NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La psychologie. — Les différentes maniè ... L’Histoire. — La causalité en His ... >>


Partager

Intérêt que présentent, pour la connaissance de l’homme, la psychologie de l'enfant, l’étude des sociétés inférieures et la psychologie pathologique.

Cours

Aperçu du corrigé : Intérêt que présentent, pour la connaissance de l’homme, la psychologie de l'enfant, l’étude des sociétés inférieures et la psychologie pathologique.



Publié le : 12/11/2016 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Intérêt que présentent, pour la connaissance de l’homme, la psychologie de l'enfant, l’étude des sociétés inférieures et la psychologie pathologique.
Zoom

I. — REMARQUES PRÉLIMINAIRES.

 

Comme nous l’avons indiqué déjà, l’étude de l\'Homme adulte, noral, civilisé, fut longtemps le seul objet de la Psychologie ; et l’introspection, longtemps aussi, sa seule méthode.

 

L’intérêt que présentent, pour la connaissance de l’Homme — si nous reprenons les termes mêmes du Programme — la Psychologie de l’enfant, l’étude des sociétés inférieures et la Psychologie pathologique, est précisément de nous faire réfléchir, à la lumière des faits, sur les conditions biologiques et sociales de notre formation, de notre « équilibre ». Les trois thèmes qui nous sont proposés ne doivent donc pas être traités comme autant d’objets de « curiosité ». Il ne s’agit pas de considérer le petit enfant, le Primitif, le malade comme des êtres singuliers, présentant telles ou telles particularités pittoresques. Ce que nous sommes invités à examiner, au contraire, c’est comment et pourquoi leur étude nous apporte de précieux enseignements pour nous connaître nous-mêmes.

 

Nous verrons que le lent passage qui va de la naissance à l\'adolescence puis à l\'état adulte représente un tiers de la durée moyenne d’une existence. Des facultés acquises, il y aurait ingratitude à nous enorgueillir, oubliant ce que nous devons à notre environnement social, à toutes les générations disparues qui nous ont faits ce que nous sommes.

 

Nous verrons encore — par une sorte d’application de la méthode des « variations concomitantes » — comment le Primitif (c’est-à-dire le sauvage) qui, biologiquement, nous est semblable, reflète la mentalité du groupe au sein duquel il est élevé. Plus ce groupe est inculte, se bornant à quelques techniques rudimentaires, se bornant à la transmission monotone sans caractère « additif », ni rectificatif, de coutumes, de rites superstitieux (etc.), — moins l’individu sera capable d’un raisonnement logique (proprement dit) et d’une pensée conceptuelle.

 

Il nous sera facile, ensuite, de comprendre pourquoi, même en des pays civilisés, l’individu qui, à cause de circonstances diverses (éducation, milieu, etc.) n’acquiert pas un suffisant bagage de savoirs demeure, à bien des égards, proche voisin du Primitif.

 

Enfin, la Psychologie pathologique nous rappelle, si nous l’avions oublié, combien les fonctions biologiques ont une importance essen-



des objets, etc. Les membres inférieurs, ayant moins souvent l’occasion d\'entrer dans son champ visuel, ne l\'« intéressent » pas, si l’on peut ainsi parler. Dans la période qui va de 6 à 12 mois, progressivement, par le phénomène du double-contact (la main étant par excellence l\'instrument privilégié, à la fois sentant et sentie) l\'individualisation du corps se réalise...

 

Parallèlement, les influences de l’entourage humain immédiat vont jouer un rôle capital. Un certain nombre de sons vocaux entendus prendront la valeur de signes, et s’enregistreront dans la mémoire. Le langage va naître, vers le 12e mois, avec, d\'abord, quatre ou cinq mots plus ou moins bien articulés. La progression est rapide. En moyenne, on a calculé : à 15 mois, i3 mots ; à 18 mois, 48 ; à 21 mois, 174, etc...

 

L’imitation est le mécanisme naturel decet apprentissage. (Rappelons, à ce propos que le sourd-muet n\'a ras deux infirmités : c\'est simplement un sourd de naissance) ... L\'enfant va passer du mot-phrase (c’est-à-dire du mot seul, mais avec gestes ou intonation et mimique marquant l\'intention, le désir, etc.) à la phrase plus ou moins construite. Ce langage est souvent utilisé comme jeu... En même temps, il y a une évolution de l\'affectivité, un éveil de ce que l’on nomme les « intérêts » : regarder, attraper, palper, porter à sa bouche ; puis, plus tard, construire, questionner.

 

Arrivons à l’étape qui n\'est plus celle du bébé, mais du tout petit garçon, de la toute petite fille, jusqu\'aux environs de la 7e année. Piaget a noté comme attitude psychologique, l\'égocentrisme. Le sujet rapporte tout à soi. Il n’a aucun sens de l\'objectivité. D\'autre part, ses notions sont globales,




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3665 mots (soit 6 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Intérêt que présentent, pour la connaissance de l’homme, la psychologie de l'enfant, l’étude des sociétés inférieures et la psychologie pathologique." a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit