NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Définition: EXCITATEUR, -TRICE, adjectif et ... Définition: EXCITÉ, -ÉE, participe passé, a ... >>


Partager

Définition: ESPRIT, substantif masculin.

Dictionnaire

Aperçu du corrigé : Définition: ESPRIT, substantif masculin.



Publié le : 3/2/2016 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Définition:


ESPRIT, substantif masculin.
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
Définition: ESPRIT, substantif masculin.




Définition:


ESPRIT, substantif masculin.
1re. Section.
I.— Souffle.
A.— [En particulier chez les Anciens] Vieux. Souffle vital, principe de vie. Esprit de vie, esprit vital :
Ø 1. L'esprit de vie souffle partout et dans les degrés où il veut; c'est lui qui produit et entretient tous les mouvements de l'univers, qui sent dans les animaux, agit et pense en nous; suivant que cet esprit de vie souffle plus ou moins en nous, nous sommes des génies ou des automates, forts ou faibles, courageux ou timides, etc... La volonté n'y peut rien.
MARIE-FRANÇOISE-PIERRE GONCTHIER DE BIRAN, DIT MAINE DE BIRAN, Journal, 1818, page 154.
— Vieilli. Rendre l'esprit. Mourir Synonymes : rendre l'âme*, rendre le dernier soupir*. Aphrodisia ferma les yeux. (...) Un sourire inexprimable allongea ses paupières bleues, et dans un soupir elle rendit l'esprit (PIERRE LOUÿS, Aphrodite, 1896, page 160) :
Ø 2.... les maîtres de la scène actuelle estiment à livres, sous et deniers, ce que tel de leurs contemporains pourra leur valoir le jour où il aura rendu l'esprit.
VICTOR-JOSEPH ÉTIENNE, DIT DE JOUY, L'Hermite de la Chaussée-d'Antin, tome 5, 1814, page 291.
— Spécialement. GRAMMAIRE GRECQUE. " Souffle caractéristique d'une certaine prononciation de l'initiale vocalique (...) " (Lexique de la terminologie religieuse (JULES MAROUZEAU) 1933).
— Esprit dur, esprit rude. Attaque aspirée de l'initiale vocalique. Je ne peux pas, par respect pour le lecteur français, écrire Hannibal et Hamilcar sans h, puisqu'il y a un esprit rude sur l'alpha (GUSTAVE FLAUBERT, Correspondance, 1862, page 60 ). Esprit doux. Attaque non aspirée de l'initiale vocalique.
Par métonymie. Signe [esprit doux, esprit rude] qui indique ce mode de prononciation. En français, l'esprit rude grec est transcrit en général par un h (Dictionnaire de linguistique (JEAN DUBOIS, MATHÉE GIACOMO, LOUIS GUESPIN, CHRISTIANE MARCELLESI, JEAN-BAPTSITE MARCELLESI) 1972).
B.— [Terme biblique]
1. ANCIEN TESTAMENT. Souffle provenant de Dieu, en particulier souffle créateur, action créatrice et bienfaisante de Dieu. Ce saint Georges plein de feu, de matérialité, est l'âme de tout, son souffle vivifie tout. Le vent de l'esprit passe sur lui (JULES MICHELET, Sur les chemins de l'Europe, 1874, page 237) :
Ø 3. Veni Creator Spiritus! Cet esprit en qui Dieu a créé le monde en soufflant dessus, (...) il n'a pas cessé de passer sur nous, et c'est le grand Alizé qui, depuis le jour de la Pentecôte, gonfle les voiles de l'Église.
PAUL CLAUDEL, Un Poète regarde la croix, 1938, page 253.
— Par extension. Les odes des grands lyriques furent écrites sans retour, à la vitesse de la voix du délire et du vent de l'esprit soufflant en tempête (PAUL VALÉRY, Variété V, 1944, page 159) :
Ø 4. Barrès parlait des « lieux où souffle l'esprit ». Je ne crois pas qu'il en eût imaginé aucun où l'esprit soufflât davantage qu'en l'Université d'Oxford.
CHARLES DE GAULLE, Mémoires de guerre, 1954, page 565.
Remarque : De tels emplois dérivent d'un passage de l'Évangile selon saint Jean (III, 8), littéralement : « l'Esprit souffle où il veut ». Il est ordinairement fait allusion à ce passage pour signifier que l'intelligence est une faculté inégalement répartie.
— Au figuré. Inspiration d'origine divine. Je vous jure que l'esprit m'inspire ceci! (...) Je vous vois! Je vois périr votre âme! (GEORGES BERNANOS, L'Imposture, 1927, page 356) :
Ø 5.... poussé d'ailleurs par l'esprit prophétique qui lui montroit d'avance la célébrité de la parole et la puissance évangélique, David ne cesse de s'adresser au genre humain et de l'appeler tout entier à la vérité.
JOSEPH, COMTE DE MAISTRE, Les Soirées de Saint-Pétersbourg, tome 2, 1821, page 71.
· Chercher l'esprit. " (...) se disait, entre les puritains, d'un recueillement mental de dévotion où l'on attendait quelque inspiration du Seigneur " (Dictionnaire de la langue française (ÉMILE LITTRÉ)).
· Par analogie. Choulette, (...) parut, joyeux et comme plein de l'esprit d'un dieu (ANATOLE-FRANÇOIS THIBAULT, DIT ANATOLE FRANCE, Le Lys rouge, 1894, page 201 ).
2. NOUVEAU TESTAMENT, THÉOLOGIE CATHOLIQUE et PROTESTANTE. Saint(-)Esprit ou Esprit(-)Saint ou, absolument, Esprit. Troisième personne de la Sainte Trinité, procédant du Père et du Fils. Esprit vivifiant, consolateur. L'Esprit Saint descendit sur les apôtres, pour leur infuser le don des langues (LOUIS-CLAUDE DE SAINT-MARTIN, L'Homme de désir, 1790, page 407) :
Ø 6.... quand vient la saison favorable où souffle l'Esprit Saint, il faut savoir tirer parti de ce vent céleste et lever l'ancre à temps...
VLADIMIR JANKÉLÉVITCH, Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien, 1957, page 124.
· Jour du Saint-Esprit. Dimanche de la Pentecôte.
· Par métonymie. Représentation du Saint-Esprit. Elles étaient vêtues de bleu avec un bonnet blanc et un saint-esprit de vermeil ou de cuivre fixé sur la poitrine (VICTOR HUGO, Les Misérables, tome 1, 1862, page 584 ). Il l'obligeait (...) à porter au col, le dimanche, le saint-esprit d'or rouge enrichi de grenats (HENRI POURRAT, Gaspard des Montagnes, 1922, page 188 ).
Remarque : 1. Pour NOUVEAU DICTIONNAIRE DES DIFFICULTÉS DU FRANÇAIS (JEAN-PAUL COLIN) 1971, " (...) Esprit saint, variante de Saint-Esprit, (...) ne prend pas de trait d'union ". 2. La religion orthodoxe admet aussi l'existence du Saint-Esprit, mais refuse qu'il procède du Père et du Fils (querelle du filioque).
II.— Par analogie. Substance, émanation de certains corps comparables, par leur subtilité, au vent, au souffle de la respiration, à une flamme.
A.— Au singulier ou au pluriel.
1. Essence, vapeur subtile; émanation odorante. Dans le temps des amours, les mâles et les femelles (...) se reconnaissent de loin, par l'intermède des esprits exhalés de leurs corps (PIERRE CABANIS. Rapports du physique et du moral de l'homme, tome 2, 1808, page 339 ). Ce peu de miel où notre nez grossier ne distingue rien, il en émane un esprit subtil qui remplit le ciel et la mer (PAUL CLAUDEL, Sous le rempart d'Athènes, 1927, page 1128) :
Ø 7. Dieu propice, ô Bacchus! toi, dont les flots divins
Versent le doux oubli de ces maux qu'on adore;
Toi, devant qui l'amour s'enfuit et s'évapore,
Comme de ce cristal aux mobiles éclairs
Tes esprits odorants s'exhalent dans les airs.
ANDRÉ CHÉNIER, Élégies, 1794, page 75.
2. CHIMIE, PHARMACOLOGIE. vieux. Substance liquide volatile obtenue par distillation. Il (...) les [des bouteilles] divisa en deux séries : celle des parfums simples, c'est-à-dire des extraits ou des esprits, et celle des parfums composés (GEORGES-CHARLES, DIT JORIS-KARL HUYSMANS, À rebours, 1884, page 149 ).
— Esprits parfumés. " (...) alcoolats employés en parfumerie, et surtout pour la fabrication des liqueurs : esprit ou alcoolat de fleur d'oranger, de lavande, etc. " (Larousse ménager, dictionnaire illustré de la vie domestique).
— Esprit (-) de (-) bois. " Synonyme d'alcool méthylique " (Dictionnaire français de médecine et de biologie (ALEXANDRE MANUILA, LUDMILLA MANUILA, M. NICOLE, H. LAMBERT) tome 2 1971). Du ragoût de la veille qu'elle réchaufferait à l'atelier sur sa lampe à esprit de bois (GEORGES-CHARLES, DIT JORIS-KARL HUYSMANS, Les Soeurs Vatard, 1879, page 59 ). Esprit (-) de (-) sel. Acide chlorhydrique. Esprit (-) de (-) soufre. " Synonyme désuet d'anhydride sulfureux " (Dictionnaire français de médecine et de biologie (ALEXANDRE MANUILA, LUDMILLA MANUILA, M. NICOLE, H. LAMBERT) tome 2, 1971). Esprit (-) de (-) vitriol. " Synonyme d'acide sulfureux " (Dictionnaire français de médecine et de biologie (ALEXANDRE MANUILA, LUDMILLA MANUILA, M. NICOLE, H. LAMBERT) tome 2, 1971). On calmera les hémorragies par l'usage de quelque acide minéral, comme l'esprit de vitriol dulcifié (ÉTIENNE-LOUIS GEOFFROY. Manuel de médecine pratique, 1800, page 461 ).
— Esprit volatil (d'une substance animale). Sous-carbonate d'ammoniaque obtenu par distillation de cette substance (confer Nysten 1814 et 1824 et Étienne-Louis Geoffroy, Manuel de médecine pratique, 1800, page 493).
— Esprit-de-vin. Alcool éthylique. Esprit ardent. Alcool très rectifié (confer Dictionnaire de médecine, de chirurgie, de pharmacie, de l'art vétérinaire (ÉMILE LITTRÉ) 1858 et 1865).
— Absolument et au pluriel. Les esprits. Les liqueurs alcooliques (Dictionnaire de l'Académie Française).
— Esprits ou eaux spiritueuses. " (...) alcools chargés, par la distillation de substances aromatiques, de principes médicamenteux, de drogues simples, etc. " (Dictionnaire universel des Sciences, des Lettres et des Arts (MARIE-NICOLAS BOUILLET) 1859).
· Par plaisanterie :
Ø 8.... l'ivresse du mouvement, la chaleur communicative de l'air, les esprits cachés dans les boissons les plus innocentes ont amolli les callosités des vieilles femmes qui, par complaisance, entrent dans les quadrilles et se prêtent à la folie d'un moment...
HONORÉ DE BALZAC, Histoire de la grandeur et de la décadence de César Birotteau, 1837, page 216.
B.— Au pluriel.
1. HISTOIRE DE LA PSYCHO-PHYSIOLOGIE. Esprits. Éléments d'une matière très subtile, légère, chaude, mobile et invisible, considérés comme les agents de la vie et du sentiment qu'ils portent dans les différentes parties du corps qu'ils animent. La perte, la dissipation des esprits (Dictionnaire de l'Académie française. 1878-1932).
— En particulier. Esprits vitaux, animaux. Me relevant de toute ma hauteur, je me roidis pour rappeler dans mes membres engourdis les esprits animaux (JEAN DUSAULX, Voyage à Barège et dans les Hautes-Pyrénées fait en 1788, tome 1, 1796, page 133 ). Il est en nage et hors de lui après chaque discours; (...) il est épuisé comme après une dépense prodigieuse d'esprits électriques et vitaux (CHARLES-AUGUSTIN SAINTE-BEUVE, Mes Poisons, 1869, page 95) :
Ø 9. Mais tous mes esprits animaux sont désordonnés. Une haine les transporte d'un bout à l'autre de mon individu. Je voudrais tenir et punir, — et il faut rester sur sa chaise...
PAUL VALÉRY, Correspondance [avec André Gide] , 1898, page 316.
2. Emplois, expressions et locutions (issus de cette théorie et encore plus ou moins usités) [Le plus souvent avec le possessif]
a) [Ces esprits en tant que principe de l'activité physique et psychique]
· La peur glace les esprits (Dictionnaire de l'Académie Française). La peur paralyse, fige.
· Perdre ses esprits. [Au plan physique] Perdre connaissance, s'évanouir. [Au plan psychique] Être très troublé par quelque violente émotion. Reprendre ses esprits. [Au plan physique] Reprendre connaissance, revenir à soi. Recouvrer ses esprits. Il est évanoui; jetez-lui de l'eau, afin de lui faire revenir les esprits (Dictionnaire de l'Académie française. 1878). Regardons si cette bonne Isabelle est grièvement navrée; mais non, la voici qui rouvre l'oeil et reprend ses esprits (THÉOPHILE GAUTIER, Le Capitaine Fracasse, 1863, page 164 ). [Au plan psychique] . Se reprendre, se remettre, se ressaisir après quelque violente émotion. Apaisez-vous, monsieur, et reprenez vos esprits et veuillez me dire en ordre et posément ce que vous avez à me marquer (PAUL CLAUDEL, Le Soulier de satin, 1944, 4e. journée, 4, page 871) :
Ø 10.... je fus tellement ahuri de cette apparition quasi-fantastique, que le prince Cernuwicz eut le temps de me saluer à son tour et de se nommer avant que j'eusse bien recouvré mes esprits.
CLAUDE FARRÈRE, L'Homme qui assassina, 1907, page 62.
b) [Ces esprits en tant que principe de la vie affective et de la vie spirituelle] Esprits inquiets; esprits incertains qui s'adoucissent. La flûte dont il avoit coutume de jouer pour ranimer ses esprits abattus (GERMAINE NECKER, BARONNE DE STAËL, De l'Allemagne, tome 3, 1810, page 135 ). Et je laissais flotter, au bord des flots assis, Dans le doute et l'effroi mes esprits indécis (CHARLES-MARIE LECONTE DE LISLE, Poèmes antiques, 1852, page 279 ).
c) [Ces esprits en tant que principe de la vie intellectuelle] Esprits trop lents. Une grave occupation (...) (la licence ès lettres à préparer en vue du doctorat) va donner une direction différente à mes esprits (STÉPHANE MALLARMÉ, Correspondance, 1869, page 314) :
Ø 11.... j'aurais pu augurer le mouvement et le fracas de l'ouvrage qui devait me faire un nom, aux bouillonnements de mes esprits et aux palpitations de la muse.
FRANÇOIS-RENÉ DE CHATEAUBRIAND,Mémoires d'Outre-Tombe, tome 1, 1848, page 494.
III.— Par extension. PHILOSOPHIE, RELIGION. Principe immatériel.
A.— [Par opposition à la matière, à la substance corporelle; en particulier dans la religion chrétienne, en parlant de Dieu ou de l'âme de l'homme — faite à l'image de Dieu — en tant que principe de vie qui anime le corps et en tant que principe de la vie surnaturelle] Substance incorporelle. La divinité fit couler un souffle de sa vie dans l'univers, et en composa un troisième principe mixte, à la fois esprit et matière, appelé l'âme du monde (FRANÇOIS-RENÉ DE CHATEAUBRIAND, Essai sur la littérature anglaise, tome 2, 1797, page 222) :
Ø 12. Ajoutons à cela que le dieu chrétien est esprit, que l'homme ne peut donc s'unir à Dieu que par l'esprit et qu'en effet c'est bien en esprit et en vérité que Dieu veut être adoré.
ÉTIENNE GILSON, L'Esprit de la philosophie médiévale, 1931, page 173.
— En particulier, dans un contexte religieux. [Par opposition à la chair (ou au corps), symbole de l'homme déchu, principe de l'activité instinctive considérée d'un ordre de perfection inférieur à celui de l'âme, ou esprit, principe des aspirations élevées] L'esprit est plus noble que le corps. Marchez selon l'esprit et non selon la chair. Les fruits de la chair sont l'adultère, l'impureté, etc., et les fruits de l'esprit sont la charité, la tempérance, la joie, la paix, etc. (Dictionnaire de l'Académie française. ). Le père du Verbe, source de tout esprit et dont la chair est l'ennemie (GUSTAVE FLAUBERT, La Tentation de Saint Antoine, 1856, page 515) :
Ø 13. L'abbé Boutarel l'avait mise en garde (...) : à perdre ainsi la messe et les sacrements, elle risquait de succomber un jour aux tentations : on se croit tout esprit et soudain on se voit tout chair.
HENRI POURRAT, Gaspard des Montagnes, 1925, page 218.
— Expression, locution dans le langage théologique ou mystique. En esprit. Spirituellement. Être ravi en esprit. " Avoir une vision qui transporte l'âme dans les régions célestes " (Dictionnaire de la langue française (ÉMILE LITTRÉ)). En esprit et en vérité. Le temps est venu où l'on n'adorera le Père ni sur cette montagne ni à Jérusalem, mais en esprit et en vérité (ERNEST RENAN, L'Avenir de la science, 1890, page 474 ). Confer aussi supra exemple 12.
· [Allusion biblique]
a ) [Saint Matthieu, V, 3] Heureux/bienheureux les pauvres en esprit (les pauvres/simples d'esprit). Ceux qui, acceptant ou choisissant de vivre dans une pauvreté qu'ils assument pleinement dans l'esprit de renonciation de l'Évangile, sont aimés de Dieu. Bienheureux les simples d'esprit, dit l'Écriture. Ils ont l'illusion du bonheur. Ils ne sentent pas, ceux-là, notre misère solitaire (GUY DE MAUPASSANT, Contes et nouvelles, tome 2, Solitude, 1884, page 924 ).
ß ) L'esprit est prompt mais la chair est faible*.
· Spécialement. Esprits bienheureux. Âmes des saints qui jouissent, au Paradis, du bonheur éternel. Toute lumière ruisselle du sein de la divinité pour éclairer les contemplations des esprits bienheureux (FRÉDÉRIC OZANAM, Essai sur la philosophie de Dante, 1838, page 224 ).
Remarque : Se dit aussi des anges. Confer infra B 2 a.
[Dans le même sens] Esprits immortels. Le ricanement de l'orgie a pris la place des larmes saintes des esprits immortels (EDGAR QUINET, Allemagne et Italie, 1836, page 115 ).
— Par métonymie. L'homme, étant esprit, doit se retirer des choses mortelles. Toute action le dégrade. Je voudrais ne pas tenir à la terre, — même par la plante de mes pieds! (GUSTAVE FLAUBERT, La Tentation de Saint Antoine, 1874, page 42 ).
B.— Être incorporel conscient de lui-même, de son existence, et doué d'une vie psychique, en particulier d'intelligence et de volonté. Pur esprit. Un souffle vague émeut les sphères vagabondes, Mais nul esprit n'existe en ces immensités (GÉRARD DE NERVAL, Les Chimères, 1854, page 706) :
Ø 14. Il [Dieu] connaissait toutes les choses à sa façon, c'est-à-dire absolument : mais il me semblait que, d'une certaine manière, il avait besoin de mes yeux pour que les arbres aient des couleurs. La brûlure du soleil, la fraîcheur de la rosée, comment un pur esprit les eût-il éprouvées, sinon à travers mon corps?
SIMONE DE BEAUVOIR, Mémoires d'une jeune fille rangée, 1958, page 127.
· Pur esprit (au figuré et familier). Être humain qui n'est pas soumis à certaines contingences d'ordre physique ou matériel, ou qui affecte de ne pas l'être. — Enfin (...) vous n'avez pas l'air d'un pur esprit. — J'en suis pourtant un (...) Plusieurs Pères (...) ont pensé que les anges ne sont pas purement spirituels (ANATOLE-FRANÇOIS THIBAULT, DIT ANATOLE FRANCE, La Révolte des anges, 1914, page 103 ). Il est difficile d'être un pur esprit et de nourrir de pures amitiés (GEORGES DUHAMEL, Les Maîtres, 1937, page 151 ).
1. Divinité. Céluta pria donc. Tantôt elle demandoit des conseils au grand esprit des Indiens, tantôt elle s'adressoit au grand esprit des Blancs (FRANÇOIS-RENÉ DE CHATEAUBRIAND, Les Natchez, 1826, page 462) :
Ø 15. Qui suis-je? Réponds-moi, Raison des Origines!
(...)
Parle, fixe à jamais mes voeux irrésolus,
Afin que je m'oublie et que je ne sois plus,
Et que la vérité m'absorbe et me consume. —
Il se tut, et l'Esprit suprême, l'Être pur,
Fixa sur lui ses yeux d'où naissent les Aurores...
CHARLES-MARIE LECONTE DE LISLE, Poèmes antiques, 1874, page 61.
— [Dans le monothéisme judéo-chrétien; généralement avec une majuscule] L'Esprit; Esprit incréé, créateur, éternel, divin. Dieu*. Tu vois les diverses passions des hommes, (...) tu pénètres toutes ces misères, ô Esprit créateur! (FRANÇOIS-RENÉ DE CHATEAUBRIAND, Les Martyrs ou le Triomphe de la religion chrétienne, tome 2, 1810, page 142 ). Esprit divin qui régnez dans les anges et dans les saints du ciel, je vous adore de tout mon coeur (ABBÉ HENRI BREMOND, Histoire littéraire du sentiment religieux en France, tome 3, 1921, page 462 ).
· Péché/pécher contre l'Esprit/le Saint-Esprit. Mopse prétend pécher contre l'Esprit : c'est être Bien fat. Pour L'offenser, il faudrait Le connaître (PAUL-JEAN TOULET, Les Contrerimes, 1920, page 127 ).
Remarque : Par allusion à Matthieu 12, 31 : " Tout péché et tout blasphème sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l'Esprit ne sera point pardonné. Quiconque parlera contre le Fils de l'homme, il lui sera pardonné; mais quiconque parlera contre le Saint-Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir "; et à Marc 3, 29 : " (...) mais quiconque blasphémera contre le Saint-Esprit n'obtiendra jamais de pardon : il est coupable d'un péché éternel ".
2. Être incorporel inférieur à la divinité, unique ou principale, mais supérieur à l'homme.
a) [Dans le monothéisme judéo-chrétien] Synonyme : ange*.
a ) [Cet être incorporel est de nature bienfaisante, il est au service de Dieu et il joue le rôle d'intermédiaire entre Dieu et les hommes] Esprits célestes, angéliques, bienfaisants, bienheureux, etc. :
Ø 16. Marguerite retira l'anneau de son doigt, et le donna au pauvre.
L'étranger poussa un cri de rage, — et étendit la main vers la jeune fille.
Mais le pauvre, qui n'était autre que l'ange gardien de Marguerite, métamorphosé, — la couvrit de ses ailes.
Et Satan, venu pour la tenter, recula devant l'esprit céleste...
HENRI MURGER, Les Nuits hiver, 1861, page 245.
ß ) [Cet être incorporel est de nature malfaisante]
— L'esprit du Mal, l'esprit malin (ou malin esprit) l'esprit mauvais, immonde; l'esprit tentateur, l'esprit des ténèbres... Le diable*, le démon*, Satan*. Le saint évêque reconnut le malin esprit. Il fit le signe de la croix et aussitôt le petit diable (...) éclata avec un bruit horrible (ANATOLE-FRANÇOIS THIBAULT, DIT ANATOLE FRANCE, Le Miracle du grand Saint Nicolas, 1909, page 70) :
Ø 17. Comme vous ne croyez pas en Dieu, vous ne croyez pas non plus à Satan; vous n'avez fait aucun pacte avec l'esprit du mal, car rien n'est mal, comme rien n'est bien à vos yeux.
AURORE DUPIN, BARONNE DUDEVANT, DITE GEORGE SAND, Lélia, 1839, page 524.
· Par extension. Malin esprit, esprit du démon. Inspiration provenant de Satan. Être possédé du malin esprit. " Ce n'est point l'esprit de Dieu qui agit en lui, c'est l'esprit du démon " (Dictionnaire de l'Académie Française). Il est animé par l'esprit du démon (DICTIONNAIRE DE LA LANGUE FRANÇAISE (ÉMILE LITTRÉ) ). N'avons-nous pas aussi nos exorcistes, qui chassent le malin esprit du corps des possédés (CHARLES-FRANÇOIS DUPUIS, Abrégé de l'origine de tous les cultes, 1796, page 431 ).
— Esprit de l'abîme, des ténèbres; esprit infernal, immonde... Mauvais ange*, ange déchu, démon. Calme, il [Jésus] forçait l'essaim invisible et hideux Des noirs esprits du mal, rois des ténébreux mondes (VICTOR HUGO, La Fin de Satan, 1885, page 815 ).
b) [Dans les croyances ou religions polythéistes] Être incorporel inférieur aux dieux principaux, supérieur à l'homm...


Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "Définition: ESPRIT, substantif masculin." a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit