LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
646 - À quel temps doit-on conjuguer le verbe entre crochets dans cette phrase ? Il lui jeta sur les épaules les vêtements qu'il [apporter] pour la sortie, modestes vêtements de la vie ordinaire, dont la pauvreté jurait avec l'élégance de la toilette de bal. Guy de Maupassant, Contes du jour et de la nuit, « La Parure », 1885.
A
au plus-que-parfait
B
à l'imparfait
C
au passé simple
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : A
Correction :
Système de formes verbales indiquant une action passée antérieure à une autre action. Plus-que-parfait de l’indicatif, du subjonctif.


Les nouveautés du site

D'après la comédie du 18e siècle que vous avez lue, qui, selon vous, du maître ou du valet est le plus dépendant de l'autre ?

Le sujet pose un double problème : la dépendance sociale et matérielle est nette, le valet a besoin de son maître pour avoir un salaire, un métier, un statut dans la société. Mais le maître a, lui aussi, besoin du serviteur : psychologiquement, humaine-ment, socialement, il est surtout défini par sa propriété. Le fait d'avoir un domestique le...

3 pages - 1,80 ¤

Dans le Dictionnaire des littératures de langue française, à l'article «Naturalisme », Daniel Couty écrit : « De l'épopée, le roman naturaliste possède le schématisme manichéen : il y a le bien et le mal, les bons et les méchants, les mous et les énergiques, etc. Mais cette épopée est souvent dérisoire : les actions tentées échouent, les rêves ne tradui-sent aucune ambition grandiose. » Cette remarque vous semble-t-elle caractériser le roman naturaliste que vous avez étudié en classe ?

C'est une citation en deux parties. La première phrase énonce une ressemblance entre l'épopée et le roman naturaliste dans le but de percevoir la spécificité de celui-ci. La seconde souligne une différence essentielle et la vision pessimiste de l'humanité qui s'impose souvent chez Zola et chez Maupassant L'expres-sion «schématisme manichéen» est difficile, elle est cependant expliquée par la...

4 pages - 1,80 ¤

Le roman devient "l'histoire morale contemporaine", il "s'impose les études et les devoirs de la science", affirment les frères Goncourt dans la préface de Germinie Lacerteux. Pensez-vous que cette conception s'applique au roman naturaliste que vous avez lu ?

|||| I. Le roman étudié se fonde effectivement sur une méthode scientifique. Les lieux, le milieu sont décrits avec minutie et impartialité. Les personnages sont étudiés, « disséqués «. L'influence du milieu sur les tempéraments y est démontrée. II. Toutefois, cette démarche est limitée, nuancée par le travail littéraire de l'écrivain. L'ambition initiale du romancier...

2 pages - 1,80 ¤

Dans une préface rédigée vingt ans après la première publication de son roman, À rebours, Joris-Karl Huysmans rappelait que l'école naturaliste « était condamnée à se rabâcher, en piétinant sur place », parce qu'elle « n'admettait guère, en théorie du moins, l'exception ». la lumière de l'oeuvre que vous avez lue, vous vous demanderez si ce jugement convient au roman naturaliste.

I. Un roman qui rabâche, rejette toute exception. Des motifs identiques et omniprésents. Des personnages qui subissent tous le même sort. Une vision unique de la société. II. Un roman qui, malgré ses piétinements, progresse. Une évolution nette par rapport à son point de départ. Des tempéraments différents dans un milieu unique. Des influences diverses sur les organismes.  ...

2 pages - 1,80 ¤

SUJET DU BAC 1999 : MICHEL TOURNIER, Vendredi ou les Limbes du Pacifique.

Il ferma les yeux et appuya sa joue contre le tronc, seul point ferme dont il disposât. Dans cette vivante mâture, le travail du bois, surchargé de membres et cardant (1) le vent, s'entendait comme une vibration sourde que traversait parfois un long gémissement. Il écouta longuement cette apaisante rumeur. L'angoisse desserrait son étreinte....

2 pages - 1,80 ¤

Apollinaire : Alcools : Les Femmes

  Dans la maison du vigneron les femmes cousent Lenchen remplis le poêle et mets l'eau du café Dessus - Le chat s'étire après s'être chauffé - Gertrude et son voisin Martin enfin s'épousent Le rossignol aveugle essaya de chanter Mais l'effraie ululant il trembla dans sa cage Ce cyprès là-bas a l'air...

4 pages - 1,80 ¤

Extrait de PROUST: Du côté de chez Swan - Un amour de Swan

En sortant de soirée, il montait dans sa victoria, étendait une couverture sur ses jambes, répondait aux amis qui s'en allaient en même temps que lui et lui demandaient de revenir avec eux qu'il ne pouvait pas, qu'il n'allait pas du même côté, et le cocher partait au grand trot sachant où on allait. Eux s'étonnaient, et de...

2 pages - 1,80 ¤

Extrait de L'Oeuvre de ZOLA

Un après-midi, par un des derniers beaux jours de la saison, Claude avait emmené Christine, laissant le petit Jacques à la garde de la concierge, une vieille brave femme, comme ils faisaient d'ordinaire, quand ils sortaient ensemble. C'était une envie soudaine de promenade, un besoin de revoir avec elle des coins chéris autrefois, derrière lequel se cachait le...

2 pages - 1,80 ¤

Barbey d'Aurevilly: Le Bonheur dans le crime - Les Diaboliques

Je ne la voyais alors que de profil; mais, le profil, c'est l'écueil de la beauté ou son attestation la plus éclatante. Jamais, je crois, je n'en avais vu de plus pur et de plus altier. Quant à ses yeux, je n'en pouvais juger, fixés qu'ils étaient sur la panthère, laquelle, sans doute, en...

4 pages - 1,80 ¤

Extrait du "Ventre de Paris" de ZOLA

  Florent, forçat évadé, est ramassé mourant de faim dans une rue de Paris par des maraîchers, et amené aux Halles, alors marché central, « ventre de Paris «... Maintenant, la ville entière repliait ses griffes ; les carreaux bourdonnaient, les pavillons grondaient ; toutes les voix donnaient, et l'on eût dit l'épanouissement magistral de...

2 pages - 1,80 ¤

"Plainte" de Charles Cros.

Vrai sauvage égaré dans la ville de pierre,  À la clarté du gaz je végète et je meurs.  Mais vous vous y plaisez, et vos regards charmeurs  M’attirent à la mort, parisienne fière.  Je rêve de passer ma vie en quelque coin  Sous les bois verts ou sur les monts aromatiques,  En Orient, ou bien près du pôle,...

10 pages - 1,80 ¤

Victor Hugo - Les Contemplations : « On vit, on parle, on a le ciel et les nuages »

Note : 5.1/10

On vit, on parle, on a le ciel et les nuages  Sur la tête ; on se plaît aux livres des vieux sages ;  On lit Virgile et Dante ; on va joyeusement  En voiture publique à quelque endroit charmant,  En riant aux éclats de l’auberge et du gîte ;  Le regard d’une femme en passant vous agite...

2 pages - 1,80 ¤

Louis CALAFERTE: C'est la guerre, L'arpenteur, Gallimard, p. 40-41

Note : 5.1/10

On a creusé un grand trou. On peut tenir à quatre dedans. On a mis des branches et des feuilles dessus. On est bien à l'abri. On a pris du pain, du fromage et du chocolat. J'ai un couteau neuf à huit lames que m'a donné le gros homme de la maison. Le gros homme...

3 pages - 1,80 ¤

Aragon : L'amour qui n'est pas un mot (commentaire)

Note : 5.1/10

Mon Dieu jusqu'au dernier moment  Avec ce coeur débile et blême  Quand on est l'ombre de soi-même  Comment se pourrait-il comment  Comment se pourrait-il qu'on aime  Ou comment nommer ce tourment    Suffit-il donc que tu paraisses  De l'air que te fait rattachant  Tes cheveux ce geste touchant  Que je renaisse et reconnaisse  Un monde habité par le...

3 pages - 1,80 ¤

René-Guy CADOU, Hélène ou le règne végétal : LA MAISON D'HÉLÈNE

Note : 5.1/10

II a suffi du liseron du lierre  Pour que soit la maison d'Hélène sur la terre  Les blés montent plus haut dans la glaise du toit  Un arbre vient brouter les vitres et l'on voit  Des agneaux étendus calmement sur les marches  Comme s'ils attendaient l'ouverture de l'arche  Une lampe éparpille au loin son mimosa  Très tard les...

3 pages - 1,80 ¤

Extrait de : Émile Zola, Germinal (1885) - Ire partie, chap. V

Note : 5.1/10

Cependant, les manoeuvres continuaient dans le puits, le marteau des signaux avait tapé quatre coups, on descendait le cheval ; et c'était toujours une émotion, car il arrivait parfais que la bête, saisie d'une telle épouvante, débarquait morte. En haut, lié dans un filet, il se débattait éperdument; puis, dès qu'il sentait le sol...

3 pages - 1,80 ¤

Les Travailleurs de la Mer - Victor Hugo - Deuxième partie : Gilliatt le malin - Livre premier. L'écueil

Note : 5.1/10

Ce que Gilliatt, du haut de l'épave, pouvait apercevoir du défilé faisait horreur. Il y a souvent dans les gorges granitiques de l'océan une étrange figuration permanente du naufrage. Le défilé des Douvres avait la sienne, effroyable. Les oxydes de la roche mettaient sur l'escarpement, çà et là, des rougeurs imitant des plaques de sang caillé. C'était quelque...

3 pages - 1,80 ¤

Un enseignement sans contraintes est-il possible ?

Note : 5.1/10

On attend une prise de position nette, avec arguments et exemples. Pourtant, il faut éviter un éloge total de la permissivité, dont on sait l'ir- réalisme, comme un procès radical des libertés. Soyez nuancé. ...

1 page - 1,80 ¤

Rédigez une lettre ouverte aux chefs d'Etat afin de les convaincre de travailler pour la paix

Note : 5.1/10

Permettez-moi de prendre aujourd'hui la plume pour laisser enfin éclater ma colère ! Comment ? À l'aube d'un nouveau millénaire, la guerre existe toujours, partout ! Il n'est pas un petit État, pas une petite nation, un village même, où elle ne fasse rage, où elle ne puisse éclater, d'un instant à l'autre ! Qu'attendez-vous, Messieurs ? C'est...

2 pages - 1,80 ¤

Citation: "L'habitude que nous avons de nos propres usages fait qu'ils nous semblent de ce fait très supérieurs aux usages des autres" Jean-Claude Carrière

Note : 5.1/10

Est-il vrai que « l'habitude que nous avons de nos propres usages » nous conduit à les considérer comme «très supérieurs aux usages des autres » ? Ferions-nous partie du «vulgaire », c'est-à-dire du commun des mortels à qui La Fontaine, dans sa fable « Démocrite et les Abdéritains », reproche cette même attitude déplorable, consistant à «...

2 pages - 1,80 ¤

Pour BOURDIEU, "l'information fournie par la télévision" se résume "à peu près rien". Qu'en pensez-vous ?

Note : 5.1/10

3. Selon l'auteur, «les journalistes ont des "lunettes" particulières à partir desquelles ils voient certaines choses et pas d'autres ; et voient d'une certaine manière les choses qu'ils voient. Ils opèrent une sélection et une construction de ce qui est sélectionné». Autrement dit, les « lunettes » des journalistes désignent métaphoriquement leur façon de sélectionner l'information, tant sur...

3 pages - 1,80 ¤

Ville et liberté

Note : 5.1/10

Les grands romanciers du siècle précédent ont fait de Paris le décor des entreprises ambitieuses de leurs personnages. Paris fascine Rastignac, Bel-Ami ou Saccard : ils conquièrent l'orgueilleuse capitale, y déploient toute leur énergie, leur ingéniosité et leur cynisme. À leur manière les poètes livrent d'autres charmes de la grande cité, son fourmillement les enivre. Que de beaux...

1 page - 1,80 ¤

La ville apporte-t-elle la liberté ?

Note : 5.1/10

La ville de la fin du XXe siècle voit s'accumuler les difficultés, pollution, insécurité, surpeuplement ; bon nombre de ses habitants souhaitent la quitter et s'y sentent malheureux. Les familles qui comptent plusieurs enfants aspirent bien souvent à un cadre de vie plus calme et plus aéré. Pourtant, nombreux sont les jeunes qui rêvent de trouver dans une...

2 pages - 1,80 ¤

La télévision est-elle un spectacle ?

Note : 5.1/10

||||I. Les informations télévisées peuvent être regardées comme un spectacle parce qu'elles en ont de nombreux traits  1. Leur ordre a été choisi  2. Elles sont mises en scène  3. Elles ne permettent pas la moindre mise à distance  II. Les informations télévisées ne peuvent être assimilées à un spectacle  I. Elles proposent un compte-rendu du réel...

1 page - 1,80 ¤

Regarde-t-on les informations à la télévision comme on regarde un spectacle ?

Note : 5.1/10

||  Les médias, la télévision plus particulièrement, sont fréquemment accusés de nuire à leurs adeptes. On leur reproche très souvent de «déformer l'imagination des enfants «. En effet, si la télévision propose à ses spectateurs des histoires toutes faites, sans possibilités de modifications, sans recours aucun à l'interactivité, elle paraît bien leur offrir une...

2 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 901 902 903 904 905 906 907 908 909 910 911 912 913 914 915 916 917 918 919 920 921 922 923 924 925 926 927 928 929 930 931 932 933 934 935 936 937 938 939 940 941 942 943 944 945 946 947 948 949 950 951 952 953 954 955 956 957 958 959 960 961 962 963 964 965 966 967 968 969 970 971 972 973 974 975 976 977 978 979 980 981 982 983 984 985 986 987 988 989 990 991 992 993 994 995 996 997 998 999 1000

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit