NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Définition: CAILLEBOT(T)IS, (CAILLEBOTIS, CAI ... Définition: CAILLETER, verbe intransitif. >>


Partager

Définition: CAILLER, verbe.

Publié le : 7/11/2015 Format: Document en format PDF protégé


Définition:
CAILLER, verbe.
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
Définition: CAILLER, verbe.




ProblematiqueDéfinition:
CAILLER, verbe.
I.— Emploi transitif. [En parlant du sang ou du lait] Faire coaguler en caillots. Il faut plus de présure pour cailler du lait gras que du lait maigre (ARMAND-FLORIAN POURIAU, La Laiterie, 1895, page 543 ).
— Par métaphore. Le ciel lourd et tiède où la brume était peu à peu caillée en gros nuages (JEAN GIONO, Le Chant du monde, 1934, page 203 ).
Remarque : On rencontre dans la documentation cailler les fromages (HENRI POURRAT, Gaspard des Montagnes, Le Château des sept portes, 1922, page 123).
II.— Emploi intransitif ou pronominal réfléchi.
A.— [Le sujet désigne le sang ou le lait] Se coaguler en caillots. Le lait qui caille dans l'éclisse (CHARLES-MARIE LECONTE DE LISLE, Poèmes antiques, Les Plaintes du cyclope, 1874, page 175 ). Le coutelas brillait. Le sang rouge noir dégouttait, giclait, coulait, se caillait (HENRI QUEFFÉLEC, Un Recteur de l'île de Sein, 1944, page 102 ).
— Par métaphore. Se figer. Le temps ne coule plus, les souvenirs se caillent dans leur mémoire ankylosée (LOUIS FARIGOULE, DIT JULES ROMAINS, La Vie unanime, 1908, page 225) :
Ø Tu as trouvé à ton foyer la contre-mère dont les deux seins sont acides. La présure de la tendresse, qui fait cailler le lait dans l'estomac des enfants du bonheur, tu ne la connais pas.
HERVÉ BAZIN, Vipère au poing, 1948, page 229.
B.— Par analogie, populaire. Être figé par le froid. On caille sur cette plage (Dictionnaire du français contemporain (JEAN DUBOIS) ). Ça caille. Il fait froid.
Remarque : On rencontre dans la documentation l'argot se cailler au sens de « se faire du souci », qui se rattache plutôt au verbe cailler « fienter » (confer caille2 remarque). Depuis le début de l'autre semaine ça durait comme ça ... vraiment rien d'extravagant!... J'aurais eu tort de me cailler ... Ça mijotait sans pétard. Et même un peu après quatre heures un certain calme s'est établi! (LOUIS-FERDINAND CÉLINE, Mort à crédit, 1936, page 535).
STATISTIQUES : Fréquence absolue littéraire : 3
DÉRIVÉS : 1. Caillage, substantif masculin. Action de faire cailler le lait. 2. Caillement, substantif masculin. [En parlant du lait ou du sang] . Action de se cailler; le résultat de cette action. Les microbes contenus dans le lait... en déterminent le caillement avant que tous les globules butyreux se soient séparés (ARMAND-FLORIAN POURIAU, La Laiterie, 1895, page 195 ).


Ressources Gratuites

Corrigé : Corrigé de 416 mots (soit 1 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Définition: CAILLER, verbe." a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit