NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Les exigences de là raison et l’esprit ... Rapports de la Science et de la Philosophie. >>


Partager

Les vocations intellectuelles et les aptitudes aux sciences particulières.

Cours

Aperçu du corrigé : Les vocations intellectuelles et les aptitudes aux sciences particulières.



Publié le : 12/11/2016 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Les vocations intellectuelles et les aptitudes aux sciences particulières.
Zoom

I.— L\'IDÉE DE VOCATION.

 

Originairement, le mot vocation a une signification religieuse. C’est l’acte par lequel la Providence prédestine tout homme à un rôle déterminé. Si nous rappelons cette acception, c’est que, dans le sens usuel du mot (inclination parfois impérieuse pour telle ou telle forme d’activité), beaucoup de gens admettent implicitement une sorte d’élément mystérieux qui les inciterait à choisir la voie où ils s’engageront.

 

On a voulu supposer, chez certains, une influence héréditaire. Ce n’est pas absurde, mais c’est douteux. Les enquêtes menées à ce sujet n’ont pu réussir à éliminer un facteur autrement important, qui réside dans l’influence exercée sur l’enfant par son entourage immédiat. Par exemple, si le fils d’un musicien devient musicien à son tour, ne faut-il pas songer très simplement au mécanisme psychologique de l\'imitation, plutôt que d’imaginer une transmission héréditaire d’éléments psychologiques ?

 

En vérité, le goût qui nous a déterminés à choisir telle occupation, telle profession prend sa source, le plus souvent, en des événements ou circonstances dont nous n’avons pas eu clairement conscience et qui remontent parfois à notre petite enfance (D’où l’apparence mystérieuse indiquée plus haut). Parmi ces éléments, que nous ne saurions énumérer tant ils sont nombreux, citons par exemple le prestige exercé sur notre imagination par certaines personnes : le médecin qui nous a soignés, le chirurgien qui nous a opérés, le professeur que nous avons aimé, tel savant, tel explorateur dont nous avons lu la biographie, etc., etc...

 

Un élève qui, même accidentellement, a obtenu un succès en telle ou telle matière, éprouve un attrait nouveau pour cette matière, s’y « applique » davantage encore, et y réussit, par conséquent, de mieux en mieux. Notons au passage que l’inverse se produit également, et que certains élèves se découragent trop vite et se croient mal  doués pour tels exercices intellectuels. Des parents ou des éducateurs droits contribuent à les entretenir dans ces convictions prématurées...



Comme nous venons de l’indiquer, la personnalité est donc un complexus d’éléments bio-socio-psychologiques. Le caractère en est la partie la plus stable. Ne confondons pas personnalité et caractère : la personnalité comprend tout ce qui constitue le « Moi », par exemple nos souvenirs, nos savoirs, nos aspirations, etc., — tandis que le caractère, étroitement lié au tempérament, à la constitution, c’est la manière dont ce « Moi » réagit (paresseux, courageux, paisible, violent, etc.) ... R. Le Senne (cf. lect.) distingue : les nerveux, les sentimentaux, les colériques, les passionnés, les sanguins, les flegmatiques, les amorphes, les apathiques ...

 

Le caractère n’est pas immuable, à notre avis du moins, puisqu’il est lié précisément à un organisme qui peut lui-même évoluer (heureusement, en certains cas), être corrigé par des soins, des exercices, un régime, etc.


La mission de l\'Orientation professionnelle est de chercher, pour un sujet déterminé, dans quelles conditions et jusqu’à quel point ses aptitudes peuvent s’adapter à une profession. L’aptitude comporte des dispositions naturelles, mais aussi des dispositions acquises. Les tests utilisés par l’Orientation professionnelle, même pour les vocations intellectuelles, peuvent fournir de très précieuses indications : ne serait-ce que des indications « négatives », en déconseillant telle ou telle profession. Sans doute ne faudrait-il pas exagérer la rigueur de ces « diagnostics ». Pourtant, le sujet peut risquer, s’il ne consulte pas ces spécialistes, de se faire illusion à lui-même. Il faut se défier des « emballements » prématurés. Aussi le contrôle dont nous parlons, et dont les procédés se sont progressivement perfectionnés est-il appelé à rendre de plus en plus de services. Trop souvent, les jeunes gens et leurs familles ignorent ou négligent cette ressource.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1156 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Les vocations intellectuelles et les aptitudes aux sciences particulières." a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit