L’apparition de l’intelligence et ses manifestations essentielles. - Le discernement des rapports. - L’invention.

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Nuit d’Afrique de Léopold Sédar SENGHOR ... L’idée de loi et les transformations qu ... >>


Partager

L’apparition de l’intelligence et ses manifestations essentielles. - Le discernement des rapports. - L’invention.

Cours

Aperçu du corrigé : L’apparition de l’intelligence et ses manifestations essentielles. - Le discernement des rapports. - L’invention.



Publié le : 12/11/2016 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
L’apparition de l’intelligence et ses manifestations essentielles. - Le discernement des rapports. - L’invention.
Zoom

I. — CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES. DISTINCTION DE

 

L’INSTINCT ET DE L’INTELLIGENCE.

 

Instinct, intelligence, raison sont trois notions qu’il importe de distinguer, soigneusement, si nous désirons éviter les obscurités et les confusions. Quand DESCARTES paraît couper le monde en deux, mettant d’un côté l’étendue (res extensa), de l’autre, la pensée (res cogitans), il définit l’âme uniquement par la pensée. Qu’il ait voulu, par voie de conséquence (puisque les Animaux n’ont pas d’âme), ne voir dans les Animaux que de pures « machines », on l’a dit, on l’a répété, — aussi bien pour adopter la thèse que pour la combattre. Pourtant, ses conceptions étaient moins sommaires. FLOURENS (1794-1867) ne s’y est pas trompé. Il cite même, à ce sujet, un passage significatif, tiré de la Correspondance du grand philosophe : « Il faut remarquer que je parle dè la pensée, non de la vie et du sentiment pour autant qu’il dépend des organes du corps » (N. B. Ici, sentiment, c’est le fait de sentir) ... Transposée en langage moderne, l’idée de DESCARTES s’énoncerait à peu près comme suit : tout ce que nous appelons psychisme anima! est de nature purement biologique. C’est bien dans cette direction que se sont engagées les recherches scientifiques en psychologie animale, dès la fin du XIXe siècle. On a rompu avec le verbalisme.

 

Défions-nous du verbalisme.

 

Le verbalisme consiste à prendre un mot pour une explication. Défaut si fréquent que nous risquons tous d’y tomber à chaque instant. On a commencé par désigner un fait ou une catégorie de faits



A l’époque, pas tellement lointaine où les comportements animaux n’étaient pas scientifiquement étudiés, on avait coutume d’affirmer que l’ « instinct » (on pensait surtout à ce que nous nommons aujourd\'hui la mémoire spécifique) est immuable. Autrement dit, croyait-on, rien ne peut modifier l’automatisme « réglé » en quelque sorte une fois pour toutes. Or, cela n’est vrai à peu près d’aucune Espèce. Quand un obstacle se présente, soit dans la nature, soit (ce qui est plus commode à observer) quand l’expérimentateur crée cet obstacle, cette difficulté : si ce n’est pas insurmontable, on voit, à un certain moment, la « conduite » changer pour s’adapter aux circonstances, quitte à retomber bientôt dans l’ancien automatisme, ou encore à acquérir un nouvel automatisme.

 

Naturellement, le plus ou moins de rapidité ou de lenteur dans l’adaptation varie énormément selon les Espèces, voire selon les Individus d’une même Espèce. — Pour «habituer » des Blattes à venir dans la partie éclairée d’une petite cage (en électrisant la partie obscure) des expérimentateurs ont obtenu un résultat positif après un nombre d\'essais variant de 5oo à 8oo et même i .ooo, selon le sexe et l’âge des Individus.

 

Mais voici un exemple plus intéressant : on sait que le Sphex, qui meurt avant\' l’éclosion de sa progéniture, paralyse ses proies et introduit ses œufs dans le corps de ses victimes vivantes. Puis il place celles-ci dans une galerie circulaire souterraine à laquelle il accède par une sorte de puits vertical. Une habitude de l’Espèce veut que l’Animal, apportant une proie paralysée, la dépose à l’entrée du terrier ; après quoi il visite le terrier avant d’y enfouir la proie. Or, profitant de la courte absence de l’Insecte, nous déplaçons cette proie, nous la jetons par exemple à 50 cm. ou 1 mètre. Le Sphex, sortant du terrier, la cherchera, la trouvera, la rapportera. Et il ira, de nouveau, visiter le sous-sol. Huit fois, dix fois, la même scène recommence... Oui, mais tout à coup, l’Insecte change de méthode: il enfouit directement sa proie, renonçant désormais, et pour toujours, aux précautions ancestrales. Il est tombé d’un automatisme dans un autre. C’est égal : cette « décision » brusque, n’eût-elle mis qu’une fraction de seconde à se produire, marque, en fait, une rupture avec 1’ « instinct ».


souvent cité par Koehler, réalisait de véritables « inventions ». Exemple : une banane étant accrochée en haut et au milieu de la cage, Sultan ne peut l’atteindre. Or, l’expérimentateur avait fait placer depuis quelques jours, dans un coin de la cage, un certain nombre de caisses vides. L’Animal n’y avait guère prêté attention. Eh bien, il aura l’idée, après quelques tâtonnements, de placer des caisses l’une sur l’autre à l’aplomb du fruit, réalisant ainsi comme un échafaudage... C’est encore lui qui, désirant attirer à soi une friandise placée hors de sa cage, essaie vainement d’y parvenir avec l’un des segments de canne-à-pêche que l’on avait laissés à sa disposition. Après quelques tentatives infructueuses, il considère ces morceaux de bambou et découvre la possibilité de les emboîter les uns dans les autres...

 

On pourrait citer indéfiniment des exemples d’intelligence, concernant aussi bien des Singes que d’autres Animaux comme le Chien, le Cheval, des Oiseaux comme la Corneille... etc. Chacun de nos lecteurs a eu certainement l’occasion d’en observer.

 

Au célèbre janséniste Arnauld (Cf. Pascal, Pensées, Section VI, petite édit. Brunschvicg, chez Hachette) le duc de Liancourt contait : « J’ai deux chiens qui tournent la broche chacun leur tour. L’un, s’en trouvant contrarié, se cacha lorsqu’on l’allait prendre. On eut alors recours à son camarade pour le remplacer. Mais ce dernier cria et fit signe qu’on le suivît. Il alla dénicher l’autre dans le grenier et le houspilla. ».. « Sont-ce là des machines ? » demanda le duc...



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : L&#8217;apparition de l&#8217;intelligence et ses manifestations essentielles. - Le discernement des rapports. - L&#8217;invention. Corrigé de 8155 mots (soit 12 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "L’apparition de l’intelligence et ses manifestations essentielles. - Le discernement des rapports. - L’invention." a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

L&#8217;apparition de l&#8217;intelligence et ses manifestations essentielles. - Le discernement des rapports. - L&#8217;invention.

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit