te fait brûler ta ville, condamner ta race, tu oses dire qu'elle est la justice des dieux ? ÉLECTRE : Je m'en garde. Dans ce pays qui est le mien on ne s'en remet pas aux dieux du soin de la justice. Les dieux ne sont que des artistes....

2 pages - 1,80 ¤

Électre (Acte II, scène 6) - Giraudoux

Note : 8/10

LE PRÉSIDENT : Voilà ton ouvrage, Électre. Ce matin encore, elle m'embrassait !  AGATHE: Je suis jolie et il est laid. Je suis jeune et il est vieux. J'ai de l'esprit  et il est bête. J'ai une âme et il n'en a pas. Et c'est lui qui a tout. En tout cas, il m'a. Et...

3 pages - 1,80 ¤

Electre (Acte I, scène 11) - Giraudoux

Note : 8/10

1 CLYTEMNESTRE : Ainsi c'est toi, Oreste ? ORESTE : Oui, mère, c'est moi. CLYTEMNESTRE : C'est doux, à vingt ans, de voir une mère ? ORESTE : Une mère qui vous a chassé, triste et doux. 5 CLYTEMNESTRE : Tu la regardes de bien loin. ORESTE : Elle est ce que j'imaginais. CLYTEMNESTRE : Mon fils aussi. Beau. Souverain. Et pourtant je ...

3 pages - 1,80 ¤

Malgré sa tonalité tragique, Électre ne présente-t-elle qu'une vision pessimiste du monde et des êtres ?

Note : 8/10

||Chacun des personnages majeurs de la pièce va connaître un destin exemplaire : Égisthe meurt quand il a acquis une nouvelle dignité ; Clytemnestre est assassinée par son fils (il agit comme un boucher) ; Oreste est poursuivi par les Érinyes. Argos est victime de l'émeute, ainsi que de l'assaut des Corinthiens ; elle...

2 pages - 1,80 ¤

Électre (Giraudoux), une réussite dramatique ?

Note : 8/10

I - DÉFINITION Jouée avec succès à sa création, plusieurs fois reprise ensuite, Électre n'a cependant jamais réussi à toucher le même public que La guerre de Troie n'aura pas lieu, Ondine ou Amphitryon 38. Cela s'explique en partie par la difficulté d'une pièce ambitieuse et ambiguë. ...

1 page - 1,80 ¤

Électre (Giraudoux), une tragédie baroque ?

Note : 8/10

I - DÉFINITION Si Giraudoux n'a pas choisi d'intituler Électre « tragédie » comme il l'avait fait pour Judith, elle en possède cependant plus d'un caractère. ...

1 page - 1,80 ¤

Qui est Électre ? (Giraudoux)

Note : 8/10

I - DÉFINITION L'héroïne de Giraudoux suscite des analyses et des interprétations diverses. On prendra garde, cependant, d'éviter la seule investigation psychologique. Un personnage est d'abord au théâtre un être de mots. On le connaîtra donc par son discours et celui des autres, par ses actions et par sa fonction dramatique. ...

1 page - 1,80 ¤

Le style de Giraudoux dans Electre

Note : 8/10

Souvent taxé de préciosité, Giraudoux a savamment entretenu une réputation d'écrivain à la plume facile, rapide et brillante. Mais, pour lui qui admirait tant les classiques, l'écriture restait une conquête. ...

2 pages - 1,80 ¤

Les femmes et le féminin dans Electre de Giraudoux

Note : 8/10

Très présentes dans le théâtre de Giraudoux, les femmes occupent une grande place dans Électre. Non seulement Électre offre une représentation élargie de la femme, mais propose une interrogation sur le féminin, sur sa nature identitaire et sur sa fonction emblématique. ...

2 pages - 1,80 ¤

Le tragique dans Électre de Giraudoux

Note : 8/10

Si Électre a des allures de comédie, sa nature et son orientation tragiques sont indéniables. On s'attachera à définir ce qui fait l'essence du tragique dans la pièce, à voir quels en sont les modes d'expression et à caractériser l'identité du héros tragique. ...

2 pages - 1,80 ¤

Le théâtre de Giraudoux

Note : 8/10

L'oeuvre dramatique de Giraudoux est constituée de quinze pièces, écrites et représentées de 1928 (création de Siegfried) à 1943 (création de Sodome et Gomorrhe). Une pièce a été créée en 1945, trois ans après sa mort (La Folle de Chaillot), une est restée inachevée (Les Gracques) et une autre enfin est demeurée à l'état d'ébauche (Les Siamoises). ...

5 pages - 1,80 ¤

Livre IV: Confessions de Rousseau: «Je n'ai pas promis d'offrir au public un grand personnage [...] mais c'est de ne pas tout dire, et de taire des vérités. »

Note : 8/10

|| Rousseau, au lieu de se décrire, cherche à expliquer ses comportements et ses sentiments en remontant à leur genèse et en dévoilant leur origine. Se refusant à définir lui-même sa singularité, il transpose sur le lecteur la responsabilité de se forger une vision de l'auteur : « Le résultat doit être son ouvrage....

2 pages - 1,80 ¤

Livre IV: Confessions de Rousseau

Note : 8/10

«Je me souviens même d'avoir passé une nuit délicieuse hors de la ville, dans un chemin qui côtoyait le Rhône ou la Saône, car je ne me rappelle pas lequel des deux. Des jardins élevés en terrasse bordaient le chemin du côté opposé. Il avait fait très chaud ce jour là, la soirée était charmante...

2 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 903 904 905 906 907 908 909 910 911 912 913 914 915 916 917 918 919 920 921 922 923 924 925 926 927 928 929 930 931 932 933 934 935 936 937 938 939 940 941 942 943 944 945 946 947 948 949 950 951 952 953 954 955 956 957 958 959 960 961 962 963 964 965 966 967 968 969 970 971 972 973 974 975 976 977 978 979 980 981 982 983 984 985 986 987 988 989 990 991 992 993 994 995 996 997 998 999 1000 1001 1002

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit