NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Définition: BALAYURE, substantif féminin. Définition: BALBUTIEMENT, substantif masculin ... >>


Partager

Définition: BALBUTIANT, -ANTE, adjectif.

Dictionnaire

Aperçu du corrigé : Définition: BALBUTIANT, -ANTE, adjectif.



Publié le : 1/11/2015 -Format: Document en format HTML protégé

Définition:
BALBUTIANT, -ANTE, adjectif.
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
Définition: BALBUTIANT, -ANTE, adjectif.




Définition:
BALBUTIANT, -ANTE, adjectif.
I.— Participe présent de balbutier*
II.— Adjectif.
A.— Qui balbutie, qui parle d'une manière confuse et hésitante (confer balbutier A 1).
1. [Se dit d'une personne] :
Ø 1.... je suis un être inconnu, un pays étranger, un mystère. Un pauvre être inconnu, tout gauche et tout balbutiant devant elle;...
VALÉRY LARBAUD, Fermina Marquez, 1911, page 43.
2. Par métonymie. [Se dit d'un organe intervenant dans l'articulation (bouche, lèvres, langue) ou de son produit (son, voix)] :
Ø 2.... cette prière étouffée n'arrivait à mes lèvres qu'avec la force du souffle d'un agonisant qui dit : Adieu! Elle expirait en sons inarticulés sur ma bouche balbutiante.
CHARLES NODIER, Smarra ou Les Démons de la nuit, 1821, page 74.
Ø 3. Serge, dit-elle, je viens te chercher. Le prêtre leva la tête, très pâle, avec un tressaillement. Il resta à genoux, il se signa, les lèvres balbutiantes encore de sa prière.
ÉMILE ZOLA, La Faute de l'Abbé Mouret, 1875, page 1462.
Ø 4. Immobile, il haletait et béait, ses yeux clignotaient et sa langue balbutiante ne trouvait pas les syllabes.
ALEXANDRE ARNOUX, Rêveries d'un policier amateur, 1945, page 50.
Remarque : S'agissant de la voix d'un enfant, plus précisément : « où la parole est articulée d'une manière enfantine ».
— Spécialement. [Avec un mot exprimant un énoncé (propos, phrase, prière, adoration, excuse)] Dont les éléments sont prononcés en balbutiant, d'une manière peu distincte :
Ø 5.... elle avait perdu sa mère très jeune [Audeberthe] et élevée par une dolente et vieille aïeule, bouche édentée marmottant sans cesse de balbutiantes prières, elle avait grandi dans la solitude...
PAUL DUVAL, DIT JEAN LORRAIN, Sensations et souvenirs, 1895, page 139.
Ø 6. Dans ce bar où Claudius m'avait traîné, (...) nous n'avions pu tirer du gros entraîneur que de balbutiants propos d'homme ivre,...
PAUL DUVAL, DIT JEAN LORRAIN, Monsieur de Phocas, 1901, page 265.
B.— Figuré. [Se dit d'une manifestation de la vie humaine]
1. [En parlant de la connaissance de sciences, de doctrines] Qui est faible ou élémentaire parce que encore dans ses débuts. Science balbutiante :
Ø 7.... le jour où la caractérologie, encore balbutiante, connaîtra les étourdissantes découvertes qui illustrèrent au siècle dernier le développement des sciences physiques, elle viendra elle aussi à se croire maîtresse de nos destins.
EMMANUEL MOUNIER, Traité du caractère, 1946, page 680.
2. [En parlant d'une oeuvre de l'intelligence humaine] Qui est informe :
Ø 8. On suit même, à travers son oeuvre [de Nietzsche] vociférante, chuchotante, balbutiante, bredouillante, les changements de ton et d'accent de cinq ou six ancêtres tyranniques, auxquels il cède tout le terrain, avec des yeux exorbités d'épouvante.
LÉON DAUDET, L'Hérédo, 1916, page 72.
3. [En parlant de tout autre acte humain] Qui est confus ou débile, en raison par exemple du manque de tempérament ou du grand âge :
Ø 9. Cet érotisme sénile et balbutiant (...) provoque toujours la répugnance (...) l'insulte des jeunes gens bien constitués...
ALEXANDRE ARNOUX, Pour solde de tout compte, 1958, page 119.
Ø 10.... des mariages récents et de leurs accouplements prolongés et de peu de nerf, aux résolutions émoussées, balbutiantes...
ALEXANDRE ARNOUX, Visite à Mathusalem. 1961, page 133.
— Emploi comme substantif. [En parlant d'une personne, dans le domaine littéraire et artistique] Personne qui s'exprime en balbutiant, d'une manière hésitante ou peu ferme :
Ø 11. Des artistes comme Cézanne, ou Péguy par exemple, entraient dans ce qu'il [Barrès] appelait la catégor...


Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "Définition: BALBUTIANT, -ANTE, adjectif." a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit