La conscience morale.

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La communication des Consciences. Les sentiments moraux. — Le Devoir, la ... >>


Partager

La conscience morale.

Cours

Aperçu du corrigé : La conscience morale.



Publié le : 12/11/2016 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
La conscience morale.
Zoom

Au sens psychologique, la conscience, c\'est l’intuition, plus ou moins complète, plus ou moins claire, que nous prenons de nos sensations, perceptions, souvenirs, états affectifs, etc. Toute définition de la conscience ne peut être qu\'approximative, puisqu\'il s\'agit d\'un fait de synthèse, qui nous apparaît comme une donnée première. Il serait hors de propos d\'étudier ici (nous l’avons fait dans un autre ouvrage) les éléments biologiques, sociaux et différentiels qui entrent dans cette synthèse. Contentons-nous de rappeler que la conscience psychologique a des degrés, et que nul auteur contemporain ne refuse plus d ’admettre ce qui, primitivement, faisait figure de paradoxe, à savoir que tout fait psychique n\'est pas nécessairement conscient. La conscience est d’autant plus vive que la résistance éprouvée est plus grande, (C’est ce que l\'on appelle parfois la « loi de l\'obstacle »)...

 

Les actes ou les impressions qui n’exigent pas une « adaptation » nouvelle ou renouvelée tendent vers l’automatisme, vers l’inconscience.

 

Moitié par métaphore, moitié par anthropomorphisme, la conscience psychologique est volontiers imaginée comme un second Moi (un second homme, à l’intérieur du premier), un « spectateur attaché au rivage » (Dugald Stewart).



sur l’homme sensible » (Traduisons : le jugement que porte notre raison sur les actes où nous conduit notre sensibilité : nos émotions, nos passions, etc.)... Mais d’où vient cette « raison » ? Kant affirme qu’elle est a priori, c’est-à-dire qu’elle ne doit rien à l’expérience. Au fond, Kant, chrétien fervent, suppose bien que la « raison pratique » trouve en Dieu son fondement. Et nous sommes ramenés, implicitement, à la thèse. de l’innéïté.

 

3° L’empirisme utilitariste de John Stuart Mill explique par l’expérience et par l’association des idées la formation de la conscience morale individuelle. Association de l’idée des conséquences mauvaises ou bonnes de telles actions (conséquences visant l’individu et la société). Aimant d’abord ou détestant les actions en fonction de leurs conséquences, le sujet finit par aimer le bien pour le bien : phénomène de transfert analogue à celui de l’avare, aimant d’abord l’argent pour ce qu’il pourra se procurer, puis finissant par aimer l’argent pour l’argent...

 

La thèse est faible, et mérite à peine une réfutation. L’expérience individuelle est trop limitée. Quel âge faudrait-il atteindre pour avoir pu constater les conséquences des diverses conduites ?...





Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : La conscience morale. Corrigé de 2102 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "La conscience morale." a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

La conscience morale.

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit