NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< hobby et, par la suite, presque une obsession ... nambikwara se voit imposer un rôle difficile  ... >>


Partager

de châteaux de cartes ou de coquilles.

Dictionnaire

Aperçu du corrigé : de châteaux de cartes ou de coquilles.



Publié le : 6/1/2014 -Format: Document en format HTML protégé

de châteaux de cartes ou de coquilles.
Zoom

de châteaux de cartes ou de coquilles. Plutôt que des palais solidement fixés à la terre, ce sont des maquettes, cherchant
ainement à atteindre l'existence par la rareté et la dureté des matériaux.
Dans les temples de l'Inde, l'idole est la divinité ; c'est là quelle réside, sa présence réelle rend le temple précieux et
redoutable, et justifie les précautions dévotes : ainsi le verrouillage des portes, sauf aux jours de réception du dieu.
À cette conception, l'Islam et le bouddhisme réagissent de façons différentes. Le premier exclut les idoles et les
détruit, ses mosquées sont nues, seule la congrégation des croyants les anime. Le second substitue les images aux idoles
et n'éprouve pas de gêne à multiplier les premières, puisque aucune n'est effectivement le dieu mais l'évoque, et que le
nombre même favorise l'oeuvre de l'imagination. À côté du sanctuaire hindou qui loge une idole, la mosquée est déserte
sauf d'hommes, et le temple bouddhiste abrite une foule d'effigies. Les centres gréco-bouddhiques, où l'on circule avec
peine dans une champignonnière de statues, de chapelles et de pagodes, annoncent l'humble kyong de la frontière
irmane où sont alignées des figurines toutes semblables et fabriquées en série.
Je me trouvais dans un village mogh du territoire de Chittagong au mois de septembre 1950 ; depuis plusieurs jours, je
egardais les femmes porter chaque matin au temple la nourriture des bonzes ; pendant les heures de sieste, j'entendais
es coups de gong qui scandaient les prières et les voix enfantines chantonnant l'alphabet birman. Le kyong était situé en
lisière du village, au sommet d'une petite butte boisée pareille à celles que les peintres tibétains aiment à représenter
dans les lointains. À son pied se trouvait le jédi c'est-à-dire la pagode : dans ce pauvre village, elle se réduisait à une
onstruction de terre de plan circulaire, s'élevant en sept paliers concentriques aménagés en gradins, dans un enclos
arré en treillage de bambou. Nous nous étions déchaussés pour gravir la butte dont la fine argile détrempée était douce
à nos pieds nus. De part et d'autre du raidillon, on voyait les plants d'ananas arrachés la veille par les villageois choqués
ue leurs prêtres se permissent de cultiver des fruits, puisque la population laïque subvenait à leurs besoins. Le sommet
ffrait l'aspect d'une placette entourée, de trois côtés, de hangars de paille abritant de grands objets de bambou tendus
e papiers multicolores comme des cerfs-volants, et destinés à orner les processions. Du dernier côté s'élevait le temple,
ur pilotis comme les huttes du village dont il différait à peine par ses plus grandes dimensions et le corps carré à toit de
haume qui dominait le bâtiment principal. Après la grimpée dans la boue, les ablutions prescrites semblaient toutes
aturelles et dépourvues de signification religieuse. Nous entrâmes. La seule lumière était celle qui tombait du haut de la
anterne formée par la cage centrale, juste au-dessus de l'autel où pendaient des étendards de chiffons ou de nattes, et
elle qui filtrait à travers le chaume des parois. Une cinquantaine de statuettes de laiton fondu s'entassaient sur l'autel à
ôté duquel était suspendu un gong ; on voyait aux murs quelques chromolithographies pieuses et un massacre de cerf.
e plancher en gros bambous refendus et tressés, brillant du frottement des pieds nus, était, sous nos pas, plus souple
u'un tapis. Il régnait une paisible atmosphère de grange et l'air sentait le foin. Cette salle simple et spacieuse qui
araissait une meule évidée, la courtoisie des deux bonzes debout auprès de leurs paillasses posées sur des châlits, la
ouchante application qui avait présidé à la réunion ou à la confection des accessoires du culte, tout contribuait à me
approcher plus que je ne l'avais jamais été de l'idée que je pouvais me faire d'un sanctuaire. « Vous n'avez pas besoin de
aire comme moi », me dit mon compagnon en se prosternant à quatre reprises devant l'autel, et je respectai cet avis.
ais c'était moins par amour-propre que par discrétion : il savait que je n'appartenais pas à sa confession, et j'aurais
raint d'abuser des gestes rituels en lui donnant à croire que je les tenais pour des conventions : pour une fois, je n'aurais
essenti nulle gêne à les accomplir. Entre ce culte et moi, aucun malentendu ne s'introduisait. Il ne s'agissait pas ici de
'incliner devant des idoles ou d'adorer un prétendu ordre surnaturel, mais seulement de rendre hommage à la réflexion
écisive qu'un penseur, ou la société qui créa sa légende, poursuivit il y a vingt-cinq siècles, et à laquelle ma civilisation
e pouvait contribuer qu'en la confirmant.
Qu'ai-je appris d'autre, en effet, des maîtres que j'ai écoutés, des philosophes que j'ai lus, des sociétés que j'ai
isitées et de cette science même dont l'Occident tire son orgueil, sinon des bribes de leçons qui, mises bout à bout,
econstituent la méditation du Sage au pied de l'arbre ? Tout effort pour comprendre détruit l'objet auquel nous nous
tions attachés, au profit d'un effort qui l'abolit au profit d'un troisième et ainsi de suite jusqu'à ce que nous accédions à
'unique présence durable, qui est celle où s'évanouit la distinction entre le ...


Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "de châteaux de cartes ou de coquilles." a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit