LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Définition: BUISSIÈRE, substantif féminin. Définition: BUISSONNAGE, substantif masculin. >>


Partager

Définition: BUISSON, substantif masculin.

Publié le : 7/11/2015 Format: Document en format PDF protégé


Définition:
BUISSON, substantif masculin.
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
Définition: BUISSON, substantif masculin.




ProblematiqueDéfinition:
BUISSON, substantif masculin.
A.— Petit groupe d'arbres, d'arbustes, d'arbrisseaux.
1. Vieilli. Bouquet de bois. De jolis bois de châtaigniers, des buissons de figuiers, de grenadiers, de myrtes, de jasmins (CHARLES NODIER, Jean Sbogar, 1818, page 102 ).
2. Usuel. Touffe de végétation arbustive, sauvage, généralement épineuse et improductive :
Ø 1. Tournez-vous et voyez ces buissons épais de rhododendrum; comme ces touffes de fleurs lilas sont fraîches et pures! (...) Ces fleurs sont belles comme vous, Lélia, incultes et sauvages comme vous;...
AURORE DUPIN, BARONNE DUDEVANT, DITE GEORGE SAND, Lélia, 1833, page 108.
Ø 2.... la solitude garde, enclôt et défend ce que l'homme lui a une fois abandonné. Elle dispose et hérisse soigneusement sur le seuil les broussailles les plus féroces, les plantes les plus méchantes et les mieux armées, le houx, l'ortie, le chardon, l'aubépine, la lande (...). À travers ces buissons revêches et hargneux, la ronce, ce serpent de la végétation, s'allonge et se glisse et vient vous mordre les pieds.
VICTOR HUGO, Le Rhin, 1842, page 128.
SYNTAXE : Buissons épineux, verts; petits buissons; buisson d'épines, de fleurs, de roses. Guerre de(s) buissons. Guerre pratiquée en embuscade derrière les buissons (confer HUGO, Les Misérables, tome 2, 1862, page 268, 359).
— Par métaphore. Ce qui évoque un buisson par son caractère sauvage, hostile, etc. :
Ø 3. Je n'eus alors qu'une pensée, celle de me montrer impartial; qu'un désir, celui de rendre justice au mérite partout où je le rencontrerais. Mettez cette chimère sur le compte de ma jeunesse : l'âge en a fait justice. À mesure que l'on avance dans la vie, on laisse ces illusions dans les buissons du chemin, non sans en emporter quelques blessures.
LOUIS REYBAUD, Jérôme Paturot à la recherche d'une position sociale, 1842, page 71.
Ø 4. Sur les recueils de Discours académiques. En les lisant il semble parcourir un bois de buissons qui se croisent en tous sens et dont les épines piquent les pieds et se déchirent entre elles. Les pointes aiguës et secrètes des vanités littéraires masquées par des fleurs rares et fausses en sont d'autant plus perfides et plus détestables.
ALFRED DE VIGNY, Le Journal d'un poète, 1846, page 1235.
3. Spécialement.
a) BOTANIQUE. Buisson ardent ou pyracanthe. Arbuste (Rosacées) à baies écarlates en corymbes. Son buisson ardent, rouge de baies comme un sorbier (EDMOND DE GONCOURT, JULES DE GONCOURT, Journal, 1859, page 633 ); des buissons ardents superbes avec leurs grains vermillon et leurs feuilles sombres (GEORGES-CHARLES, DIT JORIS-KARL HUYSMANS, L'Oblat, tome 1, 1903, page 109 ).
b) RELIGION. Buisson ardent ou buisson d'Horeb. Buisson du mont Horeb qui s'est enflammé d'un feu non destructeur quand Dieu y apparut à Moïse pour lui indiquer sa mission :
Ø 5. Parmi les foudres du Sinaï. Moïse écrit la loi, sous la figure éclatante apparue dans le buisson d'Horeb.
PAUL ADAM, L'Enfant d'Austerlitz, 1902, page 501.
— Au figuré :
Ø 6. Tout m'arrête, tout m'intéresse, tout m'est un buisson ardent et il me semble que je n'aurais pas assez de l'éternité pour écouter cette multitude de chants. (...). Tout l'univers m'était comme un buisson ardent. Tout l'univers pesait-il sur moi? M'entraînait-il vers les actes? Des forces inconnues, un feu me pénétrait, m'enthousiasmait.
MAURICE BARRÈS, Mes cahiers, tome 3, 1903-04, page 125.
c) VÉNERIE.
— Battre les buissons. Frapper, fouiller les buissons pour lever le gibier :
Ø 7. Le chevalier, muni d'un bâton, bat les buissons, tandis que le veneur fait retentir tout le bois du son de son cor. Un sanglier surgit...
EDMOND FARAL, La Vie quotidienne au temps de Saint Louis, 1942, page 36.
· Au figuré. Chercher quelqu'un, quelque chose :
Ø 8. En ces années finales de la Restauration, il y avait un effort dans l'ordre de l'esprit (...). On battait les buissons du côté de l'invention, et c'était tant mieux; on s'égarait sans doute en bien des pas, mais on ouvrait aussi des routes.
CHARLES-AUGUSTIN SAINTE-BEUVE, Causeries du lundi, tome 6, 1851-62, page 111.
· Proverbial, vieilli. Il a battu les buissons et un autre a pris les oiseaux. Il s'est donné de la peine et un autre en a bénéficié :
Ø 9. Il répondit qu'il serait bien marri d'avoir battu les buissons et que d'autres eussent les oisillons. L'offre était donc repoussée.
ANATOLE-FRANÇOIS THIBAULT, DIT ANATOLE FRANCE, Vie de Jeanne d'Arc, 1908, page 271.
— Faire buisson creux. Manquer le gibier que l'on a détourné dans tel endroit du bois :
Ø 10.... ces dames descendaient de calèche, en répétant avec des éclats de rire immodérés : Buisson creux! Buisson creux! À ce mot, dont elles saluèrent le baron à son entrée, celui-ci se mit dans la plus risible colère qu'il soit possible d'imaginer. « Buisson creux! répétait-il en grinçant les dents (...) moi, qui ai quarante ans de chasse et une réputation à conserver, j'aimerais mieux avoir reçu vingt coups d'andouiller à travers le corps que d'avoir éprouvé une semblable humiliation. »
VICTOR-JOSEPH ÉTIENNE, DIT DE JOUY, L'Hermite de la Chaussée d'Antin, tome 4, 1813, page 172.
· Par analogie. Ne pas trouver à tel endroit la personne ou la chose que l'on cherchait :
Ø 11. Comme si je n'étais pas au courant de ta petite enquête aux Beaux-Arts! (...) Je sais même que tu as fait buisson creux. Dans cette forêt-là, c'était fatal; le gibier qu'on y court n'est pas pour les chasseurs de ton grade.
ÉDOUARD ESTAUNIÉ, L'Ascension de Monsieur Baslèvre, 1919, page 141.
B.— Par analogie.
1. Amas de choses évoquant un buisson par son aspect touffu. Un buisson de cierges, le buisson des sourcils. Une sorte de buisson d'églises, un bouquet gothique (GABRIELLE COLLETTE, DITE COLETTE, En pays connu, 1949, page 192 ).
2. GASTRONOMIE. Plat d'articles dressés en pyramide. Buisson d'écrevisses (GUSTAVE FLAUBERT, L'Éducation sentimentale, tome 1, 1869, page 157 ).


STATISTIQUES : Fréquence absolue littéraire : 1 357. Fréquence relative littéraire : XIXe. siècle : a) 1 564, b) 2 969; XXe. siècle : a) 2 085, b) 1 591.


Ressources Gratuites

Corrigé : Corrigé de 1050 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Définition: BUISSON, substantif masculin." a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit